Effectuer une recherche précise :

4675 résultats

FÉBURIER

Avis sur les instruments de chirurgie en gomme élastique, accompagné de planches et d'explications sur leur usage. Par Féburier, fournisseur des Hôpitaux civils et militaires de la marine et des principales villes de France

Paris Imprimerie de Crapelet s.d. in-4 br., couv. muette de papier rose

15 pp. et 7 planches h. t. repliées, dessinées et gravées sur cuivre par Louvet, représentant des sondes d'hommes, des bougies pleines, des canules, des urinaux pour homme et pour femmes, des cornets acoustiques, sondes, etc.Prospectus fort rare

GRÈCE - DESSIN] BIDA Alexandre

Dessin à la mine de plomb (19 x 30 cm), signé en bas à gauche, sous marie-louise

Très beau dessin sur papier gris-bleu montrant une jeune femme grecque en pied et de profil portant une cruche sur sa hanche et laissant voir de nombreux détails de son costume traditionnel.Alexandre Bida qui fut élève de Delacroix, participa à de nombreux salons où il obtint plusieurs prix.Envoi de l'artiste: "Au Dr. Ducas, son ami".

PETION DE VILLENEUVE Jérôme

Discours sur les troubles de Saint-Domingue

Paris Desenne, Bailly, les marchands de nouveautés [De l'Imprimerie du Patriote François, place du Théâtre Italien] 14 octobre 1790 pet. in-8 de 2 ff.n.ch. et 44 pp. bradel moderne papier gris, pièce de titre en long au dos

Manque à Ryckebusch et Monglond. Sabin, 61250. Édition originale.Publié quelques mois seulement après son Discours sur la traite des Noirs.Jérôme Pétion de Villeneuve (1753-1794], avocat à Chartres à l'époque de la convocation des États généraux, joua un rôle important pendant la Révolution comme député du Tiers État de Chartres. Maire de Paris en remplacement de Bailly, il fut "l'un des membres les plus actifs de la Société des Amis des Noirs, [et] excita par ses discours des passions, dont l'explosion amena plus tard la révolte des nègres et la ruine des colonies" (Hoefer).

GRÈCE - DESSINS

9 dessins à la mine de plomb, non signés, certains rehaussés en couleurs et un à l'aquarelle, de différents formats: 7 dessins de 29 x 18,5 cm à 31 x 22 cm, un de 25 x 19 cm et un de 16 x 13 cm, collés sur papier. 1851-1852

Entrée du Pirée, maison au Pirée, vue de Poros, bains de la Reine, vue près d'Ourlac, jeune femme à la fontaine, costume d'Athènes, grotte et port.Bel ensemble, joliment dessiné et animé.

SYRIE - LIBAN - ÉGYPTE - DESSINS] MONTFORT A.- A.

Réunion de 33 dessins ou croquis dont 6 aquarellés, sur 24 feuillets de formats divers (de 11 x 19 cm à 30 x 32 cm), non signés (un monogrammé), situés ou non, datés ou non, 1837-1838

conservés dans une boîte moderne de papier peigne, piqûres et taches éparses

Antoine-Alphonse Montfort (1802-1884), après un premier voyage en Orient en 1827 et 1828, y retourna dix ans plus tard: Beyrouth, Alep, Gaza, Jérusalem, Damas, la Transjordanie, l'Arabie Pétrée jusqu'à la Mer Rouge.Jolis dessins, certains très achevés: harnachements de chevaux, chevaux arabes, porteuse d'eau, berceau, narguilés, études de bras, pieds et visage, attitudes croquées d'hommes et femmes, chameaux, étui à pistolet, etc. [On joint]: R. DUSSAUD. Le Peintre Montfort en Syrie. 1921, in-4, broché. De la collection R. Leybold

BERTOU Jules de

Voyage depuis les sources du Jourdain jusqu'à la mer Rouge. Dépression du lac Asphaltite et d'une partie de la vallée du Jourdain

S.l.n.d. [1839] in-8 de 56 pp., 2 cartes repl. h.t. demi-veau fauve, dos lisse orné de filets et motifs dorés, pièce de titre de maroquin vert [Rel. de l'époque], dos frotté, mors supérieur en partie fendu, une coiffe usée

Hage Chahine, 471. Numa Broc, Asie, pp. 28-29. Extrait du Bulletin de la Société de Géographie, 2e série, tome XII. Il est illustré de deux cartes représentant des coupes topographiques de différentes vallées, dont celle du Jourdain. Orientaliste et archéologue, le comte de Bertou explora la Palestine en 1838 avec pour mission de vérifier l'hypothèse d'un ancien écoulement de la mer Morte vers la mer Rouge. Parti de Beyrouth le 2 mars 1838, il gagna Jérusalem par Nazareth, fixa l'altitude de Jéricho à – 273 m et celle de la mer Morte à – 406 m. Il se rendit ensuite à Hébron et entreprit, malgré l'hostilité des tribus arabes, de parcourir la dépression qui unit le lac Asphaltite à Akaba. Bertou y parvint le 8 avril et, malgré la destruction de son baromètre, il put affirmer que le niveau de la mer Morte était bien inférieur à celui de la mer Rouge. Il regagna Beyrouth en mai 1838, après avoir visité Petra et ses célèbres monuments. Cf. Numa Broc. Ouvrage peu commun

ANGRAN Louis

Recueil de plusieurs tomes d'arrêts abrégés. Manuscrit

(Metz, vers 1662) in-8 maroquin rouge, dos à nerfs finement orné, filets dorés encadrant les plats, rosace aux petits fers au centre avec le monogramme de l'auteur dans la réserve quadrilobée, tranches dorées [Rel. de l'époque]

[6] ff.n.ch., 528 pp., [28] f.f.n.ch.Manuscrit entièrement réglé, écrit de manière très lisible pas Louis Angran, conseiller au Parlement de Metz en l'année 1660 et 1661. Il s'agit d'un recueil d'arrêts de Messieurs Louet, Brodeau, Bouguier, le Prestre, Monthelon, Robert et Du Fresne. Une importante table des matières à la fin de l'ouvrage en rend la consultation aisée.Louis Angran (1622-1706), issu d'une importante famille de magistrats proche de Port-Royal, et qui entretenait quelque relation de parenté avec les Arnauld, fut élevé aux petites écoles de Port-Royal. Licencié en théologie de la Sorbonne (1645), et chanoine de Troyes, Angran fit partie en 1653 de la députation janséniste partie à Rome pour plaider la cause de l'Augustinus. À son retour, il renonça à son bénéfice, devint conseiller au parlement de Metz en 1660 et se maria. Ce manuscrit, établi par Louis Angran peu de temps après son arrivée à Metz, a été revêtu d'une reliure extrêmement soignée à son chiffre "L A". Elle a visiblement a été exécutée par l'un des meilleurs relieurs de cette époque, mais il n'a pas été possible d'en déceler l'identité d'après le matériel utilisé.Le volume porte sur la page de titre l'estampille bleue Bibliothèque du Roi, Neuilly, montrant qu'il a fait partie de l'une des deux bibliothèques de Louis-Philippe, vendue en 1852

SAINT-DOMINGUE] ABEILLE Jean

Aperçu rapide sur les colonies

Paris 1er mars 1790 in-8 de 7 pp. en feuilles

Jean Abeille (1756-1842) avait fondé en 1779 une maison de commerce à Port-au-Prince, qui devint rapidement très florissante, devenant l’un des principaux négociants de l’île. En 1789, il fut nommé député extraordinaire de la Chambre de Commerce de Marseille auprès de l’Assemblée nationale.Dans cet opuscule Abeille défend avec ferveur les intérêts des colons et ainsi l’esclavage. Il fit imprimer cette pièce, où il donnait des conseils de prudence, le 1er mars 1790, destinée à être distribuée quelques jours avant la première grande discussion devant l’Assemblée, qui eut lieu le 8 mars 1790

ARTIFICES

Recueil de différens artifices éprouvés par Mr Borval [sic], artificier du Roy. Manuscrit

S.l.n.d. [XVIIIe siècle] petit in-4 (23,4 x 16 cm) broché, couvertures muettes de l'époque

1 f. de titre, 34 pp.ch. et 4 pp.n.ch. de table.Mémoire très détaillé sur les différentes formes d’artifices et leurs recettes, mises au point par un artificier du Roi. Les sujets traités sont : manière de connaître le salpêtre, et de faire la poudre; sur l’utilisation du charbon, du moule, de la culasse, des baguettes à rouler et des cartouches; composition pour faire des fusées volantes; des baguettes, de l’éclatante, des fusées à 2 ou 3 volées et des jumelles; de la flamboyante; fusée qui porte Vive le Roi pour garniture, fusée qui porte une girandole, un soleil fixe ou un soleil tournant; fusées qui imitent l’éclair et le tonnerre; des lardons, fougues, étoiles, pluie de feu, marrons, étoiles à jets; du globe pour garnir une fusée; sur les lances à feu, les globes luisants, les rougeons; sur l’étoile à l’italienne, etc.; suivis de la manière de faire les mèches et d'autres compositions de fusées volantes, pots à feu, dragon volant, etc. L'artificier mentionné au début du mémoire est très vraisemblablement Jean-Charles PERRINET D'ORVAL, né à Sancerre en 1707, mort vers 1780, auteur de plusieurs ouvrages de pyrotechnie dans lesquels Diderot et d'Alembert ont puisé pour leurs articles de l'Encyclopédie. Ces ouvrages sont : Essai sur les feux d'artifice (Paris, 1745), Traité des feux d'artifice pour le spectacle et pour la guerre (Berne, 1750) et Manuel de l'artificier (Neuchâtel, 1755). L'auteur du présent manuscrit, anonyme, s'est certainement inspiré de ces ouvrages.Manuscrit bien conservé et lisible

MONTAGNE

Des cimetières privés en Algérie

s.l.n.d. in-8 bro. couv. muette de l'époque

31 pp.Au verso du titre: Impr. Carnaud, dirigée par Barras ainé, rue St. Ferréol, 27.Plaquette très rare qui a échappé à Playfair et à Tailliart.

