6 résultats

CATEL Blaise-Jean-Louis

Dissertation sur la topographie médicale des prisons flottantes, dites Pontons, suivie de quelques considérations sur les maladies qui y régnaient ; présentée et soutenue à la Faculté de médecine de Paris, le 19 novembre 1818, pour obtenir le grade de docteur en médecine

Paris Imprimerie de Didot jeune 1818 in-4 en feuilles, sous chemise demi-chagrin bordeaux à bande, dos lisse muet, pièce de titre contrecollée au centre du plat supérieur [Rel. moderne]

22 pp.Absent de Wellcome. Polak 1520. Berger et Rey, p. 43. Seulement deux exemplaires au CCF (BnF et BIUM). Pendant les guerres de la Révolution et de l'Empire, France et Angleterre rivalisèrent dans l'utilisation de navires désarmés comme prisons flottantes amarrées aux berges, vulgairement dénommées "pontons" en France, et "hulks" en Angleterre. Leur insalubrité était proverbiale, et tous les témoignages d'anciens prisonniers de guerre vont dans ce sens ; d'où cette thèse, publiée alors même que le règne des pontons n'était pas achevé en Angleterre. D'ailleurs, les exemples ici allégués s'inspirent essentiellement des pontons de Chatham et de Plymouth. Blaise Catel (1782-1862) fit une carrière de chirurgien dans les colonies

LEFORT Pierre-François

Opinion sur la non contagion et non importation de la fièvre jaune ; publiée, avec des notes, par Jn. Sédillot (...)

Paris Imprimerie de A. Belin s.d. [1820] in-12 cartonnage Bradel de papier gris gaufré, dos lisse orné de filets dorés [Rel. moderne], bon exemplaire, relié par Laurenchet

titre, 24 pp.Seulement deux exemplaires au CCF (BIUM et Dieppe). Absent de Sabin. Très rare et très important opuscule qui réunit deux documents différents : 1. Une lettre écrite de la Martinique le 12 mai 1819. - 2. Un mémoire écrit également sur place le 1er août 1819 et envoyé à la Société de médecine de Paris, où il fut enregistré le 2 mai 1820 ; il avait fait l'objet d'une publication dans le Medical repository journal de New York, puis dans le Journal général de médecine (novembre 1820). Pierre Lefort (1767-1843), médecin et chirurgien de marine, avait derrière lui une carrière déjà bien remplie quand il fut nommé en 1814 médecin du Roi en chef pour la Martinique : suspecté d'attachement à Napoléon par le gouverneur royaliste de l'île, Pierre de Vaugiraud, il ne put prendre immédiatement ses fonctions, mais seulement en 1817, après un exil à New York, où il exerça son art. C'est une fois en place que, confronté de nouveau à la fièvre jaune qui ravageait les équipages de plusieurs navires venus d'Europe, il se mit à consacrer toute son énergie à l'étude de cette pathologie, accumulant notes, observations et réflexions, dont notre opuscule donne un exemple, avant même la grande expérience de 1822, qui démontra définitivement que la maladie n'était pas contagieuse.

MÉDECINE - CHIRURGIE

Déclaration du Roi, concernant les Études & Exercices des Élèves en Chirurgie. Donnée à Versailles le dix-huit juin mil sept cent quatre-vingt quatre

Paris P. G. Simon, & N. H. Nyon 1784 in-4 de 4 pp., avec simple titre de départ dérelié

Réforme qui non seulement porte à trois ans le cursus en chirurgie et oblige les élèves à l'assiduité, mais qui également sélectionne les Maîtres formateurs et leur interdit plus de deux élèves en même temps

MÉDECINE - CHIRURGIE

Lettres patentes du Roi, portant règlement pour les Écoles de Chirurgie de Paris. Données à Versailles le dix-huit juin 1784

Paris P. G. Simon, & N. H. Nyon 1784 in-4 de 4 pp., avec simple titre de départ dérelié

Nouvelle règlementation qui prolonge à trois années le cursus en chirurgie, et contraint les élèves à l'assiduité

PRUS René-Clovis

Rapport à l'Académie royale de médecine sur la peste et les quarantaines, fait, au nom d'une commission ; accompagné de pièces et de documents, et suivi de la discussion dans le sein de l'Académie

Paris Jean-Baptiste Baillière 1846 fort vol. in-8 demi-chagrin vert, dos à nerfs orné de filets et doubles caissons dorés, tranches peigne jaspées [rel. du Second Empire]

3 ff.n.ch., 1056 pp., un tableau dépliant hors texte.Unique édition de cette somme extraordinairement complète sur la pratique (déjà archaïque) des quarantaines pour lutter contre les différentes formes de "peste d'Orient". Elle contient, parmi les pièces à l'appui, de très nombreux rapports sur des épidémies particulières du début du XIXe siècle (comme celui de Berbrugger sur la peste en Algérie, celui de Lachèze sur la peste en Iran, celui de Seidlitz sur la peste dans l'armée russe en 1829, des communications de Lesseps, Clot-Bey, etc.).Ancien aide-de-camp de Larrey, médecin à l'Hôpital de Bicêtre puis de la Salpêtrière, René-Clovis Prus (1793-1850) était le rapporteur des travaux de la commission. Il avait demandé à faire partie des médecins qui devraient aller s'établir en Orient, et ainsi participer à l'institution des médecins sanitaires en Orient ; on lui donna un poste à Alexandrie. L'intimité de Clovis Prus avec Méhémet-Ali commença dès le premier jour de son arrivée en Égypte. En effet, grâce aux recommandation d'A. Barrot, il en devint le médecin personnel, jusqu'à la mort du vice-roi

THÈSES DE MÉDECINE

Faculté de médecine de Paris. - Thèses de médecine et de chirurgie

Paris Rignoux 1847-1848 8 pièces en un vol. in-4 demi-basane fauve, dos lisse orné de filets dorés, pièces de titre noires, tranches mouchetées [Rel. de l'époque]

Recueil de thèses composé vraisemblablement à l'initiative du docteur Bernard (cf. infra).I. HERARD (Hippolyte-Victor). Du Spasme de la glotte (1847, 111 pp.). - II. GIMELLE (Léger-Louis-Jules). Anatomie chirurgicale de la région sus-hyoïdienne. Diagnostic différentiel des tumeurs de la région sus-hyoïdienne (1848, 39 pp.). - III. LAILLER (C.-P.). De l'Oedème du larynx (1848, 55 pp.). - IV. LEFEBVRE (P.-H.). Propositions, observations d'anatomie, de physiologie et de pathologie (1848, 32 pp.). - V. DUPOUY (Jean-Baptiste-Alexandre). Lésions traumatiques des articulations (1848, 43 pp.) - VI. DUMOULIN (M.-F.-Auguste). De la Cachexie en général, et de la cachexie syphilitique en particulier (1848, 58 pp.). - VII. BLANCHE (Antoine-Emile). Du Cathétérisme oesophagien chez les aliénés (1848, 60 pp.). - VIII. RACLE (Victor-Alexandre). Recherches sur les affections du cerveau dans les maladies générales (1848, 75 pp.).Exemplaire du docteur Bernard, avec envois autographes sur plusieurs thèses et nom poussé en lettres dorées sur le plat supérieur. En raison du détail d'un des envois ("de Villefranche"), on peut assimiler ce docteur Bernard au célèbre Claude Bernard (1813-1878), lequel n'était certes pas né à Villefranche-sur-Saône, mais avait effectué ses humanités chez les Jésuites de cette ville