Perform an accurate search:

3965 results

[HONGRIE]

De l'Intervention russe en Hongrie

[Paris], Imprimerie de Guiraudet et Jouaust, s.d. [1849], in-8, dérelié. 16 pp. Un seul exemplaire au CCF (Troyes). Il semble bien que ce texte anonyme n'ait, en dépit de la similitude de titre, rien à voir avec l'opuscule du comte Laszlo Teleki (1811-1861, en deux parties de 44 pp.). Le sujet, lui, est en revanche similaire : la main-forte portée par Nicolas Ier à l'Autriche pour venir à bout de la rébellion hongroise de 1848.

[HORDT (Le comte J. L. von)]

Mémoires d'un gentilhom[m]e suédois

écrits par lui même dans sa retraite, l'année 1784. A Berlin, Chez S. Pitra, 1788, in-8, cart. papier gris, pièce de titre rouge au dos, non rogné [Rel. de l'époque], mors un peu frottés, conservé dans une boîte moderne de papier vert. 4 ff.n.ch. pour le titre gravé et la dédicace de l'éditeur à Frédéric Henri Louis de Prusse, 365 pp. et 1 f. blanc. Quérard IV, 138. NUC: 3 exemplaires. Édition originale, rare. Rédigés en français par J.A. Borelly (une traduction allemande de G.W. Bartoldy a paru en même temps che le même éditeur), ces agréables mémoires sont l'oeuvre du général suédois Johann Ludwig von Hordt [1719-1778]. On y trouve, pp. 117-119, le récit d'une rencontre avec Jean-Jacques Rousseau à Amsterdam. Après avoir embrassé la carrière des armes, Hordt "joua un rôle des plus actifs à l'époque de la révolution de 1756, qui restreignit considérablement l'autorité royale sous Adolphe-Frédéric, se vit contraint de quitter la Suède pour échapper à la peine capitale qu'il avait encourue, comme membre d'une conjuration formée contre le gouvernement sénatorial, et se rendit alors en Prusse. Frédéric le Grand l'accueillit favorablement, et lui donna un commandement dans ses armées. Hordt se conduisit avec distinction pendant la guerre de Sept ans, et fut chargé ensuite d'accompagner le prince Henri de Prusse dans ses voyages en Russie". Cf. Larousse. Très bel exemplaire à l'état de parution: non rogné et dans son cartonnage d'origine.

[HORLOGERIE]

La Commission d'agriculture & des arts aux citoyens administrateurs de district

S.l. , s.d. [juin 1794], petit in-4, en feuilles. 8 pp. Sur la fondation de la Manufacture française d'horlogerie, fondée à Besançon, et recevant la dénomination d'Horlogerie nationale : la Révolution vit affluer à Besançon et dans la région des familles d'horlogers (400 à 700 personnes) provenant des cantons suisses, de Genève, de la principauté de Neuchâtel, de Porrentruy, de Montbéliard et de Savoie ; la plupart étaient attirés par les facilités (subventions, locaux) que la Convention avait décidé de leur procurer pour leur établissement dans la région. Ce fut là l'origine de la spécialisation industrielle de la région, qui devait durer plus d'un siècle.

[HORNOT (Antoine)]

Anecdotes américaines,

ou Histoire abrégée des principaux événements arrivés dans le Nouveau Monde, depuis sa découverte jusqu'à l'époque présente. Paris, Vincent, 1776, fort vol. in-8, veau fauve moucheté, dos à nerfs cloisonné et fleuronné, pièce de titre cerise, encadrement de simple filet à froid sur les plats, tranches mouchetées de rouge [Rel. de l'époque], accroc en coiffe inférieure. xv et 782 pp. Sabin 33039. Rodrigues 180. Borba de Moraes I, 348. Brunet 28498. Édition originale. Contient la chronologie des principaux événements survenus en Amérique, au Brésil et aux Antilles. L'ouvrage s'arrête aux prémices de la guerre d'indépendance américaine. Copieux index alphabétique i"in fine".

[HOTEL CRILLON]

Hotel de Crillon,

place de la Concorde, Paris. [Paris, Tolmer, vers 1950], in-4 de 15 pp., br., couv. papier gaufré crème décorée à froid d'une façade à l'antique en relief, titre en noir et bistre. Jolie plaquette imprimée sur papier vélin Lana. Cette histoire du palais Crillon est illustrée dans le texte de dessins dorés et de 9 photographies en noir, contrecollées (vues des salons, cour intérieure, restaurant et grill-room de l'hôtel moderne).

[HOZIER (Ambroise-Louis-Marie d')]

Indicateur nobiliaire,

ou Table alphabétique des noms des familles nobles, susceptibles d'être enregistrées dans l'Armorial général de feu M. d'Hozier, dont une nouvelle édition est sous presse à l'Imprimerie royale. Paris, Imprimerie de Doublet, 1818, in-8, broché sous couverture verte imprimée. 264 pp., texte sur deux colonnes. Saffroy III, 34 206. Unique édition de cet index préparé en vue d'une nouvelle édition de l'Armorial général, qui ne vit jamais le jour : il répertorie les familles subsistantes de la noblesse sous la Restauration, accompagnées de leur nom de terre, ce qui le rend pratique à la fois pour chaque famille en particulier, et pour avoir une idée de ce qui restait du second Ordre après la tourmente révolutionnaire.

[HUANG (Juansheng)]

Origine et évolution de l'écriture hiéroglyphique et de l'écriture chinoise,

par Won Kenn . Lyon ; Paris, Imprimerie Bosc frères & Riou ; Paul Geuthner, 1926, in-8, broché, un peu défraîchi. 95 pp. Edition originale (l'ouvrage connut une seconde édition en 1939) de cette intéressante comparaison de deux systèmes graphiques à base idéogrammatique, cependant très différents l'un de l'autre. Natif de Canton, Huang Juansheng, dont le nom de plume était Won Kenn (1900- ?) fit ses études à l'Université de Lyon. Il fut de surcroît un des promoteurs de l'espéranto.

[HUET (Pierre-Daniel)]

Mémoires sur le commerce des Hollandois,

dans tous les Etats et Empires du monde. Où l'on montre quelle est leur manière de le faire, son origine, leurs grands progrès, leurs possessions & gouvernement dans les Indes. Comment ils se sont rendus maîtres de tout le commerce de l'Europe. Quelles sont les marchandises convenables au trafic maritime. D'où ils les tirent, & les gains qu'ils y font (...). Nouvelle édition augmentée de plusieurs mémoires, & du tarif général d'Hollande. Amsterdam, Du Villard, Changuion, 1718, in-8, basane fauve marbrée, dos à faux-nerfs orné de filets, guirlandes et fleurons dorés, pièce de titre cerise, tranches rouges [Rel. de l'époque], accroc à un coin. xvi, 215, [9] et 104 pp. Sabin 47557. Cioranescu 35613. Kress 3019. Manque à Goldsmiths & Einaudi. Voir INED 2306 pour le "Grand trésor historique et politique du florissant commerce des Hollandois" de 1712. Troisième édition, et la seconde sous ce titre. L'auteur est le célèbre érudit Pierre-Daniel Huet (1630-1721), évêque d'Avranches. L'ouvrage a d'abord paru en 1712 sous un autre titre: Le Grand trésor historique et politique du florissant commerce des Hollandois dans tous les États et empires de ce monde. Le commerce de la Hollande est pris à titre d'exemple "pour réveiller le commerce de la France et le faire prévaloir sur tout autre". Cf. INED. Commerce de l'Europe, origine et causes du grand commerce des Hollandais, commerce dans le Nord, Moscovie et Norvège, Mer Baltique, Elbe, Wezer, Rhin, Meuse, Pays-Bas espagnols, Angleterre, France, Espagne, Méditerranée, Italie, Asie, Compagnie hollandaise des Indes Orientales (pp. 187 à 239), "Rapport fait aux Estats Genéraux des Provinces-Unies, par le Commandeur de la derniere flote venuë des Indes Orientales très-richement chargée" (Banda, Amboina, Ternate, Macassar, Timor, Siam, Japon, Chine, Tonquin, Malacca, Sumatra, Padangue, Bengale, Coromandel, Ceylan, Malabar, Surate, Perse, Batavia, Bantan).

[HUILE]

Huile oeconomique à brûler

S.l. [Paris], s.d. [XVIIIe siècle], in-12 oblong (13 x 21 cm), en feuille. Petit prospectus commercial aux indications réduites à l'essentiel, ce qui est reposant alors que nombre de ces "réclames" ont tendance à se montrer bavardes, du XVIIIe à la fin du XIXe siècle : énoncé du produit (huile clarifiée) ; lieu de vente (le Bureau des Fosses vétérinaires, rue de la Verrerie) ; prix (neuf sols la livre). Et c'est tout. L'adresse donne cependant une petite indication de la date : ce n'est qu'avant les lettres-patentes de 1780 que les fosses vétérinaires (qui recueillaient les carcasses des animaux équarris) durent se tenir en-dehors de la capitale, à bonne distance des habitations. La rue de la Verrerie est au centre des quartiers de la rive droite (Les Halles), et donc notre imprimé est plutôt datable des années 1760.

[HUSSON (Nicolas)]

Suite des expériences faites avec l'eau médicinale

Bouillon, Imprimerie de J. Brasseur, s.d. [1783], in-8, cartonnage d'attente, papier marbré de l'époque, dos défraîchi, cachets. 7 ff.n.ch. (titre, avertissement), pp. 13-79. Deuxième pièce d'un ensemble de quatre, publiées par un officier de l'armée royale de 1783 à 1788, et portant sur un remède propre à guérir nombre de pathologies, préparé à partir d'une plante dont il ne voulut évidemment pas donner le nom. La substance fut à la fois immensément décriée comme un purgatif trop violent et louée, y compris par des praticiens, parce qu'elle semblait apporter un soulagement aux goutteux. Une analyse menée par Cadet et Parmentier ne permit pas de déterminer quel végétal entrait dans sa composition. Né à Sedan en 1714, Nicolas Husson avait pris sa retraite du métier des armes dès 1743 et se consacra désormais aux recherches botaniques et médicales ; on dit qu'il usait quotidiennement de son spécifique ; en tout cas, cela ne lui nuit point, puisqu'il mourut en 1813 à l'âge de quatre-vingt-dix-neuf ans ...

[HUZARD (Jean-Baptiste)]

Instruction sommaire sur la maladie des bêtes à laine appelée pourriture

[Paris], Imprimerie de Madame Huzard, mars 1822, in-8, broché sous couverture d'attente de papier bleu, mouillure claire angulaire. 16 pp. Seconde édition (la première est de 1817). Cet opuscule signé Huzard et Alexandre-Henri Tessier (inspecteur général des bergeries royales) connut également de très nombreuses impressions départementales, généralement commanditées par les préfectures.

[HÔPITAL-GENERAL]

Lettres patentes du Roi,

portant prorogation, pendant trois ans, des droits d'octrois accordés à l'Hôpital Général & à celui des Enfans-trouvés de la ville de Paris. Données à Versailles le 22 juillet 1780. Registrées en Parlement le vingt-cinq juillet mil sept cent quatre-vingt. Paris, P.-G. Simon, 1780, in-4, dérelié. 7 pp. Par privilège, l'Hôpital-Général de Paris (qui était une institution d'assistance et non hospitalière au sens moderne) bénéficiait à la fois de l'exemption des droits d'entrée sur les denrées nécessaires à son fonctionnement, et percevait une partie des droits d'octroi prélevés par le trésor royal.

[HÔPITAUX MILITAIRES]

Ordonnance du Roi,

portant règlement général concernant les hôpitaux militaires. Du 2 mai 1781. Paris, Imprimerie royale, 1781, in-folio, dérelié, manque de papier au dernier feuillet. 2 ff.n.ch., 110 et iv pp., 16 ff.n.ch. (tableaux et états). Très importante ordonnance, la dernière à régler le statut et l'activité des hôpitaux militaires avant la Révolution, et complétant ou modifiant les dispositions de l'Ordonnance du 4 août 1772, donnée par Louis XV. En France, l'ébauche d'un service de santé des armées remonte à un édit de Louis XIV pris en janvier 1708, en pleine Guerre de Succession d'Espagne.

[HÔPITAUX MILITAIRES]

Règlement fait par ordre du Roi,

concernant les trois amphithéâtres établis dans les hôpitaux militaires de Strasbourg, Metz & Lille. Du 26 février 1777. Paris, Imprimerie royale, 1777, in-4, dérelié. 12 pp.