EAUX MINERALES - METZ

Propriétés des Eaux minérales qui sont en usage à Metz

S.l. [Metz fin XVIIIe siècle] plaquette in-8 de 4 pp. dérelié

Description de 19 eaux minérales avec leurs différents propriétés, que l'on peut commander au Bureau des Eaux Minérales pour le Ville & Généralité de Metz, qui rappelle qu'il convient toujours quand on veut faire usage des Eaux Minérales, de prendre l'avis du Médecin…

MARGUERIT H.

Deux ans de Navigation. Exploration de l'amiral Chérétoff sur la corvette le "Saint-Nicolas"

Paris Théodore Lefèvre s.d. in-8 demi-chagrin marron, dos à faux nerfs, orné, tranches dorées [Rel. de l'époque], qq. rouss

Frontispice, 2 ff.n.ch., xvii et 340 pp., 2 ff.n.ch., 16 gravures h.t.Laponie, Islande, îles Feroë, Canada, le Havane, la Floride, l'Orénoque, Rio de Janeiro, Nouvelle-Calédonie, Australie, Calcutta, Inde, Maroc, Egypte…

SUPPLICES CHINOIS - PHOTOGRAPHIES

Supplices des "cents morceaux", décapitations et procession

[Pékin, place Caishikou octobre 1904- 10 avril 1905] album in-8 oblong (20 x 15 cm environ) monté en accordéon, ais de bois japonais laqués de l'époque, décor sur le premier plat

Exceptionnel album de 52 photographies originales témoignant notamment des dernières exécutions par "Lingchi" à Pékin, en 1904-1905.Comme pour un autre album connu, celui-ci renferme les photographies prises par un Marsouin, relevant de ces unités d'infanterie de Marine venues mater la révolte des Boxers. On distingue trois exécutions par lingchi, plusieurs décapitations, avec expositions des corps et des têtes dans la rue. Selon les recherches de Jérôme Bourgon, les supplices eurent tous lieu place Caishikou (littéralement, carrefour du marché aux légumes), à Pékin, entre octobre 1904 et le 10 avril 1905. On y voit le supplice de Wang Weiquin (octobre 1904), un notable condamné pour avoir abusé de son pouvoir et supprimé toute une famille d'une douzaine de personnes. Celui de Fu-Zhu-Li (10 avril 1905) est le dernier en date avant le décret d'interdiction. Outre plusieurs scènes de décapitation, dix photographies rendent compte des processions qui précèdent l'exécution. L'une d'elles figure le juge assis sous une tente, entouré de ses assistants : le condamné lui est présenté. On remarque également un groupe de Marsouins français prenant la pose devant les têtes exhibées.Les photographies ont été montées dans un de ces albums vierges qui pouvaient être acquis à l'époque sur place. Le premier plat est orné d'une vue du mont Fuji avec deux personnages. Infligé dans le cadre d'une condamnation à mort pour crime d'une gravité exceptionnelle, le lingchi fut officiellement aboli par décret impérial, le 24 avril 1905, suite à l'exécution de Fu-Zhu-Li, représentée ici. Démembré vivant avant d'être décapité, le supplicié recevait une dose d'opium de façon à être dépecé plus lentement, d'où également l'appellation pour ce supplice de "mort languissante".Historien et sinologue, Jérôme Bourgon est parvenu à décrypter ces documents par l'image. Il a identifié les suppliciés, daté et situé les scènes. Il nous permet surtout de comprendre pourquoi le lingchi n'a cessé de hanter l'imaginaire d'un Occident enclin à "exorciser sa fascination pour la cruauté en la projetant sur l'Orient".Peu d'images furent divulguées en Europe : quelques reproductions dans des ouvrages sur la Chine (notamment ceux de Carpeaux et de Matignon), une série de douze cartes postales imprimées en Chine vers 1910 et des vues stéréo sur plaque de verre (musée Niépce). L'une d'elles, le visage d'un jeune supplicié, impressionna tant l'écrivain Georges Bataille dans les années 20 qu'il la reproduisit quarante ans plus tard dans son oeuvre testamentaire: "Ce cliché eut un rôle décisif dans ma vie. Je n'ai pas cessé d'être obsédé par cette image de la douleur, à la fois extatique et intolérable" (Bataille Les Larmes d'Éros, 1961).Bourgon, Obscene Vignettes of Truth Construing Photographs of Chineses Executions as Historical Document, in Visualising China, 1845-1965, Brill, 2013, pp. 39-91. - Le dernier lingchi. Faits, représentations, événements, Études chinoises, vol. 25, 2006, pp. 113-171.- Supplices chinois, Bruxelles, 2007

MINAS Minoïdis

Canaris, chant pindarique

Paris Bobée et Hingray, Hachette 1830 [1831 sur la première couverture] in-12 broché sous couverture imprimée

71 pp., texte grec et traduction française en regard.Droulia, 1811 (donne un format in-4 qui ne se retrouve pas dans les exemplaires recensés). Seulement trois exemplaires au CCF (BnF, Strasbourg et Bulac). Tirage à 250 exemplaires.Minoidis Minas (1790-1860), disciple du hiéromoine Athanasios Paros (1722-1813, une des sources intellectuelles de la renaissance hellénique au XIXe siècle), avait étudié la rhétorique et la philosophie à Thessalonique ; il émigra tôt en France, où il vécut en enseignant le grec ancien avant d'être employé comme interprète par le ministère des Affaires étrangères. Naturellement soutien de la cause philhellène, il multiplia les pièces de propagande, comme ce Canaris, composé à la gloire de Konstantinos Kanaris (1793 ou 1795-1877), marin qui s'illustra comme brûlotier et devint vite une des figures les plus populaires des Grecs insurgés (deux poèmes des Orientales de Hugo évoquent sa figure), avant de se faire une jolie place de politicien pro-russe dans le nouvel Etat hellène (il fut premier ministre à six reprises ...)

DESSIN AQUARELLÉ

Naufrage du vaisseau "Le Républicain"

Fin du XVIIIème siècle 23,5 x 17 cm aquarelle et encre de Chine, pet. trace de mouill. marginale

Le Républicain avait participé à la bataille d'Ouessant (mai 1794) puis à celle du 13 prairial An II (1er juin 1794), funeste pour les Français qui y perdirent sept vaisseaux contre les Anglais.Ce vaisseau de premier rang, muni de 110 canons, conçu dans le port de Brest par l'ingénieur Guignace, avait été lancé en 1780 sous le nom de Royal Louis. Démâté durant ce combat du 1er juin 1794, il est de nouveau requis, fin 1794, par la Convention Nationale qui " ordonne à la flotte basée à Brest d'effectuer, contre les Anglais, une hasardeuse opération de diversion. L'escadre, venant de subir de graves dégâts et des pertes humaines importantes durant le combat de Prairial, est alors en mauvais état. Elle appareille tout de même, le 24 décembre 1794, pour cette périlleuse mission. Suite à la pénurie de matelots et d'officiers expérimentés, des équipages novices affrontent la mer pour la première fois. Le goulet de la rade de Brest est à peine atteint que le désordre s'installe parmi les navires qui manoeuvrent pour éviter les abordages. Dans la confusion générale, le Républicain, toujours commandé par le capitaine de vaisseau Longer, s'échoue sur la roche Mingant sur laquelle il reste accroché jusqu'au petit matin, avant de se disloquer complètement, tuant 10 marins. Pour éviter une nouvelle catastrophe, Villaret de Joyeuse fait mouiller l'escadre qui ne repart que 7 jours plus tard" (cf. Sté Archéologique maritime du Morbihan).La légende est en partie effacée.

DROCHON R.P. Jean-Emmanuel

Un chevalier apôtre, Célestin-Godefroy Chicard, missionnaire du Yuh-Nan

Paris nlle édition, s. d. in-8 demi-toile rouge, dos long, titre et filets dorés

DUVAL Jean-Pierre

Rapport sur les pétitions des citoyens déportés par les ordres de l'assemblée coloniale de l'Isle de France. Séance du 27 ventôse, an V [17 mars 1797]

Paris Imprimerie Nationale Germinal an 5 [avril 1797] in-8 broché, couverture factice de papier marbré du XIXe siècle

14 pp.Ryckebusch 2963. Rare rapport présenté au Conseil des Cinq-Cents, et qui documente l'expulsion d'une partie des Républicains de l'île Maurice par l'assemblée coloniale. Le motif exact affleure sous la relation ampoulée de Jean-Pierre Duval (1754-1817), député de Seine-Inférieure, futur ministre de la police : c'est l'acceptation de l'abolition de l'esclavage qui a désigné quelques citoyens à l'animadversion d'une partie des habitants. À cette époque, la métropole n'avait, faute de moyens maritimes, presque aucun pouvoir sur les îles des Mascareignes, et les résolutions prises ne concernèrent que des réparations à portée des institutions parisiennes

VANDENHECKE (Abbé) et PHILIPPAR (F)

Description d'une moisissure (mucor), avec quelques observations organographiques et physiologiques sur les champignons

s. l. n.d. in-8 broché, couverture muette verte

47 pp. + 1 pl. h.t.Philippar était directeur du Jardin des Plantes de Versailles.Envoi d'auteur à Dutrochet.

