Référence :32649

Medjnoun et Leila, poème traduit du persan de Djamy ; par A.-L. Chezy

AMI Abd al-Rah m n ibn Ah mad N r al-D n

2 parties en un vol. in-16 carré demi-basane blonde, dos lisse orné de guirlandes et fleurons à froid, ainsi que de filets et guirlandes dorés, double filet à froid sur les plats [Rel. de l'époque], accroc à un mors supérieur

2 ff.n.ch., xxxiv pp., 176 pp., 2 ff.n.ch., 216 pp.Seconde édition de cette traduction (la première était parue en 1805), donnée par Antoine-Léonard Chézy (1773-1832), disciple de Silvestre de Sacy et de Langlès, mais qui devait devenir par la suite un des premiers sanskritistes de France. L'histoire d'amour populaire de Majnoun et Leila, d'origine persane, appartient au fonds de littérature orientale préislamique, racontant les péripéties concernant le poète bédouin Qays ibn al-Moullawwah et sa cousine Layla al-Amiriyya. Le thème, présent aussi en Occident, est celui des amours impossibles - et donc nécessairement tragiques (à la fin, tout le monde meurt) - parce que contrariées par les conventions sociales et les usages matrimoniaux contraignants (ici, la mainmise des clans bédouins sur les unions). Elle fut source d'inspiration pour nombre d'écrivains, dont le grand poète persan Djami (1414-1492), d'inspiration soufie

450.00 €