[ILE BOURBON]

L'esclavage à l'île Bourbon

(titre au dos de la reliure). Manuscrit. S.l.n.d., [vers 1825], 2 parties en 1 volume petit in-folio (31,2 x 20,5 cm) comprenant 2 cahiers numérotés 3 et 4 pour la première partie et 7 ff. numérotés 7 à 12 et 14, 2 ff.n.ch. pour la seconde, soit 26 pp. manuscrites au total, avec ratures et corrections, cartonnage moderne brun-rouge, pièce de titre de chagrin noir . Fragment d'un manuscrit plus important consacré à l'esclavage sur l'île Bourbon (La Réunion). Probablement destiné à une publication, il a été rédigé par un habitant de l'île ayant une bonne connaissance des mécanismes de la traite et de la pratique de l'esclavage. À cette époque, la traite des Noirs, interdite depuis 1817 par une ordonnance royale, continuait d'exister dans les colonies françaises; elle ne sera véritablement réprimée qu'à partir de la fin des années 1820. La première partie (8 pp.) traite du marronnage des esclaves, des punitions, des travaux imposés aux femmes enceintes ou qui viennent d'accoucher, de l'appartenance des enfants au maître de la mère, du coût d'un esclave né sur place par rapport à celui d'un esclave importé dans la colonie, du système d'imposition des planteurs basé sur les "têtes d'esclaves", du mariage entre les esclaves, pratiquement impossible tant qu'ils ne seront pas émancipés, le mari et la femme appartenant le plus souvent à deux maîtres différents, d'une prime que le gouvernement pourrait attribuer aux propriétaires qui élèveraient le plus d'enfants, de l'affranchissement que l'on pourrait accorder aux femmes ayant mis au moins six enfants au monde, etc. Dans la seconde partie (18 pp.), l'auteur étudie la population esclave. Il souligne d'abord la difficulté d'évaluer cette dernière, malgré l'obligation faite aux colons de déclarer annuellement le nombre et les mouvements de leurs esclaves, sachant que ces déclarations, qui doivent servir de base aux contributions, sont volontairement minorées : "L'administration avait connaissance de cette fraude, mais il lui eut été difficile d'en acquérir la preuve légale et de la réprimer… il eut été très impolitique de pousser les recherches inquisitoriales à ce sujet, au point d'appeler des esclaves en témoignage contre les maîtres…" (p. 11). Il constate que seuls les esclaves travaillent la terre pour le compte d'un propriétaire, les blancs et les créoles ne la travaillant que pour leur propre compte. Il est ensuite question de la traite des esclaves : "Les esclaves introduits dans l'île de Bourbon y sont amenés de la côte est de l'Afrique, de l'île de Madagascar, et de la côte ouest de la presqu'île de l'Inde appelée côte Malabar. Les Nègres proprement dits, ou les Africains sont vendus par des marchands d'esclaves qui vont les chercher dans l'intérieur. [Ils] les vendent ensuite aux Européens s'il se trouve des bâtiments sur la côte, ou les livrent à Mozambique et à Zanzibar aux Portugais et aux Arabes. Ceux-ci gardent le meilleur pour leur usage et revendent le surplus quand l'occasion se présente… Afin d'en tirer le meilleur parti… ils les menacent de les vendre aux Européens en leur assurant que les Blancs ne les achètent que pour les tuer et les manger. Lorsque ces malheureux sont à bord des bâtiments destinés à les transporter dans les colonies, la crainte qui leur a été inspirée par les Arabes les porte à se révolter… " (pp. 17-18). L'auteur ajoute : "J'ai connu un commerçant dont le bâtiment pouvait porter quatre cents esclaves, et qui a fait plusieurs voyages de traite sans être obligé de mettre ses Nègres aux fers. Dans l'un de ses voyages, sur 407 esclaves embarqués à la côte d'Afrique, il n'en a perdu que 4 et la traversée avait été de près de trois mois. Cet avantage était dû à un seul homme, esclave lui-même, mais de race arabe et qui servait comme domestique. Les Nègres rassurés par cet homme de leur couleur avaient en lui la plus grande confiance [et] ne songeaient pas à se révolter… Cet Arabe était fils d'un prince des îles d'Anjouan, il avait été fait prisonnier par les Madécasses et vendu par eux comme esclave…" (p. 18). La suite est consacrée aux Madécasses, qui font des incursions aux Comores pour y prendre des esclaves, aux Indiens, qui sont enlevés à la côte Malabar, et aux Cafres, qui proviennent de la côte d'Afrique pour être vendus à Madagascar : "On amène [les Cafres] sur des bâtiments qui n'ont que le canal Mozambique à traverser… Pour se rendre de l'endroit où ils ont été débarqués, dans les établissements de la côte est dont Foulpointe et Tamatave sont les plus considérables pour le commerce, ils traversent à pied et sans chaînes l'île de Madagascar…" (p. 20). Il conclut : "Dans l'état actuel des colonies françaises, on ne peut compter, pour la culture des terres et les travaux qui en dépendent, que sur la population esclave" (p. 22). Enfin, l'auteur étudie l'évolution prévisionnelle de cette population : partant d'un total de 95000 esclaves en 1822, il arrive, par un calcul, à 27622 quinze ans plus tard; en utilisant la table de mortalité de Duvillard, il parvient à un résultat différent (pp. 23-26). Ce manuscrit est contemporain de l'ouvrage de Pierre Philippe Thomas intitulé : Essai de statistique de l'île de Bourbon, Paris, 1828, 2 vol. in-8, qui obtint le prix de statistique décerné par l'Académie royale des sciences (Ryckebusch, 7777), mais la rédaction est très différente. Précieux témoignage sur la pratique de la traite et l'esclavage à l'île Bourbon .

[ILE DE LA RÉUNION] MAUREAU (Jacques-Joseph-Emile)

De l'Importation du paludisme à l'île de la Réunion.

Thèse pour le doctorat en médecine présentée et soutenue le jeudi 24 mars 1892. Paris, Henri Jouve, 1892, petit in-4, broché, dos renforcé. 33 pp., 2 pp.n.ch. Ryckebusch, 5593. L'auteur était né en 1866 à Saint-Denis.

[ILE MAURICE - COMMERCE]

A Monsieur le Cher. D'Entrecasteaux,

Brigadier des Armées navales, Gouverneur général des Isles de France et de Bourbon, et autres Isles voisines; et à Monsieur Motais de Narbonne, Commissaire général de la Marine, faisant fonctions d'Intendant aux Isles de France et de Bourbon, et Président du Conseil Supérieur de l'Isles-de-France. Paris, Imprimerie de Monsieur, 1789, in-4 de 10 pp., 1 f.n.ch., br. Mémoire en date du 3 septembre 1788 des colons et des négociants de l'Ile Maurice contre la restauration du privilège exclusif accordée en avril 1785 à la Compagnie des Indes orientales. L'édition originale est parue l'année précédente à l'Isle de France (cf. Toussaint-Adolphe 121).

[IMPRESSION D'ALENCON]

Le Tour de l'Armorique [par Pol].

Récit fantaisiste et sensiblement véridique d'un voyage à pied. Alençon, Ch. Thomas, 1874, in-8, broché sous couverture imprimée. 2 ff. n. ch., pp. 5-103. Seulement deux exemplaires au CCF (BnF et Troyes). Le nom "Pol" n'apparaît que sur la première couverture, et correspond à un des sept voyageurs dont le périple est décrit ("Pol, par abréviation d'un nom abhorré, Pol est professeur de mathématiques"). Unique édition de cette curieuse et vive relation d'un voyage d'étudiants qui se déroula en 1872 et fit visiter à un groupe de jeunes parisiens Saint-Malo, Dinard, Cancale, Vannes, Locmariaquer, Carnac, Quiberon, Auray, Belle-Isle, Quimper, Audierne, Sein, Douarnenez, Landerneau et enfin Brest.

[IMPRESSION D'ANNECY]. JOMARD (Edme-François)

Notice sur la vie et les ouvrages de Cl.-L. Berthollet

Annecy, Imprimerie de Aimé Burdet, 1844, in-8, demi-veau noir, dos lisse orné de filets dorés, coins en vélin, tranches mouchetées [Rel. moderne]. 2 ff. n. ch., 64 pp., XXVIII pp. (Notice sur l'érection à Anneci du monument Berthollet). Unique édition, peu commune. Le grand chimiste Claude-Louis Berthollet (1748-1822) était né à Talloires, sur les rives du Lac d'Annecy, dans le duché de Savoie, ce qui explique l'intérêt que lui porta la ville d'Annecy. Cette notice devait logiquement être rédigée par le dernier compagnon survivant de Berthollet dans la Commission des sciences et des arts de l'Institut d'Egypte, Edme Jomard (1777-1862).

[IMPRESSION D'ORANGE]. DERODON (David)

L'Athéisme convaincu :

traité démonstrant par raisons naturelles qu'il y a un Dieu. Orange, et se vend [à Paris], Olivier de Varennes, 1659, in-8, vélin ivoire souple, dos lisse [Rel. de l'époque], coins abîmés. titre, pp. 3-151. Cioranescu, XVII, 23 795. Haag IV, 230. Très probablement l'édition originale (le catalogue de la Bibliothèque de Genève signalait une édition de 1647, qui semble bien former un fantôme bibliographique). L'ouvrage fut réédité à l'adresse de Genève en 1665, augmenté d'une seconde partie. Né à Die, David Derodon ou de Rodon (1600-1664) fut un théologien calviniste de stricte obédience aristotélicienne et scolastique, ce qui n'était pas si commun, mais surtout amoureux de la disputatio à la mode médiévale, très habile en ce domaine, trop parfois au point où sa pensée exacte est difficile à définir sur nombre de points. Il enseigna la philosophie dans les collèges d'Orange (1640) et de Nîmes .

[IMPRESSION D'ORTHEZ. - LOSTAL (Pierre de)]

L'Avant-victorieux

Orthez, Abraham Royer, 1610, in-8, vélin ivoire souple, dos lisse [Rel. de l'époque], exemplaire un peu déboîté, manque de papier au feuillet de titre avec perte de quelques lettres. 2 ff. n. ch. (titre, dédicace "à la France"), pp. 3-340, un f. n. ch. de privilège, manquent le frontispice de Léonard Gaultier (Henri IV à cheval) ainsi que le titre-frontispice ; en revanche, il est normal que le texte commence en page 3, le f. A1 correspondant à la dédicace. Quelques annotations manuscrites anciennes. Brunet IV, 252. Barbier I, 328. Cioranescu, XVII, 43 744. SHF, Hauser, 3252. A la date de 1610, il existe au moins trois tirages différents de cet éloge hyperbolique de Henri IV, dont l'un donne le chiffrage erroné de 347 à la page 340 (pas notre exemplaire). Protestant, Pierre de Lostal avait fait de Henri IV sa divinité : au départ avocat au Parlement de Bordeaux, il était devenu vice-chancelier de Navarre le 18 août 1597.

[IMPRESSION DE BEYROUTH]

[Album]

Beyrouth, Imprimerie catholique, 1949, in-4, broché sous couverture rempliée, et illustrée en couleurs. 15 ff. n. ch., illustrations en noir et en couleurs (certaines contrecollées), premier feuillet à système présentant une fenêtre à battants mobiles s'ouvrant sur la première illustration en couleurs de l'opuscule (la scène des Rois mages). Il s'agit d'un petit album promotionnel illustrant les ressources typographiques et iconographiques du célèbre établissement beyrouthin, fondé en octobre 1852 avec un matériel typographique importé de Paris (romain et arabe). Cf. L'Imprimerie catholique de Beyrouth et son oeuvre en Orient (1853-1903). Bruxelles, 1903.

[IMPRESSION DE BÂLE]. BOUFFLERS (Stanislas-Jean de)

Oeuvres de Boufflers,

l'un des Quarante de l'ancienne Académie française. Seule édition avouée et corrigée par l'auteur, dans laquelle se trouve un grand nombre de pièces inédites. Bâle ; Darmstadt, Schoell et Compagnie ; Nouvelle librairie française, 1803, in-8, basane fauve, dos lisse orné de grecques et de fleurons dorés, pièce de titre, encadrement de simple filet et de palmettes dorés sur les plats, tranches mouchetées de bleu [Rel. de l'époque], reliure très frottée. 2 ff. n. ch., pp. vij-viij, un f. n. ch., 352 pp., un portrait-frontispice à la manière noire. Cioranescu, XVIII, 13 066. Première édition collective reconnue par l'auteur (ce n'était pas les cas de celles de 1780 et 1781), parue l'année même où Stanislas-Jean de Boufflers (1738-1815) réintégra son fauteuil de l'Académie française ; le fringant militaire et versificateur de la fin du XVIIIe siècle n'était plus guère alors que l'ombre de ce qu'il avait été. Exemplaire de Barthélémy Beau, avec vignette ex-libris contrecollée sur les premières gardes.

[IMPRESSION DE CAEN]. TACITE

Annales et Historiae

Caen, Antoine Cavelier, 1706, fort vol. in-12, vélin souple, dos lisse [Rel. de l'époque], exemplaire un peu déboîté. 676 pp., typographie en petit corps. Edition compacte portative des deux principaux textes de l'historien latin, à l'usage des classes.