MANUSCRIT

Plan de la coste de Cayenne

S.l. s.d. [seconde moitié du XVIIIe siècle] in-folio oblong (49 x 67 cm) en feuille

Belle carte aux contours aquarellés, avec encadrement bicolore, cartouche sur la gauche, échelle en lieues françaises, et deux roses des vents fleurdelisées. Elle est orientée sud-est / sud-ouest et donne le tracé de la côte depuis la Côte des Mojettes jusqu'à l'Île du Diable, avec globalement peu de légendes

RECUEIL

RECUEIL de 18 thèses médicales, présentées par des médecins de la Marine

Paris (17) et Brest (1) 1870 à 1872 réunies en 1 vol. in-4 demi-basane rouge, dos à nerfs [Rel. de l'époque], frottée, mors fendillés

1. PIEDALLU (Pascal). Fractures en V du Tibia. Complications. Traitement. Brest, Roger, 1870, 32 pp.2. ROUSSEAU (JULES PAUL). De l'Endocardite ulcéreuse. Paris Cusset, 1870. 37 pp.3. GUERARD DE LA QUESNERIE (Willealme). Du traitement curatif de l'anus contre-nature par la méthode de la suture simple. Paris, Parent, 1871, 56 pp., 2 pl. lith.4. DESCHAMPS (Paul Jules). De la ventilation forcée à bord des transports-hôpitaux. Paris, Parent, 1872, 43 pp., 1 pl. h.t.5. QUERE (François Marie). Quelques considérations sur le cancer primitif du foie. Paris, Parent, 1872, 46 pp.6. LECUYER (François Alzé). Considérations sur les Lipomes. Paris, Parent, 1872, 40 pp.7. TREILLE (Georges Félix). De la fracture longitudinale du Sacrum considérée au point de vue de son mécanisme et de ses symptômes. Paris, Parent 1872, 31 pp.8. DESTRAIS (Julien Etienne). Quelques considérations sur la dysenterie chronique. Paris, Parent, 1872, 43 pp.9. MANCEAUX (Théodore Louis). Etude sur la Fièvre hématurique. Paris, Parent, 1872, 50 pp.10. GUYADER (Charles Paul). Etude sur les accidents dits urémiques. Paris, Parent, 1872, 43 pp.11. ABBLART (Jules). Quelques considérations sur l'Angine de poitrine. Paris, Parent, 1872, 38 pp.12. CHALMET (Barthélémy Marie Nicolas). De l'emploi du Mercure dans la Syphilis. Paris, Parent, 1872, 36 pp.13. BEAUFILS (Edouard). Notes sur l'Aphasie. Paris, Parent, 1872, 28 pp.14. PRADEL (Alphonse). Intoxication paludéenne en général. De ses manifestations dans quelques maladies. Paris, Parent, 1872, 34 pp.15. LEMOINE (Victor Louis Marie). De l'Ulcère simple de l'estomac. Paris, Parent, 1872, 40 pp.16. COTREL (Pierre). De l'Arthrite sous-occipitale. Paris, Parent, 1872, 36 pp.17. DIDIER (Paul Marie). Du traitement du Rhumatisme articulaire aigu par l'oxyde blanc d'antimoine. Paris, Parent, 1872, 44pp. Didier est né à Fort-de-France, Martinique.18. BOURDELLES (Charles le). De la Pourriture d'hôpital et de son traitement. Paris, Parent, 1872, 51 pp.Chaque thèse porte un envoi autographe à Alcide Treille (à l'exception de celle de son frère que l'on a découpé) et est citée par Berger et Rey (sauf les thèses rédigées par Cotrel et Bourdelles).Alcide Treille, élève de l'école du Service de Santé militaire de Strasbourg (1864-1869), externe, puis interne des hôpitaux, fut affecté sur sa demande à la sortie du Val-de-Grace, aux hôpitaux de la province de Constantine.Démissionnaire en 1874, il s'est alors installé comme médecin civil. En 1889 il est nommé professeur de pathologie exotique à l'École de plein excercice d'Alger jusqu'en 1897 où il dut abandonner sa chaire pour se consacrer entièrement à l'accomplissement de son mandat de sénateur

L'Âge d'or des Cartes Marines Quand l'Europe découvrait le monde

Paris BNF gd. in-4 carré reliure de l'éditeur, jaquette illustrée en couleurs

Catalogue de l'exposition presentée par la BNF en 2012. Ouvrage richement illustré

SIMEON Joseph-Jérôme

Discours (...), sur le titre du Code civil, intitulé : De la manière dont on acquiert la propriété. Séance du 29 germinal an 11 [19 avril 1803]

Paris Imprimerie nationale Floréal an 11 [avril 1803] in-8 dérelié

38 pp.membre du Tribunat depuis l'an VIII, Joseph-Jérôme Siméon (1749-1842), l'ami de Portalis, prit une part importante à la rédaction du Code civil ; son intervention devant le Corps législatif éclaire l'intention du législateur en ce qui regarde les matières testamentaires

OCÉANIE

L'Océanie d'après les voyageurs les plus célèbres, par un homme de lettres

Lille-Paris Librairie de J. Lefort s.d. in-8 toile noire moderne, dos lisse, tranches mouchetées

x pp. et pp. 11-168, frontispice (prise de possession des Marquises).Ce recueil pédagogique de la Bibliothèque historique et édifiante, qui comprend des récits de Dumont d'Urville, Trawfurd, M. de Freycinet, La Pérouse, Cook, Baudin, Duperrey, Anson, Byron, connut de nombreuses éditions, à la pagination systématiquement différentes (1849, 1851, 1857, 1861)

NAPOLÉON - BIBLIOTHÈQUE

P.S. par le libraire Varin, contresignée par les bibliothécaire Barbier et Denina, visée par le comte de Rémusat Premier Chambellan

Paris 30 novembre 1808 1 p. in-fol. sur vergé filigrané

Facture pour la 40e livraison du Traité des arbres et arbustes de Henri-Louis Duhamel Du Monceau, "avec des fig. en couleurs d'après des dessins de J. Redouté sur papier vélin"… (Paris, Michel, 1806-1819), à raison de 30 frs. par livraison

NAPOLÉON - BIBLIOTHÈQUE

P.S. par le libraire Varin, contresignée par les bibliothécaire Barbier et Denina

Paris 30 mai 1811 1 p. in-fol. sur vergé filigrané

Facture pour la 54e livraison du Traité des arbres et arbustes de Henri-Louis Duhamel Du Monceau, "avec des fig. en couleurs d'après des dessins de J. Redouté sur papier vélin"… (Paris, Michel, 1806-1819), à raison de 30 frs. par livraison

NAPOLÉON - BIBLIOTHÈQUE

P.S. par le libraire Varin, contresignée par les bibliothécaire Barbier et Denina

Paris 29 Aout 1811 1 p. in-fol. sur vergé filigrané

Facture pour la 55e livraison du Traité des arbres et arbustes de Henri-Louis Duhamel Du Monceau, "avec des fig. en couleurs d'après des dessins de J. Redouté sur papier vélin"… (Paris, Michel, 1806-1819), à raison de 30 frs. par livraison

DEFAITE

La defaite de VII. Mil hommes de pied, et hvit cens Cheuaux Imperiaux. Par le Duc de Rohan, aduenuë le dernier du mois paßé

S.l. « Iouxte la Copie imprimée à Paris le 17 Nouembre 1635 » in-8 de 7 pp. dérelié, petit trou à la p. 4 avec atteinte au texte

Bulletin extrêmement rare relatant une des nombreuses opérations dans la Valteline durant la Guerre de Trente Ans. Voie d'accès la plus rapide entre Vienne et Milan, cette province de l'Italie du nord fut ardemment disputée entre la France et l'Espa dans la première moitié du XVIIe siècle. En 1635, le duc Henri de Rohan avait pris le commandement des troupes royales pour couper aux troupes du Roi d'Espagne l'entrée du Milanais. Par une manœuvre habile, il défit les troupes impériales venues en renfort le 30 octobre 1635.On ne connaît pas d'autre exemplaire de cette édition et un seul exemplaire de l'édition originale parisienne

CRÈTE - RHODES]

Ensemble de 37 photographies, dont 22 réalisées par le vicomte de Rugy, 4 par le comte de Kergorlay et 3 par Camille Enlart, de différents formats et montées sur papier fort, avec légendes manuscrites au verso

S.d. [ca. 1900] 31 ff. in-8 (21 x 16 cm) en feuilles sous chemise cartonnée, demi-toile à coins de l'époque avec sangle. On joint 1 reproduction d'un plan ancien, 1 carte postale (palais du Grand Maître, 1914) et 1 photo sans légende, lég. plus grande

Non mentionné dans Fierro, Inventaire des photographies sur papier de la Société de géographie, ni dans Loiseaux, Trésors photographiques de la Société de géographie. Intéressant ensemble sur les monuments médiévaux de la Crète et de Rhodes.Pour la Crète (10 photographies), le recueil montre essentiellement des places fortes datant de l'époque des croisades : châteaux, murailles, tours, portes et vestiges divers, avec parfois des personnages à proximité des monuments. Les localités sont La Canée, Sitia, Mijella, Spinalonga et Kritza (scène villageoise); 7 clichés ont été pris par le vicomte de Rugy et 3 n'ont pas d'indication de photographe. Concernant Rhodes (27 photographies), les vues représentent un panorama de la ville, la porte Sainte-Catherine, le fort Saint-Nicolas, la porte du prieuré de France, le bastion des Arabes, la porte Saint-Jean, une porte d'entrée dans la rue des Chevaliers, une maison dans le quartier juif, la porte du palais des Grands Maîtres de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, la prévôté, la cour du grand Hôpital, la tour du phare, etc. Parmi ces photographies, 15 ont été prises par le vicomte de Rugy, 4 par le comte de Kergorlay, 3 par Camille Enlart (signature à froid dans l'angle inférieur droit) et 5 ne mentionnent aucun nom; 8 photographies ont pâli. Officier de marine et ancien élève de l'Ecole navale, François Goullet, vicomte de Rugy (1868-1948) était en poste sur le croiseur Troude, dans l'escadre de la Méditerranée, entre 1897 et 1899. La même année, il devint adjoint au directeur des Défenses sous-marines du 1er arrondissement maritime à Cherbourg. Après une campagne au sein de l'escadre du Nord, il fut nommé, en 1902, commandant un groupe de torpilleurs et aide de camp du vice-amiral Touchard, préfet maritime à Cherbourg. En 1914, il était second du service central des torpilleurs. Les photographies présentées ici ont probablement été réalisées vers 1898, au moment où il se trouvait en Méditerranée. Ancien officier de Dragons, le comte Jean de Kergorlay (1860-1923) quitta l'armée en 1887 pour se consacrer à l'archéologie, à l'histoire et aux explorations. Il visita ainsi les Etats-Unis, le Canada, l'extrême sud algérien et tunisien, l'Egypte, la Palestine et l'Asie Mineure. De chacun de ses nombreux voyages, il rapporta d'intéressantes relations qu'il publia dans le Journal de la Société des Américanistes, la Revue des Deux Mondes, la Revue de Paris et le Journal des Débats. Il laissa deux ouvrages intitulés Sites délaissés d'Orient (1911) et Soirs d'Épopée (1913), écrits, le premier en revenant du Sinaï, le second après avoir exploré Chypre et Rhodes (M. de Villiers, Journal de la Société des Américanistes, t. XVI, 1924, p. 394). Historien, archéologue et membre de l'Institut, Camille Enlart (1862-1927) étudia à l'Ecole des Chartes d'où il sortit major en 1889. Il enseigna l'archéologie médiévale à l'Ecole spéciale d'architecture et à l'Ecole du Louvre, et devint directeur du musée de Sculpture comparée à Paris. Il a pratiqué la photographie, en particulier lors de ses voyages en Espagne, Portugal, Scandinavie, Syrie et Chypre, où il étudia le rayonnement de l'art gothique hors de France. Au cours de ses deux principales missions à Chypre, en 1896 et 1901, il rapporta des œuvres achetées ou trouvées sur place. Ses collections (sculptures, peintures, céramiques, photographies) sont actuellement conservées à Boulogne-sur-Mer, sa ville natale. Provenance : Archives personnelles de Camille Enlart.Liste détaillée sur demande

