Effectuer une recherche précise :

4604 résultats

[CHINE]

Souvenirs de Chine,

par un missionnaire. (Troisième édition). Montreuil-sur-Mer, Imprimerie Notre-Dame des Près, 1892, in-12, br., couv. impr., dos brisé, couv. détachée. 124 pp., 2 ff.n.ch., 8 planches hors texte, dont 6 sur deux feuilles et 1 grande vue de Hong-Kong repliée. Traversée et naufrage, Canton et ses environs, Nan-hiong, Si-lin, Ieou-iang, Pékin. Nombreuses anecdotes et choses vues ; l'auteur rencontre notamment des rebelles chinois. La préface, datée de "Vauclaire, 1892", est signée des initiales "F.G.".

[CHIRURGIE]

Observations relatives à la chirurgie militaire,

& au projet de décret sur les hôpitaux militaires, présenté par M. de Noailles, député à l'Assemblée Nationale. S.l. [Paris], s.d. [1791], in-4, en feuilles, cousu. 12 pp. Aucun exemplaire au CCF. Cette pièce anonyme relaie les revendications du milieu des chirurgiens militaires à l'encontre du corps des médecins, au moment où la Constituante cherchait à réformer les études et l'exercice de toutes les professions de santé : "Comment se fait-il que notre chirurgie militaire, qui a rendu tant de services à l'Etat, soit si peu considérée, si mal récompensée, tandis que la médecine d'armée y jouit de toutes les prééminences ?" Suivent des corrections détaillées au projet de loi porté par le duc de Noailles.

[CHOCOLATS HERSHEY]

Educational exhibit

S.l. [Hershey, Pennsylvanie], mars 1925, in-4, en feuille. un feuillet anopisthographe. Ce texte était censé accompagner et expliquer en fait une boîte de démonstration servant de support promotionnel pour les chocolats Hershey, et renfermant sept flacons de produits cacaotés. Fondée en 1894 par Milton Snavely Hershey (1857-1945), la compagnie Hershey fut une des plus grandes marques de chocolat industriel américaines, et elle popularisa cette confiserie dans un pays où elle était jusque là considérée comme un produit de demi-luxe.

[CHOCOLATS MENIER]

Affaire Menier contre Meunier.

Jurisprudence. Paris, Typographie de E. Plon, 1875, in-4, broché. 22 pp., 4 ff. n. ch. regroupant 5 fac-similés des étiquettes de Meunier condamnées par différents arrêts de 1871 à 1874. Un seul exemplaire au CCF (BnF). Le succès grandissant du chocolat industriel Menier suscita une nuée de contrefaçons, lesquelles s'appuyaient volontairement sur l'imitation des étiquettes de la marque, soulignées par une raison sociale s'approchant le plus possible de l'authentique : ici, c'est sans imagination aucune qu'on a adopté la marque MeUnier ....

[CHOCOLATS MENIER]

Exposition internationale, coloniale et d'exportation générale.

Amsterdam, 1883. Menier (...). Fabrication spéciale de chocolats de qualité supérieure (...). Paris, Typographie de E. Plon, 1883, in-8, broché. 24 ff., texte français et traduction néerlandaise en regard. Très intéressante présentation de l'entreprise Menier à l'occasion de l'Exposition internationale de 1883 : on y trouvera un historique de la maison, une description du siège, de l'usine hydraulique de Noisiel-sur-Marne, de l'usine londonienne, de la plantation de Valle-Menier au Nicaragua, et de la sucrerie de Roye, sans oublier une notice sur les contrefaçons, exceptionnellement nombreuses, et systématiquement poursuivies.

[CHOCOLATS MENIER]

Imitations du chocolat-Menier.

Jurisprudence. Paris, Typographie de E. Plon, 1880, in-4, broché. 46 pp., 1 f.n.ch. de titre intermédiaire, 8 ff. vierges, 13 ff. couverts de diverses étiquettes d'imitation condamnées par la justice. Un seul exemplaire au CCF (BnF). Très intéressant recueil des condamnations pour contrefaçon de nombreuses marques imitatives du fameux chocolat-Menier, que son succès rendait particulièrement cible de mercantis peu scupuleux, à l'imagination tantôt banale ("Chocolat Nemier"), tantôt fertile ("Chocolat du Niémen" ...). Autant que la connaissance du droit, l'ouvrage nourrit une franche hilarité ..

[CHOCOLATS MENIER]

M. Menier.

Paris, 18 mai 1826 - 17 février 1881. Paris, Typographie de E. Plon, s.d. [1881], in-8, broché, non coupé. 61 pp., un f. n. ch. Rare notice nécrologique publiée après la mort du deuxième propriétaire des établissements de chocolaterie Menier, Emile-Justin Menier, fils du fondateur Antoine-Brutus, et qui réussit à développer techniquement et commercialement toutes les branches de l'activité déjà florissante que son père lui avait léguées. Il s'investit également dans le domaine intellectuel et politique, devenant maire de Noisiel en 1871, puis député de Seine-et-Marne en 1876.

[CHOCOLATS MENIER]

Recueil de la jurisprudence relative à la marque du chocolat-Menier.

Première série [seule parue]. - Extrait du Grand dictionnaire international de la propriété industrielle. Paris, Alcan-Lévy, 1890, grand in-8, broché, non coupé. 2 ff. n. ch., 219 pp., figures dans le texte (reproductions de marque). Un seul exemplaire au CCF (BnF). Très rare et intéressant recueil juridique retraçant 55 ans d'histoire judiciaire de la marque des chocolats Menier depuis les débuts de la fabrication industrielle par Antoine-Brutus, reproduisant les principales décisions de justice intervenues contre les contrefacteurs et autres concurrents indélicats.

[CHOISEUL-STANVILLE]

Mémoire historique sur la négociation de la France & de l'Angleterre,

depuis le 26 mars 1761 jusqu'au 20 Septembre de la même année, avec les Pièces justificatives. Paris, Jouxte la copie de l'Imprimerie Royale, 1761, in-8 de 3 ff.n.ch. et 174 pp. [mal ch. 192], br., couv. muette de l'époque, non rogné. Édition inconnue de Sabin, 47516, qui cite l'originale de l'Imprimerie Royale [titre, IV-196 pp.]. Manque à JCB. Recueil d'actes diplomatiques ayant précédé la signature du Traité de 1763: limites de l'Acadie et de la Louisiane, cession du Canada, pêcheries de Terre-Neuve et des Antilles. Bon exemplaire.

[CHOUET (Jean-Claude-Louis)]

Fortune de la France pour tous,

ses richesses, avec l'exécution de grands travaux nationaux. Par Honoré. Paris, A. Genet, 1886 [1889], in-8, demi-cartonnage Bradel crème de l'époque, plats de cartonnage bleu, tranches rouges. 7 ff. n. ch. 209 pp., 2 ff. n. ch., un tirage photographique contrecollé en guise de portrait-frontispice. Magnifique exemple des productions euphémiquement rangées dans la catégorie des "fous littéraires" pour éviter de parler de fous tout courts : Jean-Claude-Louis Chouet, né en 1837, multiplia les ouvrages les plus délirants sur tous les sujets. Ici, il développe les applications "pratiques" de sa merveilleuse invention des "siphons longue-portée", destinés à aspirer l'eau des étangs et des mers et transformer Paris et Lyon en ports de mer, ou assécher le delta du Rhône, etc.

[CIBOT (Pierre-Martial)]

Lettre de Pékin, sur le génie de la langue chinoise,

et la nature de leur écriture symbolique, comparée avec celle des anciens Egyptiens ; en réponse à celle de la Société royale des sciences de Londres, sur le même sujet : on y a joint l'extrait de deux ouvrages nouveaux de Mr. de Guignes, de l'Académie des Inscriptions & Belles-Lettres de Paris, relatifs aux mêmes matières. Par un père de la Compagnie de Jésus, missionnaire à Pékin. Bruxelles, J. L. de Boubers, 1773, in-4 carré, demi-veau fauve, dos lisse orné de filets et fleurons dorés [Rel. moderne]. xxxviii et 50 pp., y compris un titre intermédiaire, 4 f.n.ch. (explication des planches, un f. vierge) et 28 planches. Cordier, Sinica, 1735-36. Backer & Sommervogel II, 1168 (2). La table des planches en indique 27, Backer 29 et nous en avons 28, alors que la plupart des exemplaires en annoncent effectivement 27 ... En tout cas, c'est l'unique édition d'un ouvrage parfaitement informé sur les origines idéogrammatiques des caractères chinois et qui contredit ainsi la thèse de l'orientaliste anglais Needham sur l'analogie entre écriture chinoise et hiéroglyphes égyptiens trouvés sur un buste d'Isis acheté à Turin. Pierre-Martial Cibot (1727-1780), entré dans la Compagnie de Jésus en 1743, fut à sa demande envoyé à la Chine en 1758, et travailla essentiellement comme fontainier et jardinier dans le Palais de Qianlong. Ses travaux portèrent essentiellement sur la botanique. Bel exemplaire, relié par Laurenchet.