[IMPRESSION DE CAPOLAGO. - NUÑEZ (Ignacio)]

Saggio statistico di Buenos Ayres

e delle provincie unite del Rio de la Plata e della Repubblica di Bolivar. Capolago, Tipografia Elvetica, 1832, in-12, broché sous couverture imprimée de l'époque, non coupé, petite découpe sans manque au feuillet de titre. 3 ff. n. ch., pp. 7-271. Kress C 3249 (notre édition). Sabin 56 330 (pour l'originale anglaise). Première traduction italienne (partielle, et sans cartes) de An account, historical, political, and statistical of the United provinces of Rio de La Plata, paru en 1825 à Londres, alors que son auteur était secrétaire d'ambassade, puis ambassadeur près la Cour de Saint-James, et traduit dans la plupart des langues européennes (en français dès 1826). Le lieu d'impression (Capolago est sise dans le Tessin, et fut absorbée en 2007 par Mendrisio) s'explique par la renommée de la Tipografia elvetica, fondée en 1830 par l'exilé gênois Alessandro Repetti, et qui se spécialisa vite dans l'impression des ouvrages produits par les réfugiés nationalistes des différentes parties de l'Italie. Elle publia les principaux manifestes en faveur du Risorgimento avant de devoir fermer en 1853 par suite des pressions de l'Autriche sur le Tessin. Ignacio Nuñez (1792-1846), journaliste et politicien argentin, fut plusieurs fois ministre de l'intérieur, et connut l'existence agitée des hommes politiques d'Amérique du sud.

[IMPRESSION DE CHÂLONS]

Almanach champenois,

ou Feuille villageoise destinée aux cultivateurs du département de la Marne, pour l'an 1812. Châlons, Boniée, s.d. [1812], in-4, broché sous couverture imprimée et naïvement illustrée, dos renforcé. 88 pp. Techener, 503 (pour l'année 1808). Absent de Lhermitte. Dernière année de cet almanach à connotation très rurale qui avait commencé de paraître en 1808-09. La mention de "troisième année" s'explique par l'absence de livraison en 1811. La tonalité des articles contenus dans l'opuscule est résolument pratique : nourriture des bêtes à laine, détails sur les pommes de terre, réflexion sur l'utilité de la choucroute, remèdes contre la rage, etc.

[IMPRESSION DE DILLINGEN]. TORRES (Francisco de)

De Hierarchicis ordinationibus ministrorum Ecclesiae catholicae,

adversus schismaticas vocationes ministrorum & superintendentium, ex Scripturis sanctis, ad Catholicos, libri duo antehac nunquam editi (...). Dillingen [Bavière], Sebald Mayer, 1579, in-4, vélin souple, dos lisse, trace de lacets [Rel. de l'époque], manques de cuir au plat inférieur. 12 ff. n. ch. (titre, préface, table des chapitres), 149 ff., 10 ff. n. ch. d'indices et d'errata. Backer & Sommervogel VIII, 116. Edition originale de cet ouvrage de controverse sur le sacrement de l'Ordre, dû au jésuite espagnol Francisco de Torres (Turrianus, 1509-1584), qui vécut principalement à Rome, et est spécialement connu pour sa réfutation des Centuriateurs de Magdebourg. C'est le cardinal Otto Truchsess von Waldburg (1514-1573), prince-évêque d'Augsbourg, qui dota cette ancienne résidence épiscopal de ses premières presses en même temps qu'il créait l'Université de Dillingen (1551). La première impression remonte à 1555. Il en fit don à l'Université en 1568, et elle fonctionna jusqu'en 1675. Les Jésuites du Collège Saint-Jérôme s'en servirent pour imprimer les ouvrages académiques et polémiques destinés à toute la contrée.

[IMPRESSION DE DOUAI]. POMEY (François-Antoine)

Les Particules reformées.

Augmentées, & rangées en meilleur ordre. Avec un abrégé très-clair des genres, des déclinaisons, des hétéroclites, des prétérits, & de la syntaxe. Ajoûté à cette nouvelle édition. Douai, Imprimerie de Michel Mairesse, 1710, in-16, vélin rigide, dos lisse [Rel. de l'époque], important manque en coiffe supérieure. 3 ff. n. ch. (titre, préface), 340 pp., 7 ff. n. ch. de table. Backer & Sommervogel VI, 971-73 (pour l'ensemble des éditions). Une des sorties provinciales de ce manuel pratique d'enseignement du latin (la première douaisienne est de 1700). Très réédité, spécialement dans les villes où les Jésuites possédaient un collège et enseignaient les humanités, l'ouvrage parut originellement en latin à l'adresse de Lyon en 1655. La première édition française semble être celle de Rouen, 1683. Né à Pernes (Vaucluse) en 1618, François Pomey entra au noviciat le 22 octobre 1636. Il enseigna pendant 18 ans les humanités et la rhétorique et fut préfet des études à Lyon, où il mourut en 1673. Cf. Backer & Sommervogel.

[IMPRESSION DE GENEVE]. HUGO (Victor)

La Voix de Guernesey

Genève, Libraire Ghisletty, 1867, in-8, broché. 16 pp. Cf. Vicaire IV, 339. Il y a une controverse sur l'édition originale de cette pièce de vers sur Garibaldi, interdite en France : pour Vicaire, c'est celle de Bruxelles ; pour le catalogue Noilly, Clouzot et Carteret, c'est un tirage sans lieu ni date imprimé à Guernesey même à 500 exemplaires sur papier pelure, destiné à être envoyé clandestinement en France (ce qui paraît le plus probable). Dans tous les cas, la plaquette comprend 16 pp. Notre édition, rare également, ne correspond ni à l'une ni à l'autre de ces deux sorties. Le texte forme une ode, malheureusement pas de la meilleure veine poétique, à la tentative de Garibaldi de marcher sur Rome en octobre 1867, et qui se solda par la cuisante défaite de Mentana devant les troupes françaises (3 et 4 novembre).

[IMPRESSION DE LIEGE. - FORTEGUERRI (Niccolo)]

Richardet, poëme

Liège, Plomteux, 1776, 2 tomes en un fort vol. in-16, veau fauve marbré, dos lisse orné d'un semis de grotesques dorés, pièce de titre, tranches rouges [Rel. de l'époque], coiffe supérieure rognée. 2 ff. n. ch., xxij pp., 327 pp., titre, 336 pp. Nouvelle édition. Il s'agit en fait d'une adaptation, plus que d'une traduction, du poème héroïco-comique Ricciardetto (1738) du cardinal Niccolo Forteguerri (1674-1735), donnée dès 1766 par Anne-François Duperrier-Dumouriez (1707-1769), le père du trop fameux général Dumouriez de la Révolution. Sur les 30 chants de l'original, la matière fut réduite à seulement douze.

[IMPRESSION DE MONTBELIARD]

Recueil de règlements,

tant anciens que modernes, concernant l'hôpital de la Ville de Montbéliard. [Montbeliard], Jacques Michel Becker, 1758, petit in-4, cartonnage d'attente modeste de l'époque, dos lisse muet. 18 ff. n. ch., sign. A(4)-B(4)-C(1), puis E(3)-F(4), armes de la ville gravées sur bois au titre, et un grand tableau en dépliant hors texte (Table servant de règlement pour les repas de chaque jour de la semaine). En dépit de l'incohérence des signatures, l'ouvrage semble bien complet, les réclames se succédant logiquement sans interruption. Perrod, 1973 (donne exactement notre collation). Seulement deux exemplaires au CCF (Besançon, Centre Sèvres). Très rare règlement interne vendu seulement dans l'établissement concerné. Fondé dès 1249 par le comte Thierry III (1205-1283), l'hôpital de Montbéliard sera entièrement reconstruit en 1759-1762 ; il fonctionna jusqu'en 1897, date de sa désaffection. Exemplaire du grand bibliophile franc-comtois Bruno Monnier (ex-libris manuscrit).

[IMPRESSION DE MOULINS]. BOUILLET (Jean)

Abrégé historique des conciles généraux

Moulins, Denis Vernoy, 1703, in-12, basane fauve mouchetée, dos à nerfs cloisonné et fleuronné, tranches mouchetées [Rel. de l'époque], une épidermure en coiffe supérieure. 8 ff. n. ch. (faux-titre et titre, dédicace, préface, privilège), 242 pp., 11 ff. n. ch. de table. Cioranescu, XVIII, 13 365. Unique édition de l'unique ouvrage de l'auteur, prieur de Saint-Didier-en-Bourbonnais [Saint-Didier-la-Forêt], et sur lequel on n'est pas autrement renseigné. C'est un très sommaire aperçu des événements de chacun des conciles oecuméniques depuis Nicée I.

[IMPRESSION DE MOULINS]. TARDY (Emmanuel)

Dissertation sur le transport des eaux de Vichy,

avec la manière de se conduire avec succès dans leur usage. Moulins, Jean Faure, 1755, in-12, demi-maroquin marine à coins, dos à nerfs cloisonné et fleuronné, simple filet doré sur les plats, tranches dorées [rel. du XIXe siècle], charnière supérieure frottée. 8 ff. n. ch. (titre, préface, table des chapitres), 152 pp. Duveen, 571. Quirielle, pp. 193-94. Edition originale. Emmanuel Tardy succéda en 1752 comme intendant des eaux de Vichy à François-Ubert Chapus. Il conserva cette charge jusqu'en 1789, et mourut à Vozelle (Allier) le 14 décembre 1802. Dans une reliure signée V. Krafft.

[IMPRESSION DE NOUMEA]. FORNE (F. )

Note sur un cas de mort par morsure de serpent de mer

Nouméa, Imprimerie nouméenne, 1888, in-8, broché sous couverture bleue imprimée. titre, 18 pp., une planche dépliante. O'Reilly 3658 (ne connaît que l'article). Aucun exemplaire au CCF ni au Worldcat. Un exemplaire au COPAC. Rarissime extrait du Journal officiel de la Nouvelle-Calédonie, 1520, documentant un cas observé le 15 mai 1888 sur un transporté employé aux travaux du quai de Nouméa. L'auteur était médecin-chef de la marine. Envoi autographe de l'auteur au pharmacien de la marine Baray, en date du 19 juillet 1890.

[IMPRESSION DE PROVINS. - BIGEX (Simon)]

L'Oracle des anciens fidèles,

pour servir de suite & d'éclaircissement à la Sainte Bible. Berne [Provins], s.n. [Louis Michelin], 1760, in-12, demi-vélin rigide, dos lisse orné de filets dorés, pièce de titre havane en long, tranches citron [rel. du XIXe s.]. titre, viij pp., 127 pp. Bengesco, 2382. Très rare. Cette pièce a été écrite en réponse à L'Oracle des nouveaux philosophes, pour servir de suite et d'éclaircissement aux oeuvres de M. de Voltaire, publié en 1759 et 1760, avec l'adresse de Berne. L'Épître dédicatoire à M. l'abbé Guyon, auteur de l'Oracle des nouveaux philosophes, est signée : "L'Abbé B***", qu'on suppose être l'abbé Bigex (1729-1806), celui-ci a par ailleurs servi de secrétaire et de prête-nom à Voltaire, mais c'est à tort que le présent ouvrage a été attribué à l'ermite de Ferney, dans le Dictionnaire des anonymes et par Gustave Desnoiresterres. Après avoir supposé que l'abbé Morellet pouvait être l'auteur, Voltaire lui-même a affirmé, dans sa lettre à Damilaville, du 12 juillet 1763, que L'Oracle des anciens fidèles est effectivement de l'abbé Bigex. D'après une note autographe de Jamet, jointe à l'exemplaire de la BnF, l'édition fut faite à Provins par Louis Michelin, imprimeur-libraire de cette ville qui fut embastillé et déchu de sa maîtrise par arrêt du Conseil du 12 mars 1761 .

[IMPRESSION DE RINTELN]. POMPONIUS MELA

De Situ orbis, libri tres.

Ex recensione Andreae Schotti. Rinteln, Gottfried Caspar Wächter pour Thomas Heinrich Hauenstein, 1666, in-12, vélin rigide à rabats, dos lisse, tranches mouchetées [Rel. de l'époque]. 4 ff. n. ch. (titre, au lecteur, notice sur Pomponius), [136] pp. mal chiffrées 146 (il y a un saut de chiffrage de 112 à 123), 34 ff. n. ch. d'index, 2 ff. vierges. Petite édition du grande géographe antique, dans un format pratique à destination des étudiants. L'imprimerie dans cette petite ville de Hesse-Cassel, sise sur les bords de la Weser, ne s'installa qu'au début du XVIIe siècle (première impression répertoriée en 1619), et ne se développa vraiment qu'avec le transfert de l'Université de Stadthagen en 1621 (jusqu'en 1809). A la suite, on trouve un très rare guide de voyage en Italie, particulièrement précoce, mais malheureusement présentant ici de nombreux manques : Itinerarium Italiae totius. In quo situs, origines, imperia civitatum & oppidorum, mores populorum, item montes, lacus, flumina, fontes, aquae calidae, metalla, cunctaque miracula, monumenta, incredibilesque antiquitates, mira arte experientiaque descripta leguntur. Nunc de novo in lucem editum (...). Cologne, Balthasar Clips, 1602, 8 ff. n. ch. (titre, poésies liminaires), 306 pp., petit manque de papier au feuillet de titre, les ff. A2, A3, E1 à 12, O1, O2 font défaut, ainsi que les pp. 307-310.

