Référence :20895

La Conquête de Constantinople. […] Avec la continuation de Henri de Valenciennes. Texte original, accompagné d'une traduction par M. Natalis de Wailly

VILLE-HARDOUIN Geoffroi de

Paris Firmin Didot frères fils et Cie 1872 fort vol. in-4 demi-chagrin rouge à coins, dos à nerfs orné de motifs dorés, tête dorée, [Rel. de l'époque], très légèrement frotté, rarissimes piqûres

3 ff.n.ch., xxvi, 511 pp. et 1 carte lithographiée en noir et vert repliée.Hage Chahine, 5040.Célèbre chronique retraçant l'une des grandes conquêtes des croisades.Geoffroi de Villehardouin, chevalier croisé du Moyen-âge, peut être considéré comme le premier historien vernaculaire de la France. Il participa à la quatrième Croisade qui, partie à l'origine pour délivrer Jérusalem, aboutit à la prise de Constantinople et à la fondation de son Empire latin. Témoin oculaire, il rédigea ses mémoires entre 1207 et 1213, intitulés Histoire de la conquête de Constantinople ou Chronique des empereurs Baudouin et Henri de Constantinople en décrivant, en français et non en latin, les événements survenus entre 1198 et 1207, se donnant cependant pour objectif essentiel de faire l'apologie des chefs croisés. D'après Bouchet, " La Conquête de Constantinople n'est pas seulement un important document historique ou un précieux spécimen de la prose de notre vieille langue, elle est, plus encore, la relation vivante, animée, sincère, d'un étrange épisode des croisades, raconté par un témoin oculaire directement mêlé à tous les événements ; elle est le premier modèle de ces Mémoires dans lesquels l'esprit français déploiera bientôt ses plus brillantes qualités, et où la personnalité et l'originalité de l'auteur apparaissent à chaque page. Aussi Geoffroi de Villehardouin compte-t-il aujourd'hui, à bon droit, au nombre des Classiques de notre littérature."Relié en tête: Prospectus de 4 pp. pour l'ouvrage.Ex-libris armorié

450.00 €