[CIRQUE - KOBELKOFF]

Lettre autographe (?) signée de Nicolaï Kobelkoff au maire de Rouen

Douai, 29 mai 1902, in-4, 1 p. sur papier quadrillé, . Nikolaï Vasilievitch Kobelkoff (1851-1933) était né en Sibérie sans jambes et sans bras. Des quatre membres, il n'avait qu'un moignon d'une vingtaine de centimètres qu'il utilisait avec dextérité (on dit même qu'il pouvait soulever un homme avec). Surnommé « l'Homme-tronc », il s'exhibait comme attraction dans l'Europe entière dans les fêtes foraines ou dans les cours princières. Il inspira Todd Browning pour son film Freaks. Dans cette lettre il demande au maire de Rouen l'autorisation de pouvoir installer son établissement forain pour la foire Saint-Romain du 23 octobre 1902. Même si l'on sait que Kobelkoff utilisait sa bouche pour écrire et même coudre, il n'est peut-être pas certain que cette lettre soit vraiment autographe.

[CLERGET (Pierre-François, et Jean-Pierre BAVEREL)]

Coup-d'oeil philosophique et politique sur la main-morte

Londres [Besançon], s.n. [Antoine-Joseph Simard], 1785, in-8, dérelié, tranches rouges. 122 pp. (les xj premières en romain). La mainmorte, forme adoucie de régime servile, avait au XVIIIe siècle disparu de la plupart des régions du royaume, sauf dans certaines provinces : Marche, Bas-Berry, Nièvre, Bresse, Verdunois, et surtout Franche-Comté et Bourgogne ex-ducale. Qu'elle soit réelle ou personnelle, elle trouva, à partir de 1760, de moins en moins d'acceptation de la part des jurisconsultes, et notamment des magistrats du Parlement de Paris, ce qui entraîna ensuite une défaveur notable dans l'opinion commune des littérateurs, pamphlétaires, historiens, économistes, etc., cas assez rare où le monde juridique inaugura, et non suivit, une évolution sociale. C'est dans ce contexte particulier qu'il faut placer ce texte des abbés comtois Clerget (1743-1808), et Baverel (1744-1822), issus, comme Perreciot, d'une région où la mainmorte présentait de plus fortes et notables survivances qu'ailleurs dans le royaume, notamment la mainmorte ecclésiastique : plein de déclamations accusatrices et de formules outrancières selon la mode de l'époque, l'ouvrage vulgarise les conclusions des juristes et des historiens, mais déconseille une émancipation générale des mainmortables qu'il juge prématurée et dangereuse (la problématique annonce celle de l'abolition de l'esclavage aux colonies). Cf. Bressan (Thierry) La Critique de la condition mainmortable en France à la veille de la Révolution (1779-1789), in : Annales historiques de la Révolution française, 1997 (volume 307) .

[CLERMONT-GANNEAU (Charles)]

Histoire de Calife le Pécheur et du Calife Haroun er-Rechid,

conte inédit des Mille et une nuits. Texte turc accompagné de notes explicatives et de la traduction française en regard par Charles Clermont-Ganneau. Jérusalem, Typographie de Terre sainte, 1869, in-8, broché sous couverture rose illustrée, traces de rognures en bas des feuillets. 128 pp., texte turc et traduction française en regard. Hage Chahine, 1025. Unique édition. Charles Simon Clermont-Ganneau (1846-1923), orientaliste et archéologue, fit d'importantes découvertes archéologiques en Palestine où il séjournait depuis 1867 comme drogman-chancelier au consulat de France. Nommé consul à Jaffa en 1881, il accepta une mission sur la côte égyptienne à l'est du Nil en Philistide, Phénicie et Palestine ; il en a exposé les résultats dans les Archives des missions scientifiques. Jusqu'à sa mort, il mènera parallèlement une carrière de diplomate et d'archéologue. Clermont-Ganneau a aussi démasqué de nombreuses fraudes archéologiques.

[CLET (Emile)]

Alphonse Dupasquier

[Lyon], s.d. [1849], in-8, dérelié. pp. 5-56. Pharmacien et médecin, Gaspard-Alphonse Dupasquier (1793-1848) fut le fondateur du Journal clinique des hôpitaux de Lyon, et l'inventeur du sulfhydromètre.

[CLOGENSON (Jean)]

Mes souhaits du jour de l'an MDCCCXXIII.

Poème fugitif en un chant. Paris, chez les marchands de nouveautés [Imprimerie de Fain], 1823, in-16, demi-basane cerise à coins, dos à nerfs orné de filets, pointillés, guirlandes et fleurons dorés [Rel. de l'époque], dos un peu frotté. 45 pp. imprimées sur papier bleu, 45 pp. imprimées sur papier blanc, 45 pp. imprimées sur papier rose. Le texte est le même, seulement décliné sur trois papiers différents. Jean Clogenson (1785-1876) sera ultérieurement préfet de l'Orne (à la suite de la Révolution de 1830) et député de son département (de 1835 à 1839). Mais en 1823, c'était seulement un magistrat libéral, révoqué pour ses positions politiques (l'avertissement de l'opuscule explique ses déboires).

[COCHIN (Charles-Nicolas)]

Pompe funèbre de Polixène de Hesse-Rhinfels,

Reine de Sardaigne, en l'église de Notre-Dame de Paris le XXIVe mars M.DCC.XXXV. Cette pompe, ordonnée par M. le Duc de Gévres, Pair de France, Premier gentilhomme de la Chambre du Roy, a été conduitte par M. de Bonneval, intendant et controlleur général de l'argenterie, menus plaisirs et affaires de la Chambre de Sa Majesté, et exécutée par les Srs Perault et Slodtz. S.l. [Paris], s.d. [1735], in-plano (71 x 53 cm), en feuille, sous pochette plastique. Très belle gravure à l'eau-forte de Charles-Nicolas Cochin Père (1688-1754) d'après René de Bonneval, représentant les cérémonies funèbres données à Paris dans le choeur de la cathédrale Notre-Dame en l'honneur de Polyxène de Hesse-Rheinfels-Rotenburg (1706-1735), reine de Sardaigne par son mariage en 1724 avec le futur Charles-Emmanuel III (1701-1773), et qui venait de mourir en couches le 13 janvier.

[COEUR LE ROY]

Mémoire tendant à appeler le Concours du Gouvernement et des administrations départementales

pour l''execution du projet d'établissement, en Algérie, de 86 colonies Agricoles et Industrielles, sous la dénomination de colonies départementales. Alger, Imprimerie de A. Bourget, 1853, in-8, br. couv. imp.. 27 pp. Playfair 1683. Tailliart 2731.

[COINTERAUX (François)]

Toits et planches incombustibles, etc.

Mémoire qui a remporté le prix de l'Académie d'Amiens, le 25 août 1787, pour garantir les bourgs et villages d'incendie. Paris, Atelier de M. Cointeraux, 1802, in-8, dérelié. vj pp., pp. 7-38, 8 pp. (Ecole d'architecture rurale), une grande planche dépliante. Absent de Monglond. Rare. Un des très nombreux opuscules novateurs de l'architecte lyonnais François Cointeraux (1740-1830), installé à Paris dès 1788 et promoteur de la construction en pisé, lié à un souci constant de l'époque d'éviter les incendies dans les bâtiments. Amiens sera d'ailleurs une des villes où il construira le plus de bâtiments en pisé après la Révolution.

[COLAU (Pierre)]

Lettre de Napoléon Buonaparte, au Grand Turc, datée de l'île d'Elbe

S.l., Imprimerie de J-M. Eberhart, (1814), in-12 de 8 pp., br. Cette lettre fictive est certainement extraite de l'ouvrage de Colau, Histoire de Napoléon publié dès août 1815. Ce polygraphe établit son récit sur une combinaison des relations de Napoléon et du Général Drouot, tirée du Moniteur. Colau signe d'ailleurs de ses initiales la fin du présent document.

[COLOMB (Christophe)]

Elogii di Cristoforo Colombo Scopritor dell' America l'Anno 1492.