BILLARD

Nouvelle règle de la poule au carambolage à trois billes. - Nouvelle méthode du jeu de billard

Paris Lithographie Goyer s.d. placard in-plano de 68 x 51 cm

Texte sur quatre colonnes, encadré d'une frise gravée et sommé d'une vignette représentant un billard et ses joueurs.Ce genre de placard était destiné à être affiché dans les salles de jeux pour aider à l'observance des règles et dirimer les querelles. D'ailleurs la vignette de notre exemplaire en fait figurer un aux murs de sa salle de billard

Chanson

Chanson A l'occasion du Buste du Roy qui vient d'êre placé dans la Maison des Missions Royales

S.l.n.d. in-4 bifeuillet de 4 pp., pet. taches claires

Texte imprimé d'une chanson en seize couplets, composée en l'honneur de Stanislas Leczinski dans la maison des Missions royales de Nancy qu'il avait fondées en 1737, l'année où il devient duc de Bar et de Lorraine.Mention manuscrite en marge selon lequel chaque couplet définirait les différents établissements du Roy

MANUSCRIT] BAUMANN Hortense

Cuisine. 1893. Manuscrit à l'encre sur papier réglé

in-8 carré demi-percaline bleu vif de l'époque, dos lisse muet, plats de papier gaufré, tranches jaspées, qqs rousseurs

114 pp. numérotées et 3 ff. de table des matières. 1 f. et une petite photo joints.Cahier de cuisine couvert d'une écriture régulière sur les 22 premières pages, avec table des matières en fin de volume. Il contient au total 41 recettes Escargots à la mode des Capucins de Thann, Salmis de canards (qui peut être agrémenté de truffes), Pudding d'écrevisses, Chou viennoise, Jambon Gladstone, Matelotte de carpes, Carpe à la juive, et même Sarmâlis (Plat roumain)... Hortense Baumann (née Hortense Joséphine Quivogne - 1838-1923) avait épousé Auguste Joseph Baumann à Bollwiller. Ce cahier de recettes recopiées sur le tard semble être un florilège de celles les plus prisées à Bollwiller. On doit à la famille des grands pépiniéristes Baumann de Bollwiller, actifs dès la fin du XVIIe siècle, de nombreuses variétés de fruits (poire Beurrée de Bollwiller, pomme reinette Baumann...), de roses et d'autres plantes.Parfait état de conservation. Rare

EXPEDITION PAPANINE

Le Sauvetage de la mission scientifique russe au Pôle Nord, in : L'Illustration

Paris 12 mars 1938 in-4 broché sous couverture illustrée

paginé 267-269, illustrations dans le texte.C'est en 1937-1938 qu'Ivan Dmitrievitch Papanine (1894-1986) commanda la célèbre expédition Pôle-Nord 1 : accompagné des trois scientifiques Ernst Krenkel, Ievgueni Fedorov et Piotr Chirchov, il atterit sur la banquise dérivante de l'Arctique dans un avion piloté par Mikhaïl Vodopianov. Pendant 234 jours, l'équipe de Papanine procéda à un large éventail d'observations scientifiques dans une zone quasi polaire, avant d'être récupérée par le brise-glace Krassine. Pour cet exploit qui constituait une première mondiale, tous les membres de l'expédition reçurent le titre de Héros de l'Union soviétique, ce qui était extrêmement rare avant la Seconde Guerre mondiale

CAMBIS Joseph de

Côte d'Afrique. Commerce. Traite des Nègres [et] des productions naturelles. Manuscrit autographe

S.l.n.d. [vers 1790] in-folio (36 x 23,5 cm) de 3 pp.n.ch. sur une feuille double traces de plis

Étude sur le commerce, la traite et l'esclavage en Afrique.L'auteur détaille les avantages d'un commerce avec l'Afrique, qui constituerait un dédommagement de la perte de l'Amérique et permettrait de faire cesser le monopole détenu par les Hollandais dans le commerce des épices. L'Afrique deviendrait ainsi le marché le moins cher pour les denrées et matières premières nécessaires aux manufactures : riz, poivre, miel, huile de palme, coton, tabac, indigo, gommes, ambre, ivoire, bois précieux… Abordant le sujet de la traite des Noirs, il considère qu'elle ne représente aucun avantage pour la Nation, puis envisage son abolition : "Il n'en résulterait aucun détriment ni pour les Isles à sucre, ni pour l'État; mais il en résulterait un bénéfice à venir car : 1. Planteur délivré d'une source continuelle d'embarras et de détresse […]. Ne craindrait plus les complots sur ses biens et sa personne. 2. Esclaves, pour se propager, auraient alors des règlemens plus doux, une condition meilleure. 3. Isles moins en danger en cas de guerre et invasion. 4. Nouvelles sources de commerce ouvertes […]. 5. Nouveau débouché de consommation pour les manufactures, puisqu'il se formerait une population qui consommerait" (p. 1). Il mentionne ensuite une trentaine de ports de la côte occidentale d'Afrique, depuis le cap Blanc (Mauritanie) jusqu'à Saint-Philippe de Benguela (Angola), en donnant des détails sur leur commerce, notamment sur la traite des Noirs : "Cap Appollonie. La traite des esclaves y est considérable. Les Anglais y ont formé depuis peu un établissement; ils y désiroient un commerce exclusif qu'ils n'ont pas encore obtenu […]. Côte d'Or. Cinq comptoirs aux Danois, douze aux Hollandais, dix aux Anglais […]. Juda, fort renommé pour le nombre et qualité de ses esclaves; n'est ouvert qu'aux Anglais, Français, Portugais; chacune de ces nations y a un fort placé dans l'isle de Grégoi, à deux milles du rivage, et chaque chef de comptoir porte tous les ans un présent au souverain, qu'il reçoit et exige comme un hommage […]. Riv. de Bénin, abonde en ivoire et en esclaves, reçoit des vaisseaux. Les Français et les Hollandais se sont dégoûtés du caractère des naturels du pays, dont le goût changeant ne laisse point de sûreté au débit des cargaisons. Les Anglais paraissent en possession exclusive de ce commerce. Le nouveau et le vieux Calbari. La côte y est basse, inondée six mois, et malsaine. L'eau y est corrompue, les naufrages fréquents et des équipages entiers y périssent. Les Anglais y traitent cependant à très bas prix 7 à 8 mille Noirs. Les Français commencent à s'y porter […]. Loango. Les marchands d'esclaves y viennent. A une lieue de la ville, une hauteur sert pour les comptoirs européens; mais l'air y est malsain, ce qui fait que cette place n'est fréquentée que quand la concurrence est trop grande ailleurs, quoique les Noirs y soient à bon marché […]. Molembo. Les bateaux ont à franchir une barre assez dangereuse. Les esclaves y sont préférables et plus nombreux que sur le reste de la côte…". Officier de marine, Joseph de Cambis (1748-1825) effectua plusieurs campagnes en Méditerranée avant de participer à la guerre d'Indépendance américaine, d'abord dans l'escadre du vice-amiral d'Estaing, puis dans celle du comte de Grasse. Favorable aux idées révolutionnaires, il conduisit à Saint-Domingue en 1791 les premiers commissaires de l'Assemblée nationale. Cf. Taillemite

SCHLIESSMANN Hans

Aus dem Zirkus. Dritte Auflage

Munich Braun & Schneider s.d. in-8 broché sous couverture illustrée en couleurs

24 pp., vignettes en couleurs par le dessinateur et caricaturiste Hans Schliessmann (1852-1920).Aucun exemplaire au CCF. Très agréable album illustré qui regroupe les attractions du cirque sous quatre scènes : 1. Was alles im Zirkus zu sehen ist. - 2. Der falsche Elephant. - 3. Der Stallmeister und sein Pferd. - 4. Der Akrobat und seine Kinder

LOUIS P.C.A.

