Effectuer une recherche précise :

4604 résultats

[GRAËB (Emmanuel-François-Joseph)]

Quelques observations du capitaine de vaisseau,

ex-gouverneur de Bourbon (île de la Réunion) adressées à ses anciens camarades des différents corps de la marine. Paris, Imprimerie et lithographie de Maulde et Renou, 1849, in-8, demi-basane brune, dos lisse, couverture imprimée conservée [Rel. moderne], fortes traces d'humidité, plats gondolés. 16 pp. Ryckebusch, 3616. Un seul exemplaire au CCF (BnF). Très rare justification d'Emmanuel-François-Joseph Graëb (1790-1850), qui fut gouverneur de la colonie de l'île Bourbon de juin 1846 à octobre 1848. Il dut sa mise à la retraite d'office non seulement à la Révolution de février 1848 dans la métropole et à sa décision d'abolir l'esclavage dans les colonies, mais aussi à la fâcheuse "affaire Monnet" de 1847. Alexandre Monnet (1812-1849), missionnaire en service dans l'île depuis 1840, revenait d'un voyage en France et en Italie, où le pape Pie IX l'avait distingué pour son travail d'évangélisation en faveur des esclaves de la colonie. Fermement abolitionniste, il fut malmené et insulté le 12 septembre 1847 lors de son débarquement : la population créole, inquiète des progrès de plus en plus importants des idées abolitionnistes, lui avait réservé un accueil exécrable, qui se poursuivit par une agitation toute la journée du 13. Le gouverneur était étrangement absent pendant les incidents, et, à son retour le 14, tout en désapprouvant pour la forme les manifestations, il décida de faire expulser le missionnaire, qui rembarqua le 28 septembre 1848 sur le navire Le Pionnier. Il devait ensuite être nommé second évêque de Madagascar ; en attendant, l'attitude du gouverneur avait indisposé le ministère, et sa carrière était finie .

[GRIVAUD DE LA VINCELLE (Claude-Madeleine)]

Notice sur le Palais de la Chambre des Pairs de France,

anciennement appelé Palais de Luxembourg ou d'Orléans. Description de cet édifice à l'extérieur et à l'intérieur ; détails sur la destination de chacune de ses parties, sur les peintures et les statues qui le décorent ; description de ses jardins, de ses dépendances, et d'une partie du quartier qui l'avoisine, pour servir de guide à ceux qui visitent ce Palais. Par M. G. de La V. Paris, Nepveu, 1818, in-16, broché, couverture d'attente de papier bleu. 82 pp., frontispice gravé (façade vue de la rue de Tournon) et 4 planches dépliantes hors texte (dont un plan général de la distribution et du percement de l'Enclos des Chartreux). Édition originale séparée de ce petit extrait des Antiquités gauloises et romaines, recueillies dans les jardins du Sénat, parues en 1807. Une seconde édition verra le jour en 1820. En dépit de son mariage (il avait épousé une fille naturelle d'Honoré III de Monaco), Grivaud de La Vincelle (1762-1819) était un obscur, mais un obscur bien placé pour connaître les arcanes du Palais du Luxembourg : il occupa en effet les fonctions de sous-chef de la comptabilité à la nouvelle Chambre des Pairs créée en 1814.

[GROGNET DE VASSE (Giorgio)]

Mémoire concernant le perfectionnement de l'architecture grecque,

avec la possibilité mathématiquement démontrée d'un Ordre français dit Napoléonique, et avec d'autres intéressantes découvertes ; soumis à Son Excellence le Ministre de l'Intérieur de l'Empire français, et à l'Institut national des sciences et des arts de Paris ; par un amateur étranger, adjudant au Corps impérial du Génie, et membre non résident de l'Académie celtique. Toulon, Alex. Curet, 1806, in-8, broché, couverture factice de carton souple. 28 pp. imprimées sur papier bleuté. Au CCF, exemplaires seulement à la BnF et à Tournus (sans attribution). Absent de Monglond. Très rare opuscule où l'auteur, se présentant comme passionné d'architecture, énumère tous les sujets qu'il désire traiter dans quantité de dissertations et de mémoires, chacun suffisant parfois à occuper une vie entière. Cette rodomontade semble n'avoir ému à l'époque ni le ministre de l'Intérieur, ni les vénérables membres de l'Institut, auxquels elle avait été adressée. Pourtant, son auteur, Giorgio Grognet de Vassé (1774-1862), né à Malte, conçut quelques édifices dans son île natale (rotonde de Mosta, Palazzo Grognet, etc.).

[GRÈCE - DESSIN] BIDA (Alexandre)

Dessin à la mine de plomb (19 x 30 cm),

signé en bas à gauche, sous marie-louise. . Très beau dessin sur papier gris-bleu montrant une jeune femme grecque en pied et de profil portant une cruche sur sa hanche et laissant voir de nombreux détails de son costume traditionnel. Alexandre Bida qui fut élève de Delacroix, participa à de nombreux salons où il obtint plusieurs prix. Envoi de l'artiste: "Au Dr. Ducas, son ami".

[GRÈCE - DESSINS]

9 dessins à la mine de plomb,

non signés, certains rehaussés en couleurs et un à l'aquarelle, de différents formats: 7 dessins de 29 x 18,5 cm à 31 x 22 cm, un de 25 x 19 cm et un de 16 x 13 cm, collés sur papier. 1851-1852. . Entrée du Pirée, maison au Pirée, vue de Poros, bains de la Reine, vue près d'Ourlac, jeune femme à la fontaine, costume d'Athènes, grotte et port. Bel ensemble, joliment dessiné et animé.

[GRÈCE]

[Ensemble de trois thèses de médecine]

Paris, Didot jeune [ou :] Rignoux, 1809-1852, 3 vol. in-4, déreliés. Regroupe trois thèses présentées devant la Faculté de médecine de Paris par des étudiants originaires des provinces grecques encore ottomanes : I. ZALLONIS (Markos Filippos). Traité de l'asthme ; dissertation présentée et soutenue à la Faculté de médecine de Paris, le 4 août 1809 (57 pp.). Cette thèse sera intégrée dans le volume du même auteur, intitulé Voyage à Tine, et paru chez Arthus-Bertrand la même année 1809. Originaire de Tinos (Cyclades) d'une famille au départ italienne, Markos Filippos Zallonis ou Zallony (1782-1850) avait accompagné le prince Alexandre Soutsos, hospodar de Moldavie (1758-1821) lors de son exil à Rhodes en 1802 ; il se fit surtout connaître par ses ouvrages sur les populations orthodoxes de l'Empire ottoman, et spécialement par sa diatribe contre le Phanar (1824). II. JACOMO (Constantin). Thèse pour le doctorat en médecine, présentée et soutenue le 10 août 1838 (1838, 34 pp.). Seulement 2 exemplaires au CCF (BnF et BIUM). L'auteur était originaire de Salonique. III. SIPHNAIOS (P.). Essai sur la fièvre jaune sporadique. Thèse pour le doctorat en médecine, présentée et soutenue le 27 août 1852 (36 pp.). Seulement 2 exemplaires au CCF (BnF et BIUM). L'auteur était originaire de Lesbos (Cyclades)Grèce.

[GUADELOUPE]

Décret de la Convention nationale,

du 31 janvier 1793 (...), relatif aux déportés de la Guadeloupe. Paris, Imprimerie nationale exécutive du Louvre, 1793, in-4, en feuille. 2 pp., ajout manuscrit à la liste des déportés. Applique au convoi partant de Bordeaux sur le navire Saint-Hilaire les mêmes dispositions appliquées aux navires La Demoiselle et La Suzette. Avec une liste des personnes déportées.

[GUADELOUPE]

La Guadaluppa,

la Bassa Terra, la Solfatara e la Punta a Pitre. Istoria, descrizione e tremuoto dell' 8 febbrajo 1843. Naples, Borel et Bompard, 1843, in-12, broché, couverture imprimée. 67 pp., 1 f.n.ch. de table, une planche lithographiée dépliante (vue de Pointe-à-Pitre avant le tremblement de terre). Aucun exemplaire au CCF. Rare notice en italien sur le très fort séisme qui secoua toutes les petites Antilles le 8 février 1843, entre 10 h 30 et 11 h du matin, avec épicentre au Moule, le plus violent connu aux Amériques jusqu'à celui du Chili en 1960 : la violence et l'importance des destructions (Pointe-à-Pitre fut totalement détruite par l'incendie consécutif), jointes à un relai "médiatique" efficace en firent aussi la première occasion d'une aide humanitaire non seulement régionale (États-Unis et Vénézuéla), ou nationale (la métropole, avec publication pendant un an de listes de souscription), mais proprement internationale, qu'atteste à sa manière ce livret diffusé dans le royaume des Deux-Siciles. Très rare.

[GUADELOUPE]

Le Port de la Pointe-à-Pitre

par Adolphe Lara - Armand Raimond - Raphaël Wachter (avec préfaces de F. René-Mével, et Maurice Darchicourt, de Colonia-Club). Paris, Colonia, 1913, petit in-8, broché. 51 pp., illustrations dans le texte et une carte à double page hors-texte. Seulement deux exemplaires au CCF (dont la BnF). Rare plaquette de lobbying commercial : les représentants des "vieilles colonies" (Martinique, Guadeloupe et Guyane) regrettent l'engouement pour les investissements risqués dans les nouvelles possessions françaises d'Afrique, d'Indochine et de Madagascar, opérés selon eux au détriment des établissements plus anciens, et demandent une redirection en leur faveur pour profiter pleinement de l'ouverture prochaine du Canal de Panama, spécialement pour le transit à Pointe-à-Pitre. Le journaliste Hildevert-Adolphe Lara (1876-1937) se consacra au développement matériel et intellectuel de son île depuis qu'il abandonna le barreau en 1899.

[GUADELOUPE] FORCADE (Théodore-Augustin)

Instruction pastorale

et mandement de Mgr. l'Évêque de la Basse-Terre, pour le carême de 1856. Basse-Terre, Imprimerie du Gouvernement, 1856, in-4 de 19 pp., dérel.

[GUANO]

Guano phosphatique et organique

importé par la New-York Guano company des îles Swan et en vente à New-York. Paris, Appay-Simon, [1864?], pet. in-8 de 24 pp., br., couv. bleue impr., pet. pliure. Curieuse plaquette vantant les mérites du guano extrait par cette jeune compagnie des îles Swan, chaîne de trois îles des Caraïbes, au large du Honduras. Des témoignages d'agriculteurs viennent appuyer le discours de la compagnie, ainsi qu'un extrait du Journal d'agriculture pratique, daté du 5 octobre 1863. Bel exemplaire.

[GUATEMALA]

Colonisation dans l'Amérique Centrale et du District de Santo-Thomas de Guatemala

par la Communauté de l'Union. Renseignements généraux. Règlements organiques. Arrêtés royaux et Statuts. Acte de concession du port et du district de Santo-Thomas. Paris, Rignoux, 1843, in-8 de 39 pp., br., couv. impr., rousseurs. Orné des spécimens d'un titre de communauté et d'un titre de propriété.