Esposti nella Casa di sua Nascita, nel Paese di COGOLETO, contrada Giuggiola. S.l., 1826, 1 feuillet petit in-8 (15 x 21,5 cm), cachet au dos, traces de pliure, qq. rouss. Ces "Éloges de Christophe Colomb, qui découvrit l'Amérique vers 1492. Exposés dans la maison où il naquit, dans le village de Cogoleto, quartier Giuggiola" sont évoqués dans Journal ou Notes descriptives du voyage en Italie fait par P. N. Dagnet, publié en 1828 (Paris, Didot, pp. 33-34). Après une ode à Christophe Colomb signée Antonio Colomb, où le voyageur, "offrant à l'Espagne un nouveau monde", est comparé à la colombe de Noé, ces mots (en latin) : "Étranger, suspends tes pas: c'est ICI que Colomb vit le jour. Des hommes il était le plus grand ; sa maison, hélas, était bien étroite!" Le témoignage de Dagnet confirme : "À quatre heures de marche avant d'arriver à Gênes, j'ai vu la maison de Christophe Colomb qu'il a habitée et sur laquelle est cette inscription (citée in extenso)... L'on m'a offert et j'ai accepté l'impression de cette inscription". Rare.

[COLOMB] VIGNAUD (Henry)

Etudes critiques sur la vie de Colomb.

[Première et] Deuxième série. Paris, H. Welter, 1905 et 1911, 2 ouvrages en 3 forts vol. in-8, br., couv. impr. rempl., non coupés, non rognés. Éditions originales tirées à petit nombre. - Première série: Etudes critiques sur la vie de Colomb avant ses découvertes. 1 f. blanc, 3 ff.n.ch., XVI et 543 pp. Tirage limité à 550 exemplaires. Celui-ci, sur vergé de Hollande, n'est pas justifié. Le tirage officiel sur ce papier a été de 25 exemplaires. - Deuxième série: Histoire critique de la grande entreprise de Christophe Colomb… 1 f. blanc, 2 ff.n.ch., XXXIII pp., 730 pp., 1f.n.ch. ; 1 f. blanc, 2 ff.n.ch., XIX pp., 703 pp., 1 f.n.ch. d'errata. Tirage limité à 550 exemplaires. Celui-ci un des 25 hollande, tirage le plus restreint avec 25 japon. Ouvrage de référence, très rare en tirage de tête.

[COLOMBIE] ANGEL (Manuel Uribe)

Geografia general y compendio historico del Estado de Antioquia en Colombia

Paris, Victor Goupy y Jourdan, 1885, gr. in-8, percaline verte, dos et plats ornés de filets à froid [Rel. de l'époque]. Portrait, xv et 783 pp., 2 cartes en couleurs repliées et 34 planches hors texte. Première édition.

[COLONIE DE VINELAND] LANDIS (Charles K.)

Notice sur la colonie de Vineland,

dans l'État de New-Jersey (Amérique du nord). Par son fondateur M. Charles K. Landis (Traduit par le docteur Achille Foville). [Paris, "La Tempérance", vers 1876], in-8 de (25) pp. ch. [61]-85, br., couv. muette de l'ép., un peu défr. Pas dans Sabin. Édition originale de la traduction française, parue dans la revue "La Tempérance. Bulletin de l'Association française contre l'abus des boissons alcooliques". Récit de la création de la colonie de Vineland, fondée par Charles K. Landis. Comme son nom ne l'indique pas, cette colonie industrieuse avait banni l'alcool de ses rues et de ses maisons: pas un café ni un cabaret en vue. Les églises de toute confession y poussaient comme des champignons, et les salles de spectacles et de lecture se multipliaient dangereusement ("soif" d'instruction: on imagine qu'il n'y avait pas grand chose à faire le soir à Vineland…). Le résultat, "une prospérité des plus remarquables", avait de quoi attirer l'intérêt des rédacteurs de "La Tempérance"….

[COLONIES]

Au corps législatif, sur les agens du Directoire aux colonies

[Paris], Imprimerie de Du Pont, [1799], in-12 de 7 pp., br., couv. de papier, moderne, lég. rouss. Ryckebusch, 378. Pas dans Barbier. Ce texte, dénonçant les agissement brutaux et arbitraires, l'inviolabilité de ces agents, est signé "un colon".

[COLONIES]

De la représentation des colonies dans le parlement

Paris, Amyiot, 1847, pet. in-8 de 2 ff.n.ch. et 91 pp., br., couv. impr., non coupé (rares et légères rousseurs). Pas dans Ryckebusch. Deuxième édition. Texte de soutien à un "groupe d'habitants des Antilles françaises" qui avait déposé une pétition à la chambre des pairs par l'entremise du duc de Broglie et de Tocqueville.

[COLONIES]

Décret de l'Assemblée Nationale, Du 8 Mars 1790. Sur le commerce entre les Colonies & la Métropole

La Rochelle, P.L. Chauvet, 1790, in-12, dérelié. L’Assemblée Nationale, sur le rapport de Barnave, rend un décret qui autorise "chaque Colonie à faire connoître son voeu sur la Constitution, la Législation & l’Administration qui conviennent à sa propriété [sic] et au bonheur de ses habitants". Les Assemblées Coloniales "librement élues par les Citoyens & avouées par eux" dans les colonies où elles existent seront maintenues. Elles "énonceront leur vœu sur les modifications au régime prohibitif du Commerce entre les Colonies et la Métropole.

[COLONIES]

Décret de la Convention Nationale, Du 5 Mars 1793, l'an 2nd de la République Française, Qui déclare que toutes les Colonies Françaises sont en état de guerre

Marseille, Impr. Nat. Auguste Mossy, 1793 , in-4 de 4 pp., dérel. Avec des mesures spéciales concernant Saint-Domingue où les citoyens qui en "ont été déportés" ne sont autorisés à "y retourner qu'après la cessation des troubles dans cette colonie".

[COLONIES]

Edit du Roi,

portant établissement à Versailles, d'un dépôt des papiers publics des colonies. Donné à Versailles au mois de juin 1776. Aix, Esprit David, 1776, petit in-4, dérelié. 8 pp. Très importante disposition concernant à la fois les Archives des colonies et l'état-civil des régnicoles nés dans les colonies : modifiée seulement par le décret du 21 avril 1912 (qui mit fin à l'envoi des papiers des notaires, des greffes et des hypothèques), elle ne sera abolie que le 29 décembre 2011 pour la partie subsistante (concrètement uniquement l'état-civil). En effet, le dépôt des papiers publics des colonies, communément appelé DPPC, avait été organisé auprès du bureau des Archives de la Marine et des Colonies. Il était chargé de conserver à l'échelon de l'administration centrale des copies d'un certain nombre d'actes publics passés aux colonies (registres paroissiaux et d’état civil, minutes de notaires, greffes des tribunaux, documents des hypothèques, recensements) .

[COLONIES]

Extrait du registre des délibérations de la Chambre de commerce de la ville de Bordeaux ;

et adresses du directoire du département de la Gironde à l'Assemblée nationale ; de la Société des amis de la Constitution ; du Club du café national de la ville de Bordeaux, à l'Assemblée nationale : relatifs au décret rendu par elle le 14 mai 1791, au sujet des colonies. Imprimés par ordre de l'Assemblée nationale. Paris, Imprimerie nationale, 24 mai 1791, in-8, cartonnage Bradel moderne de papier marbré, pièce de titre fauve en long. 20 pp. (réparation de papier au dernier feuillet). Martin & Walter, Anonymes, 6678. Absent de Roquincourt. Recueil d'adresses - un peu paradoxales venant de Bordeaux et de la Gironde - félicitant l'Assemblée nationale pour son décret du 15 mai 1791 reconnaissant la citoyenneté des "gens de couleurs nés de père et mère libres", et qui avait été fortement appuyé par le zèle de l'abbé Grégoire à la barre de l'assemblée. Opposé aux intérêts des colons, le Directoire de la Gironde informe même l'Assemblée Nationale qu'il vient de mettre l'embargo sur tous les navires à destination de l'Amérique, et propose d'envoyer un détachement de gardes nationaux de son département aux colonies, pour y maintenir l'ordre.

[COLONIES]

Lettre de Guillaume-le-Disputeur au Cousin-Jacques, sur l'état présent de nos colonies

Paris, Maret, an IV [1795], in-12 de 1 f.n.ch. et 45 pp., br., couv. papier moderne, très légères rousseurs, petite déchirure sans manque au texte aux 3 derniers ff. Sabin, 29230. Pas dans Barbier T.-J. Duvernet a écrit sous le pseud. de Guillaume le disputeur une Intolérance religieuse (1782).

[COLONIES]

Lettres patentes du Roi,

en forme d'Edit, concernant les Anoblissements dans les Colonies françaises, & les preuves de Noblesse à faire dans le royaume par les habitants desdites Colonies. Données à Versailles le 24 août 1782. Registrées en lParlement le onze Avril 1783. Paris, P.G. Simon, & N.H. Nyon, 1783, in-4 de 7 pp., dérelié. Signé Ysabeau.

[COLONIES]

Loi portant que le décret du 6 août 1790,

concernant l'abolition du droit d'aubaine & de détraction, doit être exécuté dans toutes les possessions françoises, même dans les deux Indes. Donnée à Paris, le 17 avril 1791. Orléans, Jacob l'aîné, s.d. [1791], in-4, en feuille. 2 pp. Le doute subsistait sur la validité de l'abrogation pour le territoire des colonies aux Amériques et en Inde.

