Effectuer une recherche précise :

4572 résultats

BIGELOW

The Farewell banquet to Mr John Bigelow, envoy extraordinary and minister plenipotentiary of the United States to France. Given at the Grand Hotel, december 19th 1866 by the American residents of Paris

Paris Henri Plon 1867 in-8 broché

50 pp.Seulement deux exemplaires au CCF (BnF et Ministère des Affaires étrangères). Le politicien anti-esclavagiste John Bigelow (1817-1911) fut nommé en 1865 ambassadeur des Etats-Unis à Paris, avant d'être nommé à Berlin. Mais il était présent dans la capitale française depuis 1861, au titre de chargé d'affaires. Son rôle dans la modération de la politique de Napoléon III dans la Guerre de Sécession ne fut pas mince, alors que la tentation était grande tant en France qu'en Angleterre d'intervenir aux côtés des Confédérés

BIGNICOURT Simon de

Poésies latines et françoises

Londres s.n. 1756 in-12 maroquin citron, dos lisse orné de guirlandes et fleurons dorés, filet et chaînette dorés encadrant les plats, tranches dorées, guirlande intérieure [Rel. de l'époque]

95 pp.Cioranescu, XVIII, 11 883. On ignore à peu près tout du Rémois Simon de Bignicourt (1709-1775), sinon qu'il fut conseiller au Présidial de Reims ; il publia plusieurs recueils de poésies et de maximes.Bel exemplaire

BIGOT Charles

De Paris au Niagara. Journal de voyage d'une délégation

Paris A. Dupret 1887 in-12 toile noire de l'époque, défraîchie

2 ff.n.ch., 195 pp., 1 f.n.ch.Première édition

BIGOT DE SAINTE-CROIX Louis-Claude

Histoire de la conspiration du 10 août 1792

Londres s.n. 1793 in-8 broché sous couverture d'attente de papier bleu

viij pp., 102 pp.Martin & Walter 3317. Monglond II, 827. Unique édition de ce récit, qui forme en même temps un texte de Mémoires. Louis-Claude Bigot de Sainte-Croix (1744-1803) fut le dernier ministre des Affaires étrangères de Louis XVI. Il n'exerça ses fonctions que pendant 10 jours, mais se manifesta avec courage lors des attentats du 10 août, accompagnant la famille royale jusqu'au siège de l'Assemblée. Emigré à Londres, il ne rentra jamais en France et mourut dans cette dernière ville

BIGOURDAN G.

Résumé des observations de l'éclipse totale de Soleil du 29-30 août 1905, faites à Sfax (Tunisie) Institut de France. Académie des Sciences

[Paris Gauthier-Villars (1905)] in-4 br., couv. muette bleue

6 pp. avec simple titre de départ.Extrait des Comptes rendus des séances de l'Académie des Sciences t. CXLI, p. 541 (séance du 2 octobre 1905)

BIGUEUR E.P.

De l'apoplexie occasionnée par le froid, et de la Gangrène par Congélation

Paris Didot 1817 in-4 de 22 pp. cart. moderne

V. Rozier 416. Thèse

BIJOUTERIE

"La Gerbe d'Or". 1797-1947

[S.l. Draeger (1947)] in-12 de 4 ff.n.ch. couv. crème avec décor doré et à froid en relief (la gerbe, et les dates 1797-1947), cordon noir

Jolie plaquette publiée pour célébrer les 150 ans de la bijouterie La Gerbe d'Or, fondée par Delaunay en 1797, en face de la Tour Saint-Jacques. Elle est illustrée de 2 planches de dessins en couleurs et en noir, tirés sur fond vert anis (montre-bracelet, bagues, colliers, etc.)

BILAN

Bilan (Le) de la République

Saint-Ouen (1885) in-12 de 8 pp. avec simple titre de départ

BILBAUT Théophile

Le Canal de Suez et les intérêts internationaux. La Cochinchine française et le royaume de Cambodge

Paris Challamel aîné 1870 in-8 broché sous couverture imprimée, manque de papier à la première couverture

136 pp.Seulement trois exemplaires au CCF (BnF, BULAC, Marseille). Unique édition. L'auteur défend la nécessité pour la France de développer un grand établissement en Extrême-Orient, à partir de sa colonie de la Cochinchine.Envoi autographe de l'auteur "à Monsieur Hervé"

BILLARD

Arrêt de la Cour de Parlement, qui ordonne qu'une ordonnance rendue par les officiers de la sénéchaussée de La Rochelle, concernant les jeux de billard sera exécutée selon sa forme & teneur

Paris P.-G. Simon & N.-H. Nyon 1786 in-4 en feuilles

7 pp.

BILLARD

Facture manuscrite sur papier bleu, datée de Juin 1887 de la maison Paul et fils, Tourneur-Tabletier, Rue de Rome 13, Marseille

Jolie facture pour 2 guéridons de cette maison marseillaise, fabricant de billards, mais aussi de tables, chaises, banquettes, de jeux de dames, trictracs, roulettes, etc… dont l'enseigne est un éléphant, reproduit en tête avec un billard, des jeux, théière et cafetière.Très bel état

BILLARD

Nouvelle règle de la poule au carambolage à trois billes. - Nouvelle méthode du jeu de billard

Paris Lithographie Goyer s.d. placard in-plano de 68 x 51 cm

Texte sur quatre colonnes, encadré d'une frise gravée et sommé d'une vignette représentant un billard et ses joueurs.Ce genre de placard était destiné à être affiché dans les salles de jeux pour aider à l'observance des règles et dirimer les querelles. D'ailleurs la vignette de notre exemplaire en fait figurer un aux murs de sa salle de billard

BILLARD Armand

Titres et travaux scientifiques de M. Armand Billard, doyen de la Faculté des sciences de Poitiers

S.l. [Poitiers] s.d. [1937] in-4 en feuilles, agrafé

2 ff. n. ch. (titre, liste des grades et fonctions), 13 ff. anopisthographes, le tout dactylographié.Le biologiste Armand-Eugène Billard (1871-1942) fut professeur à La Rochelle (1901-1913), puis à Poitiers (1914-1933), où il était titulaire de la chaire de zoologie

BILLARDON DE SAUVIGNY Edme-Louis

Apologues orientaux, dédiés à Monseigneur le Dauphin. Par Mr. de Sauvigny

Amsterdam E. Van Harrevelt 1765 in-12 cartonnage d'attente de papier dominoté, manque le dos

viii et 159 pp.Cioranescu, XVIII, 11912. Edition parue un an après l'originale, qui porte l'adresse de Paris. L'auteur est réellement Edme-Louis Billardon de Sauvigny (1738-1812), le poète préféré de Madame du Barry

BILLAULT A.-A.-M.

Expédition du Mexique (…) Discours de S. Exc. M. Billault, ministre sans portefeuille

Paris Typographie Panckoucke et Cie 1863 in-8 de 72 pp. br., couv. bleue impr.,

Sabin 5393. Édition originale.Important discours prononcé au Corps législatif pendant la séance du 7 février 1863.Extrait du "Moniteur universel" du 8 février 1863.

BILLOT Paul-Constant

Flora Galliae et Germaniae exsiccata, herbier publié par C. Billot. Dixième et onzième centuries

Haguenau V. Edler s.d. [février 1853] in-8 dérelié

pp. 259-282.Pritzel, 8465. Une des livraisons des Archives de la flore de France et d'Allemagne, en fait un périodique botanique dû à la collaboration de l'auteur et du Palatin Friedrich Wilhelm Schultz, qui parut de 1842 à 1869, et forme deux volumes (le premier de 526 pp., jusqu'en 1854 ; le second de 364 pp).Paul-Constant Billot (1796-1863), installé en 1830 à Haguenau comme conducteur des ponts et chaussées, consacra tous ses loisirs à la botanique pendant cinquante ans

BILON Hipolite

Aperçu sur l'ensemble de la médecine. Tribut académique présenté à l'École de médecine de Montpellier

Montpellier Tournel s.d. in-4 de 44 pp. dérelié

L'auteur était chirurgien en chef adjoint des hôpitaux civil et militaire de Grenoble

BINGER Louis-Gustave

Comment on devient Explorateur

Paris "Journal des Voyages" [et] Librairie illustrée (vers 1898) in-8 de 45 pp. et 1 f.n.ch. de table br., sous couv. jaune impr

Lorenz XIV 215.Édition originale de ce véritable manuel, par le célèbre explorateur du Niger (1856-1936). De la "Bibliothèque du Journal des Voyages". Qualités premières pour devenir explorateur, levées d'itinéraire, étude préalable des régions à parcourir, respect aux mœurs et coutumes des indigènes, composition et organisation de la mission, le campement, l'alimentation, les convoyeur, etc.Très bon exemplaire broché, portant sur la couverture l'estampille de la « Compagnie des Caoutchoucs & Produits de la Lobay »

BIONNE Henry

La question du percement de l'isthme de Panama devant un congrès international

Paris Eugène Lacroix 1864 in-8 br., couv. impr., signature à l'encre sur la couv

16 pp. et 1 planche hors texte d'un tracé approximatif du canal projet

BIOT Edouard-Constant

Essai sur l'histoire de l'instruction publique en Chine et de la corporation des lettrés, depuis les anciens temps jusqu'à nos jours ; ouvrage entièrement rédigé d'après les documents chinois

Paris Benjamin Duprat 1845 in-8 broché sous couverture d'attente de papier gris

XII et 203 pp.Cordier, Sinica, 1430. Premier mémoire seul de cette monographie qui finit par comprendre 648 pp. L'ingénieur Edouard-Constant Biot (1803-1850), fils du mathématicien Jean-Baptiste Biot, fut aussi l'élève de Stanislas Julien, devint en peu de temps un sinologue exceptionnel, dont les travaux sont toujours utilisés de nos jours

BIOT Jean-Baptiste

Notice sur Gay-Lussac, lue à la séance anniversaire de la Société royale de Londres, le 30 novembre 1850. Article extrait du Journal des savants (cahier de décembre)

[Paris] Imprimerie Nationale janvier 1851 in-4 broché sous couverture d'attente de papier bleu

14 pp.Hommage posthume. - Jean-Baptiste Biot (1774-1862) avait été chargé entre 1816 et 1826 d'une partie des cours de physique de la Faculté des sciences (acoustique, magnétique, optique), son collègue Gay-Lussac (1778-1850), titulaire de la chaire, s'occupant de l'électricité, du galvanisme, de la chaleur et des gaz

BIOT Édouard-Constant

Lettre autographe signée à Natalis Rondot

Paris 19 mai 1847 3 pp. in-4 in-8 avec quelques caractères chinois dans le texte, adresse