[GUERRE D'INDÉPENDANCE]

Exposé des motifs de la conduite du Roi,

relativement à l'Angleterre. Lille, Imprimerie de N. J. B. Peterinck-Cramé, 1779, in-4, dérelié. 8 pp. Une des éditions provinciales de ce texte officiel exposant les motifs de l'intervention française aux côtés des insurgents américains et donnant un récapitulatif des démarches entreprises par Louis XVI auprès de la Cour de Saint-James avant le début des hostilités.

[GUERRE DE 1792]

Acte du Corps législatif,

non soumis à la sanction du Roi, qui charge le Roi de repousser par la force des armes, tous les ennemis déclarés de l'Etat. Donné à Paris, le 19 juillet 1792, l'an 4e de la Liberté. Paris, Imprimerie royale, 1792, in-4, en feuille. 2 pp.

[GUERRE DE CORÉE]

Rapport de la Commission scientifique internationale

chargée d'examiner les faits concernant la guerre bactériologique en Corée et en Chine (avec annexes). Pékin, 1952, fort vol. in-8, broché. 2 ff.n.ch., 65 pp., 1 f.n.ch., vi pp. (liste des annexes et documents), pp. 66-649, 1 f.n.ch. d'errata, 105 planches hors texte (2 tableaux dépliants, 21 plans et cartes, 82 vues et reproductions de documents). Étonnant témoignage de l'une des plus importantes manipulations de l'opinion internationale par la Chine et la Corée de Nord, au début de la Guerre de Corée : dès le début de l'année 1952, les officiels nord-coréens et chinois (dont Zhou-Enlai) annoncèrent que l'armée américaine utilisait à grande échelle des "insectes-vecteurs" pour répandre diverses pathologies dans les populations de Corée et de Mandchourie (peste, choléra, etc.). Tout avait été soigneusement mis en scène, comme le démontrèrent définitivement les documents soviétiques publiés en 1998.

[GUERRE DE CRIMEE]

De la Conduite de la guerre d'Orient Expédition de Crimée

mémoire adressé au gouvernement de S.M. l'Empereur Napoléon III par Un Officier général - Deuxième mémoire adressé au gouvernement de Sa Majesté Impériale l'Empereur Napoléon III sur l'expédition en Crimée et la conduite de la guerre d'Orient par un officier général. Bruxelles - Genève, A. Bluff puis Lauffer et Ce, février - mai 1855, 2 opuscules in-8, br. sous couv. imprimées jaune et bleue. 1) 72 pp. - 2) 71 pp. Mémoires sur la guerre de Crimée attribués tantôt à Auguste Tavernier, ancien rédacteur en chef de « La Constitution » du Loiret, à Théodore-François Sterck, ou au prince Napoléon-Joseph-Charles-Paul Bonaparte. Le premier fascicule porte sur la couverture le nom de « H. Fournier », le second celui de « Gaston de Contades », tous deux écrits à la main.

[GUERRE DE L'INDÉPENDANCE]

Estados de la organizacion y fuerza,

de los ejércitos españoles beligerantes en la peninsula, durante la guerra de España contra Bonaparte, arreglados por la seccion de historia militar en 1821. Barcelone, Veuve et fils de D. Antonio Brusi, 1822, in-8, broché, couverture d'attente de papier gris, étiquette de titre postérieure au dos. 257 pp. Aucun exemplaire au CCF. Très rare état des troupes engagées à la fois du côté espagnol et du côté français, dans la lutte au cours de la Guerre de l'Indépendance (1808-1814). Il est composé d'une suite 149 tableaux disposés chronologiquement, depuis l'état des troupes régulières en 1808, avant l'intervention française, jusqu'au 10 mars 1814. Quoique de caractère non officiel, il offre une source indispensable à l'historien de la période.

[GUERRE DE LA PLATA]

[Adresse]

[Paris], Typographie Bénard, passage du Caire, s.d. [1848], in-4, broché sous couverture d'attente de papier vert. 17 pp. Très rare document qui présente une pétition adressée aux membres de l'Assemblée constituante de la part d'un ensemble de négociants français engagés depuis longtemps dans le commerce avec l'Argentine et lésés dans leurs intérêts par les répercussions du conflit inextricable entre le dictateur Rosas et 'lEmpire du Brésil à propos de l'Uruguay. On trouvera à la suite du texte une double liste de signataires ainsi qu'un Résumé historique de la question française dans La Plata, qui donne une bonne présentation de cette situation embrouillée, du point de vue des négociants .

[GUERRE DE VENDEE]

Décret de la Convention nationale,

du 1er octobre 1793 (...). Contenant une nouvelle organisation de l'armée destinée à combattre les rebelles de la Vendée, sous le nom d'Armée de l'Ouest. Paris, Imprimerie nationale exécutive du Louvre, 1793, in-4, en feuille. 3 pp. Edition originale de cette importante mesure dans la répression de l'insurrection vendéenne. La proclamation finale est sans ambiguïté : "Il faut que les brigands de la Vendée soient exterminés avant la fin du mois d'octobre : le salut de la patrie l'exige ; l'impatience du peuple François le commande ; son courage doit l'accomplir.".

[GUERRE DES BOERS]

Réception des délégués des deux Républiques de l'Orange et du Transvaal,

et du Président de la République sud-africaine. Compte-rendu officiel. Paris, Imprimerie Nationale, 1901, in-4, broché, non coupé, couvertures détachées. VIII et 34 pp., une planche sous serpente. La réception officielle des envoyés extraordinaires des républiques boers en voie d'être vaincues et absorbées par l'agression britannique caractérisée que fut la guerre de 1899-1901 ne se fit le 10 juillet 1900 qu'à l'Hôtel de Ville de Paris, dont la municipalité fraternisait avec la cause des deux Etats.

[GUIBOURG (Achille)]

Relation fidèle et détaillée de l'arrestation de S.A.R. Madame, duchesse de Berry

Nantes, Imprimerie de C. Merson, novembre 1832, in-8, broché, couverture imprimé, défraîchie. 40 pp., une grande planche lithographiée dépliante (intérieur et plan de la mansarde où la duchesse a été arrêtée). L'arrestation de la duchesse de Berry, âme de la résistance de l'ouest au régime louis-philippard, depuis sa rentrée en France, était devenue une priorité pour Thiers, ministre de l'intérieur. Il accepta les conditions exorbitantes du Juif converti Simon Deutz (1802-1844), familier de la princesse, qui indiqua l'endroit où elle se cachait à Nantes. Le jeune avocat nantais qui rédigea cette relation, Achille Guibourg de La Rougeais (1799-1890), se trouvait en compagnie de la duchesse au moment de l'irruption des soldats, et son témoignage est de première main, notamment sur la cachette où la princesse et son entourage immédiat se réfugièrent jusqu'au matin.

[GUILLEMARD]

Cour Impériale d'Alger. Installation de M. Guillemard,

procureur-général impérial en Algérie. Alger, Imprimerie du gouvernement, 1853, in-8 de 15 pp., la couv. sert de titre, , br., couv. bleue impr.

[GUYANE]

Arrêt du Conseil d'État du Roi, Qui prolonge jusqu'au 1er juillet 1792, l'effet des lettres patentes du 1er mai 1768, qui accordoient à l'Isle de Cayenne & à la Guyane Françoise, la liberté de Commerce avec toutes les Nations

Paris, Imprimerie Nationale, 1784, in-4 de 2 pp., dérel.

[GUYANE]

Bulletin officiel de la Guyane Française pour l'année 1827

Cayenne, Imprimerie du Gouvernement, 1827, in-8, br. couv. muette de l'époque. Orné de 3 tableaux repliés, compris dans la pagination. Rare.

[GUYANE]

Lettres patentes du roi,

qui accordent à l'Isle de Cayenne & de la Guyane françoise, la liberté de Commerce avec toutes les Nations, pendant douze ans. Données à Versailles le premier Mai 1768. [Paris, P.G. Simon, 1775], in-4 de 4 pp. avec simple titre de départ, dérel. Wroth et Annan 1779.

[GUYANE]

Ordonnance du Roi

portant application du Code pénal à la Guiane française. Paris, Imprimerie royale, 1828 [1829], in-4, veau blond, dos lisse orné de filets, guirlandes et fleurons dorés, pièce de titre verte en long, filet et guirlande dorés encadrant les plats, tranches dorées [Rel. de l'époque], un mors supérieur fendu, coiffes un peu rognées. 143 pp. Ces dispositions prises en février 1829 complètent le statut général de la colonie réglé par l'Ordonnance du 27 août 1828 (d'où la date du titre), qui forme encore de nos jours le socle de la législation particulière de ce territoire, notamment en ce qui concerne le régime des cultes.

[GUYANE]

Précis historique de l'expédition du Kourou (Guyane française). 1763-1765

Paris, Imprimerie royale, 1842, in-8, demi-veau beige, dos orné, pièce de titre noire [Rel. moderne]. Faux-titre, titre, 79 pp. Édition originale de cet intéressant précis, réalisé par le Ministère de la marine et des colonies, relatant l'échec de la première tentative de colonisation de la Guyane, sur les bords de la rivière du Kourou, organisée dès 1763 pour compenser la perte du Canada.

[GUYANE] VIDAL (Emile-Léon)

De la Colique sèche à la Guyane française et de son étiologie.

Thèse présentée et publiquement soutenue à la Faculté de médecine de Montpellier le 22 décembre 1863. Montpellier, Boehm & fils, 1863, in-8, broché. viii pp., pp. 9-108. Émile-Léon Vidal (1834-1926) était originaire de Trans (Var) ; il ne doit pas être confondu avec son homonyme Émile Vidal (1825-1893), également médecin et membre titulaire de l'Académie de médecine.

[GUYANE] VIRGILE (Philippe-Frédéric)

Dissertation sur la blennorrhagie urétrale chez l'homme ;

thèse présentée et soutenue à la Faculté de médecine de Paris, le 26 août 1834, pour obtenir le grade de docteur en médecine. Paris, Imprimerie de Didot le Jeune, 1834, in-4, dérelié. 19 pp. Seulement 2 exemplaires au CCF (BnF et BIUM). Philippe-Frédéric Virgile (1807-1873) était originaire de Cayenne, d'une "famille de couleur libre" comme on disait, et il exerça la médecine en Guyane après ses études parisiennes ; il était le frère cadet du futur général François-Potin Virgile.

[GYMNASTIQUE]. ROSENBERG (C.)

Le helcomètre, nouvelle machine de gymnastique

inventée et décrite par C. Rosenberg, maître de gymnastique à Genève, accompagnée de notes du Docteur Roche. Genève (et) Paris, Abraham Cherbuliez et Cie, 1845, in-8 de 12 pp., br., non rogné, couv. verte impr., rouss. Première édition, illustrée d'une planche dépliante représentant la machine de musculation à poulies.

[GÉRARD]

Lettre à M. Laurent,

docteur en médecine, membre du Collège de médecine et de la Société libre de Strasbourg. Kehl, Imprimerie de P. Chanson, 1782, in-8, dérelié. 46 pp. Aucun exemplaire au CCF. L'auteur était médecin à l'Hôpital d'Haguenau ; il répond dans cet opuscule à des attaques concernant la diète et les purgatifs.