[IMPRESSION DE ROANNE]. NOËLAS (Frédéric)

Histoire des faïenceries roanno-lyonnaises.

Illustrée de 60 planches gravées par l'auteur. Roanne, Librairie S. Raynal, 1883, in-8, demi-maroquin brique à coins, dos à nerfs orné de filets, doubles caissons et fleurons dorés, pièce de titre brune, double filet doré sur les plats, , tête dorée, couverture illustrée conservée [Rel. de l'époque]. 2 ff. n. ch., xij pp., 292 pp., 60 planches hors texte en noir ou en bleu, dont 3 dépliantes. Tirage limité à 300 exemplaires. Unique édition de cette monographie très détaillée sur la porcelaine du Forez. Frédéric Noëlas (1830-1888), médecin à Saint-Haon-le-Châtel et artiste dessinateur, s’adonna avec passion à l’histoire et à l’archéologie foréziennes. Il fut membre de la Diana, la société archéologique du Forez, et correspondant de l’Académie de Lyon ainsi que des Beaux-Arts. Il participa grandement à la collecte et à la préservation des traditions et légendes foréziennes. Bel exemplaire dans une reliure de Dupré.

[IMPRESSION DE SAINT-CLAUDE]

Statuts, ordonnances & règlements de Monseigneur Joseph de Méallet de Fargues,

premier évêque de Saint-Claude, comte de Lyon, conseiller du Roy en tous ses conseils, lûs, publiés au synode général, dûement convoqué par sa lettre pastorale du 26 juillet, & tenu par mondit Seigneur l'évêque, dans l'église cathédrale le 31 du mois d'août suivant, de l'année 1759. Saint-Claude, Imprimerie de Pierre Delhorme, & se vend chez J.-B. Roch, 1759, in-12, en feuilles, cousu, page de titre salie. 136 pp. Uniques statuts diocésains d'Ancien Régime pour le diocèse de Saint-Claude, érigé seulement le 22 janvier 1742 par une bulle de Benoît XIV, à partir de la Terre de l'abbaye sécularisée de Saint-Claude, et dont Joseph Méallet de Fargues (1708-1785) fut le premier titulaire.

[IMPRESSION DE SAINT-MIHIEL]

Délibérations des trois Ordres de la ville de Saint-Mihiel ;

sur des imputations injurieuses énoncées dans le Mémoire de M. d'Espagnac. Saint-Mihiel, Charles Duval, 1788, in-8, en feuilles, cousu, petits manques en haut des feuillets par suite d'exposition à l'humidité. 23 pp. Au CCF, exemplaires seulement à la BnF et à Rouen. Cette plaquette forme l'une des pièces de la vive controverse des années 1785-1791 sur l'échange du Comté de Sancerre. La ville de Saint-Mihiel avait en effet fait imprimer des Observations sur l'échange du comté de Sancerre ; en réponse à la requête de M. de Calonne (1787), qui avaient suscité une vive critique de Charles-Antoine-Léonard de Sahuguet d'Espagnac (1758-1837), propriétaire du comté depuis son rachat à la princesse de Conti en 1777. C'est ce dernier qui était le bénéficiaire du contrat du 30 mars 1785, par lequel le comté de Sancerre était échangé contre des propriétés sises en Touraine, Blésois et Normandie, ainsi qu'une soulte de 500 000 livres. Cette opération fut dénoncée à l'Assemblée nationale, qui l'annula en 1791. Rarissime.

[IMPRESSION DE SCEAUX. - FAILLON (Etienne-Michel)]

Directoire des associées du catéchisme de persévérance de Saint-Sulpice.

Septième édition. Sceaux, Imprimerie M. et P.-E. Charaire, 1874, in-16, chagrin noir, dos à nerfs orné de filets à froid, encadrement de simple filet à froid sur les plats, chiffre E poussé au centre du plat supérieur, tranches mouchetées [Rel. de l'époque]. 3 ff. n. ch., pp. vij-xvj, 268 pp. La première édition est de 1830, mais avait été publiée à l'adresse de Paris par Adrien Le Clère. Puis l'opuscule fut réédité en 1840, 1846, 1856, 1865. Sulpicien des plus prolifiques, Etienne-Michel Faillon (1799-1870) rédigea ce petit directoire à partir des usages de la paroisse Saint-Sulpice de Paris : la pratique du catéchisme de persévérance y remonte à M. Olier.

[IMPRESSION DE STADTAMHOF]. LIEBHEIT (Gabriel)

Rudimenta eloquentiæ ad usum faciliorem studiosæ juventutis,

ex optimis rhetoricarum legum scriptoribus, iis deinde, qui de eruditione præ cæteris sunt meriti, recens collecta. Pedepontii prope Ratisbonam [Stadt am Hof], Johann Gastl, 1739, petit in-8, basane brune, dos à nerfs, tranches rouges, [Rel. de l'époque] reliure un peu frottée, accident à la coiffe supérieure, trous de vers en queue, 8e f. liminaire réemmargé. 12 ff.n.ch. (titre, dédicace préface, table des chapitres), 384 pp. Aucun exemplaire au CCF. Deschamps, 1009. Édition originale de l'un des tout premiers volumes imprimés dans la localité de Stadtamhof, devenue depuis 1924 un quartier de Ratisbonne, en Bavière. Il s'agit d'un petit manuel de rhétorique à l'usage des jeunes étudiants, composé par le P. Gabriel Liebheit, bénédictin, professeur au collège épiscopal de Freising.

[IMPRESSION DE TAHITI]

Messager de Tahiti.

Journal officiel des Etablissements français de l'Océanie. Paraissant tous les samedis, à 3 heures du soir. Te vea no Taiti. Papeete, Imprimerie du gouvernement, 20 août 1864, in-folio de 4 pp. numérotées 145 à 148, plié, petite déchirure marginale . O'Reilly & Reitman, Bibliographie de Tahiti, 10280. Journal officiel du territoire, dont le tirage était, en 1865, de 450 exemplaires. Ce numéro est divisé en deux sections : la première, dite "partie officielle", contient les textes de trois ordonnances de la reine Pomaré IV concernant l'acquisition de terres, par donation, vente, ou location à long terme, dans les limites des vingt-deux villages des îles Tahiti et Moorea; la nomination d'un chef de district et président d'un conseil de village à Moorea; l'octroi d'une remise de peine à certains prisonniers indigènes. Ces ordonnances, datées du 14 août 1864, sont signées par Pomaré et contresignées par le commissaire impérial Gaultier de La Richerie. Le texte est en français, suivi de sa traduction en tahitien. La partie "non officielle" contient des renseignements sur l'état de la population tahitienne pendant le 2e trimestre 1864 (naissances, mariages, décès), le service des subsistances et celui de la poste, la justice, les mouvements du port et le marché de Papeete, etc.; elle donne aussi des informations sur la campagne du Mexique, avec une proclamation de l'empereur Maximilien du 28 mai 1864 après son débarquement à Vera Cruz. Bon état de conservation .

[IMPRESSION DE TOULOUSE. - CHABRAND (David-César)]

Assemblée générale de la Société des amis d'Israël de Toulouse

tenue le 20 mars 1834. Second anniversaire. Toulouse, Imprimerie de J.-M. Corne, 1834, in-8, broché sous couverture d'attente de papier bleu, non rogné. 23 pp. Aucun exemplaire au CCF. Il n'y eut que quatre sorties de ce compte-rendu annuel, la Société des amis d'Israël de Toulouse n'ayant connu d'activité qu'entre 1833 et 1836. Comme la plupart des groupes protestants de ce genre, sa finalité était la conversion des Juifs à la foi en Jésus, à laquelle une oeuvre d'assistance matérielle pouvait être annexée. Son président était le célèbre pasteur César Chabrand (1780-1861), également fondateur - le 29 octobre 1831 - de la Société des livres religieux de Toulouse, qui joua un grand rôle dans le prosélytisme réformé jusqu'en 1905.

[IMPRESSION DE TOULOUSE]. PHEDRE

Fables de Phèdre,

affranchi d'Auguste, traduites en François, avec le Latin à côté, & la construction entre les lignes ; et augmentées de plusieurs fables qui ne sont pas dans les éditions précédentes. Nouvelle édition. Toulouse, Pierre Robert, s.d. [vers 1750], in-12, vélin souple, dos lisse muet, tranches mouchetées de rouge [Rel. de l'époque]. 199 pp., 5 pp. n. ch. de table. La date est celle donnée par la Bibliothèque municipale de Toulouse. A usage pédagogique, cette petite édition bilingue semble avoir été utilisée par le Collège jésuite de la ville ; elle connut de nombreux tirages de 1742 à 1765.

[IMPRESSION DE VALENCE]. VINCENT (Joseph-Abel)

Notice historique sur Nyons

(Drôme), publiée sous le patronage de M. le Préfet, et de MM. les membres du Conseil général de la Drôme. Valence, Imprimerie de E. Marc Aurel, 1860, in-12, cartonnage Bradel moderne de papier marbré, pièce de titre verte en long, première couverture imprimée conservée. 140 pp. Edition originale peu commune. Prêtre du diocèse de Valence, l'abbé Abel Vincent (1813-1891) fut curé de Serves de 1852 à 1875 ; il a laissé de nombreuses petites monographies locales. Exemplaire de l'abbé Jules-Georges-Paul Sénequier-Crozet (1861-1931), un des plus importants bibliophiles dauphinois du début du XXe siècle, avec belle vignette ex-libris allégorique contrecollée sur les premières gardes.

[IMPRESSION DE VANNES]. CHARLES BORROMEE

Insructions [sic] de S. Charles Boromée,

Cardinal du titre de sainte Praxède, Archevêque de Milan. Pour les confesseurs de son diocèse. Traduites d'Italien en François. Ensemble la manière d'administrer le sacrement de pénitence, avec les canons pénitentiaux, suivant l'ordre du Décalogue. Et l'ordonnance du même saint, sur l'obligation des paroissiens d'assister à leurs paroisses. Imprimés par l'Ordre de Monseigneur l'Illustrissime & Révérendissime François d'Argouges, évêque de Vannes, à l'usage des confesseurs de son diocèse. Vannes, Jacques de Heuqueville, 1694, in-12, basane fauve marbrée, dos à nerfs cloisonné et fleuronné,, tranches rouges [Rel. de l'époque], manque en coiffe supérieure. 8 ff.n.ch. (titre, lettre pastorale, circulaire de l'Assemblée générale du clergé de France), et 288 pp. Desgraves, Rép. bibliogr. XVIII XI p. 261 n° 331. Édition originale. Les instructions pastorales de saint Charles Borromée constituent un des textes pratiques majeurs de la réforme tridentine du clergé. Les éditions s'en sont multipliées aux XVIe et XVIIe siècles .

[IMPRESSION DE VENDÔME]. DE CLERCQ (André)

Sylvarum libri II.

Cum miscellaneorum libro singulari. Ad excellentissimum principem Caesarem ducem de Vendosme, &c. Vendôme, Sébastien Hyp, 1637, 2 parties en un vol. in-16, vélin souple, dos lisse muet [Rel. de l'époque], exemplaire remboîté, petites galeries de vers stoppées au début du volume. xxxi pp., 166 pp., 89 pp., 3 ff. n. ch. de table et d'errata. Unique édition, passablement rare, de ce recueil de poésies néo-latines dues à la plume d'un Oratorien et dédiées à César de Vendôme, un des nombreux fils naturels de Henri IV. Dans cette petite localité, l'imprimerie connut, avant la Révolution, une existence des plus brèves, puisque, installée en 1629 à la faveur d'une épidémie qui désolait sa voisine Blois, elle fut supprimée par arrêt du Conseil en 1739. Cf. Deschamps, 1355. Ingold, p. 11 (s.v.).

[IMPRESSION DE VERDUN. - RICHARD DE LIGNY (François-Nicolas)]

Lettres de M. *** chanoine de Saint Pierre de Bar, à Mr. Willemin, docteur en droit, doyen de Mrs les avocats au bailliage de Pont-à-Mousson,

sur les circonstances édifiantes qui ont précédé & accompagné la mort de Mr. Jean-Baptiste-Etienne-Aimé Bailly, son petit-fils, sous-diacre du diocèse de Toul, décédé à Bar le 19 novembre 1781, à l'âge de près de vingt-quatre ans, chez mademoiselle Bailly, sa tante, qui l'avoit élevé dès sa plus tendre jeunesse. . Verdun, Imprimerie de Christophe, 1782, in-12, basane fauve marbrée, dos à nerfs orné de filets et grenades dorés, pièce de titre noire, tranches rouges [rel. du XIXe s.], charnière supérieure fragilisée. 4 ff. n. ch., pp. 9-192. Bibliographie lorraine, II, 708-1. Seulement deux exemplaires au CCF (Troyes et Nancy). Unique édition de cette petite monographie très rare : né en 1758, le jeune Jean-Baptiste Bailly devait mourir prématurément après avoir diffusé tout alentours les vertus d'une vie édifiante, comme il se doit à un adolescent exemplaire ... Le faux-titre porte La Mort d'un vertueux jeune homme de Lorraine, ou Récit historique... (le reste presque identique) .

