Nicolas de Lyre

Rare incunable de Mantoue, par le prototypographe de la cité

 

NICOLAS DE LYRE. Postilla super Matheum [Marcum, Lucam, Johannem]


Mantoue, Paul Johann de Puzpach [Butzbach], 24 juillet 1477


1 vol. in-folio, veau fauve à l'imitation, dos à nerfs orné de filets et croisillons à froid, plaque d'encadrements à froid sur les plats [Rel. moderne]

Paul de Butzbach (c'est sa localité de naissance) fut un ouvrier typographe de l'atelier de Gutenberg, embauché à Mantoue pour fonder dans cette ville le premier atelier d'imprimerie, qui fonctionna dès 1472.
Une des très nombreuses éditions incunables des commentaires exégétiques du franciscain Nicolas de Lyre (1270-1349), qui figurèrent parmi les premiers textes livrés à la nouvelle technique de l'impression.
Exemplaire du libraire et collectionneur Walter Goldwater (1908-1985), avec vignette ex-libris contrecollée sur les premières gardes.

 

                         __________________________________________________________________________________________________________

 

Van Eyck portrait       Van Eyck livre      Van Eyck illustration      Van Eyck illustration

Exceptionnel registre manuscrit de la correspondance diplomatique active et passive du représentant de l’Electeur de Bavière auprès de la Cour de France

VAN EYCK (Maximilian Emmanuel Franz). Registre de ma correspondance tant avec l'Electeur de Bavière qu'avec son ministre, & toutes autres personnes, relativement aux affaires & négociations dont j'ai été chargé, pendant tout le tems que j'ai été employé à la Cour de France, avec le caractère d'envoyé extraordinaire de Son Alt. Sér[énissi]me Electorale, à commencer du 26 février 1755 (...).

[Paris], 1755-1776, 36 vol. in-folio, texte entièrement calligraphié, avec 24 planches hors-texte, et portrait de l'époque en buste de l'auteur, peint sur toile et sous cadre doré ancien

Appartenant à un genre de documents très rarement conservés en mains privées, cet ensemble renferme la presque totalité de la correspondance diplomatique officielle échangée entre la Cour de Bavière et son représentant à la Cour de France, de 1755 à 1776, constituant par là une source de premier ordre pour les relations du Royaume avec le principal Electorat de l'Empire, et ce, entre la Guerre de Sept Ans et les prodromes de la Guerre de Succession de Bavière (1778-1779). La rédaction en est particulièrement soignée, avec une grande homogénéité des graphies et des ornements, ce qui suppose un travail régulier, sans doute confié régulièrement par l'ambassadeur à un secrétaire ou un groupe de secrétaires particuliers.