[HALLDIN (Johan Gustaf)]

Lettre sur la seule explication satisfaisante des phénomènes du magnétisme animal et du somnambulisme,

déduite des vrais principes fondés dans la connoissance du Créateur, de l'homme et de la nature, et confirmée par l'expérience. D'après l'original de Stockholm, Imprimerie royale, 1788, in-8, dérelié, traces d'humidité. XVI et 70 pp. Au CCF, exemplaires seulement à la BnF et Strasbourg. Deuxième édition (la première est de 1787). Disciple de Swedenborg, Johan Gustaf Halldin (1737-1825) explique, au nom de la Société exégétique et philanthropique qui vulgarisait les principes du maître, que les phénomènes en cause ne peuvent s'interpréter que par communication avec les esprits immatériels.

[HAMELIN]

L'Amiral Hamelin.

Biographie maritime. Paris, J. Dumaine, 1865, in-8, dérelié. [2] ff. n. ch. (faux-titre et titre), 99 pp. Absent de Polak. - Parue juste après la mort de l'amiral, cette petite biographie de Ferdinand-Alphonse Amelin (1796-1864) gomme les limites et les aspérités d'un marin qui fit un piètre ministre de Napoléon III (jusqu'en 1860), pour insister sur ses talents proprement militaires.

[HARAS]

Observations sur les haras de la Terre du Pin, et de Pompadour

S.l.n.d., [Vers 1790], in-4, en feuilles. 3 pp. Recommandation concernant la conservation des Haras de Normandie menacés de destruction.

[HARAS]

Proclamation du Roi,

sur le décret de l'Assemblée nationale, du 29 janvier 1790, concernant les haras. Du 31 août 1790. Alençon, Imprimerie de Malassis le Jeune, 1790, in-4, en feuille. 2 pp. Supprime l'institution des haras (comme toute réglementation sur l'élevage des chevaux). Elle sera restaurée en 1806.

[HARAS]

Proclamation du Roi, sur le décret de l'assemblée nationale, du 29 janvier 1790, concernant les Haras.

Du 31 Août 1790. Bordeaux, Michel Racle, 1790, in-4, en feuilles, imprimé sur papier bleuté. 2 pp. non chiffré et 1 f.blanc. Décret abolissant le "régime prohibitif des Haras". In fine: délibéré du département de la Gironde.

[HAVARD (Jean-Alexandre)]

Les Nains célèbres

depuis l'Antiquité jusques et y compris Tom Pouce, par A. d'Albanès et Georges Fath. Illustrés par Edouard de Beaumont. Paris, Gustave Havard, s.d. [1845], in-12, dérelié. 159 pp., figures dans le texte. Frère de l'éditeur Gustave Havard, Jean-Alexandre Havard signait généralement ses productions du pseudonyme d'Albanès ; quand à Georges Fath (1818-1900), c'était un publiciste spécialisé dans la comédie, les feuilletons et la littérature enfantine. Ici, ils proposent une série d'anecdotes plus ou moins sûres concernant les nains des Grands : un joli ensemble de personnages minuscules, dont certains dotés de "pouvoirs" : Philétas le grec, Jeffrey Hudson le favori de Henriette-Marie épouse de Charles I d'Angleterre, ou Charles Sherwood Stratton alias "Tom Thumb" (1838-1883) qui devint l'attraction principale du cirque Barnum.

[HAÏTI]

Loi qui règle les droits des douanes sur le commerce extérieur,

et relative aux mouvemens du cabotage sur les côtes de la république. Paris, Librairie de l'Industrie et chez Renard, 1825, in-8 de 64 pp., br., couv. beige impr., non coupé, quelques rousseurs. A échappé à Sabin. Bon exemplaire.

[HAÜY (René-Just)]

Instruction sur les poids et mesures républicaines,

déduites de la grandeur de la terre, uniformes pour toute la République, et sur les calculs relatifs à leur division décimale ; par la Commission temporaire des poids et mesures républicaines, en exécution des décrets de la Convention nationale. Paris, Imprimerie du dépôt des lois, an II [1793], in-8, basane fauve mouchetée, dos lisse orné de filets dorés, pièce de titre cerise, tranches jaunes [Rel. de l'époque], dos frotté. xxxij pp., 196 pp., 16 ff.n.ch. (Tables de conversion). Edition originale de l'une des premières publications de la commission nommée par l'Académie des Sciences pour instaurer le nouveau système décimal, et dont faisaient partie Borda, Lagrange, Laplace, Monge, Condorcet, Haüy, etc… Les tables imprimées à la fin permettent de "réduire les anciennes Mesures de longueur, de superficie, de capacité & les anciens Poids, en Mesures & Poids du nouveau système décrété par la Convention nationale". Le physicien, cristallographe et minéralogiste René-Just Haüy [1743-1822], ordonné prêtre en 1770, avait refusé d'adopter la Constitution civile du clergé sous la Révolution, ce qui lui valut d'être arrêté en 1792 ; son ancien élève Etienne Geoffroy Saint-Hilaire le fit libérer. Relié à la fin : Avis sur les corrections de nomenclature à faire dans cette instruction, en conséquence de la loi du 18 germinal an III [7 avril 1795]. Paris, Imprimerie de la République, germinal an VI [avril 1798], 8 pp., une planche dépliante hors texte.

[HECQUET (Philippe)]

Réflexions sur l'usage de l'opium,

des calmants, et des narcotiques, pour la guérison des maladies. En forme de lettre. Paris, Guillaume Cavelier fils, 1726, in-12, demi-basane brune, dos à nerfs fleuronné, pièce de titre fauve, tranches mouchetées [Rel. du XIXe s.]. 4 ff. n. ch., 374 pp., 7 ff. n. ch. de table. Quérard IV, 51. Blake 202. Édition originale. "Stahl et Hofmann rejetaient trop exclusivement l'opium ; Hecquet s'attache à prouver qu'on peut tirer un grand avantage de ce médicament toutes les fois qu'il est nécessaire de distendre la fibre et de favoriser le jeu de la trituration" [Quérard]. Sur la notion de "trituration gastrique" et la polémique qu'elle a entraîné au XVIIe siècle, voir Bariéty et Coury, Histoire de la médecine, pp. 479 et 521. Philippe Hecquet (1661-1737), célèbre médecin parisien proche de Port-Royal, mais opposé à la réalité des convulsions, légua 1600 livres qui formèrent le noyau initial de la bibliothèque de la faculté de médecine de Paris.

[HENRIQUE (Louis)]

Les Colonies françaises.

Notices illustrées publiées par ordre du sous-secrétaire d'Etat des colonies sous la direction de M. Louis Henrique, commissaire spécial de l'Exposition coloniale. - La Guadeloupe. Paris, Quantin, s.d. [1889], in-16, demi-toile chagrinée de l'éditeur, dos lisse muet, titre poussé au centre du plat supérieur. 2 ff. n. ch., 143 pp., illustrations en noir dans le texte, une carte dépliante hors texte. Un des 15 petits volumes publiés à l'occasion de l'Exposition coloniale jointe à l'Exposition universelle de 1889, pour faire connaître les différentes possessions françaises.

[HERSCHEL (John)]

Découvertes dans la lune,

faites au Cap de Bonne-Espérance. Traduit de l'américain de New-York, septembre 1835. Paris ; Lyon, L. Babeuf ; Ayné, 1835, in-8, cartonnage Bradel de papier marbré moderne, pièce de titre en long. viiii et 56 pp. Traduction française de l'article du New York Sun, intitulé Great astronomical discoveries lately made by Sir John Herschel, et paru en août 1825, et de la matière des cinq articles suivants. L'attribution à l'astronome John Herschel (1792-1871) de cet immense canular astronomique est évidemment supposée : l'ouvrage a été rédigé en réalité par le journaliste du New York Sun, Richard Adam Locke (quoiqu'il n'en avouât jamais la paternité), qui avait eu l'occasion de couvrir les observations réellement effectuées sur le ciel austral par Herschel de 1834 à 1838 à partir de l'observatoire du Cap de Bonne-Espérance. Il imagina alors une mystification, qui fit de nombreuses dupes (y compris le socialiste Victor Considerant, qui publia dès 1836 une édition commentée de ce texte) : il s'agissait de décrire les "habitants de la lune", leurs moeurs, apparence, coutumes, environnement, etc. En dépit d'une préface au ton globalement satirique, qui était censée donner la puce à l'oreille des avertis, l'invention connut un réel succès ; il fallut attendre plusieurs semaines avant que le pot aux roses ne fût découvert, et le Sun ne donna jamais de démenti.

[HOCQUART (Edouard-Auguste)]

Règles du jeu de bésigue

à 2, 3 et 4 joueurs, et à 1, 2, 3 ou 4 jeux de cartes ; par M. X .... Paris, Théodore Moronval, s.d. [vers1840], in-18, cart. moderne de papier brique, dos lisse, pièce de titre en long. 12 pp. Un seul exemplaire au CCF (BnF). L'attribution de cette notice fort rare au libraire, polygraphe et publiciste Édouard Hocquart (1789-1870) provient d'un exemplaire du Worldcat. Originaire du Mexique, le bésigue est encore très prisé dans ce pays ; en France, sa vogue ne dépassa pas le XIXe siècle. Bon exemplaire.

[HOFFMAN (Karol Boromeusz Aleksander)]

La Nationalité polonaise détruite.

Lettre d'un Polonais adressée aux députés de la France. Paris, Hector Bossange, Heideloff et Campé, 1832, in-8, dérelié. 48 pp. Rare. Le jurisconsulte Karol Boromeusz Hoffman (1798-1875) avait pris une part active au soulèvement de 1831 contre la Russie ; après l'échec de ce dernier, il émigra d'abord à Dresde, puis à Paris en 1832, avant de regagner Dresde en 1848. Pendant son séjour français, il rédigea plusieurs opuscules politiques en défense de sa nationalité menacée d'absorption par la Russie.

[HOLLINGSWORTH (Samuel)]

Relation de l'état actuel de la Nouvelle-Ecosse.

Traduit de l'anglois par F. Soulès. Edimbourg [Paris], William Creek [Lagrange], 1787, in-8, dérelié. 2 ff. n. ch., 140 pp. Sabin 32 545. Première édition de la traduction française de An account on the present state of Nova Scotia (1786). Les pp. 31 à 39 concernent les pratiques de pêche.

[HOMÉOPATHIE]

Statuts du dispensaire homoeopathique de Lyon

Roanne, Marion et Vignal, 1869, in-8, broché, couverture verte imprimée. 15 pp. Rare plaquette autorisant le docteur Lembert à créer une "société de bienfaisance (...) sous le titre: Dispensaire Homoeopathique, (ayant) pour but immédiat de donner gratuitement des secours médicaux et même extra-médicaux à tous les malades nécessiteux indistinctement dans les limites de ses ressources pécunaires et personnelles".

[HONGRIE]

De l'Intervention russe en Hongrie

[Paris], Imprimerie de Guiraudet et Jouaust, s.d. [1849], in-8, dérelié. 16 pp. Un seul exemplaire au CCF (Troyes). Il semble bien que ce texte anonyme n'ait, en dépit de la similitude de titre, rien à voir avec l'opuscule du comte Laszlo Teleki (1811-1861, en deux parties de 44 pp.). Le sujet, lui, est en revanche similaire : la main-forte portée par Nicolas Ier à l'Autriche pour venir à bout de la rébellion hongroise de 1848.