Observations recueillies à l'Hôpital de la Charité, sur le tæmia et son traitement au moyen de la potion de M. le docteur Darbon [Extrait des Archives générales de médecine]

in-8 dérel

1 f.n.ch. et 24 pp.s.l., s.d

ROEDERER Johann Georg

De morbis biliosis anomalis, / Tractatus de morbo mucoso. occasione epidemiæ, cuius historia fræmissa est, ab anno 1776-1780 in Comitatu Tecklenburgensi observatis. Accedit duorum infantum mortis causa per anatonem detecta. / Editus ab Henrico Augosto Wrisberg

Monasterii West-phalorum / Goettingæ sumtubus Philippi Henr. Perrenon / Victorinum Bossiegel 1780 / 1783 ex-br. in-8 demi-bas, dos lisse orné [Rel. XIX], dos frotté, piqûres

6 ff.n.ch., 178pp., 1 f.n.ch., (les pp. 65 à 80 reliées après la p. 96)3 ff.n.ch., XXXVIII, 2 ff. blancs, 331pp., 3 planches repilées h.t.Première édition pour le livre de Finke.Garrison-Morton 5021 pour le livre de Roederer et Wagler qui est la première étude importante sur la fièvre typhoïde

MELSENS Louis-Henri-Frédéric

De l'absence du cuivre et du plomb dans le sang. Extrait du t.XV, n°5 des Bulletins de l'Académie Royale de Belgique

s.l. s.d. in-8 de 15pp. br

Envoi autographe de l'auteur à Mr. Chevreul

GAY-LUSSAC Louis-Joseph

Nouvelle instruction sur la chlorométrie; Extrait des Annales de Chimie et de Physique

Paris E.J. Bailly, Place Sorbonne n°2 in-8 cart. mod., cachet

41pp. et 1 planche h.t.Poggendorf I, 863. Les pp. 39 à 41 sont occupées par un "Résumé des opérations à faire pour déterminer le titre de Chlorure de chaux.". Tirage à part fort rare

MORREN Ch.

Notice sur la circulation observée dans l'Ovule, la fleur et le phorante du figuier

S.l.n.d. in-8 br. couv. muette

11 pp. et 1 planche hors texte.Extrait des Bulletins de l'Académie Royale de Bruxelles

HAVY Abbé R.-J.

Introduction sur les mesures déduites de la grandeur de la Terre uniformes pour toute la République et sur les calculs relatifs à leur division décimale; par la commission temporaire des Poids et Mesures républicaines. Sur l'édition originale de l'Imprimerie Nationale exécutive du Louvre

Toulouse Veuve Douladoure an II in-8 basane, dos lisse orné et doré, tranches marbrées [Rel. de l'époque] épidermée, petits manques aux coiffes

12 tables et 3 planches hors texteRelié à la suite: LACROIX (S.F.) Traité élémentaire d'arithmétique à l'usage de l'École Centrale des Quatres-Nations. Cinquième édition, revue et corrigée. Paris, Courcier, 1804.

PROSPECTUS

Cordier, tailleur du Roi, rue Saint-Honoré, vis-à-vis l'Opéra, fait et vend au comptant

S.l. [Paris] s.d. [milieu du XVIIIe siècle] petit in-4 en feuille

2 pp.n.ch.Feuillet publicitaire très rare d'un tailleur parisien où sont décrits succinctement 45 costumes (noms, tissus employés, prix) d'hiver, de printemps et d'été. Une note à la fin précise: "Le Sieur Cordier, entreprend la Livrée à juste prix. Il donne le choix aux particuliers de choisir leurs marchandises chez tel Marchand qu'il jugeront à propos, il ira les y lever"

BYSTRZONOWSKI Ludwik, comte

Résumé d'un projet de note sur le voyage de S.M. L'impératrice. Manuscrit autographe

S.l.n.d. [août 1869] 3 pp. in-8. On joint, du même, une lettre autographe signée d'envoi à un général, Paris, 9 août 1869 4 pp. in-8

La France et la Turquie.L'impératrice Eugénie devait se rendre en Égypte pour inaugurer, en même temps que d'autres souverains européens, le canal de Suez construit par Ferdinand de Lesseps. À cette occasion, le général et diplomate polonais Bystrzonowski (1797-1878) rédigea un Résumé à l'intention du général Frossard, aide de camp de l'empereur et gouverneur du prince impérial. En 8 articles, l'auteur souligne l'intérêt de la France à "régénérer la Turquie" : il parle de l'utilité de l'alliance franco-turque, des finances, de l'administration corrompue et de l'armée qui ne recrute que parmi les musulmans : "La seconde moitié des habitants slaves et chrétiens non seulement ne concourre pas à la défense du pays, mais mise en dehors de l'administration elle lui est étrangère, hostile, prête à faire cause commune avec les envahisseurs de l'empire…". Pour faciliter les réformes, il envisage un emprunt turc garanti par la France, qui "ne serait employé que pour la régénération de l'empire, financièrement et militairement", ainsi que l'organisation de troupes chrétiennes, confiées à un chrétien "inspirant de la confiance à la Turquie et à la France". La lettre d'envoi évoque un discours entendu dans le salon de la princesse Julie, en faveur d'une guerre qui permettrait à la France de donner Constantinople à la Russie, et du coup, de devenir "l'arbitre de l'Europe", et d'éviter "le danger qui nous menace de l'intérieur". Ce discours a décidé Bystrzonowski à écrire ce Résumé, où il plaide pour un rôle personnel dans son projet : "Chrétien et Polonais, je crois être sympathique à la population : je pense que je peux aspirer à l'honneur de mériter la confiance du gouvernement français : au service du Sultan depuis 1853, j'ai fait mes preuves dans la rude campagne de 1854 en Asie à Kars…". On joint également une autre lettre autographe signée, au même, pour recommander des compatriotes (Paris, 13 novembre 1869, 3 pp. in-8)

SALIGNY Charles

Lettre autographe signée [à Louis Auguste François de Mériage]

Naples 23 avril 1807 4 pp. in-4

Intéressante lettre sur les affaires d'Autriche et d'Orient.Écrite par le général Saligny, en poste à l'armée de Naples, elle est adressée au futur général de Mériage, alors second secrétaire d'ambassade à Vienne, en mission à Vidin (Empire ottoman). "Lorsque vous m'avez écrit, il paroît que votre horizon politique n'étoit pas très clair. Le rassemblement de l'armée d'observation en Galicie, les secours donnés aux services, les réjouissances publiques pour la sortie pacifique des Français de la ville de Vienne, tout cela pouvoit bien faire penser que la Cour autrichienne n'étoit pas disposée à garder la neutralité. Ce qu'on a dit actuellement ici feroit croire qu'elle a changé d'opinion et qu'elle entend assez bien ses intérêts pour laisser reposer ses peuples, son pays, et remettre ses finances. Si on juge de ces dernières par le cours du papier et par les opérations consignées dans les journaux sur les monnoies, il sembleroit que la paix n'a pas encore eu beaucoup d'influence sur elles…". "Nous sommes ici assez tranquilles depuis que les Russes & les Anglais se sont portés vers Constantinople. Nous ne savons rien de bien positif sur cette expédition. On a d'abord appris que les Anglais avoient forcé le Détroit, avoient brûlé une partie de la flotte et s'étoient approchés de la capitale ottomane, mais ensuite on a dit que les Turcs s'étoient défendus vaillamment et que les Anglais avoient été obligés de regagner Malte avec leur escadre tout à fait désemparée. Aujourd'hui on débite qu'ils ont entièrement réussi et que la Porte a fait la paix. Jugez d'après cela de ce qu'on peut croire…". On joint deux autres lettres adressées à Mériage, Vienne, 1807-1809, 4 pp. in-4, adresses, dont une par F. de La Grange

MANUSCRIT

Revenus du Roy [Etat de la dépense du Roy] pendant l'année 1724

S.l. s.d. in-folio en feuilles

paginé 238-245, écriture moyenne et lisible (environ 35 lignes par page).Après un état des recettes et dépenses royales pour 1724,le document se termine par une préconisation : "On propose de retrancher dix millions sur l'article de 19 millions de pensions ; on a déjà fait des retranchemens dans les écuries, dans les tables, dans les hardes, dans les gendarmes, dans les chevau-légers, et dans les mousquetaires, et le tout afin de mettre sagement la dépense annuelle au niveau du revenu annuel". L'équilibre financier fut toujours le point faible de la monarchie française, plus encore après la fin de l'expérience Law

ENFANTINA] ADAM Victor

Études d'animaux dans le paysage

Pont-à-Mousson Haguenthal s.d. in-12 oblong (13,5 x 26 cm) cartonnage vert de l'éditeur, dos lisse muet, double filet doré encadrant les plats, titre et grand décor à froid sur le premier plat

12 planches lithographiées.Rare et belle suite animalière destinée à fournir des modèles pour le dessin ou la peinture. Elle est l'œuvre du dessinateur et lithographe Jean-Victor-Vincent Adam (1801-1867), fils de l'un des graveurs de la Description de l'Egypte et particulièrement spécialisé dans les scènes hippiques.1. Jument et poulain. - 2. Chevreuil et cerf. - 3. Tigre. - 4. Faisans et autruche. - 5. Daim. - 6. Chien et chat. - 7. Panthère. - 8. Canard sauvage, cane, dame d'eau. - 9. Cheval en liberté. - 10. Moutons espagnols et lévriers. - 11. Zèbre et cheval normand. - 12. Lion lancé.Très bon exemplaire

ROCQUEMAUREL Gaston de

Projet d'organisation des forces navales. Système d'organisation et de répartition des forces maritimes de la France dans les limites du budget de 1848

Paris 5 janvier 1848 in-folio en feuilles, fortes rousseurs marginales avec manque n'atteignant pas le texte pour les 3 premiers ff

1 f.n.ch. et 28 pp. autographiées.Capitaine de corvette, Rocquemaurel préconise le développement de la marine à vapeur, "appelée à rendre les plus grands services dans une guerre maritime". Cette modernisation se retrouve dans le projet qu'il présente ici : Préliminaires. Constitution de la flotte. Comparaison des forces militaires (voile et vapeur). Comparaison de la dépense. Répartition des forces maritimes. Armements maritimes en temps de paix. Entretien et renouvellement du matériel. Bâtiments armés. Divisions de réserve, ou bâtiments en commission de port. Comparaison des deux systèmes d'armement. Conclusion. Le texte est accompagné de plusieurs tableaux indiquant les effectifs et la dépense des bâtiments (vaisseaux, frégates, corvettes, brigs, avisos à vapeur), par rapport au budget de 1848 et à son projet. Dans celui-ci, tous les bâtiments à voiles inférieurs à 20 canons seraient supprimés et remplacés par des avisos à vapeur. Son projet d'armement s'appliquerait à toutes les stations navales et assurerait la protection des navires de commerce; il permettrait aussi d'obtenir, pour la même dépense, un accroissement de force de 1466 canons (p. 27). Ancien élève de l'École polytechnique, Gaston de Rocquemaurel (1804-1878) fut le second de Dumont d'Urville sur l'Astrolabe lors du voyage au Pôle Sud et en Océanie, de 1837 à 1840. Il quitta le service en 1862 et devint député de Haute-Garonne.Document très rare, non mentionné dans les catalogues de la BnF et du CCFr. Manque à Polak