[COLONIES]

Loi relative aux armemens des vaisseaux destinés pour le commerce des Isles & Colonies Françoises

[A Paris, De l'Imprimerie Royale, 1791], in-4 de 11 pp., dérel., notes manuscrites anciennes au premier et au dernier feuillet. Édition originale. Donne, en 35 articles, le règlement du commerce avec les colonies: formalités de douane, exemption de tout droit pour les marchandises françaises destinées aux colonies, chargement, entrepôts, jambons, boeuf, lard, beurre, saumons salés, café, cacao, sucre, tafia, etc… En parfait état.

[COLONIES]

Observations sur nos lois de douanes,

relatives aux productions de nos colonies. Paris, Everat, 1827, in-8, broché, couverture imprimée. titre, pp. chiffrées 27-72. Un seul exemplaire au CCF (BnF). Cette plaquette rare concerne en fait presque exclusivement l'écoulement des productions des Antilles et les nouvelles conditions que la révolte des colonies espagnoles apporte dans le commerce avec l'Amérique du sud.

[COLONIES]

Ordonnance du Roi,

pour la réforme du régiment de l'Amérique. Du 26 décembre 1774. Paris, Imprimerie royale, 1775, in-4, en feuille, défraîchi. 4 pp. Le Régiment de l'Amérique, en garnison à l'île de Ré, avait été créé en juillet 1773 pour être rattaché au port de Rochefort, et fournir des sous-officiers aux possessions françaises des colonies.

[COLONIES]

Quelques mots sur les deux nouveaux projets de loi relatifs au régime des colonies,

par un abolitionniste. Paris, A. Sirou et Desquers, 1847, in-8, demi-toile gaufrée modeste moderne, dos lisse muet. 16 pp. Ryckebusch, 6737. Rare plaquette. L'auteur anonyme appelle les abolitionnistes à se montrer particulièrement actifs et présents au moment où les chambres doivent voter les nouvelles lois sur le régime colonial.

[COLONIES]

Rapport de la dépense des colonies,

fait à l'Assemblée nationale par le Comité des Finances. Paris, Baudouin, [1789], pet. in-8 de 59 pp., br., couv. moderne muette, lég. rouss.. Conlon, 89:569. "Les colonies que la France possède à Saint-Domingue & aux Isles du vent, sont d'une importance si reconnue pour la balance du commerce, qu'il paraît superflu de vous en détailler les avantages…".

[COLONIES]

États de population, de cultures et de commerce relatifs aux colonies françaises, pour l'année 1835

avec le complément des états 1834. Ministère de la Marine et des Colonies. Direction des Colonies. (Paris), Imprimerie Royale, Mai 1837, in-8, br., couv. bleue impr., non rogné, non coupé. 2 ff.n.ch. et 88 pp., nombreux tableaux dans le texte. Extrait des Annales Maritimes et Coloniales (Partie non-officielle - 1837). Concerne : Martinique, Guadeloupe, Guyane Française, Bourbon, Sénégal, Établissements dans l'Inde, Saint-Pierre et Miquelon.

[COLONIES] TROMELIN

Analyse du rapport du général Baudrand sur les colonies françaises d'Amérique

[Morlaix, Saint-Brieuc ou Quimper], [1828-1829], 16 pp. in-folio, en feuilles. Intéressant manuscrit donnant une longue analyse du mémoire rédigé en 1826 par le général Baudrand sur le service du génie en Guyane. Jean-Marie-François Boudin, comte de Tromelin (1771-1842) fait maréchal de France en 1825, était un ancien général d'Empire ayant servi à Waterloo, tout comme le général Baudrand, dont il est ici question, et qui effectua plusieurs missions au service du génie. Il est question de" l'utilité des colonies (Bourbon, la Guyane et les Antilles)", puis "des meilleurs moyens à employer pour la conservation des colonies en général et en particulier pour la défense de la Martinique", de "la position choisie aux Antilles", de "l'influence du climat sur les troupes", etc.

[COLSON (Léon)]

Culture et industrie de la canne à sucre aux îles Hawaï et à la Réunion

Paris, Augustin Challamel, 1905, 2 parties en 1 vol. in-8, demi-chagrin noir à coins, dos à nerfs ornés d'une chaînette dorée, tranches mouchetées [Rel. de l'époque]. xii et 431 pp., 2 cartes en couleurs et 1 planche en noir hors texte, figures en noir dans le texte. Ryckebusch, Bourbon, n° 1868. Seconde édition. Préface de M. L. Brunet. Rapport présenté par la commission nommée par la Chambre d'agriculture de la Réunion présidée par Léon Colson. Cartes des îles Hawaï et de la Réunion. Ex-libris Ryckebusch.

[COMMERCE - MARSEILLE]

Loi concernant les Relations de commerce de Marseille dans l'intérieur du Royaume, dans les Colonies & avec l'étranger.

Donnée à Paris, le 1er Août 1791. Bordeaux, Simon Lacourt, (1791), in-4 de 15 pp., non coupé. Très bon exemplaire.

[COMMERCE DU LEVANT]

Arrest du Conseil d'État du Roi,

Qui réduit toutes les Impositions établies sur le Commerce du Levant & de Barbarie, au Droit unique de Cinq pour cent, sous la dénomination de Droit de Consulat. Du 9 Décembre 1776. Paris, Imprimerie royale, 1776, in-4 de 6 pp., .

[COMMERCE MARITIME]

De la Marine militaire,

considérée dans ses rapports avec le commerce et avec la défense du pays. Extrait des Annales maritimes et coloniales de 1837. [Paris], Imprimerie Royale, mai 1837, in-8, dérelié. 77 pp. Unique édition de cet opuscule semi-officiel qui cherche à favoriser le développement de la marine pour la protection des intérêts français outre-mer.

[COMMERCE-COLONIES] NAIRAC (Pierre-Paul)

Discours prononcé

dans la séance du 28 juin au soir … sur le commerce de l'Inde. Paris, Imprimerie Nationale, s. d. (1790), in-8 de 15 pp., br. mod. INED, 3354. Martin-Walter 25579. Négociant bordelais, P. Nairac (1732-1812), député par la sénéchaussée de Bordeaux à la Constituante, s'occupa spécialement des questions commerciales et coloniales à l'Assemblée. Dans ce discours il préconise un contrôle judicieux du commerce, d'autant plus que le sort des manufactures en dépend et s'élève contre le protectionnisme et contre un libéralisme trop aveugle.

[COMMERCE-COLONIES]. FONTENAY (Pierre-Nicolas de)

Rapport fait à l'Assemblée nationale, au nom des comités d'agriculture et de commerce,

… sur le Commerce au-delà du Cap de Bonne-Espérance. Paris, Imprimerie Nationale, (1790), in-8 de 23 pp., br. mod. Goldsmith 14177. Pas dans Martin-Walter. P.-N. de Fontenay (1743-1806), négociant en étoffes et filateur, fut député de Rouen aux États-Généraux puis à la Constituante. Il présente ici un projet de décret suite à la suppression, le 3 avril 1790, du monopole commercial de de la Compagnie des Indes orientales, ainsi qu'un projet de tarif des droits à percevoir sur les marchandises provenant du commerce français au delà du Cap de Bonne-Espérance à compter du 1er juillet 1790.

[COMMERCE]

14e extrait de divers avis sur le commerce.

Février 1821. Paris, Imprimerie Royale, mars 1821, in-4, en feuilles. 11 pp. Pas de signalement au CCF de cette série. Très rare bulletin publié à intervalles réguliers par le Ministère de l'Intérieur, et donnant des détails divers sur l'activité commerciale de la France de la Restauration. Dans notre livraison : les approvisionnements de la Martinique et de la Guadeloupe ; le marché de Nijni-Novgorod ; l'introduction des soies en Suède ; des informations sur la pêche à la baleine dans la Mer du Nord, etc.

[COMPAGNIE DES INDES - HERNOUX (Charles)]

Rapport fait à l'Assemblée nationale,

au nom du comité d'agriculture et de commerce (…) sur Le Privilége de la Compagnie des Indes. Le 18 Mars 1790. Paris, Baudouin, 1790, in-8, titre et 34 pp., en ff., non rogné. Goldsmiths 14179. Édition originale. Intéressant document publié à la veille de la liquidation définitive de la Compagnie des Indes.