[HORDT (Le comte J. L. von)]

Mémoires d'un gentilhom[m]e suédois

écrits par lui même dans sa retraite, l'année 1784. A Berlin, Chez S. Pitra, 1788, in-8, cart. papier gris, pièce de titre rouge au dos, non rogné [Rel. de l'époque], mors un peu frottés, conservé dans une boîte moderne de papier vert. 4 ff.n.ch. pour le titre gravé et la dédicace de l'éditeur à Frédéric Henri Louis de Prusse, 365 pp. et 1 f. blanc. Quérard IV, 138. NUC: 3 exemplaires. Édition originale, rare. Rédigés en français par J.A. Borelly (une traduction allemande de G.W. Bartoldy a paru en même temps che le même éditeur), ces agréables mémoires sont l'oeuvre du général suédois Johann Ludwig von Hordt [1719-1778]. On y trouve, pp. 117-119, le récit d'une rencontre avec Jean-Jacques Rousseau à Amsterdam. Après avoir embrassé la carrière des armes, Hordt "joua un rôle des plus actifs à l'époque de la révolution de 1756, qui restreignit considérablement l'autorité royale sous Adolphe-Frédéric, se vit contraint de quitter la Suède pour échapper à la peine capitale qu'il avait encourue, comme membre d'une conjuration formée contre le gouvernement sénatorial, et se rendit alors en Prusse. Frédéric le Grand l'accueillit favorablement, et lui donna un commandement dans ses armées. Hordt se conduisit avec distinction pendant la guerre de Sept ans, et fut chargé ensuite d'accompagner le prince Henri de Prusse dans ses voyages en Russie". Cf. Larousse. Très bel exemplaire à l'état de parution: non rogné et dans son cartonnage d'origine.

[HORLOGERIE]

La Commission d'agriculture & des arts aux citoyens administrateurs de district

S.l. , s.d. [juin 1794], petit in-4, en feuilles. 8 pp. Sur la fondation de la Manufacture française d'horlogerie, fondée à Besançon, et recevant la dénomination d'Horlogerie nationale : la Révolution vit affluer à Besançon et dans la région des familles d'horlogers (400 à 700 personnes) provenant des cantons suisses, de Genève, de la principauté de Neuchâtel, de Porrentruy, de Montbéliard et de Savoie ; la plupart étaient attirés par les facilités (subventions, locaux) que la Convention avait décidé de leur procurer pour leur établissement dans la région. Ce fut là l'origine de la spécialisation industrielle de la région, qui devait durer plus d'un siècle.

[HORNOT (Antoine)]

Anecdotes américaines,

ou Histoire abrégée des principaux événements arrivés dans le Nouveau Monde, depuis sa découverte jusqu'à l'époque présente. Paris, Vincent, 1776, fort vol. in-8, veau fauve moucheté, dos à nerfs cloisonné et fleuronné, pièce de titre cerise, encadrement de simple filet à froid sur les plats, tranches mouchetées de rouge [Rel. de l'époque], accroc en coiffe inférieure. xv et 782 pp. Sabin 33039. Rodrigues 180. Borba de Moraes I, 348. Brunet 28498. Édition originale. Contient la chronologie des principaux événements survenus en Amérique, au Brésil et aux Antilles. L'ouvrage s'arrête aux prémices de la guerre d'indépendance américaine. Copieux index alphabétique i"in fine".

[HOTEL CRILLON]

Hotel de Crillon,

place de la Concorde, Paris. [Paris, Tolmer, vers 1950], in-4 de 15 pp., br., couv. papier gaufré crème décorée à froid d'une façade à l'antique en relief, titre en noir et bistre. Jolie plaquette imprimée sur papier vélin Lana. Cette histoire du palais Crillon est illustrée dans le texte de dessins dorés et de 9 photographies en noir, contrecollées (vues des salons, cour intérieure, restaurant et grill-room de l'hôtel moderne).

[HOZIER (Ambroise-Louis-Marie d')]

Indicateur nobiliaire,

ou Table alphabétique des noms des familles nobles, susceptibles d'être enregistrées dans l'Armorial général de feu M. d'Hozier, dont une nouvelle édition est sous presse à l'Imprimerie royale. Paris, Imprimerie de Doublet, 1818, in-8, broché sous couverture verte imprimée. 264 pp., texte sur deux colonnes. Saffroy III, 34 206. Unique édition de cet index préparé en vue d'une nouvelle édition de l'Armorial général, qui ne vit jamais le jour : il répertorie les familles subsistantes de la noblesse sous la Restauration, accompagnées de leur nom de terre, ce qui le rend pratique à la fois pour chaque famille en particulier, et pour avoir une idée de ce qui restait du second Ordre après la tourmente révolutionnaire.

[HUANG (Juansheng)]

Origine et évolution de l'écriture hiéroglyphique et de l'écriture chinoise,

par Won Kenn . Lyon ; Paris, Imprimerie Bosc frères & Riou ; Paul Geuthner, 1926, in-8, broché, un peu défraîchi. 95 pp. Edition originale (l'ouvrage connut une seconde édition en 1939) de cette intéressante comparaison de deux systèmes graphiques à base idéogrammatique, cependant très différents l'un de l'autre. Natif de Canton, Huang Juansheng, dont le nom de plume était Won Kenn (1900- ?) fit ses études à l'Université de Lyon. Il fut de surcroît un des promoteurs de l'espéranto.

[HUET (Pierre-Daniel)]

Mémoires sur le commerce des Hollandois,

dans tous les Etats et Empires du monde. Où l'on montre quelle est leur manière de le faire, son origine, leurs grands progrès, leurs possessions & gouvernement dans les Indes. Comment ils se sont rendus maîtres de tout le commerce de l'Europe. Quelles sont les marchandises convenables au trafic maritime. D'où ils les tirent, & les gains qu'ils y font (...). Nouvelle édition augmentée de plusieurs mémoires, & du tarif général d'Hollande. Amsterdam, Du Villard, Changuion, 1718, in-8, basane fauve marbrée, dos à faux-nerfs orné de filets, guirlandes et fleurons dorés, pièce de titre cerise, tranches rouges [Rel. de l'époque], accroc à un coin. xvi, 215, [9] et 104 pp. Sabin 47557. Cioranescu 35613. Kress 3019. Manque à Goldsmiths & Einaudi. Voir INED 2306 pour le "Grand trésor historique et politique du florissant commerce des Hollandois" de 1712. Troisième édition, et la seconde sous ce titre. L'auteur est le célèbre érudit Pierre-Daniel Huet (1630-1721), évêque d'Avranches. L'ouvrage a d'abord paru en 1712 sous un autre titre: Le Grand trésor historique et politique du florissant commerce des Hollandois dans tous les États et empires de ce monde. Le commerce de la Hollande est pris à titre d'exemple "pour réveiller le commerce de la France et le faire prévaloir sur tout autre". Cf. INED. Commerce de l'Europe, origine et causes du grand commerce des Hollandais, commerce dans le Nord, Moscovie et Norvège, Mer Baltique, Elbe, Wezer, Rhin, Meuse, Pays-Bas espagnols, Angleterre, France, Espagne, Méditerranée, Italie, Asie, Compagnie hollandaise des Indes Orientales (pp. 187 à 239), "Rapport fait aux Estats Genéraux des Provinces-Unies, par le Commandeur de la derniere flote venuë des Indes Orientales très-richement chargée" (Banda, Amboina, Ternate, Macassar, Timor, Siam, Japon, Chine, Tonquin, Malacca, Sumatra, Padangue, Bengale, Coromandel, Ceylan, Malabar, Surate, Perse, Batavia, Bantan).

[HUILE]

Huile oeconomique à brûler

S.l. [Paris], s.d. [XVIIIe siècle], in-12 oblong (13 x 21 cm), en feuille. Petit prospectus commercial aux indications réduites à l'essentiel, ce qui est reposant alors que nombre de ces "réclames" ont tendance à se montrer bavardes, du XVIIIe à la fin du XIXe siècle : énoncé du produit (huile clarifiée) ; lieu de vente (le Bureau des Fosses vétérinaires, rue de la Verrerie) ; prix (neuf sols la livre). Et c'est tout. L'adresse donne cependant une petite indication de la date : ce n'est qu'avant les lettres-patentes de 1780 que les fosses vétérinaires (qui recueillaient les carcasses des animaux équarris) durent se tenir en-dehors de la capitale, à bonne distance des habitations. La rue de la Verrerie est au centre des quartiers de la rive droite (Les Halles), et donc notre imprimé est plutôt datable des années 1760.

[HUSSON (Nicolas)]

Suite des expériences faites avec l'eau médicinale

Bouillon, Imprimerie de J. Brasseur, s.d. [1783], in-8, cartonnage d'attente, papier marbré de l'époque, dos défraîchi, cachets. 7 ff.n.ch. (titre, avertissement), pp. 13-79. Deuxième pièce d'un ensemble de quatre, publiées par un officier de l'armée royale de 1783 à 1788, et portant sur un remède propre à guérir nombre de pathologies, préparé à partir d'une plante dont il ne voulut évidemment pas donner le nom. La substance fut à la fois immensément décriée comme un purgatif trop violent et louée, y compris par des praticiens, parce qu'elle semblait apporter un soulagement aux goutteux. Une analyse menée par Cadet et Parmentier ne permit pas de déterminer quel végétal entrait dans sa composition. Né à Sedan en 1714, Nicolas Husson avait pris sa retraite du métier des armes dès 1743 et se consacra désormais aux recherches botaniques et médicales ; on dit qu'il usait quotidiennement de son spécifique ; en tout cas, cela ne lui nuit point, puisqu'il mourut en 1813 à l'âge de quatre-vingt-dix-neuf ans ...

[HUZARD (Jean-Baptiste)]

Instruction sommaire sur la maladie des bêtes à laine appelée pourriture

[Paris], Imprimerie de Madame Huzard, mars 1822, in-8, broché sous couverture d'attente de papier bleu, mouillure claire angulaire. 16 pp. Seconde édition (la première est de 1817). Cet opuscule signé Huzard et Alexandre-Henri Tessier (inspecteur général des bergeries royales) connut également de très nombreuses impressions départementales, généralement commanditées par les préfectures.

[HÔPITAL-GENERAL]

Lettres patentes du Roi,

portant prorogation, pendant trois ans, des droits d'octrois accordés à l'Hôpital Général & à celui des Enfans-trouvés de la ville de Paris. Données à Versailles le 22 juillet 1780. Registrées en Parlement le vingt-cinq juillet mil sept cent quatre-vingt. Paris, P.-G. Simon, 1780, in-4, dérelié. 7 pp. Par privilège, l'Hôpital-Général de Paris (qui était une institution d'assistance et non hospitalière au sens moderne) bénéficiait à la fois de l'exemption des droits d'entrée sur les denrées nécessaires à son fonctionnement, et percevait une partie des droits d'octroi prélevés par le trésor royal.

[HÔPITAUX MILITAIRES]

Ordonnance du Roi,

portant règlement général concernant les hôpitaux militaires. Du 2 mai 1781. Paris, Imprimerie royale, 1781, in-folio, dérelié, manque de papier au dernier feuillet. 2 ff.n.ch., 110 et iv pp., 16 ff.n.ch. (tableaux et états). Très importante ordonnance, la dernière à régler le statut et l'activité des hôpitaux militaires avant la Révolution, et complétant ou modifiant les dispositions de l'Ordonnance du 4 août 1772, donnée par Louis XV. En France, l'ébauche d'un service de santé des armées remonte à un édit de Louis XIV pris en janvier 1708, en pleine Guerre de Succession d'Espagne.

