Effectuer une recherche précise :

4520 résultats

ZEBALLOS

grand in-8 demi-chagrin tabac, dos à nerfs orné de filets et de doubles caissons dorés, tranches mouchetées, couverture conservée [Rel. de l'époque]

X pp., pp. 11-376, illustrations en noir dans le texte.Unique traduction française de Descricion amena de la Republica Argentina du juriste et politicien Estanislao Zeballos (1854-1923), très introduit auprès des milieux ruraux du pays (il fut élu président de la puissante Sociedad rural Argentina en 1888)

ZISCHKA

in-8 br., couv. illustr. bleue, non coupé

8 cartes dans le texte et 24 reproductions de photographies hors texte. Première édition

ZURITA

in-8 de XVI et 418 pp. broché, non coupé, couvertures imprimées, qq. rousseurs, mouillure à la fin du volume

Sabin, 106405. Constitue le onzième volume des Voyages, relations et mémoires originaux pour servir à l'histoire de la découverte de l'Amérique, publiés par Henri Ternaux-Compans. Don Alonzo de Zurita séjourna probablement en Amérique entre 1540 et 1560, et ce fut vers cette dernière époque qu'il composa son ouvrage. Resté inédit, le manuscrit se trouvait dans la bibliothèque du collège Saint-Pierre et Saint-Paul de Mexico, où il fut copié en 1738. Cette copie passa entre plusieurs mains avant d'être acquise par Ternaux-Compans et faire l'objet de la présente publication, après avoir été traduite en français. L'auteur décrit les quatre classes de chefs ainsi que le gouvernement des Indiens avant l'arrivée des Espagnols. Précieux texte, resté jusqu'alors inédit

ÉCHECS

pet. in-12 de 21 pp.n.ch. br., couv

ÉGYPTE

in-12 de 15 pp. dérelié

Rare extrait du Mercure de France

ÉGYPTE - DESSINS

in-4 oblong demi-chagr. prune, dos lisse muet [Rel. de l'époque]

Les dessins, finement exécutés, représentent: Malte, colonne de Pompée à Alexandrie, chemin de fer à Mariout, propriété de M. Bravay à Alexandrie, fort de Pharaon à Alexandrie, fort de Navarin, Manduchio près de Corfou, environs du Caire pendant l'inondation de novembre 1861, Port-Saïd, vues du fleuve Meuzaleh, Faraskour.Bel album, en reliure d'époque

ÉGYPTE - MANUSCRIT

3 pp. in-4 d'une écriture très serrée sur deux colonnes (dernier feuillet renforcé, recouvrant l'adresse d'un négociant à Marseille)

Minutieuse relation du pillage de la maison de M. Napollon, marchand français établi au Caire, par des voleurs turcs qui y assassinèrent M. Lieutaud, puis de l'enquête et de l'arrestation des coupables, qui furent exécutés. Le manuscrit se termine sur des considérations relatives à l'opinion publique face à cette affaire: "Aussi croyons-nous (…) pouvoir à présent nous flatter que ce coup d'éclat en notre faveur retablira notre reputation, nous fera un peu plus respecter, et rendre notre residence au Caire, sinon plus gracieuse, du moins plus tranquille que par le passé…"Une note en fin de manuscrit précise qu'il a été envoyé en France par M. Mazoillier, négociant au Caire, ancien pro-consul de la France en Égypte

ÉGYPTE - MER ROUGE - CEYLAN - INDONÉSIE - CHINE]