[IMPRESSION DE VERSAILLES]. CHOPPIN D'ARNOUVILLE (Eugène)

Poésies détachées dédiées à mes amis

Versailles, Imprimerie administrative de Ch. Dufaure, 1872, in-8, toile chagrinée noire de l'époque, dos lisse muet, encadrement de filet à froid sur les plats, un mors supérieur fendu. 38 pp., un f. n. ch. de table. Un seul exemplaire au CCF (Versailles). Unique édition de ce recueil de 26 pièces de vers, datées de 1854 à 1872, et dont les dernières reviennent obsessionnellement sur la Guerre franco-prussienne. En revanche, on ne connaît rien de l'auteur ; son rattachement à la famille Choppin d'Arnouvelle provient de la notice de la Bibliothèque municipale de Versailles. Exemplaire de Madame Fanny Vinchon, avec ex-dono poussé en lettres dorées au centre du plat supérieur, et daté du 1er janvier 1873.

[IMPRESSION LIEGEOISE. - FAYDIT (Pierre-Valentin)]

Extrait d'un sermon prêché le jour de St. Polycarpe,

à St. Jean en Grève à Paris. Avec les preuves des faits qui y sont avancés. Liège, Jean Henry, 1689, in-12, vélin rigide, dos lisse [Rel. de l'époque], des mouillures claires marginales. 12 ff. n. ch. (titre, préface), 324 pp. Cioranescu, XVII, 28 884. Un des nombreux titres de controverse de l'auteur, celui-ci reproduisant en partie un sermon du 26 janvier 1688 dans lequel il attaquait ses confrères oratoriens. D'une humeur bizarre et instable, l'abbé Pierre-Valentin Faydit (1644-1709) donna à ses contemporains l'apparence d'un être ne vivant que de querelles, de disputes et d'acrimonie. La plupart de ses ouvrages persiflent ou démolissent ses contemporains, spécialement quand ils se trouvent appartenir à la cléricature.

[IMPRESSION LYONNAISE. - EIDOUS (Marc-Antoine)]

Histoire des principales découvertes faites dans les arts et les sciences,

sur-tout dans les branches importantes du commerce, de la navigation, & des plantations dans toutes les parties du monde ; traduite de l'Anglais par M. E.. Lyon, Benoît Duplain, 1767, in-12, veau fauve raciné, dos lisse orné alternativement de fleurons et semis géométriques dorés, pièce de titre, encadrement de simple filet à froid sur les plats, tranches citron mouchetées de bleu [Rel. de l'époque], dos légèrement insolé. xx pp., 396 pp. Unique édition de cette histoire des voyages depuis l'Antiquité, sous le rapport de leurs bénéfices pour le commerce. La traduction est supposée ; il s'agit bien d'un texte du polygraphe marseillais Marc-Antoine Eidous (1724-1790), l'un des collaborateurs laborieux de l'Encyclopédie, plus prolixe que fécond au demeurant.

[IMPRESSION LYONNAISE]

Statuts de la Confrérie du Verbe-Incarné, établie par la bulle de Nôtre Saint Pere le Pape Clément X…

Et les Exercices Spirituels du Matin et du Soir pour les Pensionnaires du Couvent de Lyon. A Lyon, Chez Christophle Reguilliot, 1739, in-12 de 24 pp., légères et pâles mouillures, . Rare impression lyonnaise, sur feuille d'origine pliée, non coupée. Rare dans cet état.

[IMPRESSION SUR SOIE]

S. Giacinta Marescotti

Romana del Terz'Ord. di S. Francesco morta in Viterbo nel Monastero di S. Bernardino sotto la cura, e Governo de PP. Minori Osservanti l'anno 1640 di sua ettà 55. Rome (?), Salvatore de Franceschi inv. et del., Gio. de Franceschi sculp., début du XIXe siècle (?), épreuve sur soie, 40 x 31 cm (27 x 19 sans les marges), entourée d'une fine dentelle de métal doré, pli central lég. effiloché (3 cm). Belle gravure sur soie du début du XIXe siècle. La sainte est représentée à genoux adorant la croix qu'elle tient de la main gauche, le coude posé sur un grand livre ; aux pieds du prie-dieu, un crâne. La légende ne mentionne pas la canonisation de Giacinta Marescotti, survenue en 1807: cette gravure est peut-être légèrement antérieure.

[IMPRESSION TROYENNE. - VERRIERES (Claude-Rémy Buirette de)]

Les Geais de Châlons,

ou Confession magistrielle de l'avocat du Roi du défunt grand-bailliage de Châlons-sur-Marne. Troyes, et se vend à Châlons-sur-Marne, Pierre Bonnefin ; Dominique Radeau, 1788, in-8, dérelié. iv pp., pp. 5-40. Absent de Cioranescu comme de Techener. Unique édition de cette pièce curieuse, critiquant l'institution du Grand-bailliage de Châlon, dans le cadre de la toute dernière tentative royale pour venir à bout des Parlements. Avocat installé à Châlons, Buirette de Verrières (1749-1793) composa plusieurs textes sur cette ville de Champagne avant de se lancer dans l'excitation de la politique révolutionnaire.

[INDE FRANCAISE]

Ordonnance du Roi,

portant création d'un second Bataillon au Régiment de Pondichéry, suppression de la troisième légion des Volontaires-Etrangers de la Marine; de la Compagnie servant à la suite de l'Artillerie de l'Isle-de-France, & leur incorporation dans le régiment de Pondichéry. Du 3 mars 1781. [Paris, P.G. Simon, 1782], in-4 de 8 pp., dérel. Document en excellent état.

[INDES - AQUARELLES]

[Album d'aquarelles

sur les Indes et Ceylan par Frances Maria Milman]. [Inde], 1867-1872, 65 aquarelles de formats divers, contrecollées sur feuilles de papier montées sur onglet, in-folio, demi-chagrin brun à coins, dos aux faux-nerfs soulignés de filets dorés gras, gardes et contre-gardes de papier moiré blanc, tranches dorées [Rel. de l'époque], usagée. Recueil d'aquarelles de paysages et de monuments dessinées par une Anglaise, Frances Maria Milman (1825-1888), qui accompagna aux Indes son frère Robert, devenu évêque anglican de Calcutta. Datées entre 1867 et 1872, ces aquarelles finement exécutées représentent des paysages, des palais, des personnages. Parmi les sujets: le mémorial de Cawnpore ; le Temple de Hooptai à Tyzabad ; le minaret de Kutub à Delhi ; Moulmein en Birmanie ; les jardins de Ram Bagh ; Ranchi ; Sylhet ; des vues de l'Indus, … A la fin se trouvent une demi-douzaine de vues d'Égypte (le Nil, les Pyramides, Suez…) prises lors du voyage aller. Au dos de certaines aquarelles figurent des dessins inachevés au crayon.

[INDOCHINE - DESSINS]

"Paysages indochinois".

Grand tableau encadré contenant cinq dessins originaux de sujet indochinois. Crayon et fusain, Signés J. [Jeanne] Valette-Dyviande, 1916, 5 dessins sous marie-louise, listels dorés, légendes soigneusement tracées au pinceau, encadrement de bois clair. Dimensions: 22 x 30 cm. (2 dessins), 21 x 23,5 cm., 11,5 x 5,8 cm., 17 x 25 cm.; avec le cadre: 64 x 80 cm. Quatre paysages indochinois (Rizières d'Haïphong, Ruines du temple à Angkor-Vat, Le Tam-Dao vu de Don-Du, Phare d'entrée du Fleuve Rouge), et un détail sculptural du temple d'Angkor-Vat (Tévada). Il s'agit de "choses vues" sur place, ainsi que l'attestent les indications de lieux portées au crayon près de la signature de l'artiste. Ce panneau a été exposé, entre les deux guerres, au Salon de l'Union des Femmes Peintres et Sculpteurs (étiquette imprimée et manuscrite collée au verso). En excellent état.

[INDOCHINE]

Journal autographe d'un soldat, avec une lettre du même à sa mère

1899, 24 pp., in- folio et in-4, conservé dans un étui-chemise demi-chagr. rouge, titre en long. Ces textes sont d'un certain Martinet. Il sont datés de Dong-Dang et de Hanoï. - L'un d'eux est intitulé: Hanoï-Marsouin. Il décrit la ville, les mœurs, les indigènes, les distractions des marsouins, le théâtre, les cafés, les restaurants. - Détails sur la cuisine, les costumes, les métiers. - Un autre relate une expédition punitive des soldats Français vers un village qui abritait des pillards. Récit de cet horrible massacre à la baïonnette "quels cris ! hurlements que poussaient ces pauvres gens que nous éventrions à coup de pointe ou cassons la tête à coups de crosses et les gosses à coups de grelons et nous trouvions encore moyen de blaguer entre nous… C'était effroyablement beau… Nous sommes fatigués de tuer et commençons à avoir faim et rien pour croûter… Saoûls nous devons encore plus féroces: l'on s'amuse à descendre les quelques Niaquoïes que nous voyons… Le village n'est plus qu'un monceau de cendres… l'air empeste de l'odeur de viande grillée… Nous rentrons dans les décombres afin d'y donner un dernier coup -d'œil. C'était un spectacle dont je ne veux pas faire la description tant il était horrible… Le lendemain nous avons touché le double en vin et tafia, etc…" Cela s'est passé en septembre 1899. Le village se trouvait près de Aï-lao, près de la frontière chinoise. Cette lettre de soldat est sans doute le seul document existant sur ce beau fait d'armes de l'Armée française. - Un autre texte, illustré de dessins à la plume, décrit l'Annamite, ses mœurs, ses costumes, l'opium.

[INFANTERIE ETRANGERE]

Ordonnance du Roi,

concernant les régimens d'infanterie allemande d'Alsace & de Bouillon. Du 26 avril 1775. Versailles, Imprimerie du Roi, département de la Guerre, 1775, in-4, dérelié. 6 pp.

[INFANTERIE ETRANGERE]

Ordonnance du Roy,

portant augmentation dans les régimens d'infanterie allemande qui sont à son service. Du 31 août 1743. Paris, Imprimerie royale, 1743, in-4, en feuille. 4 pp. Concerne les régiments d'Alsace, de Saxe, La Marck, Royal-Suédois et Royal-Bavière.

[INSURRECTION DÉCEMBRISTE]

Conspiration de Russie.

Rapport officiel de la commission d'enquête instituée à Pétersbourg par décret de S. M. l'Empereur de Russie, chargée de l'instruction relative aux événemens du 14 (26) décembre 1825, et aux sociétés secrètes découvertes en Russie, etc.. Bruxelles, N.-E. Rampelbergh, s.d. [1826], in-8, en feuilles. Titre, 50 pp., typographie en petit corps. Un seul exemplaire au CCF (BnF, incomplet). Il semble qu'il s'agisse là de la seule traduction en français du minutieux rapport qui devait judiciairement clore l'affaire de la révolte décembriste ou décabriste, déclenchée parmi les régiments de la Garde lors du délicat processus de dévolution de la Couronne de Russie à Nicolas Ier (son frère aîné Constantin avait refusé depuis 1823 de succéder à Alexandre Ier). La répression fut menée dans les moindres détails et supervisée par le nouveau Tsar lui-même ; elle se traduisit surtout par des déportations en Sibérie (il n'y eut que cinq condamnations à mort).

[IRWIN (Eyles)]

Observations sur l'expédition du Général Buonaparte dans le Levant,

Considérations sur la probabilité de sa réussite; A quoi l'on a ajouté: L'exposé succinct de l'état actuel de l'ÉGYPTE, un détail historique d'Alexandrie, le plan exact des deux ports de cette Ville, son ancienne splendeur, son état actuel, et quelques remarques sur l'importance de sa situation géographique, si jamais elle redevenoit l'entrepôt de l'Inde, de l'Europe, et d'une partie de l'Afrique; en outre, quelques particularités relatives à la navigation de la mer rouge (…) Traduit de l'Anglais par André. A Paris, Au Bureau de la Librairie, An septième [1798], in-8, demi-veau blond à coins, dos lisse orné de filets et de fleurons dorés, pièce de titre rouge, tr. jaunes [Rel. moderne à l'imitation]. 205 pp. 2 cartes repliées in-fine: les deux ports d'Alexandrie, et: "Route suppossée [sic] de Buonaparte". Quérard I 57. Édition originale de cet ouvrage polémique anglais publié pendant l'expédition d'Égypte. La traduction est l'oeuvre de J.-Fr. André. On trouve, p. 153, une Réplique à Irwin, autrement preuves que l'expédition supposée de Buonaparte au Levant est possible, et autorisée par des exemples. Par un Officier au service de la Compagnie des Indes Orientales. On doit à l'auteur de la première partie un Voyage à la mer Rouge, sur les côtes d'Arabie, en Égypte et dans les déserts de la Thébaïde (traduction française à Paris, 1792, 2 vol.). Cf. Quérard IV 182. Ouvrage rare et précieux, exposant les inquiétudes militaires et commerciales de la Grande Bretagne face à une éventuelle réussite de l'expédition d'Égypte. Très bon exemplaire.

