Référence :25885

Remontrances au Parlement.

[JÉSUITES - COMMERCE]

Avec des Notes & ornées de Figures. Au Paraguay, De l'Imprimerie Royale de Nicolas 1er, 1761, in-12, demi-basane rouge, dos lisse orné de filets dorés, tranches jaspées, ff. bl. de papier fort en début et fin de vol. [Rel. de la 1ère moitié du XIXème siècle], lég. frottée, fig. rognées. Titre gravé, 31 pp et 3 planches gravées hors texte. Colon Le Siècle des Lumières XIII, 61:381 signale, pour la même année, une édition in-4, également illustrée, de cette satire en vers contre les jésuites. Ces "Remontrances au Parlement Sur l'Arrêt rendu le 8 May 1761" concernent l'"Arrêt de la Cour du Parlement contre le Général et la Société des Jésuites qui condamne le Supérieur Général et en sa personne le Corps et Société des Jésuites à acquitter pour 1502266 liv. 2 sols 2 den. de Lettres de change tirées par le Frere La Valette sur les Lioncy frreres et Gouffre Négocians à Marseille..." Rare pamphlet concernant l'affaire Lavalette, ce missionnaire jésuite dont les spéculations commerciales en Martinique et le retentissant procès qui s'ensuivit précipitèrent la chute des Jésuites. Il égratigne également toutes les activités des jésuites "dans l'Inde", au Canada, en Chine (Ces Peres de leurs prêts reçoivent à Pequin/Jusqu'à trente pour cent l'Evangile à la main"), au Mexique,etc. "Leur Paraguay fournit par ses trésors immenses/De quoi faire partout les plus grandes dépenses". Laurent Ricci, le général des jésuites a droit, lui aussi, à sa salve de "compliments" en vers. L'illustration est non moins éloquente. Elle contient, entre autres, un comptoir de commerce avec la légende: "En France nous empruntons par charité et dans les Indes nous prêtons à usure" et un portrait du père Gabriel Malagrina, père jésuite victime de l'inquisition portugaise, brûlé vif à Lisbonne le 20 septembre 1761. La légende indique: "Mes mains ont un poignard avec un chapelet...". Rare.

680.00 €