Au sujet de la signification de trois noms de districts chinois:"Depuis les Han, le Siu-Tcheou du Kiang-nan a conservé le même nom [...]. En remontant plus haut, ce nom désigné dans le chapitre Yu-kong du Chou-xing, le pays compris entre le mont Tchaï-chan du Chang-toung et le Hoaï, paysa essentiellement montagneux. Le nom de Hoaï-Tcheou a été porté, sous les Thang, par l'arrondissement de Thang, dont le chef-lieu est situé sur un affluent du Hoaï-ho et dépend de Nan-Yang-fou (Ho-nan). Ce nom a pu aussi, vers la même époque, désigner une partie du pays arrosé par la rivière Hoaï, qui se jette dans le Hoang-ho près de son embouchure actuelle. Le nom de Hou-kiun n'est pas dans mon Dictionnaire [...]. Le mot Kiun désignait au 3e siècle avant l'ère chrétienne, des provinces ou grands districts. Thsin-chi-hoang en avait établi trente-six dont plusieurs avaient le nom de Kiun. Plus tard ce même mot a désigné des départements...".Il est ensuite question d'une étoffe dont le nom ne se trouve pas dans le Tcheou-li, puis de son élection à l'Académie des inscriptions et belles-lettres, où il entrera la même année.Ingénieur et sinologue, Édouard Biot (1803-1850) est l'auteur de nombreux ouvrages et mémoires concernant l'astronomie, les sciences, la géographie, l'histoire, la vie sociale et l'administration de la Chine. Il publia, en 1842, un Dictionnaire des noms anciens et modernes des villes et arrondissements dans l'Empire chinois. Son correspondant, Natalis Rondot (1821-1900), était un économiste qui participa, en 1843, à une mission extraordinaire envoyée en Chine pour y négocier des traités de commerce; il contribua ensuite au développement de l'industrie de la soie à Lyon

BIRCH Samuel

Mémoire sur une patère égyptienne du Musée du Louvre. Traduit de l'anglais par M. Chabas (...). Extrait du tome XIV des Mémoires de la Société impériale des antiquaires de France

Paris Typographie de Ch. Lahure 1858 in-8 broché sous couverture factice verte

2 ff.n.ch., 74 pp., un f. volant d'errata, quelques illustrations dans le texte.Responsable du Département des antiquités orientales de sa création en 1866 jusqu'en 1885, Samule Birch (1813-1885) fut un expert reconnu dans toute l'Europe dans le domaine de l'égyptologie. Un des pionniers de la muséologie scientifique, on lui doit de très nombreuses publications dont le premier dictionnaire d'égyptien.Envoi autographe à l'archéologue Melchior de Vogüé (1829-1916)

BIRMANIE

Compendium Doctrinae Christianae idiomate Barmano sive Bomano

Romae 1776 in-8 de 40 pp. (numérotées en birman) cartonnage muet post., lég. rous., rest. au f. de titre et au coin inf. des derniers ff

Cordier, Bibl. Indosin., 287.Édition originale de ce résumé de la doctrine chrétienne entièrement en birman, imprimée par la Congrégation de la Foi

BISCUITERIE

Les Usines Lefèvre-Utile. Nantes

[Paris] Draeger s.d. [1913] in-12 oblong (12 x 18 cm) broché sous couverture illustrée, cordonnet doré au dos

32 pp., illustrations dans le texte, dont un plan et 3 en couleurs représentant les biscuits produits par la marque.Un seul exemplaire au CCF (BnF). Très agréable présentation des usines de la biscuiterie Lefèvre-Utile installées à Nantes Quai Baco depuis 1885.L'entreprise Lefèvre-Utile avait été créée dès 1846 par Jean-Romain Lefèvre, originaire de Varennes-en-Argonne dans la Meuse et créateur de la maison Lefèvre-Denise à Nancy, et par son épouse, née Isabelle Utile. C'est au départ une pâtisserie artisanale installée 5 rue Boileau, fabriquant des biscuits à la façon de Reims. En 1882, le fils du couple, Louis Lefèvre-Utile (1858-1940), rachète la société de ses parents et décide d'industrialiser la production. Il s'installe sur les quais, au bord de la Loire. En 1886, il crée le célèbre Petit Beurre, qui devient le produit de référence, et en 1887, il fonde la société LU avec son beau frère Ernest Lefièvre

BISSEL Johann

Argonauticon Americanorum, sive Historiae periculorum Petri de Victoria ac Sociorum ejus. Libri XV

Gedani [Dantzig] G. Jansson van Waesberge [à Amsterdam] 1698 in-12 cart. anc. brun marbré, un peu usé, un mors fendu, étiquette avec cote de rangement au dos

18 ff.n.ch. pour la carte-frontispice (Amérique), le titre gravé, le titre imprimé et les pièces préliminaires, 405 pp., 7 ff.n.ch. de table.Sabin 99444. Borba de Moraes 108: "Bissel gives information about the Jesuit missions in America and the Amazon". Leclerc 67. Jantz, "German Baroque", 513. Sommervogel I, 1515. JCB (4) 379. "European Americana" 698/22. Seconde édition.Ce livre curieux a paru pour la première fois en 1647. Il ne s'agit pas de la traduction latine de la relation du jésuite Pedro Govea de Victoria (Naufragio y peregrinacion en la costa del Peru, 1610), mais d'un ouvrage différent basé sur le même texte, écrit par un autre membre de la Compagnie.Bon exemplaire à toutes marges, dans un cartonnage ancien

BISSETTE Cyrille-Charles-Auguste

Dénonciation contre m. le comte de Peyronnet, ancien ministre de la justice

Paris E. Duverger 1828 libelle pet. in-8 de 16 pp. dérelié

Le comte de Peyronnet (1778-1854), pendant son mandat de ministre de la justice fit adopter des lois rétablissant la censure

BISSETTE Cyrille-Charles-Auguste

Lettre au ministre de la Marine et des colonies, sur la nécessité d'arrêter la réaction aux Antilles françaises

Paris Imprimerie de Auguste Mie 1831 in-8 broché sous couverture imprimée de l'éditeur

16 pp.Sabin, 5650. Datée du 2 novembre 1831, cette missive dénonce, avec de nombreux exemples à l'appui, la persistance d'un système illégal d'oppression mis en place par les Békés et dirigé à la fois contre les libres de couleur et les Blancs refusant de se plier aux injustices organisées.Homme de couleur libre et propriétaire, Cyrille Bissette (1795-1858) se mêla très tôt aux actions entreprises en vue de l'émancipation des Noirs, ce qui, dans la société coloniale de la Martinique sous la Restauration, ne pouvait que lui attirer moult ennuis

BISSUEL Henri

Le Sahara français. Conférence sur les questions sahariennes faite les 21 et 31 mars 1891 à MM. les officiers de la garnison de Médéa. Avec une carte

Alger Adolphe Jourdan 1891 in-8 demi-basane fauve modeste, dos lisse orné de filets dorés [Rel. de l'époque], reliure très frottée, cachets

3 ff.n.ch., 214 pp., un f.n.ch. d'errata, 10 planches hors texte en dépliant, dont 9 fac-similés d'écriture Tamahaq, et une carte.Tailliart, 1111. Unique édition de cette monographie de circonstance, qui contient de nombreux renseignements sur le senoussisme et sur les Touaregs

B….. J.-B.-A.

Mythologie des enfans par J.-B.-A. B….., Ex-aggrégé de l'Université de Paris

Paris Chez Debray [et] De l'Imprimerie de Gillé Fils An X - 1802 in-12 d'un titre et 303 pp. dérel

BLACKBURN Thomas W.

Les Fugitives. Poésies diverses

Maurice Imprimerie Dupuy 1889 in-12 dérelié, première couverture conservée, traces d'humidité

2 ff. n. ch., 69 pp. et 1 f. n. ch. de table.Aucun exemplaire au CCF ni au Worldcat. Toussaint et Adolphe A.1086. Edition originale très rare de ce recueil de poèmes

BLAISE Lelio Michel, dit

Pages oubliées. (Nouvelles et contes)

Port-Louis, Maurice Imprimerie du "Standard" 1901 in-8 broché

3 ff. n. ch., 44 pp.Toussaint et Adolphe 1284. Edition originale.Ces courts récits préfacés par J.-O. Bijoux (auteur plusieurs fois cité par Toussaint et Adolphe), ont d'abord paru dans la Défense et dans d'autres journaux entre septembre 1898 et septembre 1900. Ce petit volume publié à l'île Maurice porte les marques caractéristiques d'une impression quelques peu artisanale

BLANCARD Pierre

"Relation de la route et des circonstances du naufrage du vaisseau le Duc de Duras de Marseille commandé par le capitaine Pierre Blancard, parti de l'Isle de France pour Pondichery le 26e février 1777 et naufragé sur l'isle d'Emiti l'une des Maldives située par les 3 degrés 12 minutes de lattitude nord et par les 71 degrés de longitude orientale

1777 pet. in-folio (23 x 36 cm) de 8 ff.n.ch. et 2 f. bl. légères taches, conservé dans un étui-chemise demi-veau marron, dos lisse orné, pièce de titre rouge