in-8 de 19 pp. en feuilles

Relation d’un voyage vers la Chine dans les années 1860.Venant d’arriver en Chine afin de s’y installer comme négociant, le narrateur, anonyme, donne des détails sur le voyage qu’il vient d’effectuer: départ de Paris, embarquement à Marseille en même temps que 150 passagers sur le Péluse, l’un des paquebots de la Compagnie des Messageries Impériales, escales à Messine (évocation de Garibaldi) et à Alexandrie (caractère cosmopolite de la ville), arrivée au Caire (visite du bazar, de la mosquée de Méhémet-Ali et des jardins de Choubra), voyage à Suez par le train (gaspillage de matériel ferroviaire, travaux du canal de Suez), embarquement sur le Donaï, steamer confortablement aménagé, navigation en mer Rouge (pavillon britannique arboré sur l’îlot de Perim), golfe d’Aden, pointe de la Galle au sud de Ceylan, visite de l’île (Walk Valley; Cinnamon Gardens), Singapour (population chinoise et malaise), Saïgon puis arrivée à Hang-hô (Hang Hau, actuellement un quartier de Hong Kong), où il trouve une colonie européenne composée d’une cinquantaine de personnes (Français, Anglais, Américains, Allemands, Suisses et Portugais), et où un autre négociant est déjà installé. «Quand on débarque à Alexandrie, on est littéralement ahuri du mouvement désordonné qui s’opère de tous côtés, sur les quais et dans les rues. C’est un brouhaha, un tohu bohu et un vacarme faits pour rappeler, à ceux qui peuvent s’en souvenir, la confusion de la tour de Babel. Anglais, Français, Grecs, Italiens, Egyptiens, Turcs, tous jusqu’aux chiens et chameaux, crient, grognent, hurlent, se démènent, courent comme des possédés, sans que le nouveau venu dans cette bagarre puisse bien se rendre compte de ce qui se passe autour de lui» (p. 7). «Ce chemin de fer [entre Le Caire et Suez] m’a paru bien fait pour donner une idée de l’étendue à laquelle atteint en Egypte le gaspillage de toutes choses en général et de l’argent en particulier. Tout au long de la voie se trouve déposé, pourrissant sous la rouille et la poussière, un matériel suffisant pour établir au moins deux lignes pareilles de chemin de fer. Ce sont des entrepreneurs anglais qui ont fait ce chemin; on voit qu’ils ont profité de l’aubaine. Je voudrais conseiller aux bons parisiens que l’on invite de temps en temps à souscrire aux emprunts égyptiens, de venir voir ici l’emploi qu’on fait de leurs millions…» (pp. 10-11). « Sincapour est […] la véritable limite où s’arrêtent les souvenirs d’Europe que le voyage, jusqu’ici, n’a pu effacer, et où commencent les illusions de l’inconnu […]. La puissance colonisatrice, l’intelligence commerciale de l’Angleterre se sont depuis longtemps établies là, maîtresses de cette porte unique par laquelle doivent passer les produits des deux civilisations cherchant mutuellement à se rapprocher…» (pp. 18-19).Document bien conservé, d’une écriture régulière et fort lisible

ÉPERNAY

in-4 en feuilles

7 pp.L'affaire remonte à novembre 1712 et à une inspection des commis de l'élection d'Epernay. Ce genre de fraude était des plus communs

ÉPICERIE - TARIF

1 f. in-8 étroit (env. 27 x 10 cm) imprimé recto-verso

Intéressant et éphémère document.Amandes de Barbarie, anis d'Alicante, divers cafés et cacaos, figues de Smyrne, gingembre bleu et blanc, miel de Morlaix, huiles diverses, poivre, safran, sucres, thé, cotons, fromages, stockfish, etc.Très bien conservé

ÉPIDÉMIES

in-4 dérelié

3 pp.On joint : Ordonnance du Roy, pour establir de nouvelles précautions sur les frontières, à l'occasion des maladies contagieuses qui continuent à se respandre en Hongrie & dans les provinces voisines. Du 18 may 1739. Paris, Imprimerie Royale, 1739, 3 pp

ÉTATS-GENERAUX

in-4 en feuilles

11 pp.Pour l'élection des députés de la noblesse aux États-Généraux de 1789, la capitale avait été divisée en vingt sections qui ne correspondaient ni aux 21 quartiers historiques ni d'ailleurs aux 60 districts électoraux, ancêtres des 48 sections de 1790. Rappelons que, par dérogation, Paris fut la seule ville à élire ses représentants au suffrage direct