[HÔPITAUX MILITAIRES]

Règlement fait par ordre du Roi,

concernant les trois amphithéâtres établis dans les hôpitaux militaires de Strasbourg, Metz & Lille. Du 26 février 1777. Paris, Imprimerie royale, 1777, in-4, dérelié. 12 pp.

[ILE BOURBON]

L'esclavage à l'île Bourbon

(titre au dos de la reliure). Manuscrit. S.l.n.d., [vers 1825], 2 parties en 1 volume petit in-folio (31,2 x 20,5 cm) comprenant 2 cahiers numérotés 3 et 4 pour la première partie et 7 ff. numérotés 7 à 12 et 14, 2 ff.n.ch. pour la seconde, soit 26 pp. manuscrites au total, avec ratures et corrections, cartonnage moderne brun-rouge, pièce de titre de chagrin noir . Fragment d'un manuscrit plus important consacré à l'esclavage sur l'île Bourbon (La Réunion). Probablement destiné à une publication, il a été rédigé par un habitant de l'île ayant une bonne connaissance des mécanismes de la traite et de la pratique de l'esclavage. À cette époque, la traite des Noirs, interdite depuis 1817 par une ordonnance royale, continuait d'exister dans les colonies françaises; elle ne sera véritablement réprimée qu'à partir de la fin des années 1820. La première partie (8 pp.) traite du marronnage des esclaves, des punitions, des travaux imposés aux femmes enceintes ou qui viennent d'accoucher, de l'appartenance des enfants au maître de la mère, du coût d'un esclave né sur place par rapport à celui d'un esclave importé dans la colonie, du système d'imposition des planteurs basé sur les "têtes d'esclaves", du mariage entre les esclaves, pratiquement impossible tant qu'ils ne seront pas émancipés, le mari et la femme appartenant le plus souvent à deux maîtres différents, d'une prime que le gouvernement pourrait attribuer aux propriétaires qui élèveraient le plus d'enfants, de l'affranchissement que l'on pourrait accorder aux femmes ayant mis au moins six enfants au monde, etc. Dans la seconde partie (18 pp.), l'auteur étudie la population esclave. Il souligne d'abord la difficulté d'évaluer cette dernière, malgré l'obligation faite aux colons de déclarer annuellement le nombre et les mouvements de leurs esclaves, sachant que ces déclarations, qui doivent servir de base aux contributions, sont volontairement minorées : "L'administration avait connaissance de cette fraude, mais il lui eut été difficile d'en acquérir la preuve légale et de la réprimer… il eut été très impolitique de pousser les recherches inquisitoriales à ce sujet, au point d'appeler des esclaves en témoignage contre les maîtres…" (p. 11). Il constate que seuls les esclaves travaillent la terre pour le compte d'un propriétaire, les blancs et les créoles ne la travaillant que pour leur propre compte. Il est ensuite question de la traite des esclaves : "Les esclaves introduits dans l'île de Bourbon y sont amenés de la côte est de l'Afrique, de l'île de Madagascar, et de la côte ouest de la presqu'île de l'Inde appelée côte Malabar. Les Nègres proprement dits, ou les Africains sont vendus par des marchands d'esclaves qui vont les chercher dans l'intérieur. [Ils] les vendent ensuite aux Européens s'il se trouve des bâtiments sur la côte, ou les livrent à Mozambique et à Zanzibar aux Portugais et aux Arabes. Ceux-ci gardent le meilleur pour leur usage et revendent le surplus quand l'occasion se présente… Afin d'en tirer le meilleur parti… ils les menacent de les vendre aux Européens en leur assurant que les Blancs ne les achètent que pour les tuer et les manger. Lorsque ces malheureux sont à bord des bâtiments destinés à les transporter dans les colonies, la crainte qui leur a été inspirée par les Arabes les porte à se révolter… " (pp. 17-18). L'auteur ajoute : "J'ai connu un commerçant dont le bâtiment pouvait porter quatre cents esclaves, et qui a fait plusieurs voyages de traite sans être obligé de mettre ses Nègres aux fers. Dans l'un de ses voyages, sur 407 esclaves embarqués à la côte d'Afrique, il n'en a perdu que 4 et la traversée avait été de près de trois mois. Cet avantage était dû à un seul homme, esclave lui-même, mais de race arabe et qui servait comme domestique. Les Nègres rassurés par cet homme de leur couleur avaient en lui la plus grande confiance [et] ne songeaient pas à se révolter… Cet Arabe était fils d'un prince des îles d'Anjouan, il avait été fait prisonnier par les Madécasses et vendu par eux comme esclave…" (p. 18). La suite est consacrée aux Madécasses, qui font des incursions aux Comores pour y prendre des esclaves, aux Indiens, qui sont enlevés à la côte Malabar, et aux Cafres, qui proviennent de la côte d'Afrique pour être vendus à Madagascar : "On amène [les Cafres] sur des bâtiments qui n'ont que le canal Mozambique à traverser… Pour se rendre de l'endroit où ils ont été débarqués, dans les établissements de la côte est dont Foulpointe et Tamatave sont les plus considérables pour le commerce, ils traversent à pied et sans chaînes l'île de Madagascar…" (p. 20). Il conclut : "Dans l'état actuel des colonies françaises, on ne peut compter, pour la culture des terres et les travaux qui en dépendent, que sur la population esclave" (p. 22). Enfin, l'auteur étudie l'évolution prévisionnelle de cette population : partant d'un total de 95000 esclaves en 1822, il arrive, par un calcul, à 27622 quinze ans plus tard; en utilisant la table de mortalité de Duvillard, il parvient à un résultat différent (pp. 23-26). Ce manuscrit est contemporain de l'ouvrage de Pierre Philippe Thomas intitulé : Essai de statistique de l'île de Bourbon, Paris, 1828, 2 vol. in-8, qui obtint le prix de statistique décerné par l'Académie royale des sciences (Ryckebusch, 7777), mais la rédaction est très différente. Précieux témoignage sur la pratique de la traite et l'esclavage à l'île Bourbon .

[ILE MAURICE - COMMERCE]

A Monsieur le Cher. D'Entrecasteaux,

Brigadier des Armées navales, Gouverneur général des Isles de France et de Bourbon, et autres Isles voisines; et à Monsieur Motais de Narbonne, Commissaire général de la Marine, faisant fonctions d'Intendant aux Isles de France et de Bourbon, et Président du Conseil Supérieur de l'Isles-de-France. Paris, Imprimerie de Monsieur, 1789, in-4 de 10 pp., 1 f.n.ch., br. Mémoire en date du 3 septembre 1788 des colons et des négociants de l'Ile Maurice contre la restauration du privilège exclusif accordée en avril 1785 à la Compagnie des Indes orientales. L'édition originale est parue l'année précédente à l'Isle de France (cf. Toussaint-Adolphe 121).

[ILLUSIONNISME]

Banque des soirées fantastiques

S.l., s.d. [vers 1860], in-12 oblong (14 x 24 cm), en feuille. Curieuse pièce lithographiée sur papier pelure, signé de Robert-Houdin et de Hamilton, formant un ticket d'entrée contrefaisant un billet de banque : "Venez nous voir cinq cents fois. Avec ce billet, en passant au contrôle, il ne sera perçu que 1 f 50 - 3 f et 4 f par personne". Il s'agissait en fait d'un faux billet de banque lithographié, illustré de diverses vignettes et servant de prospectus publicitaire aux spectacles de Robert-Houdin, selon un modèle qui a servi pour plusieurs illusionnistes de l'époque (Louis Courtois, Philippe Talon).

[IMPRESSION DE NEUCHÂTEL]. FAVRE (Pierre-François)

Lettres édifiantes et curieuses sur la visite apostolique de M. de La-Baume,

évesque d'Halicarnasse à la Cochinchine en l'année 1740. Où l'on voit les voyages & les travaux de ce zélé prélat, la conduite des missionnaires Jésuites & de quelques autres, avec de nouvelles observations, &c. Venise [= Neuchâtel] [puis :] Avignon, frères Barzotti, 1753, 3 tomes en un fort vol. in-12, basane fauve mouchetée, dos à nerfs cloisonné et fleuronné, pièces de titre et de tomaison, tranches mouchetées [Rel. de l'époque], coiffe supérieure rognée. titre, 8 pp., pp. 3-280, 246 pp., un f. n. ch. d'errata, titre, 4 pp., pp. 3-224. Le troisième tome comporte un titre spécifique : Premier mémoire apologétique pour messire Pierre-François Favre, (...) appellant des sentences de M. l'évêque de Lausanne. Cordier, Indosinica, 1931. Seconde édition (la première est de 1746, au format in-4) de cet ouvrage parodiant le titre des relations jésuitiques, et qui fut interdit par l'évêque de Lausanne, Joseph-Hubert de Boccard, puis brûlé de la main du bourreau par ordre du gouvernement du canton de Fribourg. Ordonné prêtre par l'archevêque d'Avignon en 1731, Pierre-François Favre (1706-1795), clerc d'humeur querelleuse et procédurière, avait accompagné l'évêque d'Halicarnasse (Elzéar-François de La Baume des Achards) dans sa visite apostolique très chaotique des missions de l'Annam, de la Cochinchine et du Cambodge (1738-1742), où il fut en butte à l'hostilité la plus violente des Jésuites et des autres missionnaires inféodés à la Compagnie. A son retour, il fut nommé à Rome procureur général des missions étrangères de Paris, protonotaire apostolique et chevalier de l'Eperon d'or. Relié entre les tomes II & III, du même auteur : Lettre d'un Francomtois à un prélat d'Italie, au sujet d'un livre intitulé : Lettres édifiantes et curieuses (...). S.l.n.d. [1746], 14 pp.

[IMPRESSION BISONTINE]. ORIVAL (Claude-François d')

Commentaire sur les usages et coûtumes de Besançon

Besançon, Imprimerie de Claude Rochet, et de François-Joseph Daclin, 1721, in-4, basane fauve marbrée modeste, dos à nerfs fleuronné, tranches mouchetées de rouge [Rel. de l'époque], coiffe supérieure rognée, coins abîmés. 4 ff. n. ch. (titre, dédicace), pp. ix-xxij, 2 ff. n. ch., 172 pp., 2 ff. n. ch. de privilège. Perrod, 1714. Gouron & Terrin, 493. Unique édition de cet important ouvrage, lequel présente le mérite de reproduire le texte de la coutume propre à Besançon, laquelle diffère en plusieurs points de celle de la Franche-Comté de Bourgogne. L'avocat Claude-François d'Orival fut vicomte-mayeur de Besançon en 1703.

[IMPRESSION BORDELAISE]

Union vinicole.

Assemblée générale des délégués des départemens, tenue à Bordeaux les 24, 25 et 26 octobre 1844. Bordeaux, Imprimerie d'Aurélien Castillon, 1844, in-8, broché sous couverture jaune imprimée. 2 ff.n.ch., 176 pp. Un seul exemplaire au CCF (BnF). Ces assemblées générales se tinrent les années 1843, 1844 et 1845. Créée en 1843 à l'initiative d'Armand Dupérier de Larsan (1799-1885), l'Union nationale des viticulteurs s'engagea résolument sur la voie du libre-échange.