Manuscrit autographe non signé du navigateur Pierre Blancard, comportant de nombreuses ratures et additions, mais cependant très lisible.Départ de l'Isle de France le 26 février 1777, mouillage à l'île Bourbon, puis des vents contraires l'obligent à "passer par la route de Mr. le chevalier Grenier (que j'avais déjà faite […] dans mon précédent voyage à Moka". Le navire s'échoue le 12 avril sur un récif des Maldives. La mer est si grosse qu'il n'est pas question d'utiliser un canot. Le capitaine fait construire un radeau qui permettra à tous les hommes d'atteindre une île voisine, mais le transport à terre de la cargaison se fait difficilement et très lentement. Les habitants de l'île leur vendent du riz et pillent le lendemain la cargaison restée à bord. Neuf jours plus tard des bateaux indigènes viennent les chercher pour les présenter au roi des Maldives. Il y a parmi les naufragés l'épouse de l'intendant de Pondichéry, Mme Chevreau, à qui le roi fait une grande réception. Blancard proteste vivement auprès du roi pour s'être fait voler et s'étend sur les négociations engagées pour récupérer ce qui se trouvait à bord. Le roi lui rend une partie de sa cargaison, quelques caisses de corail et de draps, et garde le reste pour lui. Enfin, "nous embarquames le 15 may, pour passer à Pondichery ou nous arrivames le 24 du même mois."Parmi les naufragés se trouvait Barras, le futur révolutionnaire qui n'est cependant pas mentionné dans le manuscrit.Le capitaine marseillais Pierre Blancard (1741-1826), fils d'un capitaine marin, "il suivit la carrière paternelle et fit, de 1759 à 1771, dix voyages aux Antilles pour le compte de diverses maisons de commerce. Capitaine en second de la Thétis, armée par les Audibert, de Marseille, il fit, de septembre 1771 à décembre 1772, un voyage à Batavia ; comme capitaine du Gracieux, il visita, de juin 1773 à avril 1775, Ceylan et les Indes. Commandant le Duc-de-Duras, il fit naufrage aux Maldives en 1777. Pendant la guerre d'Amérique, commandant le Saint-Charles, naviguant sous pavillon toscan, il ravitailla aux Indes, en 1783-1785, l'escadre de Suffren. L'année suivante, sur le même navire, il commerça en Cochinchine, à Macao, à Canton, dans l'Inde, et rapporta de Chine, à l'abbé Audibert de Ramatuelle, les premières boutures de chrysanthème. Rentré en France à la fin de 1789, il fut délégué par le Luminaire Saint-Elme (corporation des gens de mer de Marseille) à la fête de la Fédération à Paris, fut présenté au roi lors de la revue du 14 juillet 1790 et, le 25, se rendit aux Tuileries pour lui apporter les hommages des capitaines de navires. Les deux discours qu'il prononça à cette occasion portent le nom de Blancart. Après avoir rendu compte à ses commettants, Blancard s'embarqua de nouveau sur l'Argonaute (ex-Saint-Charles) et retourna en Chine. Sur le chemin du retour, il apprit l'état de guerre existant entre la France et l'Angleterre ; aussi se rendit-il à Philadelphie, où il vendit sa cargaison et son navire. Rentré en Provence, il se retira à Aubagne, où il mourut, le 7 avril 1818. Il avait publié, en 1806, un Manuel du commerce des Indes Orientales et de la Chine, qui fut très apprécié". (Dict. de biogr. française). Il est resté célèbre pour avoir été le premier à importer en France des boutures de chrysanthèmes depuis la Chine, en 1789.Important manuscrit inédit rédigé par Pierre Blancard, probablement pour se justifier auprès de ses armateurs

BLANCHARD R.

Traité de zoologie médicale

Paris J.-B. Baillière 1889-1890 2 forts vol. in-8 demi-bas. rouge-orangé, dos ornés [Rel. de l'époque], petite déchir. à 1 f

1) 2 ff.n.ch., pp. [V]-VIII, 808 pp. Ornée de nombreuses figures dans le texte, quelques-unes réhaussées de couleurs.2) 2 ff.n.ch., 892 pp. X.Edition originale de cet ouvrage

BLANCHARD R.

Traité de Zoologie médicale

Paris J.-B. Baillière 1889-1890 2 forts vol. in-8 demi-bas. verte [Rel. de l'époque], dos. passés, rouss

1) VIII et 808 pp. 2) 2 ff.n.ch. 883 pp. + cat. Baillière pp. 885 à 892.Nombreuses figures dans le texte.Première édition

BLANCHET François

Apologues et contes orientaux, etc. Par l'auteur des Variétés morales et amusantes

Paris Chez Debure fils aîné 1784 in-8 maroquin rouge, dos à nerfs orné à la grotesque, filets et roulette dorés encadrant les plats, dentelle intérieure, doublures et gardes de soie verte, tranches dorées [Rel. de l'époque]

2 ff.n.ch., lvj et 285 pp., 1 f.n.ch., portrait gravé de l'auteur en frontispice.Conlon 84:794.Édition originale du tout dernier ouvrage de l'abbé Blanchet (1707-1784), parue juste après sa mort et qui fut une des sources du Vathek de Beckford. En tête figure le portrait de l'auteur gravé par Aubin et une longue biographie due à Jean Dusaulx.Très bel exemplaire, sur grand papier, dans une fine reliure en maroquin rouge ornée

BLANDIN Philippe-Frédéric

De plaies d'armes à feu dans les articulations. Déterminer les cas dans lesquels l'amputation doit être pratiquée, et ceux dans lesquels on peut avoir recourt à la résection. Thèse

Paris Imprimerie Tilliard 1833 in-4 de 2 ff.n.ch., II et 37 pp. cart. moderne

BLANDIN Philippe-Frédéric

Thèse sur cette question : parallèle entre la taille et la lithotritie, soutenue le 24 juillet 1854, au concours pour la chaire de clinique chirurgicale, vacante à la Faculté de médecine de Paris

Paris Imprimerie de Félix Locquin 1834 in-4 cartonnage Bradel moderne de papier vert, pièce de titre noire en long

titre, 166 pp.Edition originale de cette importante étude, en partie innovante. Les deux chaires de clinique chirurgicale de la Faculté de Paris devinrent vacantes en 1834 et 1836, par la mort successive d'Alexis Boyer et de Guillaume Dupuytren. Le chirurgien Philippe-Frédéric Blandin (1798-1849) concourut à chaque fois ; il sera l'auteur du premier traité de chirurgie plastique: "Autoplastie", Paris, 1836.Cartonnage signé de Honnelaître

BLANQUI Jérôme-Adolphe

Algérie. Rapport sur la situation économique de nos possessions dans le nord de l'Afrique. Lu à l'Académie des sciences morales et politiques, dans les séances des 16, 23 et 30 novembre, 7 et 15 décembre 1840

Paris W. Coquebert 1840 in-8 dérelié

2 ff.n.ch., 104 pp.Tailliart 2281. Le célèbre économiste Adolphe Blanqui (1798-1854), frère aîné de l'agitateur Auguste Blanqui, avait été envoyé en mission en Algérie par l'Institut, pour y estimer l'état du développement économique. Il trace un portrait nuancé, mais peu optimiste, sur les opportunités d'une colonisation

BLANQUI Jérôme-Adolphe

Voyage en Bulgarie pendant l'année 1841.

Paris W. Coquebert 1843 in-12 dérelié, titre frotté

x et 414 pp.Édition originale. Célèbre économiste et membre de l'Institut, Adolphe Blanqui (1798-1854) visita la Bulgarie à la demande du ministre des Affaires étrangères, François Guizot, qui voulait connaître l'état de ce pays où une partie des populations chrétiennes venait de se soulever contre les Turcs. Après être passé par Strasbourg, Munich et Vienne, il arriva à Belgrade et traversa la Turquie d'Europe, visitant successivement Vidin, Belgrachick, Nissa, Tzaribrod, Ichtiman, Yénichen ou Novozélo, Tatarbazardschick, Philippopolis, Ousounjova, Andrinople, Khafsa, Eski-Baba, Tchorlou, Silivri et Constantinople. Au retour, il passa par l'archipel grec, Malte, Naples, débarqua à Marseille et rentra à Paris. Son récit contient de nombreux détails sur les pays visités : mœurs, coutumes, religion, monuments, etc., ainsi qu'un exposé sur les causes de l'insurrection des Bulgares en 1841 (pp. 175-181)

BLAZE E.

La vie militaire sous l'Empire, ou Moeurs de la garnison, du bivouac et de la caserne

Paris Au bureau de l'Album des théâtres, Moutardier, Desforges 1837 2 vol. in-8 demi-veau fauve à coins, dos à faux nerfs ornés de filets dorés et fleurons à froid, tr. marbrées [Rel. de l'époque], un peu usée, qq. rouss

1) 2 ff.n.ch., 420 pp. - 2) 2 ff.n.ch., 374 pp., 1 f.n.ch. (table), 4 pp. (prospectus pour "Le Journal des Chasseurs").Tulard 169. La première édition parut sans date, en un seul volume.Récits variés surtout des vélites, l'école militaire de Fontainebleau, les marches, les bivouacs, les cantinières, les maîtres d'armes, le chirurgien, les cantonnements, les visites de corps, les revues, l'exécution militaire…Ex-libris Prince Roland Bonaparte

BLIN DE SAINMORE Adrien-Michel-Hyacinthe

Lettre de la Duchesse de La Vallière à Louis XIV, précédée d'un abrégé de sa vie

Londres, et se trouve à Paris Le Jay 1773 in-8 demi-veau marine, dos lisse orné de filets dorés, tranches marbrées [Reliure du XIXe s.]

56 pp., une planche gravée par Dupin fils sous la direction de Saint-Aubin, d'après le tableau de Charles Le Brun, sous serpente, et une vignette en-tête.Cioranescu, XVIII, 12 137. Cohen, 155. Unique édition de cette pièce de vers parfaitement fictionnelle. La rédaction de missives supposées était une des spécialités de Blin de Sainmore (1733-1807).Exemplaire du bibliophile gantois Théodore de Valenzi (1813-1855), qui collectionnait avec prédilection les écrits macaroniques ou burlesques, avec vignette ex-libris contrecollée sur les premières gardes

BLOCH Simon

Le Conservateur de la vue, par Bloch, père et fils, opticiens, Place Gutenberg, 5, à Strasbourg

Strasbourg Imprimerie de G. L. Schuler 1840 in-16 broché sous couverture imprimée

24 pp.Un seul exemplaire au CCF (BnF). Plaquette publicitaire très rare, contenant deux chapitres sur les lunettes (Du choix des lunettes ; Inconvénients et dangers des lunettes communes)

BLOCQUEL Simon-François

Le Petit déserteur, ou les Aventures malheureuses d'un jeune garçon, suivi de l'histoire de l'enfant prodigue…

Paris-Lille Delarue; Castiaux [vers 1845] in-24 oblong cartonnage illustré d'éditeur, rest

46 pp., 1 f.n.ch. d'annonces, 6 planches gravées à l'eau forte.Livre pour enfants contenant deux contes très moralisants composés par le fécond polygraphe douaisien Simon-François Blocquel (1780-1863). Charmant cartonnage reprenant, au plat inférieur, une des gravures de l'ouvrage

BLONDEL Edouard

Deux ans en Syrie et en Palestine (1838-1839)

Paris P. Dufart [Imprimerie de Crapelet] 1840 in-8 percaline verte de l'époque, dos orné de filets dorés, tranches mouchetées, quelques rousseurs

2 ff.n.ch., pp. v-vij, 296 pp.Tobler p. 162. Rohricht p. 393. Première édition.Une importante partie de cet ouvrage est consacrée au Liban, à savoir les chapitres I à XIII, le reste se concentrant sur les villes de Damas, Alep et Jérusalem

BLONDEL Jacques-François

De l'Utilité de joindre à l'étude de l'architecture, celle des sciences et des arts qui lui sont relatifs. Extrait du troisième volume du Cours d'architecture de Jacques-François Blondel

Paris veuve Desaint 1771 in-8 dérelié, mouillures claires

2 ff.n.ch., 80 pp.Première édition séparée. Le Cours d'architecture civile parut en six volumes de 1771 à 1777. Neveu de Jean-François Blondel, Jacques-François (1705-1774) fut moins un réalisateur qu'un théoricien, dont l'influence fut considérable tout au long du XVIIIe siècle en dépit de références déjà archaïques de son temps

BLONDEL Léon

Nouvel aperçu sur l'Algérie

Paris Delaunay 1838 in-8 demi-chagr. vert foncé, couv. cons. [Rel. moderne]

2 ff.n.ch., pp. [V] à XVI et 172 pp. Envoi autographe de l'auteur à "Monsieur Sol Intendant civil à Oran, Hommage de l'auteur, L. Blondel"

BOBAN Eugène

Table analytique générale des matières contenues dans les deux volumes des Documents pour servir à l'histoire du Mexique. Catalogue raisonné de la collection de M. E.-Eugène Goupil

Paris Ernest Leroux 1891 gr. in-4 de 61 pp. et 1 f. bl. br., couv. impr., déchirure restaurée

Ce catalogue monumental, recensant 372 manuscrits pictographiques mexicains, est recherché pour l'abondance et la qualité des notices et commentaires. Cette table permet d'en tirer le meilleur parti. Petite auréole marginale

BOCOURT M.F.