[COMPAGNIE DES INDES - PONDICHERY]

Mémoire et consultation

pour les Sieurs Montagniès de La Roque, Major & Commandant du Bataillon de l'Inde; de Saint-Paul, Capitaine de Grenadiers; de Colombel, de la Salle Marihaure, Beylié & le Chevalier de Tilly, Capitaines; De la Roche du Ronzé, & d'Agincourt, Lieutenans & Aides-Majors; de Guigné, le Chevalier Aubaud du Perron, de Fecamp, Guihu, Lieutenans; Faure, Sous-Lieutenant & Sous-Aide-Major; Garandel, Mallet, Kracht, Desjardins & Bint, Sous-Lieutenans; Fanthome, Bonnesay, de Pellemack Mainville, Sauvé de Courgivaux, Délie, Prieur, & Boisseau, Enseignes au même Bataillon. [(Paris), De l'Imprimerie de Louis Cellot, 1768], in-4 de 110 pp. et 1 f. blanc, br., sans couv., conservé dans une boîte moderne de papier bleu avec pièce de titre rouge, mouill. claires dans les marges ext. de qq. ff. Intéressant mémoire sur une sombre affaire ayant eu lieu à Pondichéry dans les années 1765-1767. Se trouvant dans l'obligation de se rendre à Chandernagor en 1765 pour y rétablir les comptoirs de la Compagnie des Indes, Jacques-François Law de Lauriston (1724-1785), commandant la place de Pondichéry, nomme à la tête du Conseil provisionnel de cette ville un sieur Boyelleau, employé de la Compagnie ; celui-ci se rend à Pondichéry dès le 31 décembre 1765. A partir de cette date, et pour une durée de deux ans, Boyelleau gouverne et administre comme un petit tyran, multipliant les intrigues et les exactions, notamment à l'encontre des militaires en poste à Pondichéry. A son retour, Law de Lauriston n'en croit pas ses yeux: "Vexation, tyrannie, concussion, fausses imputations contre plusieurs personnes qu'il [Boyelleau] a fait emprisonner innocemment, sévérité dure & blâmable pour les fautes les plus légères, Citoyens flétris & déshonorés sans preuves, & même sans faits (…): mille autres choses plus horribles pendant tout le cours de son administration (…) & pardessus tout cela sa désobéissance criminelle aux ordres du Roi & de la Compagnie, &c. (…) Le sieur Law & son Conseil, d'une voix unanime, arrêtèrent que le sieur Boyelleau & ses Conseilliers seroient renvoyés en Europe sur le vaisseau le Massiac (…) pour rendre compte de leur conduite". Bon exemplaire.

[COMPAGNIE DES INDES]

Arrest du Conseil d'Estat du Roy,

du 26. Janvier 1721. S.l. [Paris?], S.n., [1721], in-4 de 4 pp., dérel., cachet: "Bibliotheca Albassiana". Arrêt ordonnant l'enregistrement de tous les possesseurs d'actions et de titres émanant de la Compagnie des Indes et de la Banque de France. Document bien conservé.

[COMPAGNIE DES INDES]

Arrest du Conseil d'Etat du Roi,

qui commet le sieur Broutin pour faire le recouvrement de toutes les sommes dues à la Compagnie des Indes, aux Isles de France & de Bourbon. Du treize février mil sept cent soixante-quinze. Paris, P.-G. Simon, 1776, in-4, en feuille. 4 pp. Affecte un seul agent de recouvrement dans les deux îles, en lieu et place des commissaires chargés des opérations de liquidation de la Compagnie des Indes.

[COMPAGNIE DES INDES]

Arrest du conseil d'état du roi,

concernant le commerce de l'Inde. Du 13 aout 1769. Extrait des registres du Conseil d'État. Paris, P. G. Simon, imprimeur du Parlement, 1769, in-4 de 4 pp., dérelié avec simple titre de départ. Suspension provisoire du "privilège exclusif" de la Compagnie des Indes, mise en cause par le gouvernement français.

[COMPAGNIE DES INDES]

Arrest du Conseil d'état du roi,

Qui commet le sieur Broutin pour faire le recouvrement de toutes les sommes dûes à la Compagnie des Indes, aux Isles de France & de Bourbon. Du 13 Février 1775. [Paris], Guillaume Desprez, [1775], in-4 de 4 pp., dérelié.

[COMPAGNIE DES INDES]

Arrest du conseil d'Étatv du Roi,

portant homologation des Statuts & Réglemens de la Compagnie des Indes. Du 19 juin 1785. [Paris, P.G. Simon, 1785], in-4 de 12 pp. avec simple titre de départ, dérel. Voir Wroth et Annan 2004 pour l'édition de l'Imprimerie Royale en 16 pp. La Compagnie des Indes avait été dissoute en 1770. En 1785, année de déficit et de grave crise financière, on tenta de rétablir la défunte Compagnie. "Le ministre Calonne espéra quelque temps en faire une ressource pour combler les vides dûs à ses prodigalités et à ses déprédations. Il parut à cette époque de nombreuses brochures qui s'élevaient avec force contre cette nouvelle mesure administrative et contre le monopole qu'elle établissait. En vain l'abbé Morellet voulut la défendre ; des événements d'une haute importance, précurseurs de la révolution de 1789, firent ajourner la question de la Compagnie des Indes, qui fut enfin supprimée par un décret de l'Assemblée constituante (14 août 1790). Les bureaux de Paris et de Lorient furent réunis au trésor public, et l'on maintint seulement ceux de Pondichéry et de l'Ile de France jusqu'à la fin de la liquidation" [Larousse].

[COMPAGNIE DES INDES]

Arrêt du Conseil d'Etat du Roi,

qui déclare de nul effet, après un délai de trois mois, les passeports expédiés par la Compagnie des Indes pour l'entrée des toiles de coton blanches et peintes. Du 13 octobre 1786.. Paris, P.G. Simon et N.H. Nyon, 1786, in-4, broché, couverture factice. 3 pp. Wroth 2036 (à l'adresse de l'Imprimerie Royale). Rare.

[COMPAGNIE DES INDES]

Arrêt du Conseil d'État du Roi,

qui porte à Quarante millions les Fonds de la Compagnie des Indes; & qui prolonge à quinze années de paix, la durée de son privilège, fixé à sept années, par l'arrêt du Conseil du 14 avril 1785. Du 21 septembre 1786. Extrait des registres du Conseil d'État. Paris, Imprimerie royale, 1786, in-4 de 6 pp. et 1 f.n.ch., dérelié, avec simple titre de départ. Description des conditions d'acquisition des nouvelles portions d'intérêt, qui serviront à l'augmentation du capital de la Compagnie des Indes… Malgré tout, la liquidation en sera prononcé le 14 août 1790.

[COMPAGNIE DES INDES]

Edit du Roi,

portant création d'un contrat d'un million deux cens mille livres de rente, au principal de trente millions, au profit de la Compagnie des Indes. Donné à Versailles au mois de février 1770. Registré au Parlement le treize février mil sept cent soixante-dix. Paris, P.-G. Simon, s.d. [1770], in-4, dérelié. 4 pp.

[COMPAGNIE DES INDES]

Etat actuel de l'Inde,

et considérations sur les établissemens & le commerce de la France dans cette partie du monde, sur les améliorations dont ils sont susceptibles, & sur la meilleure manière d'y faire le commerce. Londres, et se trouve à Paris, Madame veuve Laurent Prault, 1787, in-8, dérelié. iv pp., 224 pp. Kress B 1209 A. Manque à Goldsmith, Einaudi, Pitot, Toussaint et Adolphe, Pardo de Tavera, Robertson, Cordier Japonica, Nipponalia. Édition originale de cette "radiographie" du commerce colonial en Asie et dans l'Océan Indien à la fin du XVIIIe siècle. Concerne la côte orientale de l'Afrique, Madagascar, Bourbon, l'ïle de France, les Îles Rodrigues, Jean de Lisboa, Séchelles et Praslin, la côte de Malabar, l'Hindoustan, la côte de Coromandel, le Bengale et l'occupation anglaise, le commerce du Bengale, Bornéo, les Moluques, Java, Sumatra, les Philippines, les compagnies hollandaises et espagnoles, Japon, Chine, Siam, Cochinchine, Tonkin, Macao, Nouvelle Hollande, etc., etc… L'auteur se livre ensuite à des réflexions sur le statut des compagnies commerciales en Inde: projets pour l'exploitation du commerce, doit-il se faire par une compagnie ou doit-on le laisser libre ? durée de l'exploitation accordées aux compagnies, expéditions en cours, etc… L'auteur est actionnaire de la nouvelle Compagnie des Indes. C'est en effet une période cruciale dans l'histoire de la Compagnie des Indes, liquidée et cédée au roi de France en 1770, quatre ans après l'exécution de Lally. "Les événements politiques qui suivirent tant de revers firent de nouveau rétablir la Compagnie. Le ministre Calonne espéra quelque temps en faire une ressource pour combler les vides dus à sa prodigalité et à ses déprédations. Il parut à cet époque de nombreuses brochures qui s'élevaient avec force contre cette nouvelle mesure administrative et contre le monopole qu'elle établissait. En vain l'abbé Morellet voulut la défendre ; des événements d'une haute importance, précurseurs de la Révolution de 1789, firent ajourner la question de la Compagnie des Indes, qui fut enfin supprimée par un décret de l'Assemblée constituante (14 août 1790). Les bureaux de Paris et de Lorient furent réunis au trésor public, et l'on maintint seulement ceux de Pondichéry et de l'Ile de France jusqu'à la fin de la liquidation. L'abbé Morellet venait de faire paraître, en cette même année 1787, une "Réponse précise au Précis pour les actionnaires de la Compagnie des Indes" (Amst. et Paris, in-8, 39 pp.).