ÎLE D'ELBE

Musée de San Martino à l'île d'Elbe. Catalogue des objets de souvenirs et d'intérêt historique réunis dans le monument érigé par le prince Anatole de Démidoff en 1856 et dans la villa habitée par l'Empereur Napoléon Premier en 1814

Florence Imprimerie Le Monnier [24 mars] 1860 in-8 broché sous couverture factice de papier à motifs floraux, couverture de l'éditeur conservée

128 pp., 263 numéros décrits.Seulement deux exemplaires au CCF (BnF et INHA). Très rare premier catalogue des collections de la Villa Napoleonica (ou Villa San Martino). Le bâtiment était l'une des deux résidences de Porto Ferrajo occupées par Napoléon comme Roi de l'Île d'Elbe (la résidence d'été ; celle d'hiver étant la Palazzina dei Mulini, au centre de la ville). A partir de 1839, Anatole de Demidoff (1812-1870), époux de la princesse Mathilde, fit agrandir les bâtiments et constituer un musée qui fut inauguré en 1856, et fonctionne toujours

GUEYDON Louis-Henri de

La Vérité sur la marine

Paris Ledoyen 10 mars 1849 in-8 dérelié

16 pp.Polak, 4171. Le futur amiral Loiuis-Henri de Gueydon (1809-1886), alors simple capitaine de vaisseau, critique les économies envisagées dans le budget national sur le dos des dépenses de la marine. Comme quoi rien de nouveau sous le soleil ..

TRAITE DES NOIRS

Ordonnance du Roi qui prescrit la publication de la convention conclue, le 21 mai 1836, entre la France et le royaume de Suède et de Norwège, pour la répression du crime de la traite des Noirs

[Paris] Imprimerie royale 17 septembre 1836 in-8 cartonnage Bradel moderne de papier marbré, dos muet, étiquette de titre contrecollée sur le plat supérieur

pp. 337-368.La convention précitée, adoptée en application des dispositions du Congrès de Vienne sur la traite négrière, n'occupe que les pp. 337-349. La suite réunit d'autres actes diplomatiques ou gouvernementaux (Convention du 27 mai 1836, entre la France et la Belgique, pour le transport des dépêches et des journaux ; Ordonnance relative à la perception des droits de navigation sur l'Escaut et la Scarpe ; Ordonnance qui autorise l'établissement d'un pont suspendu sur la Gartempe, etc.)

CONNAISSEMENT

Estat de la cargaison du vaisseau La Madonne de Bonet

S.l. [Bordeaux] s.d. [XVIIIe siècle] petit in-4 carré (21 x 21 cm) en feuille

une page imprimée, mentions renseignées manuscritement.Equivalent d'un connaissement moderne, cet imprimé signé conjointement par le propriétaire du navire (Moulinier) et le capitaine (Brousse), fait état du contenu de la cargaison de La Madonne de Bonet, en partance de Bordeaux pour les "Isles françoises de l'Amérique".Le chargement est composé uniquement d'aliments consommables (vin, biscuit, morue, légumes, boeuf salé, huile d'olive et de poisson, sel, vinaigre, etc.), mais l'on sait le rôle de ce type de marchandises dans la première partie du commerce triangulaire.

PHARMACIE

Elixir du solitaire

S.l. [Rouen ?] s.d. [XVIIIe siècle] placard in-folio (31 x 23 cm)

Encore un placard publicitaire pour une préparation secrète aux multiples vertus : celle-ci, composée par un certain chevalier de Scroberg, parfaitement imaginaire, serait souveraine "pour toute corruption de la bouche" (ce qui semble comprendre les maux de dents, les gingivites, le tartre), les maux d'estomac, les indigestions, etc.La distribution étant remise exclusivement aux dames de l'Hôtel-Dieu de Rouen, il est probable que le lieu d'impression soit bien la capitale normande

PROSPECTUS

Avis au public

S.l. s.d. [fin du XVIIIe siècle] in-8 en feuille

2 pp.Prospectus médical, comme en faisaient distribuer les empiriques lors de leurs tournées en province, pour ramener des pratiques.Celui-ci chante au recto les louanges du chevalier Flabeau, de passage à Gallardon (actuellement dans l'Eure-et-Loir), qui a naturellement exercé son art dans tous les pays et cours de l'Europe, et qui sait guérir à peu près tout ce qui est incurable. Il recevait de huit heures du matin jusqu'à onze, et de deux heures à cinq en après-midi. Au verso, est reproduit le privilège, ou pseudo-privilège royal l'autorisant à vendre et administrer remèdes dans toutes les villes du Royaume

PHARMACIE

Le Grand élixir stomachal, ou Le Grand élixir cordial pour l'estomac, (publié par lettres patentes sous le grand sceau de la Grand-Bretagne). Fidellement préparé par Thomas Caton

S.l. [Londres] s.d. [XVIIIe siècle] in-4 en feuille

2 pp.n.ch.Version française d'un imprimé publicitaire pour l'une des contrefaçons de l'élixir du docteur Stoughton, en fait une boisson tonique très concentrée élaborée vers 1690 par le pharmacien britannique Richard Stoughton (? - 1726) et pour laquelle il obtint une patente officielle en 1712 (la seconde de l'histoire pharmaceutique du royaume). Le succès fut considérable, semble t-il, et dans ce cas, les profiteurs abondent : ce Thomas Caton, établi à Londres Bartholomew street, prend bien soin de préciser que sa recette originale "luy a été communiquée par feu Monsieur Aram [sic] Stoughton, & non à aucune autre personne ..."

HEDLEY Charles

The Results of deep-sea investigation in the Tasman Sea. 3. - Mollusca from eighty fathoms off Narrabeen

S.l. [Sydney] s.d. in-8 broché sous couverture factice

pp. 283-304, 3 planches chiffrées LIV-LVI, légendées chacune d'un feuillet en regard.Un seul exemplaire de ces fascicules au CCF (Muséum) ; il y en a cinq en tout, à chaque fois d'un auteur différent. Extrait du volume VI des Records of the Australian museum. Souffrant d'asthme, le conchyliologiste britannique Charles Hedley (1862-1926) quitta l'Angleterre pour l'Australie dès 1882. Il s'installa dans le Queensland et rejoignit le Muséum de Sydney en 1891, où il fit toute sa carrière.Exemplaire du conchyliologiste belge Philippe Dautzenberg (1849-1935), avec cachet humide

HUILE

Huile oeconomique à brûler

S.l. [Paris] s.d. [XVIIIe siècle] in-12 oblong (13 x 21 cm) en feuille

Petit prospectus commercial aux indications réduites à l'essentiel, ce qui est reposant alors que nombre de ces "réclames" ont tendance à se montrer bavardes, du XVIIIe à la fin du XIXe siècle : énoncé du produit (huile clarifiée) ; lieu de vente (le Bureau des Fosses vétérinaires, rue de la Verrerie) ; prix (neuf sols la livre). Et c'est tout.L'adresse donne cependant une petite indication de la date : ce n'est qu'avant les lettres-patentes de 1780 que les fosses vétérinaires (qui recueillaient les carcasses des animaux équarris) durent se tenir en-dehors de la capitale, à bonne distance des habitations. La rue de la Verrerie est au centre des quartiers de la rive droite (Les Halles), et donc notre imprimé est plutôt datable des années 1760

PHARMACIE. - FACTURE

Pharmacie Ch. Morio, rue Coëtquen, successeur de Mr. Chevalier

Rennes 10 janvier 1849 in-folio en feuille

Longue facture manuscrite d'arrêté au 31 décembre 1848 (38,95 francs) pour M. Jeannel, professeur à la Faculté des Lettres de Rennes (père de Charles-Julien Jeannel ?), et qui semble avoir fait une forte consommation de remèdes et autres spécifiques

ENSEIGNEMENT MEDICAL

Ecole de médecine de Paris. Cliniques interne et externe. Société d'instruction médicale

S.l. [Paris] 9 février 1815 petit in-4 en feuille, rousseurs

Brevet d'admission au rang d'associé de la Société d'instruction médicale de Jean-Baptiste Bordes, né à Alan (Haute-Garonne).La Société d'instruction médicale de Paris avait pour particularité d'être formée uniquement par les élèves eux-mêmes ; le président servait de lien avec les professeurs de clinique

MANUSCRIT. - ELIXIR DU SUEDOIS

Recette de lélexir de longue vie trouvé dans les papiers du docteur médecin suédois, après sa mort, arrivée à l'âge de 114 ans par une chute de cheval. Le secret étoit dans sa famille depuis plusieurs siècles, son ayeül a vécu 130 ans, sa mère 107, son père 112 par lusage journalier de 7 à 8 goutes matin & soir dans le double de vin, thé ou boüillon

S.l. s.d. [XVIIIe siècle] in-4 en feuille

3 pp.n. h., couvertes d'une écriture moyenne et très lisible (environ 25 lignes par page).Le fameux Élixir du Suédois est un ancien breuvage pharmaceutique, parmi les plus populaires et les plus consommés, jusqu'à nos jours, où sa fabrication se poursuit. Notre texte en donne une recette, assez proche des standards (avec comme bases l'aloès, la gentiane, la rhubarbe, l'agaric, le safran), puis détaille ses vertus ("Avec l'usage journalier du remède, on vit très longtemps sans avoir besoin de saignées ni d'autres médicamens").Connue depuis le moyen âge, perfectionnée au début du XVIIe siècle pour Gustave-Adolphe, cette préparation prit le nom d'Élixir du Suédois par suite de la fixation définitIve de sa recette par un médecin suédois qui répondrait au nom de Jonathan Samst (mais dont on n'a pas d'attestation par ailleurs). Comme pour beaucoup de remèdes phytothérapiques, la légende se mêle indissociablement à l'art

MANUSCRIT. - TRAFALGAR

Extrait du journal d'un officier du vaisseau de S.M.I. & R. L'Aigle, relativement au combat de Trafalgar

S.l. s.d. in-folio en feuille

3 pp. n. ch., couvertes d'une écriture fine et lisible (environ 40/45 lignes par page).Intéressante relation des journées du 29 et 30 vendémiaire, et 1er brumaire an XIV (21-23 octobre 1805).En service de 1800 à 1805, L'Aigle était un vaisseau de 74 canons construit à Rochefort en 1800 ; commandé par Pierre-Paulin Gourrège, il participa à la bataille de Trafalgar, fut capturé par les Anglais après une forte résistance, mais, dès le lendemain, l'équipage captif se révolta contre la garnison de prise, et réussit à reprendre le contrôle du navire, qui échappa ainsi à la captivité, mais fut détruit par une tempête le 23 octobre suivant

FLANDRIN Hippolyte

B.A.S.