Sur quelques reptiles de l'isthme de Tehuantepec (Mexique) donnés par M. Sumichrast au Muséum

[Paris] [Veuve Bouchard-Huzard] 1876 in-8 de 26 pp. et 1 f bl. br., couv. papier bleu, nom de l'auteur et titre manuscrits, non coupé, mouillure en coin, taches claires sur la couverture

Rare tiré à part extrait du Journal de zoologie publié par Paul Gervais (tome V pour 1876) qui a échappé à Sabin.Marie-Firmin Bocourt (1819-1904), artiste et zoologue français, collabora avec Auguste Duméril (1812-1870), titulaire la chaire d' herpétologie et d' ichtyologie du Muséum national d'histoire naturelle de Paris depuis 1857, à sa contribution la plus importante en matière d' herpétologie: la partie consacrée aux reptiles dans le compte rendu de la Mission scientifique au Mexique dans l'Amérique Centrale qu'il dirigea

BODEAU A.

Description de l'épidémie [de typhus] qui a régné parmi les prisonniers français pendant l'hiver de 1809, à 1810, à Dartmoor, dans le comté de Devon. Thèse

Paris Didot jeune 1815 in-4 de 21 pp. dérel.

A échappé à V. Rozier.L'auteur était chirurgien aide-major aux ambulances

BODICHON Eugène

Considérations sur l'Algérie

Paris Comptoir français de la librairie 1845 in-8 cartonnage de papier marbré un peu postérieur, pièce de titre fauve en long, tranches mouchetées, quelques traces d'humidité

VI pp., un f. n. ch. d'errata, 150 pp., un f. n. ch. de table.Tailliart 2284. Unique édition de ce réquisitoire étonnant dirigé à la fois contre les fonctionnaires de l'Algérie et le rôle excessif de l'armée, qui ne dut guère attirer de louanges à l'auteur, comme il le note dès l'exergue : "Publier un ouvrage si peu sympathique, vous qu'aucune position élevée ne protège, vous habitant d'un pays où l'autorité peut si aisément lancer contre vous, et arrêté d'expulsion, et des hommes de plume, d'épée, de robe : c'est là commettre une grave imprudence". Le Nantais Eugène Bodichon (1810-1885) était un médecin exerçant à Alger ; il avait commencé par approuver les méthodes de la terre brûlée mises en oeuvre par les militaires, avant de tourner spectaculairement casaque

BODINIER Jules-Frédéric

Essai sur le traitement des plaies par arme à feu de l'articulation scapulo-humérale. Thèse pour le doctorat en médecine

Paris A. Parent 1879 in-8 broché

40 pp.Seulement deux exemplaires au CCF (BnF et BIUM).Envoi autographe de l'auteur à son confrère Castellanche

BODONI - GIUSTI Giambattista

Versi

Parme Co'tipi Bodoniani 1801 gr. in-4 demi-vélin à coins [Rel. de l'époque], coiffes arrachées

1 f. blanc, frontispice, titre et 67 pp. Brooks 817: "Bella edizione con una graziosa incisione in principio fatta da Rosaspina"

BODONI - RICHERI Luigi

La linea della bellezza. Poemetto

Parma Co' tipi Bodoniani 1809 in-4 de 3 ff.n.ch. et 20 pp. bradel cart. papier vert, dos muet [Rel. de la fin du XIXe siècle], dos passé, coiffes frottées

Brooks 1070. Édition originale. Sans le premier f. blanc.Relié à la suite: BONDI (Clemente). Orazione accademica sopra Maria Vergine assunta in cielo. [Parma, Bodoni], 1794, 2 ff.n.ch., XXII pp. et 1 f. blanc.Brooks 566. Édition originale. Discours dédié au cardinal Luigi Valenti

BOILEAU François

Essai sur les fièvres bilieuses épidermiques observées à Metz parmi les cannoniers de la garde, sur la fin de l'anée 1813. Thèse

Paris Didot 1814 in-4 de 25 pp. cart. moderne

BOIS

Déclaration du Roi, portant règlement pour le Mesurage & le Prix des Bois destinés à l'Approvisionnement de Paris, avec Diminution des Droits sur le Charbon de Terre. Donnée à Versailles le huit juillet mil sept cent quatre-vingt-quatre

Paris P. G. Simon, & N. H. Nyon 1784 in-4 de 7 pp. avec simple titre de départ dérelié

Cette réforme supprime la mesure à l'anneau, distingue les espèces de bois selon trois dénominations (bois neuf, flotté et blanc), impose un mesurage juste - avec les membrures nouvellement construites, et augmente le prix des bois et du charbon de bois, "pour attirer l'importation & pour assurer l'approvisionnement de Paris, devenu presque double de ce qu'il était autrefois"

BOIS Cdt Alexis

Sénégal et Soudan. Travaux publics et chemins de fer

Paris Challamel aîné 1886 gr. in-8, demi-toile rouge, dos lisse, pièce de titre noire [Rel. moderne]

2 ff.n.ch., iii et 75 pp., 1 carte repliée.Clozel, 182. Rare. Grande carte lithographiée repliée d'Afrique de l'ouest

BOIS Désiré

La récolte et l'expédition des graines & plantes vivantes (…) Leçon faite au Muséum (Enseignement spécial pour les voyageurs naturalistes). Deuxième édition

Paris Les Fils d'Emile Deyrolle 1911 in-8 de 24 pp. br., couv. verte impr., étiq. collée sur le premier plat

Illustré de 12 figures dans le texte.Envoi autographe signé de l'auteur sur la couverture: "A Monsieur Becquerel professeur au Muséum, hommage de son bien dévoué D. Bois". Jean Becquerel était titulaire de la chaire de physique appliquée aux sciences naturelles depuis 1909

BOISMONT Nicolas Thyrel de

Oración funebre del altissimo, poderosissimo, y excelentissimo Principe, el Señor Don Luis Delphin, pronunciada en la Capilla del Lovre el dia 6 de Marzo 1766 ante los Señores de la Acadelmia Francesa (...). Y traducida en castellano por Bartholomè Antonio Bertera

Paris Didot 1766 in-12 broché sous couverture d'attente de papier noir marbré, non coupé

titre, 36 pp., un f. n. ch. d'errata.Cioranescu, XVIII, 61 935 (pour l'originale française). Seulement deux exemplaires au CCF (BnF et Mazarine). Cette oraison funèbre du Dauphin, fils de Louis XV, fut évidemment prononcée en français : Nicolas Thyrel de Boismont (1715-1786), réputé comme un des premiers orateurs sacrés de son temps, était devenu en 1749 prédicateur ordinaire du Roi

BOIS - PARIS

Arrest de la Cour de Parlement, qui homologue une ordonnance rendue par les Officiers du Bureau de la Ville de Paris, au sujet de la vente & de la livraison des bois dans les Chantiers de laditte Ville de Paris. Du six juillet mil sept cent quatre-vingt-quatre

Paris P. G. Simon, & N. H. Nyon 1784 in-4 de 8 pp., avec simple titre de départ dérelié

Cet arrêt détaille les conditions de fabrication de nouvelles membrures (sorte de charpente servant au "mesurage du bois de corde dans les chantiers"), plus solides et plus fiables que celles utilisées jusque-là

BOISSONS

Arrest contradictoire du Conseil d'Estat du Roy, qui condamne M. le marquis de Rannes à souffrir les visites, exercices & recensemens des commis dans son château, & à payer les droits d'entrée des boissons qu'il y fera entrer ou façonner, conformément aux règlemens (...). Fait défenses au fermier d'Alençon, & à tous autres, d'accorder aucune exemption des droits d'aydes & autres y joints (...). Du 27 septembre 1751

Paris P. Prault 1751 in-4 en feuilles

7 pp.Le nom de la paroisse s'écrit maintenant Rânes ; la localité est située dans l'Orne. Quant au marquis seigneur du lieu, il s'agit de Charles-Louis d'Argouges (1709-1787), maréchal de camp

BOISSONS

Le Thé, poëme, par Alexandre P.....

Bordeaux Imprimerie de veuve J.-B. Cavazza 1823 in-8 broché, couverture illustrée

2 ff.n.ch., pp. 5-15.Un seul exemplaire au CCF (BnF). Unique édition de ce poème resté anonyme

BOIS - TRANSPORT

Arrêt du conseil d'état du Roi, qui prolonge de Dix jours l'effet de celui du 15 février dernier, pour l'approvisionnement de Bois de Paris. Du 1er mars 1784

Paris Imprimerie royale 1784 in-4 de 3 pp., avec simple titre de départ dérelié

La Seine ayant débordé, cet arrêt prolonge l'autorisation de transporter le bois pour Paris par la route

BOLUT J.-N.-F.-X.