[COMPAGNIE DES INDES]

Le Pour et le contre,

ou Réflexions sur la Compagnie des Indes. Genève, et se trouve à Paris, chez les marchands de nouveautés, 1788, in-8, dérelié. 84 pp. Sur la création de la nouvelle (troisième) Compagnie des Indes orientales et de la Chine, qui avait vu le jour le 3 juin 1785 à l'initiative de Guillaume Sabatier et de Pierre Desprez. Soutenue par Calonne, elle était dotée d'un capital de 20 millions de livres, et jouissait du monopole du commerce à l'est du cap de Bonne-Espérance (à l'exception des Mascareignes, qui restaient ouvertes au commerce libre). Elle installa ses bureaux parisiens à l'hôtel Massiac,prend possession des bâtiments, magasins et ateliers de l'ancienne compagnie à Lorient et Marseille, arma 17 bateaux et prospéra très rapidement. Les bénéfices permirent en effet de distribuer un dividende de 18% en 1788 et de 16% en 1789. Mais son existence fut brève, puisqu'elle fut remise en question par la politique de l'Assemblée constituante dès 1790.

[COMPAGNIE DES INDES]

Lettres patentes du roi,

concernant les billets de caisse, ordonnances, récépissés, & autres effets de la Compagnie des Indes, circulant dans les Isles de France & de Bourbon. Données à Versailles le 25 janvier 1767. Paris, P. G. Simon, imprimeur du Parlement, 1767, in-4 de 7 pp., dérelié, avec simple titre de départ, sous couv. pastiche moderne. Pour faciliter la liquidation des dettes de la Compagnie des Indes dans les colonies, les billets de caisses et ordonnances de la Compagnie pourront être utilisés pour l'achat de marchandises vendues pour la même Compagnie, ou pourront être convertis "en lettres de change sur le caissier de la Compagnie à Paris" .

[COMPAGNIE DES INDES]

Lettres patentes du Roi,

concernant les billets de caisse, ordonnances, récépissés, & autres effets de la Compagnie des Indes, circulant dans les Isles de France & de Bourbon. Données à Versailles le 25 janvier 1767. Paris, P.-G. Simon, 1767, in-4, en feuilles. 7 pp. En 9 articles. Pour faciliter la liquidation des dettes de la Compagnie des Indes dans les deux colonies susdites, les billets de caisses et ordonnances de la Compagnie pourront être utilisés pour l'achat de marchandises vendues pour la même Compagnie, ou pourront être convertis "en lettres de change sur le caissier de la Compagnie à Paris" .

[COMPAGNIE DES INDES]

Lettres patentes du roi,

qui autorisent la Compagnie des Indes à faire un emprunt de douze millions par voie de Loterie. Données à Compiègne le 19 juillet 1767. Registrées en Parlement. Paris, P. G. Simon, imprimeur du Parlement, 1767, in-4 de 8 pp., dérelié, avec simple titre de départ. Description des conditions de cette loterie, nouvel emprunt public de la Compagnie des Indes imaginé pour liquider ses dettes et relancer son commerce (annéanti après la guerre qui opposa la France et l'Angleterre).

[COMPAGNIE DES INDES]

Mémoire pour les actionnaires de la Compagnie des Indes

Paris, J.-R. Lottin de Saint-Germain, 1790, in-4, broché sous couverture d'attente de papier bleu. 28 pp. Défense du privilège exclusif de la Compagnie des Indes, alors remis en cause par les députés de l'Assemblée Nationale. Ce mémoire est signé de Le Couteux du Mollay, Greffulge, Boyd, Dangirard, Picquet, Le Cocq, commissaires des actionnaires de la Compagnie .

[CONFISERIE - CATALOGUE]

Spécialités de Baptêmes. Confiserie Guéry,

60, rue de Rennes, 60 La Place St-Germain-des-Prés Paris. Paris, Impr. Dubos, [vers 1900], in-18 (7,5 x 11,5 cm environ), broché, couv. rose impr. en lettres dorées. 12 pp. Catalogue publicitaire détaillant les produits et indiquant tous les prix. Avec une liste des confiseries, liqueurs et champagnes proposés par la maison.

[CONFISERIE VIGNON]

Vignon, Fils aîné, Marchand Confiseur-Distillateur,

rue de l'Horloge n°3, à Rennes, Tient Magasin de Dragées, Bonbons de toutes espèces, Confitures, Pâtes, Gelées, Marmelades, Fruits à l'Eau-de-Vie, Liqueurs de différentes qualités, Bonbonnières de tous genres, Cartonages (sic), Boîtes de Baptême, Plateaux, Milieux de tables, Assiettes montées... Fleurs, Joujoux et Jouets d'Enfans etc.... Rennes, 26 septembre 1809, in-4 (20,5 x 25 cm), 1 f., petite trace d'adhésif et de pliure au dos. Rare facture de la confiserie Vignon à Rennes, sur papier à en-tête, remplie à la main au nom de Madame Ramé. La dame avait commandé des rochers, des croquets à la vanille, des macarons et des meringues...

[CONGES]

Ordonnance du Roy,

portant établissement des congez d'ancienneté, dont la délivrance avoit esté suspenduë par celle du 15 février 1734. Du 8 janvier 1737. Paris, Imprimerie royale, 1737, in-4, en feuilles. 8 pp. Rétablit les dispositions des congés de réforme, qui avaient été suspendues au commencement de la Guerre de Succession de Pologne.

[CONGES]

Ordonnance du Roy,

pour faire retourner dans les provinces & généralitez du royaume, les cavaliers, dragons & soldats françois qui seront réformez, & leur deffendre de commettre aucun désordre, ni de passer dans les pays estrangers, sur les peines qui y sont contenuës. Du 10 janvier 1737. Paris, Imprimerie royale, 1737, in-4, en feuille. 4 pp. Sur le licenciement des troupes à la fin de la Guerre de Succession de Pologne.

[CONNAISSEMENT]

Estat de la cargaison du vaisseau La Madonne de Bonet

S.l. [Bordeaux], s.d. [XVIIIe siècle], petit in-4 carré (21 x 21 cm), en feuille. une page imprimée, mentions renseignées manuscritement. Equivalent d'un connaissement moderne, cet imprimé signé conjointement par le propriétaire du navire (Moulinier) et le capitaine (Brousse), fait état du contenu de la cargaison de La Madonne de Bonet, en partance de Bordeaux pour les "Isles françoises de l'Amérique". Le chargement est composé uniquement d'aliments consommables (vin, biscuit, morue, légumes, boeuf salé, huile d'olive et de poisson, sel, vinaigre, etc.), mais l'on sait le rôle de ce type de marchandises dans la première partie du commerce triangulaire.

[CONSERVES DE GIBIER]

Catalogue illustré de produits alimentaires fabriqués par A. Gringoire,

Pithiviers (Loiret) . 13 Novembre 1892, in-8 de 16 pp., br., couv. illustr. Pâtés d'alouettes en croûte ; Patés de perdreaux, caille, lièvre ; Terrines de gibier et de foie gras.

[CONSTANTINOPLE]

Société française de secours mutuels et de bienfaisance de Constantinople.

Rapport présenté par le conseil d'administration dans l'Assemblée générale du 22 mars 1874. Péra, Imprimerie du Courrier d'Orient, 1874, in-8 de 12 pp., br., couv. jaune impr. Détails des premiers actes de bienfaisance rendus par la Société (créée en 1873), "destinée à prêter assistance aux Français et protégés français": rapatriements de Français réduits à l'indigence, ou placement dans des écoles catholiques d'enfants de familles nombreuses.

[CONSTANTINOPLE]

Société française de secours mutuels et de bienfaisance de Constantinople.

Sous le patronage de l'Ambassade de France. S.l. [Constantinople], 1873, in-12, broché, non coupé. 7 pp. Aucun exemplaire au CCF. Edition originale. La plaquette contient les statuts de la société, créée cette même année 1873, et ses règlements généraux. Son but était de "prêter assistance aux Français et protégés français": spécifiquement, rapatriements de Français réduits à l'indigence, ou placement dans des écoles catholiques d'enfants de familles nombreuses .

[CONSTANTINOPLE]

Société française de secours mutuels et de bienfaisance de Constantinople.