[ITALIE]

Souvenirs de voyage en 1832 et 1833.

A ma bien-aimée Layeta. Paris, Imprimerie de E.-J. Bailly, 1834, 2 vol. in-8, brochés sous couvertures vertes imprimées. 1) 2 ff. n. ch., 496 pp. - 2) 2 ff. n. ch., 476 pp. Unique édition, peu commune, de ce récit d'un périple en Italie à l'itinéraire on ne peut plus classique : Sens, Dijon, Lucerne, Reinthal, Pfeffers, les Grisons, le Tyrol, San Bernardino, Locarno, Bellinzano, Lugano, Come, Milan, Pavie, Turin, Gênes, Lucques, Pise, Naples, Salerne, Caserte, Rome, Florence, Milan, le Simplon, etc. L'auteur tenait vraiment à demeurer anonyme : non seulement son identité n'a pas été percée, mais il ne signe pas l'envoi autographe de notre exemplaire à la comtesse Duplessis de Pouzillac. La graphie révèle cependant une origine germanique.

[JERUSALEM]

Histoire abrégée des événemens extraordinaires

et miraculeux, arrivés à Jérusalem à la mort ou dormition de la Sainte Vierge, suivant la tradition apostolique, où on dévoile la mauvaise foi de quelques Auteurs modernes qui, pour en flétrir la gloire, l'ont dit morte à Ephèse. Question de piété intéressante. Paris, Imprimerie de Migneret, An XI. - 1802, in-12, titre et 32 pp., cart. ancien papier marbré, étiquette de titre impr. (post.) au dos. Ouvrage curieux et rare, qui échappé à Barbier, Tobler, Röhricht et Monglond. Note manuscrite à l'encre sur la première garde de la reliure: "Des opinions veulent que la Ste Vierge Marie soit morte à Ephèse. Ni les Evangiles ni les actes des apôtres ne nous en disent un seul mot. La tradition orientale nous désigne une place où l'ange Gabriel lui annonça sa mort, elle nous indique le lieu de son trépas, l'endroit où les juifs attaquèrent son convoi funèbre, le lieu où St. Thomas la vit monter au ciel, et finalement son tombeau: et tout cela à Jérusalem… Tandis qu'à Ephèse il n'y a ni tradition ni monument… Nous suivons la tradition. Le frère Liévin de Hamme, Guide indicateur des sanctuaires et lieux historiques de la Terre Sainte, Jérusalem, 1869, p. 121". Bon exemplaire.

[JESUITES]

Avis de Monsieur le Procureur général du Conseil Souverain de Castille, Sur l'azile demandé en Espagne par les Jésuites chassés de France

S.l., (1764), in-12 de 36 pp., veau blond glacé moucheté, plats à encadrement de double filet doré, rosettes aux angles, dos lisse orné de fleurettes dorées, pièce de titre en long de maroquin rouge, filet doré sur les coupes, tranches rouges [Rel. mod.]. Pas dans Palau. 2 exemplaires seulement aux U.S.A., pas à la Hispanic Society of America. Première et seule édition de cette très rare plaquette bilingue, en espagnol et en français. Le procureur général du Conseil Souverain de Castille qui s'exprime dans cet Avis donné à Madrid le 11 juillet 1764 contre l'accueil en Espagne des Jésuites expulsés du royaume de France quelques mois auparavant est le comte Pedro Rodríguez de Campomanes y Sorriba (1723-1802). Économiste et homme politique espagnol influencé par les Lumières, il était favorable à une forme de monarchie éclairée et c'est sous son impulsion que les Jésuites furent également expulsés des territoires espagnols en 1767.

[JESUITES]

Collegium Brugelettense et convictus

[A la suite: ] Coutumier du pensionnat de Brugelette. [Brugelette?], S.n., 1849-1850, 2 parties en un vol. in-4, demi-bas., dos lisse, titre or [Rel. de l'époque], lég. frottée. 2 ff.n.ch., 32 pp., 4 ff.n.ch. (calendrier scolaire), 1 f. blanc, titre et 94 pp. Précieux document sur la vie dans un collège jésuite belge au milieu du XIXe siècle. Imprimé au moyen d'un procédé autographique, il a sans doute été tiré à un petit nombre d'exemplaires, bien évidemment non mis dans le commerce. On y trouve le détail du fonctionnement de ce collège-pensionnat: horaires, études, sports divers pratiqués par les élèves (escrime, natation, etc.), repas, dortoir, sorties, jeux, fêtes, musique, uniforme, permissions, punitions, etc. Le texte est en français, sauf les 7 premières pages qui contiennent, en latin, la "Regulae Praefecti Convictus". Quelques articles concernent les jeux des élèves: Balle ("Les surveillants de récréation doivent veiller à ce que les enfants n'envoient pas impunément les balles sur les toits"), Barques, Billard, Carnaval, Montagnes russes, Patins, Traîneaux. Situé dans la province du Hainaut, le bourg de Brugelette était surtout connu pour son établissement d'instruction publique dirigé par les jésuites, fermé en 1854. Cette "règle" est donc l'une des toutes dernières publiées avant sa fermeture définitive.

[JESUITES]

Regvlæ Societatis Iesv

Lugduni, Ex Typographia Jacobi Roussin, 1604, pet. in-8 de 230 pp., 1 f.n.ch. de table, basane blonde, dos à 4 nerfs orné de fleurons dorés, tranches mouchetées [Rel. post.], très rogné en marge aux premiers ff., avec qqs atteintes aux marginalia, brunissures aux premiers feuillet. Règle des Jésuites. Au titre ex-libris manuscrit des Jésuites de Marseille daté de 1741 ; à la seconde garde estampille armoriée, du XIXe siècle, de la bibliothèque du château de Saint-Marcel, près de Marseille, appartenant aux marquis de Forbin d'Oppède.

[JETONS DE MAISON CLOSE]

Six jetons manuscrits en carton

[Vers 1900], (9 x 8 cm), placés dans un boîte ronde moderne à fond de velours noir, traces d'usure. Les prénoms de ces demoiselles (Blanche, Flora, Henriette, Louise, Marcelle, Simone) sont inscrits à l'encre violette sur un morceau de carton fort portant des traces de papier peint fleuri. Des gravures érotiques de l'époque, avec légende en espagnol, sont contrecollées au verso de ces tickets qui semblent avoir beaucoup servi.

[JEU DE BOSTON]

Boston de Nantes

Nantes, Forest, s.d. [vers 1830], in-8 carré (18 x 16,5), en feuille sur carton rigide, encadrement en vert. Petit vade-mecum portatif pour les parties comprenant : un tableau des levées (sur la gauche) ; le texte des règles du jeu (sur la droite). Né pendant la Guerre de l'Indépendance américaine comme une variante locale du whist, ce jeu de cartes fut introduit en France par Benjamin Franklin et connut une grande vogue jusque dans les années 1830, moins par la suite, mais continua d'être joué jusqu'à la fin du Second Empire. A partir des années 1830, il pouvait comporter pas mal de variantes liées à une ville particulière (comme ici le Boston de Nantes) et portant sur la hiérarchie des couleurs.

[JEU DE BOSTON]

Règles du jeu de Boston

Paris, Marcilly, s.d. [vers 1830], petit in-8 (16,5 x 10 cm), en feuille sur carton rigide, bordure bleue. Petit vade-mecum portatif pour les parties comprenant : le texte des règles du jeu (au recto) ; le tableau des paiements au Boston de Fontainebleau (au verso). Né pendant la Guerre de l'Indépendance américaine comme une variante locale du whist, ce jeu de cartes fut introduit en France par Benjamin Franklin et connut une grande vogue jusque dans les années 1830, moins par la suite, mais continua d'être joué jusqu'à la fin du Second Empire.

[JEU DE BOSTON]

Règles du jeu de Boston

revues, corrigées et acceptées par toutes les Académies de Paris, avec les décisions des meilleurs joueurs sur les coups les plus difficiles. (Paris), Imprimerie d'Aubry, s.d., in-12 de 11 pp. avec un simple titre de départ, cart. moderne, rouss. Rare.

[JEU DE BOSTON]

Règles pour le paiement du Boston

Paris, Imprimerie de Gille fils, s.d. [vers 1830], in-12 (14,5 x 9,5 cm), en feuille sur carton rigide, bordure verte. Petit vade-mecum portatif pour les parties comprenant uniquement le tarif et les règles des paiements. Né pendant la Guerre de l'Indépendance américaine comme une variante locale du whist, ce jeu de cartes fut introduit en France par Benjamin Franklin et connut une grande vogue jusque dans les années 1830, moins par la suite, mais continua d'être joué jusqu'à la fin du Second Empire.

[JEU DE CARTES]

Tratado do jogo do cassino

Lisboa, Typographia do Futuro, 1861, in-16 de 20 pp., br., couverture inf. rose conservée. Ouvrage inconnu à toutes les bibliothèques et à toutes les bibliographies. Règles en portugais du casino, jeu de cartes par levées apparu en Grande-Bretagne au début du XIXe siècle. Ce jeu de "casino" ressemble beaucoup au "culbas" joué en France depuis le XVIIe siècle.

[JEU]

A chacun cha [sic] chacune !

Nouvelle patience. S.l., s.d. [vers 1900], in-16 (9 x 6 x 1,4 cm), dans une boîte de carton violet, plat supérieur illustré en couleurs. 8 cartes en couleurs sur papier fort, et un feuillet grand in-8 de règle. Ce jeu de 8 cartes regroupe 4 couples : Marco et Paola (italien) ; Alexis et Olga (russe) ; Nestor et Irène (auvergnat) ; Richard et Sally (anglais). Il consiste à disposer les cartes sur une seule ligne de façon à ce que chaque homme puisse rejoindre son amie en sautant par-dessus un homme et une femme.

[JEU]

Quadrille international.

Nouveau casse-tête. S.l., s.d. [vers 1900], in-16 (8 x 6 x 2 cm), dans une boîte de carton azur, titre en noir et rouge sur le plat supérieur. 16 cartes sur papier fort de couleurs, et un feuillet in-8 de règle sur papier jaune. Il s'agit en fait d'un jeu des quatre familles : une française (les Prudhomme, sur fond jaune), une allemande (les Michel, sur fond gris), une anglaise (les Bull, sur fond rose), et une américaine (les Jonathan, sur fond bleu). Chacune est classiquement composée du père, de la mère, d'un garçon et d'une fille. Le jeu consiste à disposer en carré les 16 cartes, de manière que sur chacune des lignes horizontales et verticales, et sur chacune des deux grandes diagonales, il y ait un père, une mère, un garçon et une fille de nationalité différente.

[JEUX DE HASARD]

Arrest de la cour de Parlement, Aydes et Finances de Dauphiné.

Du 26 Juin 1748. Portant nouvelles défenses de jouer aucun Jeux de hazard, sous peines y portées, &c. Extrait des registres de la Cour de Parlement, Aydes & Finances de Dauphiné. S.l., [1748], in-4 de 3 pp., dérel.

[JOAILLERIE]

Trois pièces manuscrites relatives à des bijoux de l'Impératrice Marie-Louise

2 et 8 jan. 1811, 15 jan. 1814, 4 pp. in-folio (20,2 x 31,6; 19,9 x 31,9; 20,2 x 31,3 cm), dans une boîte demi-veau marron, pièce de titre rouge en long, dos lisse orné [Rel. moderne à l'imitation]. - 1. Pièce à l'en-tête manuscrit de la maison de l'Empereur, intitulée "Procès verbal d'évaluation d'un médaillon orné du portrait de sa majesté l'Impératrice". Il s'agit de l'évaluation financière du médaillon, peint par Isabey, enrichi de diamants fournis par le joaillier Étienne Nitot. Le coût total du médaillon s'élève ainsi à 29903,75f. La pièce est signée Dequevauvillers, Le Couteulx de Canteleu, E. Nitot et fils (en réalité François Regnault), Chanal, J. Gibert, J. C. Paris et J. J. Grouvelle. - 2. Pièce à l'en-tête imprimé de la Maison de l'Empereur, signé du Comte Octave (?) adressée au comte de Montesquieu, grand chambellan. Il adresse "une expédition de rapport […] suivant lequel il est mis à votre disposition, un foudre de 12,000f pour trois médaillons de diamant que vous avez été chargé de faire confectionner." - 3. Facture manuscrite, avec 4 lignes autographes, signée de M. Nitot & fils (en réalité François Regnault), pour le service de sa Majesté le Roi de Rome. Il a été livré deux croix en brillants et un brillant recoupé pour la somme de 1 380f. Avec l'aide de son fils François Regnault (1779-1853), Marie-Etienne Nitot (1750-1809) crée les bijoux qui offriront à l'empire français faste et pouvoir. Les bijoux du mariage de Napoléon avec Joséphine de Beauharnais puis avec Marie Louise de Habsbourg-Lorraine sont créés par Nitot, faisant de lui le joaillier le plus recherché de toute l'Europe. La joaillerie Nitot est devenue la célèbre joaillerie Chaumet en 1885. Bel ensemble, représentatif de l'activité de la joaillerie sous l'Empire, conservé dans une jolie boîte à l'imitation.