[IMPRESSION BORDELAISE]. - FLOUCH (Fleury)

Fables nouvelles

Bordeaux, Imprimerie de Henry Faye, 1840, in-8, broché sous couverture jaune imprimée. 2 ff.n.ch., pp. 5-38, 1 f.n.ch. de table. Un seul exemplaire de ce recueil au CCF (BnF) ; il ne doit pas être confondu avec le supplément de 17 pp., du même auteur, paru également à Bordeaux en complément, et qui commence par la pièce La Boue et le diamant (exemplaires à la BnF et Toulouse). Il est bien difficile de donner le moindre renseignement sur le sieur Flouch, sinon qu'il est l'immortel auteur de Sélim, tragédie en cinq actes (1819), et des Napoléoniennes (1833).

[IMPRESSION BOURGUESANE. - VIVARAIS]

Procès-verbal de l'assemblée générale des trois-ordres du Vivarais,

tenue à Privas les 17, 18, 19 décembre 1789 [sic, pour 1788]. Bourg-Saint-Andéol, Imprimerie de Pierre Guillet, 1789, in-8, dérelié. 148 pp. Au CCF, exemplaires signalés seulement à Montpellier et Grenoble. Rare compte-rendu des délibérations qui précédèrent l'élection des députés du Vivarais aux Etats-Généraux. Avec plusieurs listes de participants (personnes physiques et communautés). Les impressions de Bourg-Saint-Andéol sont assez rares, et le catalogue de la BnF n'en recense pas d'antérieures à 1788, même si l'arrêt du Conseil de mai 1759 en atteste l'existence avant cette date : Pierre Guillet (1733-1816), imprimeur des Etats du Vivarais et de l'évêque de Viviers, fut justement autorisé en 1767 à réintroduire des presses à Bourg, et il y exerça jusqu'au début de 1791, date à laquelle il transféra son atelier à Privas, devenu chef-lieu du département. Il continua cependant à faire tenir ses presses de Bourg par son fils Pierre-Roch Guillet (1775-?).

[IMPRESSION D'AGEN]. BLADE (Jean-François)

Trois nouveaux contes populaires recueillis à Lectoure

Agen, Imprimerie P. Noubel, 1880, in-8, demi-percaline Bradel lie-de-vin à coins, dos lisse orné de filets et fleuron doré, pièce de titre noire, couvertures conservées [Rel. de l'époque], dos décoloré. 32 pp. Tirage limité à 50 exemplaires sur Hollande, hors commerce, numérotés à la main (42/50). Celui-ci étant l'exemplaire personnel de Hauréau. Jean-François-Zéphyrin Bladé (1827-1900), issu de deux générations de notaires, fut abreuvé très jeune de légendes populaires gasconnes par ses nourrices et les servantes de la maison. Aussi est-ce assez naturellement qu'en-dehors de son métier d'avocat puis de magistrat, il s'investit totalement dans la collecte et la publication du folklore gascon, qui demeurera sa meilleure recommandation à la postérité, en dépit des réserves, largement anachroniques d'ailleurs, qui furent émises sur sa méthode de collecte et d'exposition. Relié à la suite, du même auteur : Seize superstitions populaires de la Gascogne. Agen, P. Noubel, 1881, 30 pp. Tirage limité à 50 exemplaires sur papier pur fil, hors-commerce, numérotés à la main (32/50), celui-ci étant également doté d'un envoi à Hauréau. Il est tentant d'assimiler le dédicataire au célèbre érudit Barthélémy Hauréau (1812-1896), quoique ce dernier fût plutôt intéressé par les pays de la Loire, et spécialement le Maine où il exerça ; mais l'attribution est bien sûr possible.

[IMPRESSION D'ALENÇON]

Le Tour de l'Armorique [par Pol].

Récit fantaisiste et sensiblement véridique d'un voyage à pied. Alençon, Ch. Thomas, 1874, in-8, broché, couverture imprimée. 2 ff.n.ch., pp. 5-103. Seulement 2 exemplaires au CCF (BnF et Troyes). Le nom "Pol" n'apparaît que sur la première couverture, et correspond à un des sept voyageurs dont le périple est décrit ("Pol, par abréviation d'un nom abhorré, Pol est professeur de mathématiques"). Unique édition de cette curieuse et vive relation d'un voyage d'étudiants qui se déroula en 1872 et fit visiter à un groupe de jeunes parisiens Saint-Malo, Dinard, Cancale, Vannes, Locmariaquer, Carnac, Quiberon, Auray, Belle-Isle, Quimper, Audierne, Sein, Douarnenez, Landerneau et enfin Brest.

[IMPRESSION D'ALESSANDRIA]. BRAD (Jean-Louis)

L'Italie,

poëme en quatre chants. Alexandrie [Piémont], et se vend à Paris, Luigi Capriolo, Caillot, s.d. [1813], in-8, veau fauve raciné, dos lisse orné de guirlandes, fleurons et semis géométriques, pièce de titre rouge, encadrement de guirlande dorée sur les plats, tranches jaunes [Rel. de l'époque], . 4 ff.n.ch., 103 pp., une collette d'errata contrecollée au verso du dernier feuillet. Quérard I, 491. Unique édition de ce texte peu commun, composé par un chirurgien militaire qui avait fait la Campagne d'Italie. L'impression n'est pas de façon certaine d'Alessandria, encore que d'autres poèmes de l'auteur portent l'adresse de Capriolo (cf. Monglond). "Je chante ce beau ciel et ce climat fertile, / Où nacquirent Titus, Raphaël et Virgile, / Ces lieux où les Romains, fiers enfans du dieu Mars, / Gouvernaient l'univers du haut de leurs remparts, / Où Caton appuyé sur ses vertus austères, / Cultivait la sagesse et le champ de ses pères.".

[IMPRESSION D'ALGER]. ZUHAYR IBN ABI SULMA

La Mo'allaka de Zohair.

Suivie de la Lâmiyya d'Ibn el Ouardi, et de quelques poésies extraites du Divan de 'Ali ben Abi Tâlib (textes publiés avec les voyelles, un commentaire arabe et une traduction littérale en français). Par A. Raux. Alger, Typographie Adolphe Jourdan, 1905, in-8, demi-basane cerise à coins, dos à nerfs muet, couverture conservée [Rel. de l'époque]. titre imprimé et 31 ff. n. ch. en autographie. Traduction française, texte arabe à la suite. Unique édition de cette version française. Poète arabe préislamique, Zuhayr ibn Abî Sulma (530-627) occupe une place centrale dans la littérature arabe, même si sa vie est fort mal connue. Il est l'auteur de l'une des sept Mu'allaqât, ces compilations canoniques de la poésie arabe.

[IMPRESSION D'AMSTERDAM. - TANEVOT (Alexandre)]

Adam et Eve, tragédie nouvelle et lyrique

Amsterdam, s.n., 1752, in-12, basane fauve marbrée, dos lisse orné de filets et fleurons dorés, pièce de titre, tranches rouges [Rel. de l'époque], coiffe inférieure abîmée. titre, 76 pp. Seulement trois exemplaires au CCF (BnF, Lyon, La Rochelle). Cioranescu, 61 366 (pour l'originale). Soleinne, 3150. La première édition est de 1742, à l'adresse d'Amsterdam également. Il existe à la même date une édition parisienne chez Jean-Baptiste Garnier, donnée comme "nouvelle". Alexandre Tanevot ou Tannevot (1691-1773) est un auteur dramatique et librettiste mal connu. Reliées à la suite trois pièces littéraires rares : I. [POISSON (Philippe) :] L'Actrice nouvelle, comédie en un acte. S.l.n.d. [vers 1750], 36 pp., manque la page de titre, interversion des cahiers B et C. - II. Lettre historique sur la mort d'un serin & d'un matou. Paris, Jacques Clousier, 1748, 15 pp. Demeuré anonyme. - III. [DARAINE :] Combats d'esprit. S.l., 1701, 4 ff. n. ch., 43 pp.

[IMPRESSION D'ANGERS. - DURUISSEAU]

Quelques mots sur la culture de l'oranger

Angers, E. Barassé, 1864, in-16, broché. 16 pp. Un seul exemplaire au CCF (BnF). Unique édition, des plus rares, de cette petite introduction sur le développement en France de la culture des orangers. L'auteur était horticulteur à La Chalouère (à côté d'Angers).

[IMPRESSION D'ANGERS. - GODARD-FAULTRIER (Victor)]

Notre-Dame de sous-terre dérobée à Saint-Laud,

le 3 janvier 1849, retrouvée le 5 du même mois. Angers, Georges Pignet, 1849, in-12, broché sous couverture factice muette. 12 pp. Un seul exemplaire au CCF (Lyon). Rarissime occasionnel qui profite d'un larcin commis en 1849 pour revenir sur l'histoire de cette statuette en albâtre vénérée dans cette paroisse d'Angers.

[IMPRESSION D'ANNECY]. JOMARD (Edme-François)

Notice sur la vie et les ouvrages de Cl.-L. Berthollet

Annecy, Imprimerie de Aimé Burdet, 1844, in-8, demi-veau noir, dos lisse orné de filets dorés, coins en vélin, tranches mouchetées [Rel. moderne]. 2 ff.n.ch., 64 pp., XXVIII pp. (Notice sur l'érection à Anneci du monument Berthollet). Unique édition, peu commune. Le grand chimiste Claude-Louis Berthollet (1748-1822) était né à Talloires, sur les rives du Lac d'Annecy, dans le duché de Savoie, ce qui explique l'intérêt que lui porta la ville d'Annecy. Cette notice devait logiquement être rédigée par le dernier compagnon survivant de Berthollet dans la Commission des sciences et des arts de l'Institut d'Égypte, Edme Jomard (1777-1862).

[IMPRESSION D'ANVERS. - BOILEAU (Jacques)]

Dokimastês,

sive De librorum circa res theologicas approbatione, disquisitio historica ; ex antiquis Ecclesiae, augustissimi senatus, & academiae Parisiensis monumentis cum cura & fide expressa. Anvers, Bernhard Salius, 1708, in-12, veau fauve, dos à nerfs cloisonné et fleuronné, pièce de titre cerise, tranches marbrées [Rel. de l'époque], un coin abîmé. 12 ff. n. ch. (titre, prologue, table des auteurs, errata), 144 pp. Cioranescu, XVII, 12 705. Unique édition. L'abbé Jacques Boileau (1635-1716), frère de Nicolas et Gilles Boileau, se fit connaître comme un théologien original et subtil, très attiré par les questions curieuses et marginales de la doctrine ou du droit ecclésiastique. Par prudence, il écrivait soit sous pseudonymes, soit dans un latin élégant et difficile (à quelqu'un lui demandant pourquoi il écrivait souvent en latin : "C'est, dit-il, de peur que les évêques ne me lisent : ils me persécuteraient").

