Référence :34722

Discours prononcé dans la R. L. des Trinosophes, O. de Paris, par le F. Berville, membre de ce R. At., le 2e du 5e mois, l'an de la V. L. 5822 [= 1822], jour de la célébration de la fête d'ordre

FRANC-MAÇONNERIE]. BERVILLE Albin de

[Paris] Imprimerie d'Antoine Bailleul s.d. [1822] in-8 dérelié

15 pp. Fesch, 165. Au CCF, exemplaires seulement à la BnF. L'avocat libéral Albin de Berville (1788-1868) défendit Paul-Louis Courier (1821) et Béranger (1822), fut nommé député de Seine-et-Oise en 1838, et fut réélu à l’Assemblée constituante (1848).Franc-maçon il était membre de la loge des Trinosophes de Paris (fondée en 1816) et deviendra grand-maître du Grand Orient de France en 1851 et 1852. Il présida également la Société de la Morale chrétienne. En décembre 1834, il fit partie des fondateurs de la Société française pour l'abolition de l'esclavage

450.00 €