[JOINVILLE (François-Ferdinand-Philippe d'Orléans, prince de)]

Etudes sur la marine

Paris, Michel Lévy frères, 1859, in-8, demi-chagrin havane, dos à nerfs orné de filets à froid et de fleurons dorés, double filet à froid sur les plats, tranches mouchétées [Rel. de l'époque]. 4 ff. n; ch., 385 pp., un f. n. ch. de table. Griffe "De la part de l'auteur" sur la page de titre. Polak, 4705. Edition originale du recueil en tant que tel (qui connaîtra une seconde édition, avec le nom de l'auteur, en 1870), mais chacune des contributions qui le composent avait déjà paru sous forme d'articles dans la Revue des Deux mondes, sous la signature V. de Mars. Elles concernent l'escadre de la Méditerranée, la question chinoise et le rôle de la marine à vapeur dans les guerres continentales. Exilé comme toute sa famille pendant toute la durée du Second Empire, le prince de Joinville (1818-1900) mit à profit son expérience d'officier de marine pour intervenir par textes interposés dans les affaires maritimes de la France.

[JOLIOT-CURIE (Irène)]

Notice sur les travaux scientifiques de Mme I. Joliot-Curie

S.l., s.d. [1946], in-8, en feuilles, agrafées, sous couverture un peu défraîchie. 25 ff. anopisthographes dactylographiés. Cet état des travaux de la fille de Marie Curie est exactement contemporain de sa nomination comme commissaire à la toute nouvelle Commission pour l'énergie atomique ; elle en occupera les fonctions jusqu'en décembre 1950 (son mandat ne fut pas renouvelé en raison de ses sympathies pour le Parti communiste). Envoi autographe à Paul Fallet.

[JOLIOT-CURIE (Irène)]

Notice sur les travaux scientifiques de Mme I. Joliot-Curie

S.l., s.d [1951], in-8, en feuilles, agrafées, sous couverture défraîchie. 24 ff. anopisthographes dactylographiés. Cet état des travaux de la fille de Marie Curie est exactement contemporain de sa nomination comme docteur honoris causa de l'Université Jagellon de Cracovie (en même temps que son mari). Envoi de l'auteur au professeur Combes.

[JOLIOT-CURIE (Irène)]

Notice sur les travaux scientifiques de Mme Irène Joliot-Curie

S.l., s.d. [1936], in-8, en feuilles, agrafées, sous couverture un peu défraîchie. 20 ff. anopisthographes dactylographiés. Cet état des travaux de la fille de Marie Curie est exactement contemporain de sa (brève) nomination par Léon Blum comme sous-secrétaire d'État à la recherche scientifique. Surtout symbolique, cette nomination n'eut que trois mois d'effet, Irène Jolliot-Curie remettant son poste à son mentor Jean Perrin, selon un accord préalable.

[JOLIOT-CURIE (Irène)]

Notice sur les travaux scientifiques de Mme Irène Joliot-Curie

S.l., s.d. [1951], in-8, en feuilles, agrafées, couverture lég. défraîchie. 24 ff. anopisthographes dactylographiés. Cet état des travaux de la fille de Marie Curie est exactement contemporain de sa nomination comme docteur honoris causa de l'Université Jagellon de Cracovie (en même temps que son mari).

[JOLY (Nicolas)]

Eloge de Nicolas Joly

par le Dr Ch.-E. Alix. Toulouse, Impr. Douladoure-Privat, 1891, in-8 de 36 pp., broché sous couv. imprimée beige. Notice nécrologique du zoologiste Nicolas Joly (1812-1885), tirée-à-part des Mémoires de l'Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, 9e série, tome III, année 1891. Joint un compte rendu, par A. Lomon, de la Grammaire allemande simplifiée de N. Joly, extrait de la Revue de l'Académie de Toulouse, Toulouse, (vers 1856), in-8 de 8 pp.

[JUSTINIEN]

Novellarum constitutionu[m] D.N. Iustiniani sacratiss[imi] Principis volumen,

quod authenticon vocant, Gregorio Haloandro interprete, ad Scrimgerianam editionem diligenter collatum, ac sedulo emendatum : cui accesserunt Canones Apostolorum, Feudorum libri duo, Constitutiones Lotharij III & Friderichi II, Impp., Extravagantes Henrici VII imp., Tractatus de pace Constantiae : et nunc recens Iustiniani Imperatoris edicta, Henrico Agylaeo interprete. Paris, Guillaume Merlin, Guillaume Desboys, Sébastien Nivelle, 1562, in-8, basane brune granitée, dos à nerfs orné, tranches rouges [Reliure du XVIIe siècle], restaurations maladroites aux coiffes et charnières. 8 ff.n.ch. (titre, au lecteur, table des titres), 332 ff., 3 ff.n.ch. texte latin seul, typographie en petit corps. Seulement deux exemplaires au CCF (BnF, Montbéliard). Brunet III, 617. La première édition de cette version des Novelles était parue en 1531 à l'adresse de Nuremberg, avec une édition française de 1542, également à l'adresse de Paris. Au cours d'une existence fort brève, Gregor Meltzer dit Haloander (1501-1531) se consacra à une grande édition soignée et critique du Corpus Iuris civilis, qu'il donna à partir de 1529 (les Institutes) ; à sa mort, le travail sur les Novelles n'avait pas été totalement achevé et dut être poursuivi par Heinrich Scrimger (1506-1572). En dépit de ses imperfections, cette version du Corpus s'imposa alors dans le monde germanique pour sa correction et la qualité de ses recherches de sources. Vignette ex-libris armoriée (non identifiée).

[JÉSUITES - COMMERCE]

Remontrances au Parlement.

Avec des Notes & ornées de Figures. Au Paraguay, De l'Imprimerie Royale de Nicolas 1er, 1761, in-12, demi-basane rouge, dos lisse orné de filets dorés, tranches jaspées, ff. bl. de papier fort en début et fin de vol. [Rel. de la 1ère moitié du XIXème siècle], lég. frottée, fig. rognées. Titre gravé, 31 pp et 3 planches gravées hors texte. Colon Le Siècle des Lumières XIII, 61:381 signale, pour la même année, une édition in-4, également illustrée, de cette satire en vers contre les jésuites. Ces "Remontrances au Parlement Sur l'Arrêt rendu le 8 May 1761" concernent l'"Arrêt de la Cour du Parlement contre le Général et la Société des Jésuites qui condamne le Supérieur Général et en sa personne le Corps et Société des Jésuites à acquitter pour 1502266 liv. 2 sols 2 den. de Lettres de change tirées par le Frere La Valette sur les Lioncy frreres et Gouffre Négocians à Marseille..." Rare pamphlet concernant l'affaire Lavalette, ce missionnaire jésuite dont les spéculations commerciales en Martinique et le retentissant procès qui s'ensuivit précipitèrent la chute des Jésuites. Il égratigne également toutes les activités des jésuites "dans l'Inde", au Canada, en Chine (Ces Peres de leurs prêts reçoivent à Pequin/Jusqu'à trente pour cent l'Evangile à la main"), au Mexique,etc. "Leur Paraguay fournit par ses trésors immenses/De quoi faire partout les plus grandes dépenses". Laurent Ricci, le général des jésuites a droit, lui aussi, à sa salve de "compliments" en vers. L'illustration est non moins éloquente. Elle contient, entre autres, un comptoir de commerce avec la légende: "En France nous empruntons par charité et dans les Indes nous prêtons à usure" et un portrait du père Gabriel Malagrina, père jésuite victime de l'inquisition portugaise, brûlé vif à Lisbonne le 20 septembre 1761. La légende indique: "Mes mains ont un poignard avec un chapelet...". Rare.

[KANGXI]

Le Saint Edit.

Étude de littérature chinoise préparée par A. Théophile Piry, du service des douanes maritimes de Chine. Shanghaï, Inspectorat général des douanes, 1879, in-4, toile chagrinée verte de l'éditeur, dos lisse et plats couverts d'encadrements et de semis à froid, titre chinois poussé au centre du plat supérieur, surcharges manuscrites au crayon de bois. xix et 317 pp., texte chinois et traduction française en regard, 3 ff.n.ch. (table des caractères, errata). Cordier, Sinica, 1427. Il s'agit d'une version française du Shengyu Guangxun, ou Edit impérial composé par l'Empereur Kangxi (1654-1722) en 1671 et complété par son fils Yongzhen en 1724. L'exemplaire du diplomate et sinologue Herbert Allen Giles (1845-1935) de Cambridge, avec ex-libris manuscrit (ce fut lui qui perfectionna le système de transcription Wade) ; on joint 4 bifeuillets manuscrits qui semblent remonter à lui et contiennent une traduction anglaise d'une partie des maximes de l'ouvrage.

[KOBER-GOBAT (Maria)]

Gravures et poésies pour les enfants

Contenant douze tableaux colorés ainsi qu'un recueil de contes et de poésies pour les tout petits. Texte choisi par Madame Kober-Gobat. Mayence, J. Scholz, s.d. [vers 1905], in-4, demi-toile chagrinée verte, dos lisse muet, premier plat illustré d'un grand motif en couleurs légendé d'une poésie (L'Oiseau captif). 13 ff., comprenant 12 grandes compositions en couleurs, légendées en regard de plusieurs textes en poésie ou en prose, dont quelques fables de La Fontaine. Absent de Gumuchian. Aucun exemplaire au CCF ainsi que dans les principales bibliothèques allemandes et helvétiques. Ce charmant recueil pour enfants est rarissime, mais bien dans le genre de Joseph Scholz et de sa Librairie enfantine illustrée, qui fut l'une des premières maisons d'édition à se spécialiser dans la littérature pour enfants. L'écrivain bâlois Maria Sophia Elisabeth Kober Gobat (1844-1917) qui effectua le choix des textes, était la fille du missionnaire protestant Samuel Gobat (1799-1879), qui fut le second évêque luthérien de Jérusalem à partir de 1846, et elle avait épousé en 1869 l'éditeur suisse Paul Immanuel Friedrich Kober (1842-1898).

[KRUGER (Johann Gottlob)]

Histoire des anciennes révolutions du globe terrestre.

Avec une relation chronologique et historique des tremblemens de terre, arrivés sur notre globe depuis le commencement de l'ère chrétienne jusqu'à présent. Amsterdam, Paris, Damonneville, 1752, in-12, veau marbré, encadrement de trois filets dorés sur les plats, dos lisse orné de motifs dorés, pièce de titre rouge, tranches rouges, [Rel. de l'époque], petite restauration à un mors, coiffes cassées, mors frottés, coins émoussés. 5 ff.n.ch., 4, 328 pp. et 3 planches h. t. (dont 2 repliées) et une vignette de titre gravées sur cuivre. Barbier, II, 740. Rare. La traduction est de G. Sellius, P. J. Sepher et A. F. Boureau-Deslandes.

[LA FAILLE (Attribué à Germain de)]

Le porte-feuille de Monsieur L.D.F.

****. Carpentras, Chez Dominique Labarre, 1694, in-12 de 4 ff.n.ch. et 170 pp., veau fauve marbré, dos lisse orné de frises et motifs dorés, pièce de titre et tranches rouges [Rel. du XVIIIe siècle]. Barbier III, 955. Deschamps 270-271. Cioranescu 38035: "fausse attribution". Édition originale. Rare petit recueil contenant des vers, des pensées, des portraits, des anecdotes, etc. Barbier nous apprend que "cet ouvrage a été réimprimé dans le deuxième volume des 'Passetemps poétiques'. L'éditeur a ajouté sur le titre: 'Ouvrage posthume de M. Bruzen de La Martinière'". Cioranescu, qui se borne à dénoncer la fausse attribution à Germain de La Faille, ne cite pas cet ouvrage dans la notice consacrée à Bruzen de La Martinière. Ce petit volume est l'un des premiers livres, et peut-être le tout premier sortant des presses d'un imprimeur de Carpentras. Deschamps, après avoir réfuté les auteurs faisant état d'impressions antérieures, déclare: "Nous sommes forcé de retomber à Dominique La Barre, qui nous paraît être le premier imprimeur de Carpentras et dont le plus ancien volume que nous connaissions est le Portefeuille de M. de La Faille, in-12, publié en 1694 et qui pourrait bien être réellement imprimé dans cette ville". Ex-libris imprimé "Grimod de la Reynière, Ecuyer, Avocat au Parlement", collé sur le second contreplat. Le premier contreplat contient un ex-libris gravé par S. Le Clere avec armes, monogramme et la mention "Palladium Tolosanum. Un feuillet avec les armes de la ville de Toulouse (imprimées) a été collé sur la dernière garde. Cachet "GB" à l'encre bleue p. 170.