Paris 30 octobre 1856 in-4 en feuille

Facture faisant suite à la livraison de 25 exemplaires de son ouvrage sur les peintures de l'église Saint-Vincent de Paul (réalisées par lui de 1848 à 1853). Il s'agit sans doute de la notice intitulée Frise de la nef de l'église Saint-Vincent de Paul, au demeurant peu courante.Le peintre lyonnais Hippolyte Flandrin (1809-1864), disciple de Ingres, pratiqua la peinture d'histoire, puis la peinture religieuse, le tout dans une orientation spiritualiste et catholique que l'on aurait vainement cherché chez son maître

EMILY Jules

La Mission Marchand. Journal de route. Ensemble de 12 fascicules imprimés

[Paris, 1912] gr. in-4 paginé [289]-432 demi-chagrin rouge, dos à nerfs [Rel. de l'époque], dos frotté

Numa Broc, Afrique, pp. 132-133.Extraits de la revue Le Tour du Monde, en pagination continue (t. XVIII, n° 25 à 36). Le récit couvre la période du 19 novembre 1897 (la veille du départ de Tamboura, à l'extrême sud du Soudan anglo-égyptien) au 16 mai 1899 (arrivée à Djibouti). Le texte est accompagné de nombreuses illustrations photographiques montrant l'avancée de l'expédition, les porteurs, les populations locales, les villages avec leurs cases, les pirogues sur le Nil, etc."Le docteur Emily est surtout connu comme historiographe de la mission Marchand. Médecin de la Marine, [il] est envoyé en Afrique noire en 1892. Au Soudan, sous Archinard, il lutte avec succès contre la fièvre jaune. En 1896, il est affecté à la mission Marchand dont il assure le bon état sanitaire aussi bien sur l'Oubangui que dans les redoutables marais du Bahr el Ghazal […]. Ses publications sur la mission Marchand et sur l'affaire de Fachoda demeurent indispensables pour l'historien" (Numa Broc)

DUVAL Armand-Jules

Réflexions sur la politique de l'Empereur en Algérie

Paris Challamel aîné 1er janvier 1866 in-8 demi-basane noire, dos à nerfs orné de filets à froid, tranches mouchetées [Rel. de l'époque], charnières très frottées

viij pp., 184 pp.Tailliart, 2346. Unique édition. L'ouvrage forme une longue analyse critique des principes posés dans la lettre de Napoléon III à Mac-Mahon, définissant les grandes orientations de la France en Algérie. Le fouriériste Armand-Jules Duval (1813-1870), membre influent de la Société de géographie, se montra toujours un partisan convaincu de l'oeuvre colonisatrice en Algérie. Il avait lui-même vécu dans la colonie de 1847 à 1862, présidant aux destinées d'un simili-phalanstère agricole à Saint-Denis-du-Sig [actuellement Sig, dans l'Oranais]

EAUX MINÉRALES

Dépôt d'eaux minérales naturelles françaises et étrangères, tenue par F. Guitel, rue J.-J. Rousseau, n° 5, à côté de la poste. Autorisé par ordonnance du Roi

S.l. [Paris] 27 mai 1829 in-4 en feuille, imprimé recto verso, non rogné, inscription manuscrite

Tarif-facture préimprimé de la maison Guitel, qui était alors renommée dans le monde médical pour la qualité des produits qu'elle proposait.La date a été ajoutée à la main ainsi que la quantité et les produits achetés, ici 10 bouteilles d'eau de Spa à 1fr 75. La facture est acquittée et signée.Intéressant document qui donne les tarifs des eaux minérales vendues à cette enseigne dans le premier tiers du XIXème siècle (Vals, Plombières, Vichy, Spa, Forges, Passy, etc...), mais aussi de quelques eaux de Cologne, de Mélisse (des Carmes) ou de Fleurs d'orange, etc...On trouve au verso une longue réclame, intitulée Instruction, pour les Eaux minérales amères de Sedlitz et de Saidschitz en Bohême et du SEL qu'on prépare à la source. Ce sel laxatif et cette eau semblent y être un remède à tous les maux

EAUX MINÉRALES

Grand entrepôt d'eaux minérales naturelles françaises et étrangères, tenue par J. F. Guitel, rue J.-J. Rousseau, n° 12, en face de la poste. Autorisé par ordonnance du Roi

S.l. [Paris] 13 mai 1829 in-4 en feuille, imprimé recto verso, non rogné, inscription manuscrite

Tarif-facture préimprimé de la maison Guitel, qui était alors renommée dans le monde médical pour la qualité des produits qu'elle proposait.La date a été ajoutée à la main ainsi que le nom du commanditaire (baron de Sancy), la quantité et les produits achetés, ici 10 bouteilles d'eau de Spa à 1fr 75 et une bouteille d'osier. La facture est acquittée et signée.Intéressant document qui donne les tarifs des eaux minérales vendues à cette enseigne dans le premier tiers du XIXème siècle (Vals, Plombières, Vichy, Spa, Forges, Passy, etc...), mais aussi de quelques eaux de Cologne, de Mélisse (des Carmes) ou de Fleurs d'orange, etc...On trouve au verso une longue réclame, intitulée Instruction, pour les Eaux minérales amères de Sedlitz et de Saidschitz en Bohême et du SEL qu'on prépare à la source. Ce sel laxatif et cette eau semblent y être un remède à tous les maux

ROCHEFORT-SUR-LOIRE

Laissez-passer

S.l. 8 mars 1806 in-16 oblong (9 x 14 cm) en feuille

Petit laissez-passer imprimé et renseigné manuscritement dans les bureaux de Rochefort [-sur-Loire], département de Maine-et-Loire, attribué à un dénommé Devritz pour faire passer 16 hectolitres de vin à La Soulaye près de Candé

BERRENGER Charles

Pièce signée. Manuscrit

S.l.n.d. [4 novembre 1805] in-folio (32,3 x 20,6 cm) de 3 pp. sur une feuille double. On joint, du même, une lettre signée, Brest, 18 juillet 1806, 2 pp. in-folio

Récit de la prise du Scipion par l’escadre de l’amiral Strachan.Mis en service en 1801, le Scipion était un vaisseau de 74 canons placé, dès 1802, sous le commandement du capitaine Berrenger. En 1805, il fut intégré à une division de l’escadre de Villeneuve commandée par le contre-amiral Pierre Dumanoir Le Pelley. Cette division, constituée de quatre vaisseaux, combattit au cap Finisterre (22 juillet 1805), puis à Trafalgar (21 octobre). Le 4 novembre, le Scipion fut pris par l’escadre de Sir Richard Strachan au large du cap Ortegal, au nord-ouest de l’Espagne. Le texte est une copie du procès-verbal établi par les officiers après la bataille : « Le Scipion [avait] environ deux cents hommes hors de combat, six pieds d’eau dans la cale […], plusieurs pièces démontées […]. Le grand mât d’hune qui [était] tombé sur le côté de tribord, empêchoit une partie de l’artillerie de pouvoir jouir. Le mât d’artimon également abattu sur le couronnement ne permettoit point de faire manœuvrer les pièces de retraite. Le reste de la mâture prêt à tomber, [était] criblé de boulets, toutes les vergues, manœuvres, haubans, galhaubans et étais coupés par morceaux, toutes les voiles sans exception dans un état semblable… ». La reddition a lieu le soir, et l’ensemble de l’équipage est constitué prisonnier de guerre. La lettre jointe (également en copie) précise que Berrenger et Dumanoir furent autorisés à rentrer en France en juillet 1806; elle précise aussi que les Anglais réussirent à sauver le Scipion en bouchant une partie des trous dans la cale

PARFUMERIE

Notice sur la parfumerie spéciale de la Société hygiénique

Paris Imprimerie et lithographie Maulde et Renou s.d. in-16 broché sous couverture imprimée

12 pp.Rare petit prospectus commerciale présentant les différents produits de la Société hygiénique, sise rue Jean-Jacques Rousseau à Paris : eaux dentifrices, vinaigre de toilette, eau de Cologne, pommade philocome [= amie des cheveux], pâte d'amande à la guimauve et au lichen, savon-ponce

MANUSCRIT. - GUEBHARD Paul

Grottes préhistoriques au Fouta Dialon

Pita 12 février 1907 in-4 débroché

23 ff. mal chiffrés 24, couverts d'une écriture moyenne et très lisible (environ 20/25 lignes par page), des croquis et cartes dans le texte, ainsi que 24 tirages photographiques originaux contrecollés, soit hors texte, soit dans le texte.Important rapport adressé au professeur Théodore-Jules-Ernest Hamy (1842-1908), du Muséum, fondateur du Musée du Trocadéro. Il accompagnait l'envoi d'une caisse d'objets récoltés au cours d'une campagne de fouilles dans le massif du Fouta-Djalon (Guinée).Paul Guebhard, administrateur des colonies, est par ailleurs l'auteur de deux ouvrages sur la région : Au Fouta Dialon, cent vingt ans d'histoire. Etat social et politique, autrefois et de nos jours (Paris, 1909) et Au Fouta Dialon, élevage, agriculture, commerce, régime foncier, religion (Paris, Challamel, 1910)