Dissertation sur le Goître

Paris Didot 1820 in-4 de 19 pp. cart. moderne

A échappé à V. Rozier. Thèse.Bolut, né à Moissey (Jura); était chirurgien sous aide-major à l'hôpital du Val-de-Grâce

BOMBONNEL

Bombonnel le tueur de panthères. Ses chasses écrites par lui-même

Paris L. Hachette et Cie 1860 in-12 demi-bas. bleue, dos orné [Rel. de l'époque], rousseurs

2 ff.n.ch., II et 300 pp. Thiébaud col. 111. Première édition

BONAPARTE

Les Élèves du Prytanée de Paris au Premier Consul Bonaparte, sur l'attentat du 3 nivose

Paris Setier et Compagnie Nivôse An IX [22 décembre 1800 / 20 janvier 1801] in-8 cousu, couverture muette papier vergé bleu

Titre et 22 pp.Inconnu de Monglond.Recueil de circonstance publié après l'attentat royaliste du 3 nivôse an IX (24 décembre 1800), dit attentat de "La Machine infernale", perpétré rue Saint-Nicaise, contre Bonaparte, alors Premier Consul.Le livret s'ouvre sur un Dialogue Entre l'ombre de Robespierre et celle d'un citoyen mort dans l'explosion du 3 nivôse an IX. Rappelons que cet cet attentat auquel Bonaparte échappa par miracle fit une trentaine de morts et plus d'une centaine de blessés, pulvérisant plusieurs maisons de la rue Saint-Nicaise. Bel exemplaire, tel que paru

BONAPARTE Charles-Lucien

Remarques à propos des Observations de M. Emile Blanchard sur les caractères ostéologiques chez les oiseaux de la famille des psittacidés, et tableau des genres de perroquets disposés en séries parallèles

Paris Imprimerie de Mallet-Bachelier s.d. [1857] in-4 broché, couverture factice de papier bleu, non coupé

9 pp., un f. n. ch.Aucun exemplaire au CCF. Très rare extrait des Comptes rendus des séances de l'Académie des sciences, t. XLIV. Dernière communication de l'auteur avant sa mort. Un peu méconnu parmi tous les membres de la dynastie Bonaparte, fils aîné de Lucien et d'Alexandrine de Bleschamp, Charles-Lucien Bonaparte (1803-1857) fut un ornithologue de renom ; mais il vécut plus aux Etats-Unis et dans les Etats pontificaux (il était le second Prince de Canino) qu'en France. Il fut cependant nommé en 1854 directeur du Jardin des Plantes de Paris par son cousin

BONAPARTE Roland

Documents de l'époque mongole des XIIIe et XIVe siècles

Paris imprimé pour l'auteur 1896 grand in-8 broché, non coupé, légères mouillures sur les bords des couvertures

11 pp., 4 pl. h.t. dont 3 dépl.Cordier, Bibliotheca Sinica, 683-684, pour l'édition originale de 1895. Seconde édition, illustrée de 4 planches hors texte et 3 photographies dans le texte, reproduisant une vue d'ensemble de la porte de Kiu-yong Koan, ainsi que les bas-reliefs et les inscriptions qui s'y trouvent. "Cette porte monumentale se trouve dans la passe de Nan-K'eou, sur la route de Pékin à Kalgan […]. Cette porte est remarquable par les sculptures dont elle est ornée et surtout par les deux grandes inscriptions qui sont gravées sur les deux parois intérieures de la voûte. Ces inscriptions, qui datent de l'année 1345, sont écrites en six langues différentes, à savoir : le sanscrit, le tibétain, le mongol en caractères de ’Phags-pa, le turc ouïgoure, le chinois et enfin une langue totalement inconnue dont on ne possède jusqu'ici que cet unique spécimen…" (p. 5). Cette dernière inscription, probablement en Si-hia, est ici reproduite. Sont reproduits également deux estampages d'inscriptions sur pierre achetés à Pékin par M. Devéria, les textes datant respectivement de 1283 et 1288

BONAPARTE Roland

Une excursion en Corse

Paris Imprimé pour l’auteur 1891 in-4 demi-chagrin rouge, couv. cons. [Rel. moderne]

xi, 273 pp., 2 ff.n.ch. et 6 planches h.t. reproduisant des photographies en héliogravure.Première édition recherchée de cet ouvrage, qui est également une excellente bibliographie sur la Corse (pp. 147 à 273)

BONARD Louis-Adolphe

Un mot sur la marine

Toulon E. Aurel 1848 in-8 broché sous couverture imprimée, dos muet

2 ff. n. ch., III et 173 pp., un f. n. ch. de table.Polak, 9297. Seulement deux exemplaires au CCF (BnF et Marseille). Unique édition de ce tableau très sombre de l'état de la marine française à la fin de la Monarchie de Juillet ("Tout est à refaire dans la marine, c'est un échaffaudage craquant de tous côtés, il faut y faire une révolution radicale, si l'on veut obtenir un résultat digne de la France ; tous les palliatifs employés jusqu'à présent, pour masquer la décrépitude de l'édifice, ne tendent qu'à inspirer une dangereuse confiance à ceux qui ne voient que la surface des choses").L'attribution provient d'une note manuscrite sur la première couverture, et elle est cohérente : le futur amiral Louis-Adolphe Bonard (1805-1867) venait d'être nommé capitaine de vaisseau en 1847, et avait effectué une grande partie de sa carrière en Océanie (cf. son chapitre VII sur les colonies)

BONIFACY Auguste

A propos d'une collection de peintures chinoises représentant divers épisodes de la Guerre franco-chinoise de 1884-1885 et conservées à l'Ecole française d'Extrême-Orient

Hanoï Imprimerie d'Extrême-Orient 1931 in-4 broché

titre, 41 pp., 2 ff.n.ch., 16 planches dépliantes et une carte, le tout hors texte.Un des fascicules publiés à l'occasion de l'Exposition coloniale internationale de 1931. Sur une collection de 31 peintures acquises en 1926 à Pékin et relatant une version officielle et passablement déformée des combats de la guerre de 1884-85

BONNAFONT Jean-Pierre

Réflexions sur l'Algérie, particulièrement sur la province de Constantine, sur l'origine de cette ville et les beys qui y ont régné depuis l'an de l'Egire 1133 (1710) jusqu'en 1253 (1837)

Paris Ledoyen 1846 in-8 dérelié

2 ff.n.ch., pp. 5-59.Tailliart, 2287. Avec une liste chronologique des beys. Le médecin militaire Jean-Pierre Bonnafont (1805-1890) était de l'armée expéditionnaire de 1830 ; il resta en Algérie jusqu'en 1842 et prit part à presque toutes les grandes expéditions notamment aux deux sièges de Constantine, à l'affaire de Tafna, avec Bugeaud à l'entrevue du général avec Abd el Kader etc.

BONNAL Marcellin de

Algérie. Examen de la colonisation au point de vue pratique

Paris Imprimerie administrative de Paul Dupont 1847 in-8 dérelié

VI pp., un f.n.ch., 78 pp.Tailliart, 2692. Unique édition de cette critique qui vise à la fois les projets de colonisation militaire de Bugeaud et ceux de colonisation "capitaliste" à grande échelle. Le journaliste Marcellin de Bonnal (1816-1882) est favorable à une colonisation civile, se basant sur des exploitations de petite ou moyenne dimension

BONNARD Jean-Louis

Tong-King et martyr ou vie du vénérable Jean-Louis Bonnard, missionnaire au Tong-King décapité pour la foi le 1er mai 1852. Par un prêtre du diocèse de Lyon

Lyon Briday [Bar-le-Duc, Imp. Contant-Laguerre] 1876 in-12 de 2 ff.n.ch. et 428 pp. br., couv. beige impr., petits manques, qq. piqûres

Cordier, "Indosinica", 2051. "Dict. d'histoire et de géographie ecclésiastiques", IX, 1020-21. Édition originale.L'auteur, qui a signé la préface des initiales E.V., a enrichi le plat supérieur de la couverture d'un envoi autographe signé (mais son nom est difficilement déchiffrable).Jean-Louis Bonnard nacquit à Saint-Christo-en-Jarez (Loire) le 1er novembre 1824. "Le 8 février 1849, il partit pour la mission du Tonkin occidental. Il y travailla, sous la direction de Mgr Retord, vicaire apostolique, dans les paroisses de Ke-bang et Ke-trinh. La persécution de Tu-duc sévissait avec rage. En 1852, Bonnard séjournait dans la chrétienté de Boi-xuyen, lorsqu'il fut dénoncé, arrêté et conduit à Nam-Dinh. Au cours de son incarcération il n'eut pas à souffrir de mauvais traitements. Condamné à mort pour avoir prêché la foi catholique, il fut décapité le 1er mai 1852. Son corps et sa tête furent jetés à la mer: les chrétiens réussirent à les reprendre et les transportèrent au séminaire de Ke-vinh où ils furent inhumés. Le martyr a été béatifié par Léon XIII, par bref du 7 mai 1900". Cf. Dict. d'hist. et de géogr. eccl., loc. cit.Bon exemplaire broché, avec envoi

BONNARD Paul

La Douane française et les produits tunisiens. Seconde édition

Paris Imprimerie D. Jouaust 1890 in-8 broché

23 pp.Avocat et musicologue, Paul Bonnard (1845- ?) était aussi propriétaire d'une exploitation agricole en Tunisie ; il se montre opposé au régime du protectorat et veut faire du pays une colonie à l'instar de l'Algérie

BONNARD Paul

Madagascar après la conquête. Octobre 1895. Pas de traité avec la Reine des Hovas. - Annexion. - Gouvernement à l'aide des autorités Hovas, Sakalaves ... Les textes, réunis par Paul Bonnard

Paris Emile Kapp s.d. [1895] in-8 demi-percaline bouteille de l'époque, dos lisse, tranches mouchetées

4 ff. n. ch., pp. 9-70, un f. n. ch.Grandidier, 504. Exposé à l'usage des députés et sénateurs français sur la situation juridique créée par l'annexion du royaume Hova, réclamée à cor et à cri par les Réunionnais et le parti colonial. Avocat et musicologue, Paul Bonnard (1845- ?) était aussi propriétaire d'une exploitation agricole en Tunisie, et faisait partie des lobbys coloniaux les plus aggressifs

BONNEFONT F.