[LA GARAYE]

Lettre de M. de T*** à un de ses amis,

en réponse d'un mémoire de M. Geoffroy, sur les sels essentiels de M. le comte de La Garaye. On y a joint aussi une dissertation de M. Grosse sur les mêmes sels, & des lettres de plusieurs médecins de la Faculté de Paris sur le même sujet. Paris, Denis Mouchet, 1743, in-12, dérelié. [2] ff. n. ch. (faux-titre et titre), 48 pp., un f. n. ch. de privilège. Unique édition, peu commune, de ce petit opuscule qui forme un des témoignages contemporains sur l'activité médicale et pharmaceutique atypiques des époux La Garaye : Claude Toussaint Marot de La Garaye (1671-1755) et sa femme Marguerite (1681-1757) avaient passé l"année 1714 à étudier différentes disciplines médicales avant de fonder dans leur résidence de Taden un hôpital destiné aux pauvres et aux malades de la région de Dinan. Le comte se spécialisa dans l'extraction des essences de plantes médicinales (ce sont les "sels essentiels"), qui connurent une grande vogue et permirent d'affiner la pharmacopée naissante.

[LA REUNION]

Almanach religieux et petit annuaire de l'Ile Bourbon ou de la Réunion pour l'année 1884

publié sous les auspices de Mgr. l'évêque de St.-Denis, contenant : le calendrier liturgique à l'usage du diocèse, le calendrier du jardinier, le personnel du clergé, les établissements religieux de l'Île Bourbon, et plusieurs autres articles intéressants. Saint-Denis, Typographie de Gabriel & Gaston Lahuppe, s.d. [1884], in-12, broché sans couverture. 236 pp. Ryckebusch, 92 & 95. Absent de Grand-Carteret. Au CCF, exemplaires seulement à la BnF et à Grenoble. La première année de cet almanach peu commun parut en 1859. Il fut continué au moins jusqu'en 1989. Il contient quantité de renseignements sur la vie de l'île qu'on serait bien en peine de trouver dans d'autres sources.

[LA REUNION]

Île de la Réunion (anciennement Bourbon).

Sites, moeurs et coutumes d'après les photographies de M. de Mahy (Autour du monde, fascicule LXXIII). Paris, L. Boulanger, s.d. [1897], n-4 oblong (24,5 x 32 cm), broché, première couverture détachée. titre, et 8 planches photographiques en couleurs, un f. n. ch. de texte. Absent de Ryckebusch. Un des numéros d'Autour du monde, périodique qui parut de 1895 à 1897 et comprit 75 livraisons, parfois regroupées en 3 volumes. Il est difficile de dire si le photographe cité doit être identifié avec François Césaire de Mahy (1830-1906), le célèbre député et homme politique de Saint-Denis.

[LA RÉUNION]

Table alphabétique des nominations, mutations et promotions

du Bulletin officiel de la Réunion pour l'année 1863. S.l. [Saint-Denis], s.d. [1863], fort volume in-8, demi-basane bleue, dos lisse orné de filets et guirlandes dorés, tranches mouchetées [Rel. de l'époque], trace de de mouillure sur le second plat. 17 pp., 1f.n.ch. d'errata, li et 795 pp., 1 tableau dépliant. Le Tableau est suivi des différents numéros du Bulletin pour l'année 1863. Ryckebusch 1227 et 1228. C'est à partir de 1849 que le Bulletin des actes administratifs de l'Île Bourbon, existant depuis 1818, prit le nom de Bulletin officiel de l'île de la Réunion. Il devint Journal et bulletin officiel en 1907, puis Recueil des actes administratifs à partir de 1948.

[LABORDE (Alexandre-Louis-Joseph de)]

Quarante-huit heures de garde au Château des Tuileries

pendant les journées des 19 et 20 mars 1815. Par un grenadier de la Garde Nationale. Paris, Nicole et Le Normant, Imprimerie de P. Didot l'aîné, 1816, in-4, en feuilles. 24-18 pp., 2 planches gravées par Couché fils d'après Heim sur les dessins de l'auteur (Départ du Roi ; Retour de Bonaparte). Tulard 790. Il est rare de voir des exemplaires complets des deux planches et de la traduction du texte en allemand et anglais, qui fait suite à la partie française (en pagination séparée). Unique édition, assez peu commune, de cette relation des plus importantes pour le déroulé du début des Cent-Jours à Paris : Alexandre de Laborde (1773-1842) était commandant de la Garde nationale parisienne en poste aux Tuileries pendant l'épisode fameux et presque simultané du départ de Louis XVIII et du retour de Napoléon (respectivement 19 et 20 mars), dont il put ainsi donner un récit qui servit de source à maints historiens (sans pour autant qu'ils citent explicitement ce texte). Laborde ne rallia pas l'Empereur pendant les Cent-Jours, et partit en Angleterre pour y étudier les méthodes d'enseignement mutuel.

[LABÉ (Louise)]

Euvres de Louize Labé,

Lionnoise, surnommé, la belle cordière. Brest, Imprimerie de Michel, 1815, in-8, basane fauve racinée, dos lisse orné de filets et fleurons dorés, pièce de titre verte, encadrement de simple filet à froid sur les plats, tranches citron [Rel. de l'époque], dos un peu insolé. 2 ff. n. ch., xxvj pp., un f. n. ch., 218 pp., un f. vierge, 4 pp. (table). Tirage limité à 140 exemplaires, comme indiqué dans l'Avertissement . Un des exemplaires sur papier ordinaire. Vicaire IV, 727. Edition très rare, absente de Cioranescu. En l'état actuel de la controverse, il est très difficile d'établir si Louise Labé fut une poétesse bien réelle, à l'inspiration élevée, ou une fabrication littéraire concoctée par le cercle de Maurice Scève et de ses amis lyonnais, selon la thèse bien documentée de Mireille Huchon (Louise Labé, une créature de papier , 2006), et appuyée par Marc Fumaroli. Exemplaire de Frédéric-Louis Lucas de Lestanville (1790-1860), avec vignette ex-libris armoriée contrecollée sur les premières gardes.

[LACRETELLE (Pierre-Louis)]

Mémoire à consulter, et consultation pour les Négocians faisant le commerce des Marchandises des Indes ;

contre la Nouvelle Compagnie des Indes. [Paris, Couturier], 1786, in-4 de 91 et 32 pp., br., couv. muette de l'époque, réparation au dos. Sabin 47508. Kress B1087. Important et rare mémoire contre les principes exclusifs de la Compagnie des Indes. Contient: "Mémoire (…) pour les Négocians faisant le commerce des toiles de cotons, mousselines, toiles peintes, &c., dans les villes de Paris, Versailles, Lyon, Bordeaux, Rouen, Tours, Châlons-sur-Saône, Troies, Dijon, Besançon. Contre la nouvelle Compagnie des Indes" (signé par les fondés de pouvoir des villes citées) ; le texte de la Consultation de Lacretelle et Blonde ; les pièces justificatices.

[LAFONT (Charles-Philippe)]

Notice sur les Violons, Altos et Basses.

Historique des violons de Maîtres les plus distingués, leur âge & leur valeur. [vers 1830], in-8 de 28 pp.n.ch. et 2 ff. bl., veau violine, dos lisse muet, 2 filets dorés encadrant les plats avec motif gothique doré aux angles, inscription en lettres dorées au centre du premier plat, rosace dorée sur le second, tranches dorées [Rel. de l'époque], rest. Manuscrit réglé du début du XIXe siècle soigneusement calligraphié aux encres rouge et noire sur papier fort, avec double filet encadrant le texte, provenant du célèbre violoniste français, Charles Lafont (1781-1839). Enfant prodige, rival de Paganini, Lafont fut l'élève de Bertheaume et de Kreutzer. Premier violon de l'impératrice Joséphine, il résida ensuite six années en Russie, avec le titre de premier violon de l'Empereur Alexandre. Compositeur, il est l'auteur de deux opéras dont un fut représenté à l'Ermitage. Lafont fut non seulement un des meilleurs violonistes de son temps, mais aussi un grand collectionneur d'instruments. Il en possédait de particulièrement rares et précieux, comme ce Stradivarius de 1699, vendu en 2005 aux enchères par Christie's pour 2.032.00 dollars, dont il est le plus ancien possesseur identifié. Le présent manuscrit lui a appartenu. Il porte sur le dernier feuillet, finement calligraphiée à l'encre rouge, dans un encadrement, la mention suivante: "Cette notice provient du célèbre violoniste Lafont qui l'a cédée à Mr Néredo nommé à une Place au Mexique & appartient à Mr Jacob, rue du Cygne n°8, près la rue aux Laines à Bruxelles". Cette étude historique (autographe?) concerne les grands luthiers italiens, français, allemands, anglais, du XVIème au XVIIIème siècles et leurs instruments: caractère, sonorité et prix sur le marché. Un chapitre est consacré à des Observations sur ces violons de maîtres, la manière de les préserver, leurs différences, etc.

[LAFRAGUA (J.M.)]

Negociations pendantes entre le Mexique et l'Espagne. Dernières communications

[titre en espagnol et en français]. Paris, Imprimerie Renou et Maulde, 1858, in-8 de 15 pp., demi-perc. vieux-rose, titre or au dos, couv. chamois impr. cons. [Rel. de l'époque], dos un peu passé. Non cité par Sabin, mais voir le n° 38614 pour le "Memorandum". Édition originale. Il s'agit d'un addendum au "Memorandum" publié par Lafragua en 1857, qui contenait la correspondance échangée entre les diplomates méxicains et espagnols dans une période particulièrement critique de l'histoire du Mexique, celle qui va de la fin de dictature de Santa Anna à la victoire des libéraux de Juárez (1855). Cette mise à jour, datée de Paris, 20 mars 1858, a été publiée l'année même de l'élection de Juárez à la présidence du Mexique. Texte espagnol imprimé sur les pages de gauche, traduction française en regard. Bon exemplaire, complet des couvertures.

[LAGRANGE (Octavie)]

Souvenirs de voyage.

Algérie et Tunisie. Correspondance. Langres, Autographie Vathelet, 1868, in-12 de 2 ff.n.ch. et pp. 3 à 407, br., couv. impr., non rogné, couv. un peu salie, petits manques au dos. Tailliart 781. Édition originale de cet ouvrage entièrement autographié. "Lettres écrites au cours d'un voyage fait en 1864 et datées d'Alger, Blida, Cherchell, Médéa, Tizi-Ouzou, Fort-Napoléon, Philippeville, Constantine, Batna, Biskra, Bône" [Tailliart]. Exemplaire enrichi en haut du titre de cet envoi à la plume: "Affectueux souvenir d'une vieille amie, O. Lagrange". Bon exemplaire.

[LAGRANGE (Octavie)]

Souvenirs de voyage. Algérie & Tunisie.

Correspondance. Langres, Autographie Vathelet, 1868, in-12 de 1 f.n.ch. et 407 pp., br., couv. bise impr., infimes rouss. à de rares ff., couv. plastifiée. Manque à Gay. Playfair, 2894. Tailliart, 781. Édition originale de ce rare ouvrage entièrement autographié. Il s'agit de lettres écrites par Octavie Lagrange au cours d'un voyage fait en 1864 et datées, pour la majeure partie, d'Alger: "Parmi les mosquées jadis si nombreuses les unes restent consacrées au culte musulman ; les autres ont disparu sous le marteau des démolisseurs ; celles-ci sont affectées à différents services publics ; celles-là converties en églises catholiques. […] Dans les bazars s'étalent de jolis magasins assez bien assortis ; les objets pleins d'originalité, y sentent d'une lieue le terroir, et sont en outre de mince valeur. […] La ville est adossée à un massif de montagnes, le Sahel, circonscrit d'un côté par la mer, de l'autre par la plaine de la Mitildja: cette contrée accidentée est le théâtre de nos excursions habituelles. […] Toute la côte d'El-Biar et de Moustapha est couverte de blanches et délicieuses villas, à demi cachées sous la verdure." Les autres viennent de Blida, Cherchell, Médéa, Tizi-Ouzou, Fort-Napoléon, Philippeville, Constantine, Batna, Biskra, Bône, Tunis… Très bel exemplaire.