[IMPRESSION D'AVIGNON]. GUISARD (Pierre)

Cheirurgia theorico-practica de vulneribus

Avignon, Marc Chave, 1735, in-12 , broché sous couverture d'attente de papier crème. 2 ff. n. ch., pp. 5-93. Seulement trois exemplaires au CCF (BIUM, Sainte-Geneviève, Charcot). Pas dans Brunet. Quérard ne cite pas cette édition. Pas dans Pansier, Hist. du livre et de l'imprimerie à Avignon. Rare. Pierre Guisard (mort en 1747) est un médecin protestant, né à la Salle dans les Cévennes, qui enseigna à Montpellier. "Guisard simplifie le traitement des plaies […]. On lit dans [son] ouvrage […] des remarques très intéressantes sur la gangrène sèche et sur la gangrène humide" (Portal, Hist. de l'anatomie et de la chirurgie, pp. 52 et sqq.).

[IMPRESSION D'ORANGE]. DERODON (David)

L'Athéisme convaincu :

traité démonstrant par raisons naturelles qu'il y a un Dieu. Orange, et se vend [à Paris], Olivier de Varennes, 1659, in-8, vélin ivoire souple, dos lisse [Rel. de l'époque], coins abîmés. Titre, pp. 3-151. Cioranescu, XVII, 23 795. Haag IV, 230. Très probablement l'édition originale (le catalogue de la Bibliothèque de Genève signalait une édition de 1647, qui semble bien former un fantôme bibliographique). L'ouvrage fut réédité à l'adresse de Genève en 1665, augmenté d'une seconde partie. Né à Die, David Derodon ou de Rodon (1600-1664) fut un théologien calviniste de stricte obédience aristotélicienne et scolastique, ce qui n'était pas si commun, mais surtout amoureux de la disputatio à la mode médiévale, très habile en ce domaine, trop parfois au point où sa pensée exacte est difficile à définir sur nombre de points. Il enseigna la philosophie dans les collèges d'Orange (1640) et de Nîmes.

[IMPRESSION D'ORTHEZ. - LOSTAL (Pierre de)]

L'Avant-victorieux

Orthez, Abraham Royer, 1610, in-8, vélin ivoire souple, dos lisse [Rel. de l'époque], exemplaire un peu déboîté, manque de papier au feuillet de titre avec perte de quelques lettres. 2 ff.n.ch. (titre, dédicace "à la France"), pp. 3-340, 1 f.n.ch. de privilège, manquent le frontispice de Léonard Gaultier (Henri IV à cheval) ainsi que le titre-frontispice ; en revanche, il est normal que le texte commence en page 3, le f. A1 correspondant à la dédicace. Quelques annotations manuscrites anciennes. Brunet IV, 252. Barbier I, 328. Cioranescu, XVII, 43 744. SHF, Hauser, 3252. A la date de 1610, il existe au moins trois tirages différents de cet éloge hyperbolique de Henri IV, dont l'un donne le chiffrage erroné de 347 à la page 340 (pas notre exemplaire). Protestant, Pierre de Lostal avait fait de Henri IV sa divinité : au départ avocat au Parlement de Bordeaux, il était devenu vice-chancelier de Navarre le 18 août 1597.

[IMPRESSION DE BAR-LE-DUC]

Description des ouvrages mécaniques et scientifiques,

exécutés depuis quelque temps par Maurice Oubriot, mécanicien à Revigny. Bar-le-Duc, Typographie de Laguerre, s.d., in-12, en feuilles. 6 pp. Aucun exemplaire au CCF ni au Worldcat. Cet opuscule ressemble à une plaquette publicitaire personnelle en faveur de l'inventeur Maurice Oubriot, horloger-mécanicien à Revigny-sur-Ornain. Né en 1769, il est décrit dans notre texte d'un "âge fort avancé", ce qui doit correspondre à ses 70-80 ans ; il était en tout cas encore vivant en 1844 comme l'atteste une notice du Bulletin de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale. L'amplitude de ses créations donne le tournis : moulins, machines à battre le blé, charrues, horloges, dynamomètre, etc.

[IMPRESSION DE BEYROUTH]

[Album]

Beyrouth, Imprimerie catholique, 1949, in-4, broché sous couverture rempliée, et illustrée en couleurs. 15 ff. n. ch., illustrations en noir et en couleurs (certaines contrecollées), premier feuillet à système présentant une fenêtre à battants mobiles s'ouvrant sur la première illustration en couleurs de l'opuscule (la scène des Rois mages). Il s'agit d'un petit album promotionnel illustrant les ressources typographiques et iconographiques du célèbre établissement beyrouthin, fondé en octobre 1852 avec un matériel typographique importé de Paris (romain et arabe). Cf. L'Imprimerie catholique de Beyrouth et son oeuvre en Orient (1853-1903). Bruxelles, 1903.

[IMPRESSION DE BILBAO]

Kolekzion de fabulas aszétikas

inpresas kon la ortografia fonétika ke oi se usa para el Baskuenze. Bilbao, Inprenta de Euskalzale, 1898, in-16, broché. 15 pp. Absent de Palau. Aucun exemplaire au CCF ni au Worldcat. Rarissime recueil de fables en castillan phonétique : la tentative a pour but de rapprocher la graphie de cette langue de celle utilisé pour l'euskara.

[IMPRESSION DE BIRMINGHAM]. HORACE

Quintus Horatius Flaccus [= Opera]

Birmingham, John Baskerville, 1762, in-12, veau fauve marbré, dos lisse cloisonné et fleuronné, pièce de titre cerise, encadrement de triple filet doré sur les plats, tranches dorées [Rel. de l'époque], des pages roussies. 3 ff. n. ch., 300 pp., 2 ff. n. ch. (erratum, catalogue), frontispice gravé par C. Grignion d'après S. Wale. Brunet III, 321. Edition originale peu commune de cette production, reprise en 1772. C'est l'une des publications de classiques latins données par le célèbre imprimeur et typographe John Baskerville (1706-1775), et la meilleure sortie de ses presses au jugement des amateurs du XIXe siècle. Exemplaire de Devilliers de La Noue, avec vignette ex-libris héraldique gravée par Poletnich, contrecollée sur les premières gardes.

[IMPRESSION DE BODONI]. FIORENTINO (Salomone)

Elegie in morte di Laura sua moglie

Parme, Bodoni, 1801, in-16, cartonnage d'attente de papier marbré de l'époque, mouillures claires . 4 ff. n. ch. (titre, préface), 24 pp. Brooks 809. Aucun exemplaire au CCF. Première édition bodonienne, où se trouve pour la première fois la quatrième élégie (La rimembranza). La première édition semble celle de 1790 à l'adresse d'Arezzo (avec seulement les trois premières élégies : La malattia ; La morte ; La visione). L'oeuvre connut un succès foudroyant. Salomone Fiorentino (1743-1815) fut le premier poète juif de langue italienne à connaître une certaine renommée. Il passa toute sa vie à Florence Via delle Oche.

[IMPRESSION DE BOUILLON. - HUSSON (Nicolas)]

Collection de faits et recueil d'expériences

sur le spécifique et les effets de l'eau médicinale. Bouillon, Imprimerie de J. Brasseur, 1783, in-8, broché sous couverture d'attente de papier crème. titre général, 24 pp. [Récit historique de la découverte et propriétés de l'eau], 104 pp. [Pièces justificatives], un f. n. ch. d'errata. Ne renferme que deux des quatre parties dont se compose l'opuscule, publiées par un officier de l'armée royale de 1783 à 1788, et portant sur un remède propre à guérir nombre de pathologies, préparé à partir d'une plante dont il ne voulut évidemment pas donner le nom. La substance fut à la fois immensément décriée comme un purgatif trop violent et louée, y compris par des praticiens, parce qu'elle semblait apporter un soulagement aux goutteux. Une analyse menée par Cadet et Parmentier ne permit pas de déterminer quel végétal entrait dans sa composition. Né à Sedan en 1714, Nicolas Husson avait pris sa retraite du métier des armes dès 1743 et se consacra désormais aux recherches botaniques et médicales ; on dit qu'il usait quotidiennement de son spécifique ; en tout cas, cela ne lui nuit point, puisqu'il mourut en 1813 à l'âge de quatre-vingt-dix-neuf ans ...

[IMPRESSION DE BOUILLON]. CAMBURAT

Abrégé de la vie et du systême de Gassendi

Bouillon, aux dépens de la Société typographique, 1770, in-12, demi-veau fauve à coins, dos à nerfs orné de filets dorés, pièce de titre prune, tranches marbrées [rel. du XIXe s.]. 2 ff.n.ch., pp. v-xix, 218 pp., 1 f.n.ch. de table. Unique édition de cette monographie qui se concentre surtout sur les idées philosophiques de Pierre Gassendi (1592-1655) et spécialement son paradoxal épicurisme, ainsi que son opposition au rationalisme cartésien.

[IMPRESSION DE BREST]. LE GRANDAIS (Pierre-Marie-François)

Questions et vicissitudes maritimes de l'époque

Brest, Vve J.-B. Lefournier, 1847, in-8, dérelié. 3 ff.n. h., pp. 7-97, 1 f.n.ch. de table. Absent de Polak. Au CCF, exemplaires seulement à la BnF et Avranches. Sur le recrutement et la formation des officiers de marine et des équipages.

[IMPRESSION DE BRUXELLES]. PERRET (Jean-Jacques)

La Pogonotomie,

ou L'Art d'apprendre à se raser soi-même, avec la manière de connoître toutes sortes de pierres propres à affiler tous les outils ou instrumens ; et les moyens de préparer les cuirs pour repasser les rasoirs, la manière d'en faire de très-bons ; suivi d'une observation importante sur la saignée. Bruxelles, B. Le Francq, 1803, in-8, broché sous couverture d'attente, petite réparation de papier au faux-titre. 2 ff. n. ch. pp. v-xiiij, un f. n. ch., 104 pp., 2 planches dépliantes. Une des nombreuses rééditions de cet opuscule tout pratique, publié en 1769. Jean-Jacques Perret (1730-1784) était un barbier et coutelier, qui se spécialisa rapidement dans la coutellerie chirurgicale. Il est l'inventeur (en 1762) du rasoir à rabot, évitant aux débutants de s'entailler le visage.

[IMPRESSION DE BRUYERES. - HUMBERT (Pierre-Hubert)]

Pensées sur les plus importantes vérités de la religion,

et sur les principaux devoirs du christianisme. Adressées par Monseigneur l'Illustrissime & Révérendissime évêque, comte de Toul, Prince du St.-Empire, au clergé séculier, régulier, & aux fidèles de son diocèse. Bruyères [Vosges], Jean-François Vivot, s.d. [1768], in-8, basane fauve modeste, dos lisse cloisonné et fleuronné à froid, étiquette de titre en papier au dos, encadrement de simple filet à froid sur les plats, tranches rouges [Rel. de l'époque], accroc en coiffe supérieure, coins abîmés. 3 ff.n.ch., pp. 7-443, 5 pp.n.ch. de table. Au CCF, seule la BnF signale cette impression de Bruyères pour ce titre (et pour les années 1780 et 1786, avec l'adresse de la veuve Vivot). Rarissime impression de cette petite localité des Vosges, dans laquelle la typographie est si peu documentée que Deschamps niait l'existence de toute presse dans la localité à la fin du XVIIIe siècle. Le bourg possédait cependant plusieurs communautés monastiques, dont un couvent de Capucins, ce qui suffit à expliquer l'existence d'une imprimerie. De fait, originaire du Dauphiné, Jean-François Vivot (1725-1771) exerça successivement à Besançon, Remiremont et Epinal ; puis, il fut reçu officiellement à Bruyères par-devant le lieutenant général de police de Nancy le 16 septembre 1764. Malgré la suppression officielle de son imprimerie (par arrêt du Conseil du 15 juin 1768), il fut autorisé à exercer sa vie durant, ainsi que sa veuve après son décès à Bruyères en avril 1771 (et ce, au moins jusqu'en 1804). Ex-libris manuscrit du père Honoré, capucin .