Dissertation sur les maladies goutteuses

Paris Didot an XIII (1805) in-4 de 35 pp. cart. moderne

A échappé à V. Rozier

BONNETAIN Paul

L'Extrême Orient. Ouvrage illustré de nombreux dessins d'après nature et accompagné de trois cartes dressées d'après les documents les plus récents

Paris Quantin s.d. [1887] fort vol. in-4 demi-chagrin fauve, dos à nerfs, tête dorée, couverture illustrée et dos conservés [Rel. moderne]

3 ff. n. ch., 613 pp., un f. n. ch., nombreuses illustrations en noir dans le texte et 3 cartes hors texte dont deux en dépliant.Cordier, Sinica, 2152 / Indosinica, 2433. Edition originale. Paul Bonnetain (1858-1899) se fit d'abord connaître comme journaliste spécialisé dans le reportage "exotique" avant d'embrasser en 1894 une carrière d'administrateur colonial. Commissaire du gouvernement au Laos à partir de 1896, il mourut dans des circonstances non élucidées.Le présent ouvrage correspond en partie à son expérience coloniale en Indochine (il avait été correspondant de guerre pour le Figaro en 1884-1885 pour couvrir les opérations contre les Pavillons noirs)

BONNET Amédée

De l'Oisiveté de la jeunesse dans les classes riches. Mémoire lu dans la séance publique de l'Académie de Lyon, le 26 janvier 1858

Paris ; Lyon Durand ; Savy 1858 in-8 dérelié

44 pp.Dernier écrit de l'auteur. Célèbre comme chirurgien, Amédée Bonnet (1809-1858) ne dédaignait pas les intrusions dans les matières sociales, et son constat n'a pas pris une ride : "L'éloignement des classes riches pour tout travail assujettissant et régulier, est un fait incontestable."Envoi autographe de l'auteur

BONNETERIE

Le chef de l'établissement de bonneterie du dixième arrondissement, à Monsieur le Maire de Saint-Hippolyte

S.l. [Paris] s.d. [vers 1803] in-4 en feuille

2 ff. n. ch., première page seule imprimée, renseignée manuscritement pour les mentions variables et signée.Cahours père et fils était un établissement manufacturier de bonneterie sis rue des Saints-Pères à Paris ; il avait obtenu d'Adrien-Cyprien Duquesnoy (1759-1808), le maire du Xe arrondissement (quartiers du Faubourg Saint-Germain, de la Monnaie, des Invalides et de Saint-Thomas-d'Aquin) de 1801 à 1807, le monopole des fabriques établis en faveur des orphelins et indigents. Cette lettre circulaire était adressée aux municipalités pour trouver des débouchés chez les détaillants locaux

BONNET Simon

L'Agriculture et les taupes

Besançon Imprimerie de veuve Ch. Deis 1858 in-8 broché sous couverture factice de papier vert

titre, 32 pp.Au CCF, exemplaires seulement à Besançon. Très rare monographie agronomique. Ancien aide-major de la Grande Armée, le médecin Simon Bonnet (1782-1872), originaire d’un village proche de Besançon et fils d’un agriculteur, mit au point dès 1836 un enseignement agricole, qui se voulait inspiré par la science. Cet enseignement fut distribué dans le cadre de comices agricoles, qu’il contribua à créer dans le département du Doubs avec l’appui du préfet. La première phase de cette action de vulgarisation trouva son couronnement dans sa nomination comme professeur d’agriculture en 1839 dans le même département. Dès lors, agissant au sein d'une population paysanne de longtemps assez largement alphabétisée, outre les leçons et les démonstrations, il utilisa toutes les ressources de l’imprimé (manuel, bulletins, avis, affiches) pour prolonger un enseignement qui se veut pratique.Cf. Vernus (Michel) : Un pionnier de l'enseignement agricole : le docteur Simon Bonnet, in : Ruralia (2000)

BONUCCI Antoine

Notice sur le P. Pascace Braët de la Compagnie de Jésus, l'un des dix premiers compagnons de Saint Ignace. Traduction de l'italien

Metz Nouvian 1868 in-8 de 56 pp. dérel

Les pp. 27 et 28 concernent la proposition Pascace pour la mission d'Ethiopie

BONVALOT Ed.

Chasse et pêche dans le Rosemont

Strasbourg Louis-François le Roux 1866 in-8 de 24 pp. br., couv. bleue muette

Thiebaud, 118.Tiré-à-part de la Revue catholique de l'Alsace. C'est une étude historique sur le droit de chasse en Alsace.Cachet Defrenois à Beauvais sur le f. de titre.

BORDEAUX Albert

Rhodésie et Transvaal. Impressions de voyage. Ouvrage orné de gravures. Deuxième édition

Paris E. Plon, Nourrit 1900 in-12 broché

VII et 285 pp., 8 planches hors-texte et une grande carte dépliante "in fine".Originaire de Thonon-les-Bains et ingénieur civil, Albert Bordeaux (1865-1937) a surtout étudié dans ce voyage en Afrique du Sud en 1895-1896 l'impact de l'exploitation minière sur les pays neufs

BORDEAUX Albert

Sibérie et Californie. Notes de voyage et de séjour. Janvier 1899 - Décembre 1902. Ouvrage accompagné de 22 gravures hors texte

Paris Plon-Nourrit 1903 in-12 broché

[3] ff. n. ch. (faux-titre et titre, dédicace), 345 pp., 22 planches et une carte dépliante "in fine".Originaire de Thonon-les-Bains et ingénieur civil, Albert Bordeaux (1865-1937) a surtout étudié dans ce grand périple en Californie et en Sibérie l'impact de l'exploitation minière sur les pays neufs

BORDES Léon-André

Le Paludisme en Indochine (historique, épidémiologie, état actuel de la lutte antipalustre)

Hanoï Imprimerie d'Extrême-Orient 1931 in-4 broché

34 pp., 15 planches hors texte, dont 5 tableaux et 10 planches photographiques.Un des fascicules publiés à l'occasion de l'Exposition coloniale internationale de 1931

BORDIER

Moulin à vent à ailes horizontales, tournant à tout vent ; inventé par le Sr. Bordier, menuisier-mécanicien, Passage des Quinze-Vingts, rue Saint-Honoré, n° 265, à Paris. Souscription

S.l. [Paris] s.d. [1822] in-8 broché sous couverture d'attente de papier bleu

6 pp., un f. vierge, 15 pp., une planche dépliante.Un seul exemplaire au CCF (Bibliothèque de Port-Royal). Bordier prit en 1822 un brevet de dix ans pour l'exploitation de son procédé de moulin horizontal, mais en fait il se contenta d'apporter d'heureuses modifications à des procédés déjà mis au point. Les expériences réalisées ne furent pas concluantes, comme pour d'autres projets du même genre, et le moulin vertical demeura la norme

BOREAU Alexandre

Notice sur l'agave Americana, suivie de la description de quelques plantes nouvelles ou peu connues

Angers Imprimerie de Cosnier et Lachèse s.d. [1850] in-8 dérelié

24 pp.Extrait du Bulletin de la Société industrielle d'Angers et du département de Maine et Loire. Né à Saumur, Alexandre Boreau (1803-1875), protégé par Abel Du Petit-Thouars, devint pharmacien à Angers ; il suivit les cours de Desvaux au jardin botanique de la même ville et se lança dans cette discipline. Il devint en 1838 à son tour directeur du jardin botanique d'Angers, et s'illustra par une abondante activité de publications scientifiques

BOREAU Alexandre

Notice sur la vie et les travaux de P. Fleurot (Extrait du Bulletin de la Société industrielle d'Angers, n° 1er, 21e année)

Angers Imprimerie de Cosnier et Lachèse s.d. [1858] in-8 dérelié

8 pp.Seulement deux exemplaires au CCF (Angers et Strasbourg). Sur Pierre Fleurot (1801-1849), pharmacien de Dijon, adonné à la botanique.Né à Saumur, Alexandre Boreau (1803-1875), protégé par Abel Du Petit-Thouars, devint pharmacien à Angers ; il suivit les cours de Desvaux au jardin botanique de la même ville et se lança dans cette discipline. Il devint en 1838 à son tour directeur du jardin botanique d'Angers, et s'illustra par une abondante activité de publications scientifiques

BORGNIS-DESBORDES Gustave

85 lettres autographes signées à sa famille

Versailles, Toulon, Saïgon 1868-1871 environ 550 pp., la plupart in-8 conservé dans une boîte moderne de papier gris foncé, pièce de titre noire