JULIEN Stanislas

Ensemble de 2 lettres autographes signées, l'une au docteur Roulin et l'autre à l'historien Charles Read

S.l. 5 mai et "ce mercredi" [ca. 1850] 2 pp. in-8 1 adresse. On joint 1 faux-titre et un titre imprimés comportant chacun un envoi de Julien, et 1 feuillet de calligraphie chinoise accompagné de sa traduction

Auteur de nombreux ouvrages sur la Chine, Stanislas Julien (1799-1873) était titulaire de la chaire de langue et de littérature chinoises et tartare-mandchoues au Collège de France, où il avait succédé à Abel Rémusat en 1832. Il était aussi membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres depuis 1833. La première lettre, adressée au médecin, naturaliste et voyageur Désiré Roulin (1796-1874), concerne la recherche d'un mot grec : "J'ai trouvé dans le dict. grec d'Henry Estienne (édit. de Didot) la solution de votre difficulté…". Suivent deux citations grecques et la conclusion : "Ainsi le mot cherché est bien aidoion". Après son voyage en Amérique du Sud (1821-1828), Roulin se consacra aux travaux scientifiques issus de ses observations, et, bibliothécaire de l'Institut, il publia un grand nombre d'articles dans les revues de l'époque. En 1865, il fut élu membre libre de l'Académie des sciences. La seconde est destinée à l'historien et avocat Charles Read (1819-1898); elle est relative à une demande d'autorisation d'emprunter des livres : "Je regrette de vous dire que, malgré mes instances, le Conservatoire a persisté dans son refus, en se fondant sur un article du règlement qui est absolu, & exige péremptoirement que le requérant ait publié quelque ouvrage connu. Plusieurs membres ayant appris que vous aviez l'avantage d'être le gendre de M. Cordier, ont fait observer que vous pourriez emprunter sous son nom les livres dont vous avez besoin, en vous munissant pour la première fois d'une lettre où il vous autorisera à signer pour lui…". Président-fondateur de la Société de l'histoire du protestantisme français, Charles Read avait épousé, en 1844, Fanny Cordier, l'une des filles du géologue Louis Cordier (1777-1861), professeur à l'École des Mines et au Muséum d'histoire naturelle. Pièces jointes : - Blanche et bleue, ou les deux couleuvres-fées; roman chinois traduit par Stanislas Julien. Paris, Charles Gosselin, 1834, 1 p. in-8. Couverture seule du livre, sur papier jaune, comportant un envoi de l'auteur : "A Monsieur B. Duprat, témoignage d'amitié. St. Julien". - Résumé des principaux traités chinois sur la culture des mûriers et l'éducation des vers à soie. [Paris, 1837], 1 p. in-8. Faux-titre seul, comportant un envoi : "A M. Benjamin Duprat, offert par le traducteur. Stanislas Julien". - Une page manuscrite de calligraphie chinoise (24,9 x 19,6 cm) comportant 17 idéogrammes écrits à l'encre noire sur trois colonnes. Elle est accompagnée d'une note au crayon donnant la traduction du texteCurieux ensemble concernant le célèbre orientaliste

COLONIES

Extrait du registre des délibérations de la Chambre de commerce de la ville de Bordeaux ; et adresses du directoire du département de la Gironde à l'Assemblée nationale ; de la Société des amis de la Constitution ; du Club du café national de la ville de Bordeaux, à l'Assemblée nationale : relatifs au décret rendu par elle le 14 mai 1791, au sujet des colonies. Imprimés par ordre de l'Assemblée nationale

Paris Imprimerie nationale 24 mai 1791 in-8 cartonnage Bradel moderne de papier marbré, pièce de titre fauve en long

20 pp. (réparation de papier au dernier feuillet).Martin & Walter, Anonymes, 6678. Absent de Roquincourt. Recueil d'adresses - un peu paradoxales venant de Bordeaux et de la Gironde - félicitant l'Assemblée nationale pour son décret du 15 mai 1791 reconnaissant la citoyenneté des "gens de couleurs nés de père et mère libres", et qui avait été fortement appuyé par le zèle de l'abbé Grégoire à la barre de l'assemblée. Opposé aux intérêts des colons, le Directoire de la Gironde informe même l'Assemblée Nationale qu'il vient de mettre l'embargo sur tous les navires à destination de l'Amérique, et propose d'envoyer un détachement de gardes nationaux de son département aux colonies, pour y maintenir l'ordre.

AMERICANA

Bibliotheca Americana vetustissima

5 vol. in-8 demi-chagrin bouteille à coins, dos à faux-nerfs orné de filets dorés, simple filet doré sur les plats, tête dorée [vol. I] ; demi-chagrin fauve à coins, dos à nerfs orné de filets dorés, tête dorée [vol. II] ; brochés, non coupés [vol. III-V]

Ensemble qui réunit les différentes parties de cette bibliographie initiée au XIXe siècle par Henry Harrisse (1829-1910), et qui porte sur les textes imprimés relatifs aux origines de la découverte des Amériques par les Européens. Un volume de biographie de Harrisse par Sanz Lopez (1903-1979), paru en 1958, peut aussi compléter cette série, mais il ne se trouve pas joint ici.I. HARRISSE (Henry) : A description of works relating to America published between the years 1492 and 1551. Leipzig, Schmidt & Günther, 1921, 5 ff.n.ch., liv pp., un f.n.ch., 519 pp., 304 numéros décrits. Réimpression anastatique de l'édition de New York, 1866.II. [HARRISSE :] A description of works relating to America published between the years 1492 and 1551. Additions. Paris, Tross, 1872, 2 ff.n.ch., xl pp., 199 pp., 12 pp. de catalogue de Maisonneuve, 186 numéros.III.-IV. SANZ (Carlos) : Ultimas adiciones. Madrid, Victoriano Suarez, 1960, 629 pp., pp. 630-1393,12 ff.n.ch.V. SANZ : Comentario critico e indice general cronologico. Madrid, Victoriano Suarez, 1960, 79 pp.

COYTIER P.-L.

Recherches mathématiques sur diverses questions non résolues, ou dont la solution laisse quelque chose à désirer. Second mémoire, contenant une discussion rapide sur la résolution générale des équations algébriques, dans laquelle on indique, pour parvenir à cette résolution, une nouvelle méthode dont l'emploi n'a d'autres limites que la longueur des calculs et la complication inévitable des formules résolvantes

Paris J.-M. Eberhart 11 octobre 1811 in-4 broché sous couverture d'attente de papier bleu un peu défraîchie, non coupé

16 pp., 2 grandes planches en dépliant.Absent de Monglond. Quérard II, 328. Très rare. Fait suite au Premier mémoire contenant des observations générales sur les équations algébriques, paru la même année 1811. L'auteur a publié plusieurs textes sur l'algèbre, mais n'est pas autrement connu

LEQUINIO Joseph-Marie

Ecole des laboureurs ; ouvrage dans lequel on explique aux citoyens des campagnes, d'une manière nouvelle, simple & facile à comprendre, ce que c'est que la Révolution Françoise, les avantages qu'elle leur procure, les maux dont elle les délivre & la manière dont ils doivent se comporter pour en tirer tout l'avantage possible : ou Lettre familière aux laboureurs de Bretagne (...). Seconde édition, revue & corrigée

Vannes chez l'auteur 20 juillet 1790 in-8 en feuilles, cousu

80 pp.INED 2820 (pour l'édition de Rennes, chez Vatar). Un des opuscules de la publication quasi-périodique de l'Ecole des laboureurs, dans lesquelles l'avocat Lequinio (1755-1814) poursuivait sa pédagogie sur les nouveaux principes à destination des classes rurales de la Bretagne.

PARMENTIER Antoine-Augustin

Avis sur la culture et les usages de la pomme de terre

S.l. [Paris] s.d. in-8 broché sous couverture de papier fantaisie de l'époque

24 pp., 2 planches dépliantes hors texte.Muratori-Philip, 69. Un seul exemplaire au CCF (Rennes). Très rare extrait du Traité sur la culture et les usages des pommes de terre, de la patate et du topinambour (Paris, Barrois, 1789)

SMITH William

2 lettres autographes signées à Alexandre Vattemare

Saturday evening [and] Tuesday [Québec, 1841] 2 pp. in-8 en anglais, adresses

Dictionnaire biographique du Canada, t. VII (Smith) et t. IX (Vattemare). Invitations destinées au célèbre philanthrope lors de son passage à Québec. Magistrat, homme politique et historien canadien, William Smith (1769-1847) est connu pour avoir publié History of Canada (1815) et Continuation of the history of the province of New York (1826), ce dernier ouvrage faisant suite à celui de son propre père. Il est considéré comme un pionnier dans les recherches historiques concernant le Canada. Il écrit ici au philanthrope français Alexandre Vattemare, qui effectuait à cette époque un voyage en Amérique du Nord, pour l’inviter à passer une soirée chez lui, ou à venir prendre le café : « My family and myself are most anxious than the pleasure of your company and of you cannot share time to dine with us, perhaps it may be now agreeable to pass an evening in our family circle… » (Saturday evening). « We are most anxious to have the pleasure of seeing you any evening : and if in Friday next you should not be better engaged, will you take your coffee with us. We shall be almost quite alone… » (Tuesday). Alexandre Vattemare (1796-1864) est à l’origine du premier système d’échanges culturels international, à partir de livres ou d’objets en double détenus par les bibliothèques et les musées. En 1839, il partit pour les Etats-Unis afin de proposer son système ; en octobre 1840, il était à Montréal et, en février 1841, à Québec. Il était aussi ventriloque et se produisait dans des spectacles à grand succès, tant en Europe qu’en Amérique. Sa collection d’autographes fut vendue à Paris en 1865. On joint un fragment de lettre autographe signée de Dominick Daly (1798-1868), secrétaire de la province pour le Canada-Est et membre du Conseil exécutif (1844, 2 pp. in-16 oblong)