Sous le patronage de l'Ambassade de France. S.l. [Constantinople], 1874, in-12, broché. 8 pp. Aucun exemplaire au CCF. Deuxième édition (la première de 1873). La plaquette contient les statuts de la société, créée en 1873, et ses règlements généraux. Son but était de "prêter assistance aux Français et protégés français": spécifiquement, rapatriements de Français réduits à l'indigence, ou placement dans des écoles catholiques d'enfants de familles nombreuses .

[CONTREBANDE]

Ordonnance du Roi,

pour renouveler les défenses à tous gens de guerre, sur le commerce du faux sel, du faux tabac & des marchandises de contrebande. Du 1er octobre 1743. Paris, Imprimerie royale, 1762, in-4, dérelié. 15 pp. La pratique de la contrebande par les soldats des troupes régulières était facilité par le peu de contrôles des passages des unités entre l'étranger et le royaume, spécialement en temps de guerre.

[CORAN]

Chapitre inconnu du Coran,

publié et traduit, pour la première fois, par M. Garcin de Tassy. Paris, Imprimerie Royale, 1842, in-8, dérelié. v et 7 pp., pp. 81-132. Extrait du n° 7 du Journal asiatique de 1842. À la suite, figure un extrait du même périodique sur le Tariel (légende géorgienne). Il s'agit d'un passage qui aurait été supprimé des versions sunnites du Coran et concernant Ali.

[CORSAIRES]

Arrêt du Conseil d'Etat du Roi,

concernant les avances à faire par les armateurs, aux équipages des corsaires. Du 27 septembre 1778. Paris, Imprimerie royale, 1781, in-4, en feuille. 2 pp., un f. vierge. Absent de Wroth & Annam. Concerne les armateurs de Dunkerque, et leur participation à l'armement des navires de course.

[CORSAIRES]

Arrêt du Conseil d'Etat du Roi,

concernant les avances à payer aux équipages des corsaires qui seront armés à Dunkerque ; & le nombre d'officiers-mariniers qui doivent y être embarqués. Du 16 janvier 1780. Paris, Imprimerie royale, 1781, in-4, en feuille. 4 pp. Avec, en annexe, le tarif des avances que les armateurs de Dunkerque pourront payer aux équipages des bâtiments armés en course.

[CORSAIRES]

Arrêt du Conseil d'Etat du Roi,

concernant les bâtimens Anglois détenus dans les ports du Royaume, en vertu des ordres de Sa Majesté ; & les navires François pris par les corsaires des isles de Jersey & de Guernesey. Du 28 juin 1778. Paris, Imprimerie royale, 1781, in-4, en feuille. 3 pp. La course pendant la Guerre de l'Indépendance américaine.

[CORSAIRES]

Arrêt du Conseil d'Etat du Roi,

concernant les droits des officiers des amirautés pour les dépôts des actes de cautionnement des armateurs en course ; & de ceux des actes de société, connus à Marseille sous le nom d'écrite. Du 16 janvier 1780. Paris, Imprimerie royale, 1781, in-4, en feuille. 3 pp. A pour finalité d'unifier des pratiques jusque là disparates entre les différentes amirautés.

[CORSAIRES]

Arrêt du Conseil d'Etat du Roi,

portant défenses à tous capitaines de corsaires de rançonner en mer les bâtimens ennemis. Du 11 octobre 1780. Paris, Imprimerie royale, 1780, in-4, en feuille. 3 pp. Absent de Wroth & Annam. Contre les demandes de rançons "sauvages" ; sont exceptées les prises faites dans la Mer d'Irlande, dans le Canal de Bristol, et dans le nord-ouest de l'Ecosse.

[CORSAIRES]

Arrêt du Conseil d'Etat du Roi,

portant nomination des commissaires pour tenir le Conseil des Prises près l'Amiral de France. Du 19 juillet 1778. Paris, Imprimerie royale, 1781, in-4, en feuille. 2 pp., un f. vierge. Sur les prises effectuées par les corsaires français dans la lutte contre l'Angleterre (Guerre de l'Indépendance américaine). L'amiral de France était alors le duc de Bourbon-Penthièvre (1725-1793) depuis 1737.

[CORSAIRES]

Arrêt du Conseil d'Etat du Roi,

portant règlement pour les marchandises provenant des prises faites en mer sur les ennemis de l'Etat. Du 27 août 1778. Paris, Imprimerie royale, 1781, in-4, en feuilles. titre, 15 pp. Wroth & Annam, 1912. Parmi les 33 articles de ce long arrêt, la plupart traitent des déchargements, des temps de dépôt, des droits à payer, etc. Notons que certains concernent les vins et eaux-de-vie, d'autres, les marchandises prohibées.

[CORSAIRES]

Arrêt du Conseil d'Etat du Roi,

qui commet le sieur Chardon, pour faire les fonctions de procureur général de Sa Majesté au Conseil royal pour les prises. Du 23 novembre 1777. Paris, Imprimerie Royale, 1781, in-4, en feuille. 3 pp. Sur les prises effectuées par les corsaires français dans la lutte contre l'Angleterre (Guerre de l'Indépendance américaine). Chardon, maître des requêtes, était un protégé du duc de Choiseul.

[CORSAIRES]

Arrêt du Conseil d'Etat du Roi,

qui défend les ventes & marchés faits avec des gens de mer, pour des parts de prises. Du 12 juin 1781. Paris, Imprimerie royale, 1781, in-4, en feuille. 3 pp. Wroth & Annam, 1937. Contre les agioteurs qui proposent la liquidation de parts de prise en-dessous des adjudications prévisibles par suite du besoin en liquidités des gens de mer.

[CORSAIRES]

Déclaration du Roi,

concernant la course sur les ennemis de l'Etat. Donnée à Versailles le 24 juin 1778. Registrée en Parlement le 14 juillet audit an. Paris, Imprimerie royale, 1778, in-4, dérelié. 22 pp. Important règlement en 62 articles, qui organise la guerre de course pendant les opérations de l'Indépendance américaine.

[CORSAIRES]

Décret de la Convention nationale,

du 1er octobre 1793 (...), qui détermine le mode de répartition des prises faites par les vaisseaux français sur les ennemis de la République. Paris, Imprimerie nationale exécutive du Louvre, an II [1793], in-4, en feuilles, importantes mouillures claires. 16 pp. Roquincourt, 4926. Importante disposition en 46 articles, déterminant de nouvelles règles pour les prises maritimes, et l'importante question des parts de prise (pour le capitaine, les officiers, l'équipage, etc.).

[CORSAIRES]

Décret de la Convention nationale,

du 9 mai 1793 (...). Relatif aux navires neutres chargés de comestibles ou de marchandises pour les puissances ennemies. [Paris], Imprimerie de Mallard, s.d. [1793], in-4, en feuille. 4 pp. Roquincourt, 4842. "Les bâtimens de guerre & corsaires françois peuvent arrêter & amener dans les ports de la République, les navires neutres qui se trouveront chargés, en tout ou en partie, soit de comestibles appartenant à des neutres & destinés pour des ports ennemis, soit de marchandises appartenant aux ennemis".

[CORSAIRES]

Instruction pour les formalities des prises faites par les vaisseaux du roi

Du 9 janvier 1780. S.l. [Paris], s.d. [1780], in-8, broché, couverture papier marbré. 29 pp. Absent de Wroth et de Loménie de Brienne. Complète les dispositions du Règlement de la course du 27 septembre 1778.

[CORSAIRES]

Instruction que le Roi veut être observée,

par les officiers de ses vaisseaux, pour les prises qu'ils feront sur ses ennemis. Du 27 septembre 1778. Paris, Imprimerie royale, 1778, in-4, en feuilles. 6 pp., un f. vierge. Absent de Wroth & Annam. Avec, en annexe, un modèle de déclaration à remplir et à présenter devant les officiers des amirautés.

[CORSAIRES]

Liquidation générale et définitive de l'armement en course, à Saint-Malo, du Corsaire Le Zéphir,

capitaine Pilvesse, armateur le sr. A. Protet, sorti de ce port, le 27 avril 1808, ledit Corsaire ayant été pris par les Anglais. S.l. [Saint-Malo], s.d. [1808], in-folio, en feuille. 2 pp. Pas d'exemplaire au CCF (qui regroupe très peu de pièces de ce genre au demeurant). Très rare exemple de liquidation judiciaire d'une course, effectuée par le tribunal de commerce de Saint-Malo, avec répartition des parts, comme la loi le prévoyait après chaque expédition.