Dictionnaire de biographie française, VI, 1104-1105. Numa Broc, Dictionnaire illustré des explorateurs français du XIXe siècle, Afrique, pp. 40-41.Né à Provins en 1839, Gustave Borgnis-Desbordes fut admis à l'École Polytechnique en 1859, puis à l'École d'application de Metz d'où il sortit, en 1863, lieutenant d'artillerie de marine. Il fut alors affecté à Toulon. Promu capitaine en 1867, il servit à Paris avant de faire campagne en Cochinchine de février 1868 à mars 1871. Il revint ensuite à Toulon, à l'École de pyrotechnie, avant de servir à la direction de l'artillerie, puis à l'inspection générale de l'arme. Il effectua par la suite trois importantes campagnes dans le Haut-Sénégal et le Haut-Niger (1880-1883), prit part à la campagne du Tonkin (1884-1885), fut nommé, en 1890, général de division et inspecteur général de l'artillerie de marine, puis commandant supérieur des troupes françaises en Indochine en 1899. Il mourut à Hanoï en 1900. Ces lettres ont été écrites pendant la campagne de Cochinchine (1868-71) : appareillage de Toulon le 16 février 1868 à bord de la Seine, arrivée à Alexandrie le 28, visite de la ville puis du Caire, excursion aux Pyramides le 10 mars, départ pour Suez le 17 puis embarquement le lendemain sur la Sarthe, traversée de la mer Rouge, du golfe d'Aden et de l'océan Indien, arrivée à Saigon le 4 mai : installation, adaptation à la chaleur et à l'humidité, vie militaire, évocation de soulèvements en Cochinchine en juin 1868, inspection et manœuvres des troupes, rapports avec ses supérieurs, condamnation d'Annamites par un conseil de guerre, problèmes de santé (dysenterie), retour en France en septembre 1869, puis nouveau départ pour l'Indochine en décembre, avant de revenir à Saïgon le 27 février 1870. Le mois suivant, son colonel le met aux arrêts; sa maison est cambriolée, malgré la présence de six officiers, puis il est témoin, au mois de mai, d'actes d'insubordination chez les canonniers et évoque, en août, la guerre qui vient d'éclater entre la France et la Prusse. Parmi cette importante correspondance, 40 lettres sont adressées à sa mère, Louise Borgnis-Desbordes, 25 à sa sœur Claire (épouse d'Henry Lethier, ingénieur des Ponts et Chaussées), et 20 à ses frères, Ernest, Alexandre et Paul. Si la première lettre est datée de Toulon, du 19 janvier 1868, la plupart ont été écrites à Saigon entre mai 1868 et octobre 1870. Quelques-unes ont été écrites pendant la traversée, ou à Versailles, et la dernière est de Toulon, du 19 mars 1871. On joint une photographie le représentant à l'âge de 28 ans, au moment de son départ pour la Cochinchine (par Camille Rensch, photographe, 19 rue Royale à Paris), avec une carte de visite annotée, l'ensemble sous enveloppe de deuil, ainsi qu'une lettre autographe signée de son frère Ernest (Versailles, 12 décembre 1868, 2 pp. in-16). Extraits : 1868 : "J'ai été faire une excursion au Caire. J'ai parcouru les bazars célèbres de cette grande ville, j'ai visité la citadelle et sa grande mosquée, le puits de Joseph, le fossé où les Mamelouks ont été traîtreusement engagés et égorgés. J'étais accompagné d'un docteur de la Marine et du Substitut du Procureur Impérial, tous les deux aimables et joyeux compagnons... Nous quittions notre hôtel à six heures du matin et à dix heures nous étions aux pieds des Pyramides. Nous avons trouvé des Arabes qui sont là aux pieds de ces singuliers monuments, et qui vous empoignent pour vous faire monter absolument comme le feraient nos sergents de ville pour conduire un coupable récalcitrant; un Arabe vous prend la main gauche, un autre la main droite, un troisième pousse derrière, et un quatrième monte avec une gargoulette pour vous donner une goutte d'eau quand la fatigue et la sueur vous ont rendu le palais sec comme un four à plâtre. Nous avons gravi la plus haute des Pyramides, la pyramide de Chéops, qui a à peu près 152 mètres de haut... Enfin j'arrivai au sommet avec mes quatre Arabes, et après avoir aperçu gros comme des enfants mes deux compagnons qui étaient encore au 1/3 de la route, je me couchai ou plutôt je me laissai tomber par terre, épuisé par cette course fantastique faite trop rapidement…" (lettre 117-5, 14 mars, en rade d'Alexandrie). "Nous sommes au milieu de la Mer Rouge, la chaleur est étouffante, nous avons vent debout et nous remuons assez pour que la manœuvre du porte-plume soit assez difficile" (lettre 117-8, 29 mars, à bord de la Sarthe). "Le lundi 23 je vais avec un évêque, passager à bord, et un colonel d'infanterie, visiter un transport anglais, l'Euphrate. On ne peut imaginer comme les Anglais ont plus que nous le respect de la vie de leurs soldats et le sentiment du confortable… A bord de l'Euphrate on voit des infirmeries, des hôpitaux, des chambres à bains, installés avec luxe, propreté et beaucoup d'air. A bord de la Sarthe l'hôpital est dans la batterie, et les hommes malades asphyxiés par la chaleur et l'odeur de la machine et des cuisines sont dans les meilleures conditions possibles pour crever comme des chiens..." (lettre 117-9, 30 mars, Aden, à bord de la Sarthe). Saigon : "Je monte mon ménage un peu tous les jours, et j'espère arriver bientôt à être très convenablement installé. Je suis forcé d'avoir à faire aux Annamites et surtout aux Chinois qui accaparent presque tout le commerce. Les Chinois sont les Juifs de I'Asie. Le dialogue est quelquefois très amusant, le nombre de mots très limité, et par suite les nuances du langage disparaissent complètement. Ainsi, quand un Chinois veut vous faire payer un prix exagéré, pour lui dire qu'il n'est pas raisonnable, on lui parle ainsi : toi, voleur; et il répond : moi, pas voleur. Ils savent aussi le mot filou, et ils connaissent parfaitement la chose que ça veut dire..." (lettre 117-12, 11 mai, à la suite de la lettre du 12 avril). "Je me lève à 4h 1/2 ou 5 h à la lumière tous les jours, car comme adj. major je suis forcé d'assister à l'appel du matin, et d'organiser les manœuvres… Depuis lundi, c'est moi qui dirige l'éducation pratique de nos hommes; à 6 h précises une batterie attelée quitte le quartier, j'ai des mulets enragés attelés à mes voitures, et je fais faire à tout mon personnel des courses soignées jusqu'à 8 h du matin. A 8 h je rentre, je signe mon rapport de tous les jours, je signe ma comptabilité, je paye mes hommes quand c'est le jour de prêt, et je rentre me déshabiller. Je change de tout, car je n'ai pas un cheveu de sec... J'ai appris aujourd'hui la mort du fils du général Paté. Il faisait partie d'un poste qui a été massacré par les Insurgés, et le malheureux était nommé sous-lieutenant depuis 48 heures… Ce soulèvement n'aura aucune conséquence; hier le gouverneur a été informé par le cdt. de la colonne expéditionnaire que tout était entré dans l'ordre; nous n'avons à déplorer que la perte complète du personnel du poste qui a été surpris et qui se composait de 20 hommes et de 2 officiers... Nous jouissons d'ailleurs dans la Colonie d'une détestable réputation au point de vue politique. Bien des gens ne viennent pas dîner avec nous de peur d'être compromis. Il est vrai que les idées sont tellement avancées en général que moi, qui a toujours passé partout pour un révolutionnaire, je suis considéré ici comme un conservateur endurci et dangereux" (lettre 117-15, 4 au 25 juin). "Tu sais que la lutte me surexcite et produit dans tout mon être un développement momentané, mais très considérable, de ressort et d'énergie. Je me suis trouvé par la nature de mes fonctions en relations forcées avec le général d'infanterie commandant les troupes en Cochinchine. Nous nous sommes disputés de la plus belle façon au monde; j'ai mis le désordre dans toute une commission, mais j'ai réussi à être assez prudent pour en être quitte pour un magnifique sermon sur mon esprit d'opposition systématique... Tu as tort de croire mes promenades au loin dangereuses : nous sommes ordinairement cinq ou six à cheval ensemble et, sans aucune exagération, à coups de cravache nous ferions fuir au moins deux cents Annamites révoltés. Cette population n'est pas guerrière; elle a besoin d'une grande surexcitation pour arriver à se battre..." (lettre 117-22, 10 et 24 août). "J'ai été voir dernièrement un conseil de guerre jugeant des Annamites accusés d'avoir formé le complot de surprendre la citadelle, de brûler l'arsenal, de piller les magasins, etc. Ces braves gens défendaient leur pays : nous sommes ici par le droit du plus fort, et les jugements de nos conseils de guerre sont bien obligés d'avoir pour base que porter les armes contre nous, c'est se révolter contre l'autorité régulièrement établie… Bref, sur 14 accusés, onze ont été condamnés à avoir la tête tranchée. L'avocat était stupéfait; il avait défendu assez bien les accusés, mais avait cependant gardé ses arguments les plus décisifs et toute son éloquence pour la réplique. Mais le Commissaire impérial, qui était mon vieux capitaine d'artillerie de Brest, jugea inutile de lui donner l'occasion d'être aussi éloquent; et lorsqu'on lui donna la parole pour répondre à l'avocat, il déclara n'avoir rien à dire, ce qui forcément empêchait par cela même toute réplique…" (lettre 117-24, 10 septembre). 1869. Saïgon. "Il faut voir de près notre système colonial pour être bientôt convaincu que la France fait d'inutiles sacrifices pour ses colonies, tue ses hommes sous des climats affreux pour ne rien produire, diminue l'influence de notre drapeau au lieu de l'étendre... Ainsi la Cochinchine pourrait être pour la France une colonie admirable, le sol est aussi riche que celui du Bengale; le riz, le maïs, le paddy, le grahm, les fruits de toute nature, la soie, l'indigo, etc., suffisent pour faire de cette colonie française le pays le plus riche du monde. Nous sommes au milieu d'une population annamite d'un caractère timide, doux, mais peu laborieuse, peu industrieuse. Nous sommes entourés de Chinois, les Juifs de l'Asie, actifs, entreprenants, commerçants et industriels infatigables. Le peuple annamite accepte notre domination, il est abruti depuis longtemps par le despotisme, et peu lui importe quel est son maître. Il nous accepte même volontiers parce qu'avec nous il ne paye souvent l'impôt qu'une fois, et c'est plus économique qu'avec ses anciens Mandarins… Les Mandarins, les grandes familles dépossédées ne peuvent accepter et n'acceptent pas comme le peuple notre gouvernement. Ils voudraient bien susciter la révolte, recommencer la guerre. Il faut donc qu'avec les faibles forces dont nous disposons (3000 hommes au grand maximum) nous tenions en respect ces grands seigneurs, et pour cela il faut leur retirer tout pouvoir politique, nous mettre à leur place et leur montrer que là où nous sommes, ils ne sont plus rien. C'est l'inverse qu'on fait; on leur donne honneurs, dignités et fonctions, des croix d'officier de la Légion d'honneur et des commandements… Si nous voulions préparer la révolte, recommencer la guerre, y aurait-il un moyen plus infaillible d'y arriver ?" (lettre 128, 10 mars). "Une bonne dysenterie est venue troubler mon repos… J'ai maigri en huit jours d'une façon incroyable, et aujourd'hui, sous mes pantalons de I'École d'application, je mets sans me serrer une ceinture de flanelle, une chemise de flanelle, un caleçon et une immense ceinture de flanelle à la zouave. Tu vois que je suis devenu un émule de Don Quichotte. L'hôpital ici est un séjour terrible : les officiers sont dans une case en bois recouverte de feuilles sèches et la chaleur y est intolérable. Le médecin n'y entend rien; les remèdes même manquent…" (lettre 137, 5 juin). "La race chinoise est complètement rétive à toute conversion. A Cholen, près de Saïgon, il y a 80 000 Chinois, et malgré les efforts des Missionnaires, ces contrebandiers de la Religion, ces commerçants éhontés, il n'y a pas 10 Chinois convertis. Quant à l'Annamite, c'est beaucoup plus simple, ils sont tous voltairiens sans le savoir, et se moquent parfaitement de tout ce qui est culte, cérémonies et dogme. Ils sont catholiques, juifs, bouddhistes, comme on veut, ça leur est bien égal. Les conversions sont alors assez faciles avec quelques sous, mais leur valeur est minime" (lettre 143, 18 juillet). 1870. Saigon. "La nouvelle certaine de la déclaration de guerre entre la France et la Prusse est arrivée hier à Saigon. Il y a longtemps déjà que ce bruit courait en Cochinchine, et le 18 juillet on disait que la guerre était décidée. Comment pouvait-on le savoir ? Je l'ignore, et il y a vraiment quelque chose d'étrange dans la rapidité avec laquelle se propagent les funestes nouvelles… Ici notre cœur est serré, l'émotion est silencieuse, triste sans découragement. Savoir la France exposée à de tels périls et être là les bras croisés dans ce pays où l'on meurt aussi, mais sans l'émotion de la lutte, sans l'enthousiasme du succès ou la colère de la défaite… Moi, je cherche la guerre partout, et je ne puis la rencontrer..." (lettre 163, 5 août). "Les nouvelles télégraphiques se succèdent désastreuses; battue à Forbach, battue à Lunéville, battue à Nancy, l'armée française est refoulée sur Metz. Une grande bataille est imminente, fatale, nécessaire des deux côtés, elle a dû avoir lieu le 15 ou le 16 Août. Une dépêche non officielle est arrivée jusqu'ici; elle porte ces cinq mots sans ponctuation : Nancy occupé Prussiens victoire Metz. Qu'est-ce que cela veut dire ? J'ai peur de comprendre" (lettre 167, 27 août 1870). "Cette capitulation de Sedan est une infamie. Les généraux qui ont signé devraient passer en Conseil de guerre et être fusillés. On ne rencontre de pareils exemples de lâcheté que chez les peuples abrutis qui doivent bientôt disparaître. Heureusement ce n'est pas l'armée qui a fait cette infamie, mais ses généraux et notre Empereur, ce général de parade, qui a osé traîner dans la boue un nom qu'il n'a pas le droit de porter..." (lettre 169, 21 octobre)