ÉTATS-GENERAUX

in-4 dérelié

7 pp.Arrêt qui forme la première étape et l'une des plus importantes pour la réunion future des Etats-Généraux de 1789. En effet, c'est à cette date qu'Armand Brette (Recueil de documents relatifs à la convocation des états généraux de 1789, Paris, 1894, trois volumes) assigne le déclenchement de la convocation considérée comme un long processus. Cet arrêt permet d'apprécier les intentions royales et la lucidité de Louis XVI sur les difficultés à ne pas négliger pour que ces intentions se concrétisent. Ces difficultés provenaient principalement du défaut de connaissance unifiée des rouages politiques, c'est-à-dire sur la diversité autant que le flou des statuts des provinces (par exemple celles conquises depuis 1614) et aussi sur les agents aptes localement à garantir la légitimité des opérations, en particulier des élections des députés.Ce n'est donc aucunement les états qui embarrassent le roi, mais la convocation proprement dite. Aussi, en ce 5 juillet 1788, fait-il appel aux lumières du pays et ordonne des recherches dans les archives: "Sa Majesté cherchera toujours à se rapprocher des formes anciennement usitées; mais lorsqu'elles ne pourront être constatées, Elle ne veut suppléer au silence des anciens monumens qu'en demandant, avant toute détermination, le vœu de ses sujets, afin que leur confiance soit plus entière dans une assemblée vraiment nationale, par sa composition comme par ses effets"

ÉTAU - GRAVURE

27,7 x 21,1 cm)

Le prospectus présente un grand schéma légendé de l'étau, dessiné par Goussier et gravé sur cuivre par Berthault. Ce modèle d'étau à agrafe, celui que nous connaissons le mieux est révolutionnaire en ce que ses mâchoires s'ouvrent parallèlement l'une à l'autre, en plus d'un double système de rotation, horizontal et vertical.Belle pièce

ÉTIQUETTES EX-LIBRIS] MAURISSET

Bel ensemble, parfaitement conservé, de cartes illustrées conçues par le caricaturiste Maurisset. Vierges de toute inscription, elles pouvaient apparemment servir d'ex-libris, de cartes de placement de table, ou de cartes de visites illustrées comme semble l'indiquer l'une d'elle, transportée à dos d'hommes en direction d'un Dépôt de certes de visite illustrées. De nombreux thèmes sont abordés, sur le mode humoristique: l'enfance, les jeux, l'apprentissage de l'écriture, les métiers de la ville et de la campagne, le carnaval, le cirque, la rue, etc...Actif à Paris de 1834 à 1859, le peintre, lithographe et caricaturiste Théodore Maurisset (1803-1860) est l'auteur de la fameuse lithographiée intitulée La Daguerréotypomanie qui, parue en décembre 1839, épinglait l'engouement des parisiens pour le daguerréotype en montrant une foule se ruant sur l'établissement Susse frères (voir H. et A. Gernsheim L.J.M. Daguerre p. 103).Rare

ÉTOURNEAU

in-12 demi-veau, dos lisse à faux nerfs, pièce de titre [Rel. de l'époque]

Sabin 23096. Bon exemplaire, rare

ÎLE D'ELBE

in-8 broché sous couverture factice de papier à motifs floraux, couverture de l'éditeur conservée

128 pp., 263 numéros décrits.Seulement deux exemplaires au CCF (BnF et INHA). Très rare premier catalogue des collections de la Villa Napoleonica (ou Villa San Martino). Le bâtiment était l'une des deux résidences de Porto Ferrajo occupées par Napoléon comme Roi de l'Île d'Elbe (la résidence d'été ; celle d'hiver étant la Palazzina dei Mulini, au centre de la ville). A partir de 1839, Anatole de Demidoff (1812-1870), époux de la princesse Mathilde, fit agrandir les bâtiments et constituer un musée qui fut inauguré en 1856, et fonctionne toujours

ÎLE D'ELBE]. JULLIENNE

in-4 dérelié, titre détaché

19 pp.Un seul exemplaire au CCF (BnF). Chirurgien au 5e Régiment de Hussards, l'auteur était originaire de Porto Ferrajo, capitale de l'île d'Elbe

ÎLE DE LA REUNION

in-8 de 54 pp.

Rapport présenté par Léon Levavasseur, député de la Seine-Inférieure, à propos des pétitions présentées en avril 1791 par l'Assemblée coloniale de l'île Bourbon à la suite du refus du gouverneur d'appliquer les décisions prises par elle. Au nom du Comité Colonial, Levavasseur insiste sur le civisme et l'ordre qui règnent dans cette colonie. Il se fait l'écho de demandes concernant l'administration juridique, financière et territoriale de l'île et propose deux projets de décrets pour organiser l'ordre judiciaire et fixer les pouvoirs de l'assemblée coloniale

ÎLE MAURICE

in-4 de 10 pp. dérel