[IMPRESSION DE BÂLE]. BOUFFLERS (Stanislas-Jean de)

Oeuvres de Boufflers,

l'un des Quarante de l'ancienne Académie française. Seule édition avouée et corrigée par l'auteur, dans laquelle se trouve un grand nombre de pièces inédites. Bâle ; Darmstadt, Schoell et Compagnie ; Nouvelle librairie française, 1803, in-8, basane fauve, dos lisse orné de grecques et de fleurons dorés, pièce de titre, encadrement de simple filet et de palmettes dorés sur les plats, tranches mouchetées de bleu [Rel. de l'époque], reliure très frottée. 2 ff. n. ch., pp. vij-viij, un f. n. ch., 352 pp., un portrait-frontispice à la manière noire. Cioranescu, XVIII, 13 066. Première édition collective reconnue par l'auteur (ce n'était pas les cas de celles de 1780 et 1781), parue l'année même où Stanislas-Jean de Boufflers (1738-1815) réintégra son fauteuil de l'Académie française ; le fringant militaire et versificateur de la fin du XVIIIe siècle n'était plus guère alors que l'ombre de ce qu'il avait été. Exemplaire de Barthélémy Beau, avec vignette ex-libris contrecollée sur les premières gardes.

[IMPRESSION DE CAEN. - GUEUDEVILLE (Victor)]

Voyage à la foire de Caen

Caen, G. Le Roy, an VIII [1800], in-16, en feuilles, cousu. 2 ff.n.ch., pp. 5-22, 1 f. vierge, annotations manuscrites d'époque sur le feuillet de titre, indiquant notamment le nom de l'auteur. Absent de Frère. Un seul exemplaire au CCF (Caen, avec une note manuscrite identique à la nôtre). Rarissime fantaisie décrivant avec humour une séance de "shopping" à la foire de Caen, en compagnie de dames très acheteuses. En effet, son auteur, le médecin Victor Gueudeville (qui travailla notamment sur le diabète), en retira les exemplaires de la circulation. Exemplaire de Martin Cacheloup, gendre de l'auteur, avec ex-libris manuscrit daté du 18 mars 1835 ; c'est à lui que l'on doit la petite notice attributive.

[IMPRESSION DE CAEN]

Dumouriez et les marguilliers de Cherbourg.

Lettres inédites et autographes, publiées par Ch. Renard, de Caen. Caen ; Paris, Rupalley ; France-Thibaut, 1842, in-8, dérelié. 3 ff.n.ch., pp. 5-11. Frère II, 455. Dumouriez résida pendant onze ans à Cherbourg comme commandant de la place, supervisant les travaux du nouveau port ; cette correspondance se place pendant les années 1778 et 1779. Elle est relative à une question de préséance pour le banc d'oeuvre de la paroisse que le gouverneur fréquentait. Envoi autographe à Edelstan Jardin.

[IMPRESSION DE CAEN]

Le Jardin d'amour,

où est enseigné [sic] la méthode et l'adresse pour bien entretenir une maîtresse, ensemble, comme il faut inviter aux noces les parens et amis. Lélis [= Caen], Goderfe [= Pierre-Jean-Aimé Chalopin], s.d. [vers 1820], in-16, broché, couverture d'attente de papier gris. 24 pp. Gay II, 692. Hélot, La Bibliothèque bleue en Normandie, p. 137. Sauvy (A.) : "La librairie Chalopin : livres et livrets de colportage à Caen au début du XIXe siècle", dans Bulletin d'histoire moderne et contemporaine, 11 (1977), p. 129, n° 60 . L'adresse fictive est celle généralement utilisée par Pierre-Jean-Aimé Chalopin, imprimeur actif à Caen de 1777 à 1822. Le matériel typographique, et notamment le bandeau sur bois de la p. [3], est par ailleurs celui des Chalopin. L'opuscule, originellement pubié en 1671, est par ailleurs, et quoi qu'en dise la perfide notice de Gay "Le nec plus ultra de la niaiserie à l'usage de la populace et des paysans", rien moins), plein d'une sagesse toute pratique, comme en témoignent ces bons et avisés conseils sur la différence de conditions : "Mais il arrive, comme il se voit souvent, que vous avez mis votre amour en une fille plus riche, et de plus haute naissance que vous ; vous devez d'autant plus être soigneux de vous orner de beaux et sages discours, afin qu'étant ensemble, elle n'ait pas sujet de vous reprocher votre pauvreté, et vanter sa richesse, et que vous ne soyez pas valet au lieu d'être maître. Si elle est de plus bas lieu et plus pauvre que vous, prenez garde à ses discours et à sa conduite, si elle est chaste, afin que vous ne soyez pas fâché de l'avoir épousée ...".

[IMPRESSION DE CAEN]. BEAUGRAND (Nicolas)

Le Maréchal expert,

traitant du naturel et des marques des beaux et bons chevaux, de leurs maladies, et remèdes d'icelles ; avec un examen en forme de l'état du maréchal, et une description de toutes les parties et ossemens du cheval ; augmenté d'une seconde partie, contenant plusieurs recettes approuvées du sieur de l'Epiney. Néac [= Caen], P. Nipolach [= Chalopin], s.d. [1800], in-16, broché, couverture factice de papier marbré XIXe, infimes atteintes de vers au début du texte. 68 p., 60 pp. Mennessier de La Lance I, 97. Depuis sa première édition en 1619, c'est l'un des traités de maréchalerie les plus reproduits, par son entrée dans les collections de colportage et il devint le bréviaire des maréchaux dans les campagnes ; cette petite édition caennaise fait partie d'une série d'opuscules populaires.

[IMPRESSION DE CAEN]. LAMOUROUX (Jean-Vincent-Félix)

Notice sur le Bon-Sauveur,

lue à l'Académie royale des sciences, arts et belles-lettres de Caen. Caen, Imprimerie de F. Poisson, 1824, in-8, dérelié. 2 ff.n.ch., pp. 5-32. Frère II, 145-146. Le Bon-Sauveur de Caen (d'après la Congrégation des Filles du Bon-Sauveur) était un établissement hospitalier fondé en 1720, et qui s'occupait au départ de quelques "filles perdues" et aliénées, mais qui connut au début du XIXe siècle un développement considérable sous l'impulsion de son chapelain l'abbé Pierre-François Jamet (1762-1845), jusqu'à devenir un des principaux établissements psychiatriques de France.

[IMPRESSION DE CAEN]. TACITE

Annales et Historiae

Caen, Antoine Cavelier, 1706, fort vol. in-12, vélin souple, dos lisse [Rel. de l'époque], exemplaire légèrement déboîté. 676 pp., typographie en petit corps. Édition compacte portative des deux principaux textes de l'historien latin, à l'usage des classes.

[IMPRESSION DE CAMBRAI]

Spécimen des caractères composant l'imprimerie de Lesne-Daloin ;

précédé d'une notice sur l'origine de l'imprimerie. [Cambrai], [Lesne-Daloin], août 1834, grand in-8, demi-percaline modeste de l'éditeur, dos lisse muet, titre poussé au centre d plat supérieur dans un encadrement de portique, couverture conservée, une charnière fendue, coins abîmés. 3 ff.n.ch., pp. VII-XXXII, 48 ff.n.ch. de spécimens, texte réglé. En début du volume on a : Mélanges historiques & littéraires ; par le docteur Le Glay : 3 ff.n.ch., pp. 5-132. Tirage limité à 50 exemplaires. Au CCF, exemplaires seulement à la BnF et dans les dépôts du Nord (Lille, Douai, Valenciennes). La première partie regroupe des textes d'André-Joseph-Ghislain Le Glay (1785-1863), archiviste de Cambrai depuis 1822, et futur archiviste du département du Nord. La seconde forme un extrait du Manuel de l'imprimerie (1826) de Maurice-Ernest Audouin de Géronval (1802-1847).

[IMPRESSION DE CAPOLAGO. - NUÑEZ (Ignacio)]

Saggio statistico di Buenos Ayres

e delle provincie unite del Rio de la Plata e della Repubblica di Bolivar. Capolago, Tipografia Elvetica, 1832, in-12, broché, couverture imprimée de l'époque, non coupé, petite découpe sans manque au feuillet de titre. 3 ff.n.ch., pp. 7-271. Kress C 3249 (notre édition). Sabin 56 330 (pour l'originale anglaise). Première traduction italienne (partielle, et sans cartes) de An account, historical, political, and statistical of the United provinces of Rio de La Plata, paru en 1825 à Londres, alors que son auteur était secrétaire d'ambassade, puis ambassadeur près la Cour de Saint-James, et traduit dans la plupart des langues européennes (en français dès 1826). Le lieu d'impression (Capolago est sise dans le Tessin, et fut absorbée en 2007 par Mendrisio) s'explique par la renommée de la Tipografia elvetica, fondée en 1830 par l'exilé gênois Alessandro Repetti et qui se spécialisa vite dans l'impression des ouvrages produits par les réfugiés nationalistes des différentes parties de l'Italie. Elle publia les principaux manifestes en faveur du Risorgimento avant de devoir fermer en 1853 par suite des pressions de l'Autriche sur le Tessin. Ignacio Nuñez (1792-1846), journaliste et politicien argentin, fut plusieurs fois ministre de l'intérieur, et connut l'existence agitée des hommes politiques d'Amérique du sud.

[IMPRESSION DE CHAMBERY]. VILLE (Charles-Emmanuel de)

Estat en abrégé de la iustice ecclésiastique et séculière du pays de Savoye.

Contenant les choses plus importantes de l'histoire du même pays, la grandeur de ses princes, des moeurs de ses habitans, & la nature de son gouvernement, offices & seigneuries, ensemble la théorie, et pratique civile, et criminelle avec leurs formulaires. Le tout enrichi de plusieurs remarques très-utiles à tous iurisconsultes, & praticiens, & presqu'à toutes autres professions, & estats, y ayant peu de choses curieuses dont il n'y soit parlé en quelque endroit. Chambéry, Louis Du Four, 1674, 2 parties en un fort vol. in-4, vélin rigide, dos à nerfs muet, tranches mouchetées de rouge [Rel. de l'époque], des mouillures supra -paginales. 12 ff.n.ch. (titre, dédicaces, préface, poésies liminaires, table des chapitres), [359] pp. mal chiffrées 369 (il y a saut de chiffrage de 279 à 290), 256 pp., 2 ff.n.ch. d'errata et d'approbation. Unique édition de ce recueil de droit savoisien, censé remplacer le manuel d'Antoine Fabre. L'auteur était membre de l'illustre Sénat de Savoie, équivalent de notre Parlement de Paris pour la petite monarchie alpine. Exemplaire d'André Mollingat, avec ex-libris manuscrit sur les premières gardes.