BORN Max

Atomtheorie des festen Zustandes (Dynamik der Kristallgitter). Zweite Auflage

Leipzig-Berlin B. G. Teubner 1923 in-8 broché

VI pp., pp. 527-789.L'ouvrage complète la Dynamik der Kristallgitter, parue en 1915, et fut rédigé à la demande du physicien Arnold Sommerfeld : entrepris seulement en 1919, après la fin de la Guerre, il ne parut qu'en 1922.La contribution de Max Born (1882-1970) au développement de la physique atomique n'est plus à écrire

BORN Max

Probleme der Atomdynamik. Erster Teil : die Struktur des Atoms. - Zweiter Teil : die Gittertheorie des festen Zustandes. Dreissig Vorlesungen gehalten im Wintersemester 1925/26 am Massachusetts Institute of technology. Mit 42 Abbildungen und einer Tafel

Berlin Julius Springer 1926 in-8 broché

VIII et 183 pp., figures dans le texte, un tableau dépliant.Première édition en allemand : l'originale était parue en anglais la même année sur les presses du MIT (Problems of atomic dynamics), quoique le texte ait d'abord été rédigé par Born dans sa langue maternelle, et traduit par W. P. Allis et Hans Müller. La contribution de Max Born (1882-1970) au développement de la physique atomique n'est plus à écrire

BORRELL Henry Perigal

Notice sur quelques médailles grecques des Rois de Chypre

Paris Merlin 1836 in-4 broché sous couverture imprimée

2 ff.n.ch., 75 pp., une planche hors texte gravée au trait.Unique édition, rédigée directement en français. Le numismate anglais Henry Perigal Borrell (1795-1851) se fixa tôt dans l'Empire ottoman comme marchand (à Smyrne en 1818). Il devint rapidement l'un des plus importants fournisseurs du British Museum et de l'aristocratie anglaise en monnaies, médailles et antiques

BORY DE SAINT-VINCENT Jean-Baptiste

Sur l'Anthropologie de l'Afrique française, lu à l'Académie des Sciences dans sa séance du 30 juin 1845

S.l. [Paris] s.d. [1845] in-8 chagrin bouteille, dos lisse muet orné de filets dorés, encadrement de simple filet doré sur les plats, titre poussé en lettres dorées au centre du plat supérieur [Rel. de l'époque]

19 pp., 3 planches en couleurs chiffrées 59-61.Rare extrait du Magasin de zoologie, d'anatomie comparée et de paléontologie, publié par M. Guérin-Méneville (octobre 1845). C'est le dernier texte du grand naturaliste Bory de Saint-Vincent à paraître de son vivant (il mourra le 22 décembre 1846), L'Exploration scientifique de l'Algérie étant sortie de façon très largement posthume

BORY Paul

Les chercheurs de quinquinas (des vallées de Caravaya à l'Amazone)

Tours Alfred Mame et fils 1893 in-4 toile rouge, ornée, titres sur fond or [Relieur Paul Souzé]

284 pp., 1 carte du Rio Madeira h.t., nombreuses figures dans le texte ou comprises dans le texte.Bel exemplaire, frais

BORÉ Eugène]

Eugène Boré, XVe supérieur général de la congrégation de la Mission. Notice biographique suivie d'extraits de son journal et de sa correspondance

Paris Adolphe Josse 1879 in-8 demi-chagrin vert foncé, dos à nerfs, caissons de filets et initiales à froid en pied, tranches mouchetés [Rel. de l'époque], tranches piquées

Portrait lithographié en frontispice, 2 ff.n.ch., 372 pp."Dictionnaire de Biographie Française", VI, 1090. Voir Röhricht p. 396. Pas dans Blackmer et Atabey. Édition originale.Eugène Boré (1809-1878), missionnaire et orientaliste, fut disciple de Lamennais. "Il apprit l'arabe, le turc, le persan, l'arménien, l'hébreu, le syriaque et fut chargé, en 1837, d'une mission scientifique en Perse". "A Ispahan, tout en se livrant à des recherches historiques et archéologiques, il fonda et dirigea lui-même une école et s'occupa d'oeuvres de charité. Rentré en France après un voyage en Mésopotamie, il fut sur le point d'être nommé consul à Jérusalem, mais on l'écarta finalement, par crainte de ses initiatives religieuses. Il alla alors à Constantinople, où il enseigna au collège des Lazaristes et où il publia, en turc et en arménien, des opuscules religieux. Entre temps, il fit plusieurs voyages scientifiques, en particulier en Syrie et à Jérusalem. C'est alors qu'il signala le danger de la mainmise des Russes sur les Lieux saints ; de là vinrent en partie les revendications françaises qui devaient être l'une des causes de la guerre de Crimée". Ordonné prêtre à Constantinople en 1850, Boré "fut nommé supérieur du collège de Bébek, à Constantinople, auquel il donna une grande impulsion. Pendant une quinzaine d'années, il fit rayonner, en Turquie et dans le Levant, l'influence catholique et française". Il a publié de nombreux articles sur ses recherches en Orient, quelques-uns réunis en volume. Cf. Dict. de biogr. française

BOSSARD F.P.

Du scorbut en général, et d'un épidémie de cette affection en particulier. Thèse

Paris Rignoux 1847 in-4 de 36 pp. cart. moderne

V. Rozier 526

BOSSI Bartolomé

Viage pintoresco por los Rios Paranà, Paraguay, San Lorenjo, Cuyaba y el Arino tributario del grande Amazonas, con la descripcion de la provincia de Mato-Grosso, bajo u aspecto fisico, geografico, mineralojico y sus producciones naturales

Paris Dupray de la Mahérie 1863 in-4 percaline grise ornée à froid, inscription dorée sur le premier plat, tranches blanches [Rel. de l'époque], quelques traces d'usure

xii et 155 pp., 8 portraits gravés hors texte, 1 carte et nombreuses vignettes gravées dans le texte. Sabin 6462. Bartolomé Bossi (1817-1890), marin italien, avait été envoyé à l'âge de dix-neuf ans dans le Rio de la Plata pour raison de santé. Après avoir exercé diverses fonctions à Buenos-Aires, il entreprit en 1860 son premier voyage d'exploration du Mato Grosso. Nommé par le Brésil directeur d'une société d'exploitation des mines de diamant de la région, il avait vu ses activés interrompues par la guerre du Paraguay

BOTERO Giovanni

De Catholicae religionis vestigis, atque argumentis, quae vel Lusitani in India, vel Castellani in Novo Orbe invenierunt [in: Epistolarum illustrissimi ac Reverendissimi D.D. Caroli Cardinalis Borromaei nomine scriptarum. Libri II]

Paris Thomas Perier 1586 in-12 maroquin rouge, dos à nerfs orné, décor doré à la Du Seuil sur les plats, dentelle intérieure, tranches dorées [Rel. du XIXème s., signée Gruel], petite tache claire p. 7

8 ff.n.ch., 140 ff. foliotés, 1 f.n.ch. (errata).A échappé à Sabin. Luigi Firpo, Gli scritti giovanili di Giovani Botero, 1960 (pp. 72-82). Senellart, Machiavelisme et Raison d'état, PUF, 1989.Édition originale, rare, de ce texte sur les peuples découverts par les Espagnols et les Portugais en Amérique et aux Indes, et sur leurs religions. Il fait partie d'un recueil publié à Paris contenant différentes lettres écrites par Botero pour le compte du cardinal Carlo Borromeo (1538-1584) dont il était le secrétaire. Penseur politique, diplomate et poète italien, Giovanni Botero (1544-1617) est surtout connu comme le premier théoricien de la raison d'État (Della ragione di stato, Venise, 1589) et comme le précurseur de la statistique et de l'anthropogéographie.Ce De Catholicae religionis vestigis… annonce son célèbre ouvrage Relazioni Universali publié en 1591 qui deviendra "pendant cent ans le manuel de géopolitique de toute la classe dirigeante européenne" (Senellart). "La quinta (lettera)… tratta dei vestigi e precorrimenti della fede e del culto cristiano trovati dai primi navigatori nelle Indie Orientali e Occidentali, constituendo un'anticipazione 'in nuce' delle future Relazione Universali, germinate… da un primo nucleo di interessi e di ricerche volte a riconoscere e ad illustrare la propagazione del Cristianesimo in tutte le terre conosciute" (Firpo).Cette lettre a été par la suite publiée séparément.Dans sa biographie sur les premières publications de Botero, Luigi Firpo en signale la rareté: "Valgano dunque come anticipazione di un più ampio lavoro queste pagine dedicate ai rarissimi e mal noti scritti giovanili di quell'arguto e puntiglioso letterato…"Ex-libris Inner Temple Library.Bel exemplaire, dans une parfaite reliure de Gruel

BOUCHARDAT Apollinaire

Concours pour l'agrégation. Section des sciences accessoires. Question : comparer les altérations qu'éprouvent les corps inorganiques soumis à l'influence des agens naturels (fluides impondérables, air, eau et terre) susceptibles de les modifier, à celles que les mêmes agens font subir aux corps organisés privés de vie. Thèse soutenue à la faculté de médecine de Paris, le 6 mars 1833

Paris Imprimerie de Didot le Jeune 1833 in-4 cartonnage Bradel moderne de papier vert, pièce de titre noire en long

43 pp.Pharmacien en chef de l'Hôpital Saint-Antoine de Paris, Apollinaire Bouchardat (1806-1886) avait été reçu premier au concours de l'Internat en pharmacie (1827). C'est cependant son activité médicale qui le fit connaître, spécialement dans le domaine du diabète.Cartonnage signé de Honnelaître