[CORSAIRES]

Liquidation générale et définitive de la cinquième course du Corsaire Le Général Pérignon,

armé à Saint-Malo, sous le commandement du capitaine Jacques Dupuy Fromy, armateur M. Augustin Thomas, commencée le 18 décembre 1806, et finie le 19 mars 1807, ledit Corsaire ayant désarmé en ce port. S.l. [Saint-Malo], s.d. [novembre 1807], in-folio, en feuille. 4 pp. Pas d'exemplaire au CCF (qui regroupe très peu de pièces de ce genre au demeurant). Très rare exemple de liquidation judiciaire d'une course, effectuée par le tribunal de commerce de Saint-Malo, avec répartition des parts, comme la loi le prévoyait après chaque expédition.

[CORSAIRES]

Liquidation générale et définitive de la première course du Corsaire La Clarisse,

armé à Saint-Malo, capitaine Jean-Baptiste Dupuis, armateurs MM. Charles Villehuchet et Lachambre, commencée le 25 octobre 1807, et finie le 28 mars 1808 ; ledit Corsaire ayant désarmé en ce port, et ensuite ayant été pris par les Anglais, après son réarmement. S.l. [Saint-Malo], s.d. [juin 1811], in-folio, en feuille. 4 pp. Pas d'exemplaire au CCF (qui regroupe très peu de pièces de ce genre au demeurant). Très rare exemple de liquidation judiciaire d'une course, effectuée par le tribunal de commerce de Saint-Malo, avec répartition des parts, comme la loi le prévoyait après chaque expédition. Ce vaisseau La Clarisse, armé par les mêmes propriétaires, ne doit pas être confondu avec son prédécesseur, plus célèbre (il avait été commandé par Surcouf), mais échoué le 18 février 1807 dans la rade des îles Ebihens.

[CORSAIRES]

Liquidation générale et définitive de la première course du Corsaire Le Courier de la Manche,

armé à Saint-Malo, sous le commandement du capitaine Jean-Marie Le Roy, armateurs MM. Lemême et Gaultier ; commencée le 2 nivôse an 14 [23 décembre 1805], et finie le 4 avril 1806, ledit Corsaire ayant désarmé en ce port. S.l. [Saint-Malo], s.d. [mars 1807], in-folio, en feuilles. 5 pp. Pas d'exemplaire au CCF (qui regroupe très peu de pièces de ce genre au demeurant). Très rare exemple de liquidation judiciaire d'une course, effectuée par le tribunal de commerce de Saint-Malo, avec répartition des parts, comme la loi le prévoyait après chaque expédition.

[CORSAIRES]

Liquidation générale et définitive de la première course du Corsaire Le Lézard,

armé à Saint-Malo, capitaine le Sr. Joseph Lesnard, armateurs les Srs. Jallobert, frères, commencée le 5 décembre 1807, & finie le premier avril suivant, ledit Corsaire ayant désarmé en ce port. S.l. [Saint-Malo], s.d. [décembre 1808], in-folio, en feuille. 3 pp. Pas d'exemplaire au CCF (qui regroupe très peu de pièces de ce genre au demeurant). Très rare exemple de liquidation judiciaire d'une course, effectuée par le tribunal de commerce de Saint-Malo, avec répartition des parts, comme la loi le prévoyait après chaque expédition.

[CORSAIRES]

Liquidation générale et définitive de la première course du Corsaire Le San-Josepho,

armé à Saint-Malo, capitaine François-Auguste Blanchard, armateur M. Augustin-Jean-Claude Thomas, commencée le vingt-un novembre 1807, & finie le 4 avril 1808 ; ledit Corsaire ayant désarmé en ce port. S.l. [Saint-Malo], s.d. [janvier 1810], in-folio, en feuille. 4 pp. Pas d'exemplaire au CCF (qui regroupe très peu de pièces de ce genre au demeurant). Très rare exemple de liquidation judiciaire d'une course, effectuée par le tribunal de commerce de Saint-Malo, avec répartition des parts, comme la loi le prévoyait après chaque expédition .

[CORSAIRES]

Liquidation générale et définitive de la première course du Corsaire, de Saint-Malo, Le Glaneur,

capitaine M. Louis-Joseph Quoniam, armateur M. Auguste Magon Vieuville, commencée le 23 novembre 1806, et finie le 17 mars 1807, ce Corsaire ayant désarmé en ce port. S.l. [Saint-Malo], s.d. [septembre 1807], in-folio, en feuille. 4 pp. Pas d'exemplaire au CCF (qui regroupe très peu de pièces de ce genre au demeurant). Très rare exemple de liquidation judiciaire d'une course, effectuée par le tribunal de commerce de Saint-Malo, avec répartition des parts, comme la loi le prévoyait après chaque expédition. Louis-Joseph Quoniam (1770-1807) commença à servir en 1795 ; il mourut le 21 novembre de cette même année 1807.

[CORSAIRES]

Liquidation générale et définitive de la première et seule course du Corsaire de ce port, La Bohémienne,

capitaine le sr. Jean Gauttier, armateur M. Protet, commencée le 15 octobre 1807, ledit Corsaire ayant été pris par les Anglais. S.l. [Saint-Malo], s.d. [1807], in-folio, en feuille. 2 pp. Pas d'exemplaire au CCF (qui regroupe très peu de pièces de ce genre au demeurant). Très rare exemple de liquidation judiciaire d'une course, effectuée par le tribunal de commerce de Saint-Malo, avec répartition des parts, comme la loi le prévoyait après chaque expédition.

[CORSAIRES]

Liquidation générale et définitive de la première et seule course du Corsaire L'Incomparable,

armé à Saint-Malo, armateurs MM. Coste et Cie, capitaine Gilles-Jean Geffroy, commencée le 4 juin 1807, ledit Corsaire ayant été pris par les Anglais. S.l. [Saint-Malo], s.d. [février 1808], in-folio, en feuille. 3 pp. Pas d'exemplaire au CCF (qui regroupe très peu de pièces de ce genre au demeurant). Très rare exemple de liquidation judiciaire d'une course, effectuée par le tribunal de commerce de Saint-Malo, avec répartition des parts, comme la loi le prévoyait après chaque expédition. Né à Cancale, Gilles-Jean Geffroy (1776-1853), surnommé le Pendart, fut en son temps aussi célèbre que son contemporain plus âgé de trois ans seulement.

[CORSAIRES]

Liquidation générale et définitive de la première et seule course du Corsaire La Clarisse,

armé à Saint-Malo, par MM. Ch[arl]es Villehuchet et Lachambre, capitaine Gilles-Jean Geffroy, commencée le 24 novembre 1806, et finie le 18 février 1807, ledit Corsaire ayant naufragé aux Hébihens [Ebihens], près ce port. S.l. [Saint-Malo], s.d. [janvier 1808], in-folio, en feuille. 3 pp. Pas d'exemplaire au CCF (qui regroupe très peu de pièces de ce genre au demeurant). Très rare exemple de liquidation judiciaire d'une course, effectuée par le tribunal de commerce de Saint-Malo, avec répartition des parts, comme la loi le prévoyait après chaque expédition. Né à Cancale, Gilles-Jean Geffroy (1776-1853) fut le dernier capitaine de la Clarisse, qui avait été commandée par Robert Surcouf de 1798 à 1800 ; devenu lors de la vente des biens nationaux propriété du corsaire Jean-Georges Michel, le petit archipel des Ebihens, au large de Saint-Malo, est rarement cité dans les sources, ce qu'il faut noter ici.

[CORSAIRES]

Liquidation générale et définitive de la première et seule course du Corsaire La Glaneuse,

armé à Saint-Malo, capitaine Louis-Joseph Quoniam, armateur le sieur Auguste Magon de La Vieuville, commencée le vingt-cinq octobre 1807 ; ledit Corsaire ayant été pris, à la suite d'un combat, par la corvette anglaise Le Scorpion. S.l. [Saint-Malo], s.d. [septembre 1808], in-folio, en feuille . 3 pp. Pas d'exemplaire au CCF (qui regroupe très peu de pièces de ce genre au demeurant). Très rare exemple de liquidation judiciaire d'une course, effectuée par le tribunal de commerce de Saint-Malo, avec répartition des parts, comme la loi le prévoyait après chaque expédition. Louis-Joseph Quoniam (1770-1807) commença à servir en 1795 ; il mourut le 21 novembre de cette même année 1807.

[CORSAIRES]

Liquidation générale et définitive de la première et seule course du Corsaire Le Comte d'Hunebourg,

armé à Saint-Malo, capitaine Jean Guilbeau, armateur M. Augustin-Jean-Claude Thomas, commencée le 9 octobre 1809, et finie le 5 février 1810, ce Corsaire ayant été pris ledit jour, par une corvette anglaise. S.l. [Saint-Malo], s.d. [mars 1811], in-folio, en feuille. 3 pp. Pas d'exemplaire au CCF (qui regroupe très peu de pièces de ce genre au demeurant). Très rare exemple de liquidation judiciaire d'une course, effectuée par le tribunal de commerce de Saint-Malo, avec répartition des parts, comme la loi le prévoyait après chaque expédition.